Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Loïc Szerdahelyi, « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)

Thèse de doctorat en Histoire et en STAPS, sous la direction de Michelle Zancarini-Fournel et Philippe Liotard, Université Lyon 1, soutenue le 11 juin 2014 à l’ISH de Lyon
  • 1 Loukia Efthymiou, Identités d’enseignantes-identités de femmes. Les femmes professeurs dans l’ensei (...)
  • 2 Marlaine Cacouault-Bitaud, Professeurs… mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du (...)

Attentive à l’intégration des femmes dans un métier d’hommes, cette thèse appréhende la diversité des parcours d’enseignantes d’EPS au regard des expériences individuelles. Elle est une histoire « vue d’en bas » qui valorise les capacités d’agir des individus, dans un cadre contraint par des structures et des conjonctures, en particulier dans les usages du corps. Cette recherche met en récit une histoire sociale genrée des enseignantes, à l’interface de plusieurs historiographies : histoire des femmes et du genre, histoire de l’éducation et de la mixité, histoire du sport et de l’éducation physique. Elle dessine, dans la lignée des travaux de l’historienne Loukia Efthymiou1 et de la sociologue Marlaine Cacouault-Bitaud2, une perspective originale, axée sur un portrait de groupe spécifique : les enseignantes d’EPS.

L’expression « femmes d’action » renvoie originellement au projet vichyste pour la jeunesse : au début des années 1940, les enseignantes d’EPS doivent être capables d’incarner la régénération des forces vives du pays. C’est en 1941 que l’éducation physique et sportive caractérise pour la première fois les recrutements, séparés selon le sexe. Point de départ d’une sportivisation progressivement soutenue des contenus d’enseignement, cette borne inaugure aussi une participation grandissante des femmes aux carrières de l’EPS. Or au mitan des années 1970, l’avènement de la mixité scolaire fait rupture dans la professionnalisation des enseignant.es. Cette thèse s’achève ainsi sur la disparition des recrutements distincts selon le sexe. En EPS, le concours unique, mélangeant femmes et hommes, entre dans les faits lors de la session de 1989, plus de dix ans après la mixité du CAPES, instaurée en 1976.

Au sein de cet espace temporel, structuré en trois parties chronologiques (1941-1958, 1959-1975, 1976-1989), l’analyse se centre sur les parcours, carrières et représentations des actrices de l’EPS. Le fil rouge pose la question de l’adéquation ou de la distance à un rôle supposé « naturel » de femme et d’enseignante. Cette problématisation construite autour des « femmes d’action » met en exergue la dialectique des aspirations personnelles et des conditions d’existence, des accomplissements particuliers et des rappels à l’ordre de genre, des processus d’émancipation face aux modalités d’incorporation des normes sexuées. Avec l’ambition de cristalliser des caractéristiques communes dans les parcours individuels, le récit articule les actrices et le contexte historique, l’exceptionnel et la norme, l’individu et le collectif, dans le dessein de « faire le groupe » tout en respectant les singularités.

  • 3 Loïc Szerdahelyi, « De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducatio (...)

La démonstration combine plusieurs types de sources, choisies à partir du pivot problématique des « femmes d’action » : 1920 dossiers de carrière — la moitié concernant des femmes, l’autre des hommes — ; 35 entretiens oraux approfondis — tous retranscrits — ; 260 questionnaires — dont 145 de femmes — ; des bulletins syndicaux — SNEP, SGEN — et des dossiers de requêtes au Conseil d’État. L’interprétation dépend du point de vue adopté : derrière le discours orienté, l’impartialité et l’objectivité administrative surgit le vécu de femmes tel qu’elles le livrent avec spontanéité, authenticité et subjectivité. C’est là l’enjeu de la confrontation de multiples représentations, comme le soulignent les encarts méthodologiques et critiques au fil de la thèse3. Organisée autour des parcours sociaux, professionnels et familiaux, l’administration de preuve valorise donc la permanence des interactions transversales. Impossible d’étudier des carrières d’enseignantes sans analyser conjointement les sphères publiques et privées de ces femmes.

