Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Marie Ruiz, (É)migrer vers le “Nouveau Monde” (Australie et Nouvelle-Zélande) : sociétés d’émigration féminines et métropole en Grande-Bretagne (1860-1914)

Thèse de doctorat en civilisation britannique sous la direction de Myriam Boussahba Bravard, soutenue à l’université Paris Diderot, le 6 novembre 2015

Cette thèse s’intéresse aux sociétés philanthropiques de femmes qui se chargeaient d’organiser l’émigration des bourgeoises dites « surnuméraires » vers les colonies du Pacifique. La borne de départ, placée en 1860, correspond à la fondation de la première société d’émigration à l’étude, la Female Middle Class Emigration Society, créée à la suite des révélations du recensement de 1851 sur le surnombre de femmes célibataires en Grande-Bretagne. Pour de nombreux Britanniques, l’émigration au sein de l’Empire apportait en effet une solution rapide au problème des femmes surnuméraires, ainsi qu’à la pénurie de femmes dans les colonies. Alors que les activités des sociétés d’émigration étaient florissantes avant 1914, elles furent presque totalement interrompues par le début de la Grande Guerre qui correspond donc à la borne finale de ce travail.

Dans cette recherche, il s’est agi de rendre compte de la manière dont l’émigration à destination des colonies du Pacifique s’est imposée comme une évidence aux femmes dites « surnuméraires » de la Grande-Bretagne, et d’étudier le rapport entre les femmes « en trop » et les sociétés d’émigration féminines. L’étude de la Female Middle Class Emigration Society (1862-1886), société pionnière, est complétée par celle d’une société d’hommes qui laissait une petite place aux femmes, la Church Emigration Society (1886-1919). L’histoire de la Women’s Emigration Society (1880-1884), dont les rapports de force en son sein même ont été la source de son démantèlement, montre qu’au-delà de la domination masculine, les rapports de pouvoir n’étaient pas seulement intersexuels, mais opposaient également des femmes entre elles au sein de ces associations. Finalement, la British Women’s Emigration Association clôture l’histoire des sociétés d’émigration féminines pour laisser place au contrôle de l’État en 1919.

Cette thèse de civilisation britannique s’intéresse à la logique sociale qui sous-tendait l’exclusion de ces femmes en métropole. Partant de l’étude de la supposée « surpopulation » féminine comme un vecteur de changement social, cette recherche met en lumière le pouvoir des organisatrices qui ont enclenché un processus d’émancipation pour elles et pour leurs émigrantes. En effet, une étude approfondie des recensements britanniques du xixe siècle, de la presse contemporaine et des rapports annuels des sociétés d’émigration féminines, permet d’explorer la voix des femmes organisatrices face aux hommes et face au discours dominant qu’elles partageaient, mais aussi face aux émigrantes, confinées au silence.

La première partie de la thèse montre que leur représentation dans la presse faisait des femmes « en trop » des individus « hors normes », qui ont néanmoins voulu échapper au statut subalterne qui leur était destiné en émigrant. En effet, parmi les résultats saillants, les analyses démographiques et lexicométriques permettent de révéler que les femmes étaient considérées comme les grandes coupables des déséquilibres démographiques, et de remettre en cause l’influence de l’émigration masculine sur la surpopulation féminine. Comme cela est démontré dans le chapitre d’ouverture de la thèse, la grande quantité de femmes célibataires était perçue comme un danger pour la stabilité économique de la nation, ce que les sociétés d’émigration à l’étude ne remettaient pas en cause.

L’omniprésence des organisatrices a permis d’interroger les rapports entre ces femmes dans la deuxième partie qui propose une lecture androgyne des organisatrices, actrices principales de cette histoire, décrites en des termes normalement réservés aux élites masculines et dont l’interaction avec leurs émigrantes était teintée de « maternité impérieuse ». Cette partie présente également une étude approfondie des philanthropes et contributeurs en temps ou argent, mécènes ou sympathisants des sociétés d’émigration féminines, dont le nom de certaines personnalités de l’époque n’avait jamais été révélé auparavant. Elle montre également que les femmes étaient plus nombreuses parmi les donateurs, mais qu’elles ne donnaient pas autant d’argent aux sociétés d’émigration que les hommes, gardiens de la trésorerie.

La troisième partie de la thèse couvre un territoire géographique et intellectuel plus étendu, celui de la rencontre avec les colonies, et inclut une étude sur l’arrivée de ces femmes dans les colonies où elles n’étaient plus surnuméraires et devenaient un modèle de perfection coloniale. Parmi les résultats dévoilés par cette étude, dans les colonies, les bourgeoises se sont construites en opposition aux indigènes et aux autochtones : elles ont contribué à imposer la norme blanche métropolitaine et bourgeoise.

Cette thèse présente une conception du pouvoir omniprésent, opposant les hommes et les femmes, mais aussi les organisatrices et les émigrantes, les classes sociales, et la métropole et les colonies. Elle explore comment les hommes ont ignoré les femmes, mais ont aussi collaboré avec elles lorsqu’elles prenaient la main. En Grande-Bretagne, les émigrantes étaient devenues illégitimes, alors qu’elles étaient attendues dans les colonies du Pacifique qui, responsables de la normalisation de ces femmes non-génitrices, représentaient des hétérotopies de crise, « espaces autres » chargés de résoudre les manquements de la métropole. Cette approche permet de mettre à l’étude le pouvoir des femmes, puisque même les émigrantes étaient dotées de capacité d’action en quittant la métropole. Il s’est agi de montrer comment les discours dominants ont influencé la vie des femmes dites « surnuméraires » et de mettre en lumière le décalage entre discours dominants et pratiques sociales, les organisatrices de l’émigration devenant elles-mêmes voix et sources de discours dominants dans une pratique sociale paradoxale.