Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sara Read, Maids, Wives, Widows. Exploring Early Modern Women’s Lives 1540-1740

Barnsley, Pen and Sword, 2015, 192 p.
Stéphanie Chapuis-Després

Texte intégral

1L’ouvrage de Sara Read est une synthèse décrivant la vie quotidienne des femmes anglaises de 1540 à 1740. L’entreprise est ambitieuse : tous les aspects de la vie des femmes sont abordés dans un ouvrage assez court enrichi de huit pages d’illustrations, d’une bibliographie et d’un index. Afin de mettre en perspective les normes et les pratiques, les sources sont nombreuses et variées : littérature de fiction, lettres, mémoires, livres d’édification morale. Ce livre permet aux novices en matière d’histoire des femmes de découvrir tous les aspects de la vie de cette catégorie de la population souvent peu connue sans tomber dans les stéréotypes.

2La première partie du livre est consacrée au travail des femmes détaillant le rôle de la bonne épouse et les différentes activités rémunérées spécifiquement féminines (sages-femmes, ouvrières du textile, blanchisseuses) ou exercées par les deux sexes (boutiquières, paysannes, pharmaciennes). Le livre s’ouvre donc sur les devoirs et les qualités d’une épouse en rappelant le cadre juridique et religieux du mariage à l’époque des grands réformateurs. L’auteure souligne que la limitation des femmes au cadre du foyer apparaît au cours du xviiie siècle. Aux xvie et xviie siècles en revanche, les femmes contribuèrent de manière importante au développement de l’économie anglaise soit par le biais d’activités rémunérées soit par toutes sortes de contributions au bien-être des membres du foyer (confection de vêtements et de remèdes, préparation des repas). L’auteure s’attarde sur la question de l’éducation des enfants, tâche qui revenait spécifiquement aux femmes qu’elles soient mères, nourrices, ou encore maîtresses d’école. En Angleterre, l’éducation des filles a bénéficié de la Réforme protestante qui favorisait la lecture de la Bible par les fidèles. Cependant, elles recevaient un enseignement spécifique (dans les écoles ou à domicile) devant les préparer à leur rôle de mères et de maîtresses de maison. Les questions de reproduction, de maternité et d’éducation, essentielles dans la vie des femmes de l’époque moderne, tiennent une place importante dans l’ouvrage, puisque ces sujets sont de nouveau abordés dans la partie III.

3La deuxième partie aborde les soins du corps et décrit les mets et les boissons consommés, les vêtements féminins, les normes et les pratiques d’hygiène et de beauté en les replaçant dans leur contexte historique. Là encore, l’auteure encourage une vision différenciée de la population féminine, rejetant l’idée que l’on puisse parler de « la » femme à l’époque moderne sans faire allusion à la variété des situations rencontrées. Des recettes transcrites dans le chapitre 6 sur l’hygiène et la beauté permettent d’avoir une idée précise des cosmétiques employés, comme la sensationnelle « eau de chiot » (puppy-water), composée d’une macération de petit chien, que certaines femmes de la haute société appliquaient sur leur visage (p. 72).

  • 1 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, vol 1 : la volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. (...)

4La troisième partie aborde la question de la reproduction. Les xvie et xviie siècles sont marqués par une forme d’ « hystérisation du corps féminin1 ». Le rôle social, moral et religieux des femmes exprimé par les médecins, les juristes et les pasteurs était en effet d’abord de procréer. Sara Read donne un aperçu de ses recherches sur la menstruation dans le chapitre 7 explicitant les superstitions et les pratiques quotidiennes féminines liées aux règles qu’elle avait déjà abordées dans son ouvrage Menstruation and the Female Body in Early Modern England publié en 2013. Viennent ensuite la grossesse, l’accouchement et les soins au nourrisson parmi lesquels l’allaitement est évoqué plus longuement en raison de son traitement particulier dans les sources.

5La quatrième partie de l’ouvrage évoque les rapports que les femmes entretenaient avec la religion. Le chapitre 11 est consacré à leurs pratiques religieuses, à leur rôle de transmission de la foi. Le chapitre suivant fait une place particulière aux femmes non-conformistes, prophétesses et prédicatrices. En prenant la parole en public et en affirmant leur indépendance, ces femmes s’éloignent des normes établies et produisent du désordre, souvent puni.

6L’ouvrage se termine avec une cinquième partie sur la présence des femmes dans la vie publique qu’il s’agisse du champ politique, des tribunaux ou encore de la littérature. Les sources montrent la forte présence des femmes devant les tribunaux en tant que plaignantes ou accusées. Sont énumérés les différents cas rencontrés lors des investigations de l’auteure dans les comptes rendus du tribunal connu sous le nom de Old Bailey (disponibles en ligne : oldbaileyonline.org) : meurtre du mari, infanticide, bigamie et vol. La conclusion souligne que le corps des femmes est au centre des crimes évoqués. On pourrait ajouter que ce corps des femmes est au cœur de chaque chapitre de cet ouvrage, au cœur des préoccupations des auteurs contemporains. L’auteure rappelle ensuite que les femmes nobles ont joué un rôle important de gestion des domaines et ont œuvré pour la libération de leur époux lors des guerres civiles qui ont agité l’Angleterre entre 1642 et 1651. Le dernier chapitre évoque la présence des femmes dans la production littéraire, présence discrète mais que la recherche rend de plus en plus évidente. Sara Read termine ce chapitre en exprimant un desiderata de la recherche : l’élucidation des pseudonymes dont l’usage était courant à cette époque et qui pourrait permettre de découvrir davantage d’auteures.

7Tout au long de l’ouvrage, si certains exemples sont très précis et si les démonstrations sont complètes et bien amenées, on pourrait déplorer l’absence de notes de bas de pages. Un lectorat averti pourra en être déconcerté. Il se consolera avec la bibliographie indiquée en fin d’ouvrage qui, même si elle est assez courte (4 p.), est composée d’ouvrages de référence. Certaines affirmations auraient mérité d’être explicitées ou mieux justifiées (p. 105, p. 147). De même, si l’accumulation d’exemples et de citations permet de donner une vision vivante de l’histoire faite par ses actrices, cela ne laisse pas de place à la théorie (comme à l’historiographie), ce que l’on peut regretter. Cependant, ces manques relèvent d’un choix éditorial qui se justifie par la destination de cet ouvrage à un public plus large que la communauté universitaire. Par ailleurs, certaines informations se retrouvent dans les autres ouvrages de Sara Read destinés davantage au public universitaire.

8Pour terminer, cet ouvrage fait la part belle à la diffusion de la recherche historique auprès d’un public élargi puisque l’auteure précise que la totalité des sources de l’époque moderne est disponible sur Early English Books Online. Dans le même esprit, Sara Read contribue par ailleurs à un blog de grande qualité ayant pour sujet la médecine à l’époque moderne et qu’elle a fondé avec l’historienne Jen Evans : earlymodernmedicine.com. L’auteure démontre sa capacité à rendre accessible l’histoire des femmes à un grand public sans tomber dans la simplification excessive, donnant ainsi un exemple de vulgarisation réussie.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, vol 1 : la volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Chapuis-Després, « Sara Read, Maids, Wives, Widows. Exploring Early Modern Women’s Lives 1540-1740 », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2391

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page