Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Geneviève Guilpain, Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (xviie-xxe siècle)

Paris, L’Harmattan, 2012, 246 p.
Lola Gonzalez-Quijano
Référence(s) :

Geneviève Guilpain, Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (xviie-xxe siècle), Paris, L’Harmattan, 2012, 246 p.

Texte intégral

  • 1 Arlette Farge, Christiane Klapish-Zuber (dir.), Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude (...)

1« La femme seule est un angle mort de l’histoire1 ». Dès l’incipit, cette citation de Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine situe l’ouvrage de Geneviève Guilpain, Les Célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (xviie-xxie siècle), dans le prolongement des perspectives historiographiques ouvertes par cet ouvrage pionner. Face au problème inhérent à l’étude du célibat au féminin, c’est-à-dire penser ce dernier sans renforcer la logique d’une société hétérosexuelle et matrimoniale qui prend soin de distinguer les femmes mariées des autres, Geneviève Guilpain s’inscrit dans la perspective développée par Monique Wittig au sujet des lesbiennes. Elle entend aborder les célibataires par opposition aux « non-mariées » ou aux « femmes en couples » plutôt que dans une opposition frontale entre mariées ou non. Et notamment en raison du fait que les femmes qu’elle étudie dans ce livre aspiraient à être perçues non comme des femmes non-mariées mais comme des personnes singulières.

2Geneviève Guilpain a voulu faire entendre des voix féminines sur un phénomène, le célibat au féminin, largement commenté et décrit par les hommes. Des femmes qui ont exprimé leur conception, leur vécu ou leur désir de célibat en écrivant des récits de vie mais aussi des romans, des essais, autant de textes « qui permettent de mieux comprendre les raisons qui les motivèrent à embrasser un parti malaisé » (p. 12). Les femmes auxquelles s’intéresse l’auteure ont en commun d’avoir eu des vies singulières : originales, hors normes et uniques. Elles ont témoigné de leur célibat avec une volonté d’en donner une image positive. À ce sujet, l’auteure revendique clairement sa subjectivité dans le choix des auteures étudiées et celui de faire dialoguer des personnalités célèbres (Louise Michel, Simone de Beauvoir) et des figures moins connues du grand public (Gabrielle Suchon, Sophie Ulliac-Trémadeure).

3Construit de façon chronologique, l’ouvrage de Geneviève Guilpain s’ouvre sur une première partie consacrée aux « pionnières » (Marie de Gournay, Anne Marie de Schurman, Gabrielle Suchon) et aux évolutions des discours féminins de la querelle anti-matrimoniale vers l’affirmation d’un droit au célibat. Progressivement se font entendre dans l’Europe moderne des voix qui réclament une « troisième voie » à l’alternative consacrée par les autorités religieuses et civiles : le célibat consacré des moniales ou le mariage. Refus et critiques du mariage, vision positive et désirs de célibat sont souvent entremêlés dans des écrits qui condamnent leurs auteures à une vie d’exemplarité et de vertu. Les « demoiselles qui se piquent de trouver le célibat à leur goût » (p. 60) se retrouvent en effet souvent cantonnées au rôle de « vierge érudite » qui, s’il favorise leurs propres aspirations intellectuelles, ne conteste ni la hiérarchie des sexes ni l’ordre social et politique qui en découle.

4Dans une seconde partie, Geneviève Guilpain s’intéresse aux conceptions individuelles mais aussi « collectives » du célibat féminin qui ont émergé à partir du xixe siècle et jusqu’au premier quart du xxe siècle en lien avec les bouleversements et les mobilisations politiques de cette période. L’auteure s’intéresse à un certains nombres de figures de la mouvance Saint-Simonienne (Jeanne Deroin, Jenny d’Héricourt, Flora Tristan) et à des femmes créatrices (Marie Bashkirtseff, Louise Bresleau, Clémence Royer, Catherine Pozzi). Alors qu’à bien des égards, la société issue de la Révolution française encense la mère de famille et la maîtresse de maison satisfaite, Geneviève Guilpain démontre en s’appuyant sur corpus de sources variées (mémoires, correspondances, journaux intimes, gazettes féministes, essais, romans) que les femmes ne cessent d’écrire et d’essayer, notamment sur le plan intime, de dépasser l’alternative qui leur est faite entre création et procréation. « Vieilles filles » et « jeunes filles à marier » deviennent progressivement des « célibataires engagées dans des voies professionnelles et existentielles » (p. 113) au fur et à mesure que l’institution du mariage est remise en cause et le mariage d’amour démystifier.

5Une troisième partie aborde « les chemins contrastés de l’émancipation » (p. 117). Si la vie religieuse est désormais réservée aux jeunes filles éprouvant une véritable vocation, l’incompatibilité faite entre famille et métier poussent un certain nombre de femmes à faire de leur activité professionnelle un véritable sacerdoce laïc. Enseignantes, infirmières, assistances sociales, beaucoup s’engagent simultanément dans le célibat et la vie professionnelle y trouvant un espace d’accomplissement personnel et de reconnaissance sociale plus épanouissant que la vie de famille. Après avoir évoqué le célibat en tant qu’utopie sociale dans l’œuvre de Madeleine Pelletier, Geneviève Guilpain questionne les philosophies subversives de Simone de Beauvoir et de Simone Weil pour finir sur le Mouvement de libération des femmes et le déplacement de la critique du mariage vers le patriarcat.

6Enfin dans une quatrième et dernière partie, l’auteure aborde les nouvelles voies du célibat féminin à l’époque contemporaine et alors que les représentations de ce dernier n’ont jamais été aussi positives comme le montre par exemple l’émergence de la figure de la « célibattante » (p. 177). Triomphe trompeur selon Geneviève Guilpain car en vérité c’est le célibat en tant que période temporaire et transitoire qui est valorisé, pas celui qui s’installe ou devient finalité.

7L’ouvrage de Geneviève Guilpain offre ainsi une lecture engagée et située d’auteures célèbres, inconnues ou récemment redécouvertes qui se sont exprimées sur les conditions de vie et le statut matrimonial des femmes. Elle y propose une vision plurielle et critique des discours sur le célibat féminin propre révéler ce que l’auteure appelle les « vertus heuristiques du célibat » (p. 226) pour penser les questions auxquelles notre société est confrontée.

Haut de page

Notes

1 Arlette Farge, Christiane Klapish-Zuber (dir.), Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine, 18e-20e siècle, Paris, Arthaud-Montalba, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lola Gonzalez-Quijano, « Geneviève Guilpain, Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (xviie-xxe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2382

Haut de page

Auteur

Lola Gonzalez-Quijano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page