Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rebecca Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story. Madame Luce in Nineteenth Century Algeria

Stanford, Stanford University Press, 2013, 288 p.
Laura L. Frader

Texte intégral

1Eugénie Luce n’était pas tout à fait une femme ordinaire. Quoique d’origine modeste, elle était néanmoins suffisamment bien instruite pour ouvrir une école de filles près de sa ville natale Berrichonne en 1827. Ce n’était alors que le début d’une carrière dévouée à l’éducation des filles qui mena Eugénie Luce en Algérie peu après les premières tentatives de conquête française. Quittant un mariage peu satisfaisant et laissant sa fille en France, elle se rendit à Alger vers 1832 — un trajet peu typique à une époque où très peu de femmes de la bourgeoisie avaient des rôles professionnels et pouvaient partir seules. Son travail a eu une importance et une influence qui a été transmise à travers les générations successives familiales. C’est cette histoire que Rebecca Rogers raconte dans un livre original qui repose sur une recherche approfondie au sein des archives coloniales administratives ainsi que sur des ouvrages de contemporain.nes dont ceux des féministes britanniques qui l’ont connue. Le livre de Rogers porte un nouveau regard sur l’histoire des femmes et le colonialisme, le rôle des femmes françaises dans la promotion de la culture matérielle indigène, l’histoire d’un féminisme transnational ainsi que sur les archives comme source de « vérité » historique.

2À la différence des bourgeoises françaises ou anglaises de passage qui ont décrit les populations étrangères et/ou colonisées dans leurs récits de voyage, Eugénie Luce s’est rendu en Algérie avec l’intention d’y rester et d’y travailler. Très tôt elle a pris contact avec des Saint-Simoniens et leur leader, Prosper Enfantin. Défenseurs de l’égalité des sexes et de l’éducation des femmes et des filles, les Saint-Simoniens ont probablement joué un rôle dans sa décision de se rendre en Algérie où des « disciples » d’Enfantin avaient déjà établi des racines. Ses contacts avec des membres de ce groupe à Alger et à Bône, contacts attestés surtout par sa correspondance avec Enfantin et ses partisans, y compris avec les autorités coloniales, elles-mêmes dans la mouvance Saint-Simonienne. Rogers montre comment, sous l’influence de Luce, les autorités coloniales françaises ont été conquises à l’idée que l’éducation des filles indigènes était indispensable pour civiliser la population algérienne. Mais Luce n’en a pas moins été obligée de se battre pour obtenir des financements publics pour son école d’Alger, ce qui lui a valu la réputation d’être une femme entêtée, souvent en conflit avec les autorités françaises. Pendant les années 1840 et le début des années 1850, Luce a toutefois gagné un soutien financier et l’école s’est développée, avec en sus de la couture et broderie, des enseignements de français, d’arabe, de lecture, d’écriture et d’arithmétique. Le tout était destiné à former une nouvelle génération de mères algériennes sous la tutelle des Français et quelques familles françaises y ont même envoyé leurs filles.

3Rogers maintient que pour Luce, l’amélioration de la moralité des jeunes musulmanes n’était qu’un aspect de son projet. Luce souhaitait que l’éducation conduise à la « fusion des races » qu’elle voyait comme centrale à la mission civilisatrice de la France en Algérie. Pourtant à la fin des années 1850, les élites algériennes ont commencé à critiquer l’éducation des filles comme étant contraire aux rapports de genre traditionnels et se sont opposés au financement continu de l’école. Avec la croissance et la domination de la communauté française dans les années 1860, les Algériens sont devenus de plus en plus soucieux de maintenir leurs propres traditions, déplorant ainsi « [cet] effet malheureux de mettre en relief la différence [des filles musulmanes] de leurs compagnons mâles, ignorants » (p. 127, traduction de l’anglais de LLF).

4À partir des années 1860, les autorités françaises n’ont plus autorisé l’enseignement des langues, de la lecture et de l’écriture, et Luce fut obligée de limiter son enseignement à la broderie et à la couture. Rogers note, « En acceptant que les filles algériennes pourraient se passer d’une éducation intellectuelle, les Français ont contribué à un renforcement des divisions sexuées… aussi bien qu’aux divisions entre femmes européennes et indigènes » (p. 135, traduction de l’anglais de LLF). En même temps, en vantant les produits de son école de broderie et en vendant des articles pendant des expositions universelles en France et à l’étranger, Luce a contribué à la construction d’une politique culturelle de promotion des arts indigènes. L’initiative a été poursuivie par sa petite fille, Henriette Benaben, qui lui a succédée dans l’école de broderie dont les produits étaient achetés pour les collections du Musée de l’Homme à Paris. Quelques travaux se trouvent aujourd’hui au Musée du quai Branly.

5Un des aspects du livre le plus intéressant est la contribution de Rogers à l’histoire de la circulation transnationale des idées féministes. Lors de ses rencontres en Algérie avec Bessie Rayner Parkes et Barbara Leigh Smith Bodichon, Luce leur a confié l’histoire de sa vie et de ses initiatives pour l’éducation des filles algériennes. Ce faisant, elle a construit une autobiographie que ces deux féministes bien connectées ont fait circuler à leur tour. Leurs portraits de Luce, reproduits parmi d’autres écrits dans leurs articles pour le English Woman’s Journal, The Waverly Journal et dans le livre de Bodichon, Memoir of Madame Luce of Algiers, l’ont dépeinte comme une héroïne féministe qui a su vaincre des obstacles énormes pour civiliser les jeunes musulmanes « ignorantes et misérables ». Parkes et Bodichon ont aussi utilisé la biographie de Luce pour construire « une forme de sororité européenne dans laquelle les réalités de la féminité musulmane ont largement disparu » (p. 149, trad. de l’anglais de LLF). Grâce à elles, les détails de la vie de Luce ont circulé parmi un public anglais et encouragé d’autres féministes (ainsi que des non-féministes) à visiter son atelier à Alger et à acheter ses produits. Luce a alors réapparu dans leurs contes de voyage, de manière le plus souvent fidèle à l’interprétation de Parkes et Bodichon. Luce profitait ainsi de cette publicité gratuite pour la vente des articles de son atelier. En même temps, l’analyse que Rogers fait de cette instrumentalisation de Luce nous rappelle la distance nécessaire que doit avoir l’historien.ne face à la subjectivité des interprétations des témoins contemporains.

6Si la façon par laquelle le genre et l’ethnicité ont informé toute l’œuvre d’Eugénie Luce n’est peut-être pas surprenante en elle-même, le livre de Rebecca Rogers est une contribution majeure à l’histoire de la mission civilisatrice approchée par le genre. Elle met en lumière comment le féminisme a soutenu cette mission, plutôt que de la questionner et montre le regard des contemporain.nes sur le rôle des Françaises dans cette entreprise. C’est une perspective originale souvent ignorée par les historien.nes qui ont eu tendance à accepter les récits de voyage comme autant de vérités historiques et qui ont placé la focale sur les descriptions plutôt que sur les actions concrètes de celles qui ont participé à construire l’empire français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura L. Frader, « Rebecca Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story. Madame Luce in Nineteenth Century Algeria », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2393

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page