Parmi les principaux résultats, il est clair que les nécessités de la guerre conduisent le régime de Vichy à former massivement des femmes aux carrières de l’EPS, dans un élan sociétal qui marque une étape dans le procès d’autonomisation des femmes par la voie professionnelle. Pourtant, des enseignantes d’EPS, en particulier des monitrices et des maîtresses, expérimentent les espoirs déçus d’une mobilité ascendante. Rares sont les demandes qui aboutissent au cours des années 1940 et 1950, car les possibles s’avèrent collectivement limités. Face à l’étanchéité des statuts, d’autres mobilités sont à construire, dépendantes du type d’établissement et de la région d’exercice, le plus souvent sur fond d’empoigne familiale. Le foyer s’impose en effet comme la pierre angulaire de la société, à laquelle les « femmes d’action » ont bien du mal à échapper.

Il s’avère ensuite manifeste que les mutations des « années 68 » favorisent l’ouverture des possibles pour les enseignantes d’EPS. Le souhait de changement qui agite l’espace public s’accompagne pour elles de nouvelles responsabilités, attribuées ou investies, par choix ou contingence, ambition ou circonstance. Des enseignantes, en particulier des professeurs, s’engagent dans les différentes perspectives qui sont offertes : direction d’établissement, inspection, détachement à l’étranger, à l’université ou dans le secteur non-scolaire. Signe d’une émancipation individuelle et collective au regard des structures morales et sociales, le destin des femmes cesse d’être tout entier contenu dans la maternité. Pour autant, la cellule familiale reste souvent prioritaire dans les choix personnels qui conditionnent les parcours.

Finalement, derrière une égalité formelle, ressentie comme telle durant les années 1980, l’étude des carrières révèle des distinctions statutaires et sexuées persistantes. Ce ne sont plus les mobilités géographiques qui indiquent cette tendance, mais la priorité accordée aux mobilités ascendantes des hommes, vers l’agrégation par exemple. Les paradoxes de la mixité interrogent en ce sens la spécificité de la génération enseignante recrutée après 1975, prise entre le modèle de mixité scolaire et le modèle sportif non mixte. La controverse sur la mixité des concours, portée par le SNEP et le SGEN, souligne le chemin qui reste à parcourir entre l’égalité de droit et l’égalité réelle. Elle met en balance le couple égalité/différences, au centre des débats sur l’universalisme républicain, et dont le corps sexué demeure l’un des grands impensés.

Au terme de cette recherche, un premier constat s’impose. Au profil-type de l’enseignante d’EPS, normalisé sous Vichy par la figure de la « femme d’action », se superpose dans la seconde moitié du xxe siècle une construction sociale plus fine des individus-femmes et de leurs statuts professionnels. Les images varient, dans les rapports d’inspection notamment, de même que se dévoile une diversité d’expériences sociales, professionnelles, familiales. À l’essentialisation de la « femme d’action », cette thèse substitue donc la multiplicité des « femmes d’action ». Un second constat alors : chaque actrice construit des expériences singulières, structurées dans des relations de pouvoir, reconfigurées selon les conjonctures. Le temps long révèle la construction d’une émancipation professionnelle et l’expression d’une relative liberté d’être et d’agir, au sein de carrières pondérées par le poids de la famille, mais guidées aujourd’hui par un idéal égalitaire. En somme, cette thèse contribue au renouvellement de l’histoire de l’éducation physique, par les femmes, les statuts et l’individu, afin d’aborder la controverse professionnelle sur la mixité.

Notes

1 Loukia Efthymiou, Identités d’enseignantes-identités de femmes. Les femmes professeurs dans l’enseignement secondaire public en France, 1914-1939, Thèse de doctorat en histoire, Université Paris 7, 2002.

2 Marlaine Cacouault-Bitaud, Professeurs… mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au xxe siècle, Paris, La Découverte, 2007.

3 Loïc Szerdahelyi, « De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive », Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie, http://devhist.hypotheses.org/2707, mis en ligne le 19/11/2014 ; « Des dossiers de carrière aux sources construites : les entretiens biographiques », Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie, http://devhist.hypotheses.org/2803, mis en ligne le 15/12/2014.

Haut de page