Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975

Paris, Les Indes savantes, 2014, 241 p.
Isabelle Tracol-Huynh

Texte intégral

1L’ouvrage de François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile, l’autre moitié de la guerre 1945-1975 entend porter « un regard neuf sur la guerre vécue par les femmes en les plaçant au centre de leur histoire » (p. 12) et ainsi réaliser une nouvelle lecture des guerres qui ont touché le Vietnam. Au cœur de l’ouvrage, se trouve la question de la violence multiforme imposée au corps féminin, qu’il s’agisse d’une violence physique — les Vietnamiennes se sont engagées massivement dans la guerre et sont les principales victimes des opérations de représailles menées par les deux camps — ou d’une violence psychologique liée à la dimension fratricide de la guerre civile, thème largement mis en avant par François Guillemot. Pendant la guerre d’Indochine et la guerre du Vietnam, des Vietnamiens se sont battus contre d’autres Vietnamiens, des familles ont été divisées. Cette division dépasse la guerre car, après 1975, il y a les « bonnes et les mauvaises victimes » (p. 17) et la lecture officielle héroïsante de la guerre du camp vainqueur, le Nord Vietnam communiste, ne permet pas de faire l’histoire de ceux et celles qui ont perdu ni de rendre compte de la brutalité de la guerre et des déchirures individuelles et collectives qu’elle a provoquées.

2En s’intéressant aux Vietnamiennes, François Guillemot entend troubler « l’histoire officielle linéaire, hagiographique et la logique de la guerre de libération » (p. 87) en soulignant la violence multiforme imposée aux femmes des deux camps, Nord et Sud, dans une première partie intitulée Brutalités, flottements, exils. Perceptions et voix féminines de la guerre du Viêt-Nam. La question du viol, sujet encore tabou dans les historiographies officielles vietnamienne et américaine, des tortures sexuelles, des dégradations sexuées des cadavres est étudiée à l’aide de témoignages édifiants. Un des points forts de cet ouvrage est, en effet, les nombreux témoignages qui donnent une dimension humaine à une guerre souvent étudiée d’un point de vue idéologique. Un autre point fort est le choix d’intégrer l’après-guerre dans l’étude, ce qui permet de mettre en avant la souffrance psychologique de ces femmes forcées de choisir un camp et qui paient cher leur engagement. Le problème du retour à la vie civile des volontaires au Nord, vieillies prématurément, rongées par l’agent orange, est ainsi posé. L’auteur dénonce la marginalisation de ces femmes, sans lesquelles la victoire n’aurait pas été possible, par le parti qui met en avant des héroïnes mythifiées tout en niant leurs souffrances. À la propagande communiste associant libération nationale et libération féminine s’oppose la réalité du destin des femmes aux « cinq sans » : « sans mari, sans enfant, sans maison, sans statut, sans proches » (p. 70). Et qu’en est-il de celles qui se sont engagées dans la guerre mais dans le camp du Sud, donc des vaincus ? Elles sont mises au ban de la société, surveillées et obligées de vivre en exil dans leur propre pays avec le mépris et l’humiliation. L’impossibilité de parler de leur guerre et la non-reconnaissance de leurs souffrances les poussent à l’exil et à une nouvelle déchirure.

3La seconde partie, Féminiser la guerre du Viêt-Nam : les Jeunesses de choc (TNXP) du sacrifice guerrier à la reconnaissance politique, reprend les thèmes développés dans la première partie — les violences faites aux femmes, la question de l’après-guerre — en s’intéressant à un camp (le Nord Vietnam), un corps (les Jeunesses de choc) et surtout à une guerre (la guerre américaine). Ces Jeunesses de choc (Than Niên Xung Phong), créées pendant la guerre d’Indochine et développées surtout après 1965, sont une organisation sociale et politique directement dirigée par l’État-parti, chargée de déminer les routes, de transporter armes et nourriture, d’évacuer les blessés, etc. Elles sont composées de jeunes ruraux de 15 à 20 ans et sont, après 1965, constituées à plus de 50 % de femmes (certains détachements comptent 70 % de femmes) avec des effectifs estimés à plus de 220 000 jeunes. L’importance stratégique et la difficulté des missions des TNXP associées à leur manque de matériel et de formation font de ce groupe une « fabrique de héros », un « panthéon de jeunes martyrs » (p. 131). Le courage et le sacrifice de certaines jeunes filles des TNXP sont ainsi mis en avant et instrumentalisés par l’État-parti pendant et après la guerre. Le témoignage des survivantes vient alors troubler l’historiographie officielle en mettant en avant la souffrance, la faim, la soif, les dégradations physiques, la folie, la mort ou les souvenirs traumatisants ainsi que leur difficile réinsertion dans un « Viêt-Nam socialiste viril et vainqueur ne [faisant] pas grand cas de l’engagement féminin pendant la guerre » (p. 196).

4Cette seconde partie s’appuie sur de très nombreuses citations qui en rendent la lecture passionnante mais parfois discutable. En effet, les témoignages ne sont pas contextualisés et on ne sait pas toujours de quelle guerre il s’agit puisque les TNXP ont été créés pendant la guerre d’Indochine. On suppose qu’il s’agit de sources datant de la guerre américaine, période pendant laquelle les TNXP ont été les plus nombreux. De plus, ces témoignages proviennent de récits autobiographiques comme de romans. À un moment François Guillemot évoque « l’écriture romanesque de Duong Thu Huong [qui] vacille entre fiction et témoignage de la réalité brute de la guerre » (156). Si Duong Thu Huong a effectivement vécu la guerre, qu’en est-il des auteur.es des autres récits fictionnels utilisés dans cet ouvrage ? L’abondance des citations est à souligner mais on aurait préféré qu’elle soit accompagnée de plus d’analyse et de distanciation, et ce dans les deux parties. Pour un lecteur non spécialiste, il est parfois difficile de faire la part des choses entre les nombreuses références utilisées et il est impossible de savoir si les sources ont été produites par des hommes ou par des femmes. De manière générale, cet ouvrage est destiné à un public maîtrisant l’histoire du Vietnam ainsi que sa géographie. En effet, plusieurs évènements sont cités sans explications comme le massacre de My Lai par exemple. Il en est de même pour des personnes, ainsi les « miliciennes "Nu du kich" », la liste des figures officielles de la guerre, les références aux « quelques phrases d’un Vo Van Kiêt (1922-2008) ou d’un Nguyên Tân Dung », etc. Les lieux sont également difficiles à situer ce qui peut poser problème dans la première partie qui englobe les deux camps, le Nord et le sud. Des cartes auraient été utiles. Il manque également un sommaire détaillé et une bibliographie thématique car les 23 pages de bibliographie se révèlent très denses mais difficilement exploitables, ce qui est dommage car la compilation de nombreux ouvrages en français, anglais et vietnamien est une des richesses de cet ouvrage.

5Ces quelques remarques n’enlèvent rien à la valeur de cet ouvrage novateur qui met en lumière un aspect méconnu de la guerre du Vietnam à savoir l’engagement, dans un camp ou dans l’autre, des femmes vietnamiennes, de leur vécu pendant et, encore plus intéressant car encore moins étudié par l’historiographie officielle, après la guerre, de leur ressenti. C’est définitivement un livre à visage humain qui rompt avec une lecture idéologique de la guerre et qui pose la question de la réconciliation nationale : comment gérer le souvenir de la guerre ou plutôt les souvenirs d’une guerre fratricide emplie de trajectoires individuelles multiples et antagonistes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Tracol-Huynh, « François Guillemot, Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975 », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2388

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page