Navigation – Plan du site
Comptes rendus

France Grenaudier-Klijn, Elisabeth-Christine Muelsch et Jean Anderson (dir.), Écrire les hommes. Personnages masculins et masculinité dans l’œuvre des écrivaines de la Belle Époque

Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, collection Culture et société, 2012, 315 p.
Arnaud Baubérot

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s’intéresse à la manière dont neuf romancières de la Belle Époque ont décrit les hommes et les relations qu’ils entretiennent avec les femmes. Ce sont en tout onze études qui sont ici consacrées aux sujets masculins et aux rapports entre les sexes dans des œuvres de Louise-Marie Compain, Thérèse Bentzon, Georges de Peyrebrune, Daniel Lesueur, Rachilde, Marcelle Tinayre, Colette, Lucie Delarue-Mardrus et Anna de Noailles, parues entre 1890 et 1915.

2Sur le plan de l’histoire littéraire, le premier intérêt de ce livre est d’éclairer la production romanesque d’une période généralement considérée comme atone, à la charnière entre la décennie 1880, marquée par l’œuvre de Zola et par les écrivains de la Décadence, et le début du vingtième siècle qui voit la consécration de nouveaux auteurs comme Gide ou Proust. Loin d’être un désert littéraire, la Belle Époque fut en réalité riche de publications et vit notamment plusieurs romancières accéder à la notoriété. Issues pour la plupart de la petite et moyenne bourgeoisie, celles-ci témoignent de la hausse générale du niveau d’instruction dont profitent les femmes et qui leur permet, dans ces milieux sociaux, d’accéder à des professions ou des fonctions qui leur étaient jusque-là pratiquement inaccessibles. On peut alors se demander si l’oubli dans lequel sont tombées ces auteures — à l’exception notable de Colette qui seule est véritablement passée à la postérité — tient finalement à la moindre qualité de leur production littéraire ou s’il résulte, comme le suggèrent les trois directrices d’Écrire les hommes dans leur introduction, de la difficulté qu’ont pu éprouver ces femmes à être reconnues comme légitimes dans l’exercice d’une activité réputée jusque-là masculine.

3À la fin de l’ouvrage, une « chronologie au féminin » permet d’inscrire les œuvres étudiées dans le contexte plus large des débuts de l’émancipation féminine qui caractérise la Belle Époque. On regrettera cependant que les études proposées restent centrées sur le contenu des œuvres et questionnent peu leur contexte immédiat de production : les éventuelles négociations des romancières avec leurs éditeurs, la réception de leurs ouvrages ou les formes d’autocensure auxquelles elles ont pu parfois être contraintes. N’y a-t-il aucun lien, par exemple, entre la manière dont Georges de Peyrebrune et Daniel Lesueur ont pu « écrire les hommes » et le fait qu’elles aient mené leur carrière d’écrivaines sous des noms de plumes masculins ? Celles qui, à l’inverse, choisissent de publier sous leur véritable nom ou sous un pseudonyme féminin ne sont-elles pas l’exception, ainsi que le suggère la liste d’écrivaines de la Belle Époque proposée dans le livre (p. 272) ? À ces questions, l’ouvrage apporte peu de réponses.

4Au fil des études consacrées à ces écrivaines, se révèlent toutefois de communes stratégies pour parvenir, par la littérature, à mettre en question la domination masculine. Si ces auteures n’adoptent généralement pas des postures ouvertement féministes ou « antimasculinistes », elles examinent cependant les effets de cette domination dans des romans d’amour qui mettent en scène les relations conjugales ou qui peignent les conditions de vie et de travail de jeunes femmes de la petite et moyenne bourgeoisie. Bien qu’elles adhèrent à certaines représentations communes de leur époque — la rationalité ou pragmatisme des hommes par exemple — elles construisent néanmoins des personnages masculins qui leur permettent de questionner les stéréotypes sur lesquels repose l’ordre du genre. Trois types d’hommes apparaissent alors. Le premier, illustrant une sorte de virilité déchue, correspond à des personnages « sous-masculinisés », physiquement ou moralement, parfois confrontés à des femmes dominantes. Le second modèle est incarné par des figures d’hommes corrompus, adultères et violents. La littérature permet ainsi de déconstruire le mythe masculin sans pour autant adopter une attitude ouvertement contestatrice ou revendicatrice. Enfin, le roman peut être aussi l’occasion de décrire un troisième type d’homme, à la fois époux et amant, qui renonce à dominer son épouse et se montre attentif à son épanouissement. Toutefois, ces évocations s’accompagnent généralement du constat désabusé qu’il y a loin de l’idéal à la réalité et que l’« Ève nouvelle » attend toujours son « nouvel Adam ».

