Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabien Salesse (éd.), Le bon historien sait faire parler les silences. Hommages à Thierry Wanegffelen

Toulouse, FRAMESPA, coll. Méridiennes, 2012, 421 p.
Claudia Opitz-Belakhal

Texte intégral

1Spécialiste de l’histoire des mentalités religieuses et politiques, ainsi que de l’histoire du fait religieux dans l’Europe des xvie et xviie siècles, Thierry Wanegffelen s’est particulièrement intéressé à la manière dont les individus, de plus en plus sommés dans l’Occident moderne d’adhérer aux normes collectives politiques, religieuses, sociales et culturelles, sont tout de même parvenus à conserver une part de liberté, au moins au niveau de leur for intérieur. Il en est ainsi venu à l’étude du genre, à travers l’attention portée aux stratégies des femmes pour contourner, voire détourner les règles sociales et légales de l’époque à leur profit, à défaut de pouvoir leur échapper. Ses dernières recherches relevaient en conséquence de l’anthropologie du pouvoir féminin dans l’Europe de la Renaissance.

2Le beau livre édité par Fabien Salesse en sa mémoire réunit donc des articles non seulement sur la Réforme et la « Construction confessionelle et [les] modalites de la confrontation » (2nde partie) ainsi que des recherches sur « Des tentatives de coexistence confessionelle » (3e partie) mais également et surtout sur les femmes en cette « Mâle Modernité » (1e partie), concept que Wanegffelen a développé entre autres dans sa biographie de Catherine de Médicis. Le pouvoir au féminin (Paris, 2005) ou encore dans son livre sur Le pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance (Paris, 2008).

3Ce sont ces reines et princesses régnantes qui intéressent aussi Frank Lestringant, Sophie Vergnes ainsi que Nicolas le Roux dans leurs articles respectifs : « Cathérine de Médicis ou le simple corps de la reine » fait l’objet de la passionnante étude de F. Lestringant qui montre bien comment cette fine tacticienne qu’était Catherine de Médicis se plaçait néanmoins du côté de ces vaincues de l’histoire qui, pendant longtemps, n’ont pas voulu choisir le camp d’une des othodoxies en train de se consolider. Cette « reine noire » était en effet d’une faiblesse « d’ordre objectif et institutionel » en tant que femme dans un univers politique misogyne et masculinisé. Catherine utilisa son fils Henri III comme soutien et allié politique dans ce champ « mâle » et le sensibilisa en même temps à l’importance de ses pratiques de libéralité et de magnificence. Elle contribuait ainsi à engager la monarchie dans une économie symbolique et réelle qui obligeait les courtisans à guetter de plus en plus ardemment la faveur du roi et à s’endetter pour continuer à affirmer symboliquement et/ou concrètement leurs positions sociales, comme nous l’apprend Nicolas le Roux dans son article sur « Les politiques de la magnificence à la cour de Catherine de Médicis et d’Henri III ». Sophie Vergnes se tourne vers « Anne d’Autriche pendant la Fronde », suivant l’idée élaborée de Wanegffelen que « la mâle Modernité » pouvait tolérer qu’une femme exerce le pouvoir seulement lorqu’elle ne surpassait pas les hommes en tout et qu’elle se tenait, au moins symboliquement, à la place « naturelle » impartie aux femmes, c’est-à-dire en seconde. Sophie Vergnes montre ainsi comment, durant sa régence, Anne d’Autriche a cherché à concilier cet impératif avec la réalisation d’une véritable action politique en mettant toujours en avant son fils-roi. Désireuse de rompre avec l’image négative donnée par Marie de Médicis, elle souhaitait mettre en avant un gouvernement structuré par l’amour maternel, la bonté ou la miséricorde pour rassurer ses sujets et se les attacher. Mais cette stratégie était-elle efficace ? Oui et non : Sophie Vergnes analyse les mémoires des partisans et adversaires d’Anne d’Autriche et montre que sa régence exacerbait l’opposition entre d’un côté, les tenants d’un idéal de retrait et de soumission féminine vis-à-vis de l’exercice effectif du pouvoir et de l’autre, ceux d’une réflexion féministe alimentée avant la Fronde dans les salons et les milieux mondains, tendant à légitimer les compétences féminines dans l’exercice du pouvoir notamment en matière de raison politique ou d’aptitude à la dissimulation.