5La question se pose alors de savoir si, au-delà de l’histoire d’un courant littéraire et de la manière dont ses écrivaines ont su mettre la masculinité en récit, ces exemples nous renseignent sur les transformations sociales et culturelles à l’œuvre à la Belle Époque. À bien des égards, cet ouvrage prolonge celui d’Annelise Mauge, L’identité masculine en crise au tournant du siècle (Payot, 1987), que les auteurs d’Écrire les hommes citent à plusieurs reprises. Celle-ci a pu montrer comment la récurrence d’un discours antiféministe et anti-féminin, dans les quatre décennies qui précèdent la Grande Guerre, traduisait une réaction agressive face à un début d’émancipation féminine en même temps que la mise en récit — par des écrivains hommes — d’époux faibles, cocus ou impuissants permettait de mener, en littérature, le deuil de la domination masculine. C’est finalement un travail analogue que mènent les écrivaines étudiées dans cet ouvrage à travers les personnages masculins auxquels leurs romans donnent corps.

6Poursuivant la démarche d’Annelise Maugue, on peut alors se demander si la manière dont les romancières de la Belle Époque ont construit leurs sujets mâles ne révèle pas moins un état de la masculinité qu’une transformation du regard que portent des femmes des couches moyennes urbaines en voie d’émancipation sur les hommes. Ainsi la mise en récit de comportements masculins jugés violents ou immoraux ne répondrait pas uniquement à la volonté de mettre en cause la légitimité de la domination des hommes. Elle pourrait révéler aussi un abaissement des seuils de tolérance féminins et être le signe que certaines prérogatives masculines, jusque-là acceptées ou tolérées, ne sont plus considérées comme allant de soi. Une réflexion analogue pourrait être portée sur la manière dont est traité le modèle du couple conjugal. Plusieurs auteurs soulignent que les romancières de la Belle Époque ont décrit la tension que suscite l’écart entre un célibat jugé non désirable (voire dangereux) et l’impossibilité de trouver dans le mariage une relation qui satisfasse la femme dans son désir de passion amoureuse et de réalisation de soi. La description désabusée de personnages masculins incapables d’apporter à la fois la sécurité d’un époux, l’attention d’un camarade et la passion d’un amant exprime peut-être moins un rejet des hommes que la montée, dans la bourgeoisie urbaine, d’un nouveau modèle de couple conjugal et l’impatience des femmes à voir les hommes répondre à ce modèle. Sans remettre en cause le mariage, dont la force reste encore inaltérée dans les représentations sociales, ces romancières expriment aussi le désir de voir le couple conjugal se transformer en duo amoureux, tout en soulignant que la condition de cette transformation réside dans un changement d’attitude des hommes et dans leur renoncement à faire du lien marital un instrument de domination.

7Finalement, au-delà de l’exhumation d’un corpus littéraire en partie oublié, au-delà même d’une histoire des revendications féministes et de la manière dont la littérature a pu constituer une arme pour dénoncer la domination masculine, cet ouvrage nous éclaire utilement sur la montée des attentes des femmes de la petite et moyenne bourgeoisie de la Belle Époque à l’égard des hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Baubérot, « France Grenaudier-Klijn, Elisabeth-Christine Muelsch et Jean Anderson (dir.), Écrire les hommes. Personnages masculins et masculinité dans l’œuvre des écrivaines de la Belle Époque », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2385

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page