4L’exercice du pouvoir n’est toutefois pas le seul terrain où pouvait se déployer une expérience spécifiquement féminine. Claire Chatelain dans son article sur « Masculin et féminin dans la vie de l’esprit à l’époque moderne », met en avant la difficulté pour les femmes de prétendre bouleverser la structure et l’économie symboliques de l’activité artistique et intellectuelle, du fait qu’elles aient été longtemps reléguées au rôle de Muse sublimante ou de conseillère avisée. À partir de la Renaissance, le paradigme néoplatonicien et la mise en avant de figures comme celle de l’Amazone permettent aux femmes de se ménager un espace où leurs aspirations intellectuelles et culturelles étaient légitimes et admises. Mais cela passe souvent par le développement, comme l’appelle l’auteure d’après Wanegffelen, d’un « modèle de cléricature intellectuelle », c’est-à-dire par un mode de vie célibataire que menaient Marie de Gournay tout comme Catherine des Roches en suivant l’exemple d’Elisabeth Ière, reine souveraine d’Angleterre. De plus, la réaction de certains écrivains comme Molière par exemple, conduisait les femmes à dissimuler davantage leurs appétits intellectuels en leur for intérieur afin de respecter les codes sociaux.

5C’est surtout dans le cadre de la Réforme protestante qu’on inventa un nouvel idéal domestique et féminin, comme le démontre Julien Léonard dans son article sur « Les femmes des pasteurs en France au xviie siècle » à partir de l’exemple des épouses de Paul Ferry, Esther de Vigneulles puis Suzanne Lespignal. Choisies avec soin, ces femmes devaient incarner, en public comme en privé, l’image de la compagne idéale au sein d’un couple censé être le modèle de la communauté des fidèles protestant.es par excellence. Les attentes étaient énormes car il leur fallait concilier les exigences d’une société civile et d’une vie quotidienne avec les sommations d’exemplarité tonnées par les diverses autorités ecclésiastiques, du synode national au consistoire. On peut lire en plus, dans l’article d’Olivier Christin sur « Le mariage des clercs pendant la Réforme », combien ces mariages faisaient l’objet de débats théologiques enflammés — mais auxquels les femmes concernées ne participaient que rarement.

6Nous sommes alors bien loin de ces Amazones ou femmes fortes qu’évoque si souvent la littérature de l’époque — mais on trouve tout de même des femmes assez fortes au sein de ces nouvelles communautés protestantes comme nous le montre Penny Roberts dans son article sur « Hugenotes et bigotes. Les femmes et la Réforme vues par Nicolas Pithou », un mémorialiste et juriste du xvie siècle. Prises entre solidarité familiale et nouvelle religion, ces femmes protestantes pouvaient être ouvertement rebelles ou militantes. Mais souvent, elles se trouvaient sérieusement mises en difficulté par des conflits qui conduisaient leurs maris à l’exil ou au combat, les transformant souvent en veuves, ce qui les situaient en position de faiblesse dans une société patriarcale imposant à la femme seule de se placer immédiatement sous la coupe d’un homme : père, frère, oncle ou nouveau mari.

7Tournons alors le regard vers les femmes iraniennes, dont nous instruit l’article d’Aurélie Chabrier sur « Les femmes iraniennes en ‘mâle Modernité’ au XVIIe siècle ». Elle met en question le regard que les voyageurs européens portent sur les femmes iraniennes dans leurs récits. Ces hommes imprégnés par les valeurs de la Modernité Occidentale n’étaient pas réellement déroutés par le modèle curial du Shah ni par les normes sociales et comportementales en usage parmi les élites iraniennes : elles correspondaient peu ou prou à celles qu’ils connaissaient de l’Occident. Il n’en résulte donc pas une véritable provocation de cette « mâle Modernité » dont ils ont pris leur origine, intellectuelle ainsi que materielle, mais plutôt une confirmation.

8Les articles présentés nous montrent tout de même que la « mâle Modernité » n’était ni uniforme ni sans contradictions : on y rencontre une certaine variété, des changements importants et même des éléments utopiques, d’une modernité tout autre dont rêvaient plusieurs de ces femmes présentées d’une manière aussi vive par les auteur.es qui font parler les silences pour de vrai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Opitz-Belakhal, « Fabien Salesse (éd.), Le bon historien sait faire parler les silences. Hommages à Thierry Wanegffelen », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 08 février 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2396

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page