Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christel Chaineaud, La protection sociale contemporaine de la veuve (1870-1945)

Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux. 2013, 368 p.
Isabelle Delaunay
Référence(s) :

Christel Chaineaud, La protection sociale contemporaine de la veuve (1870-1945), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2013, 368 p.

Texte intégral

1Depuis les années 1980, l’historiographie a fortement investi la question des femmes, et plus particulièrement des femmes seules. Dans cet ensemble, les veuves constituent un objet d’étude abondamment étudié, inséré dans la pensée plus large du système de parenté et d’alliance, primordial à l’heure où les épouses dépendaient juridiquement mais aussi socialement et économiquement de leur mari. L’essentiel de ces recherches se concentre alors sur les périodes du Moyen Âge et de l’Ancien Régime : l’histoire contemporaine des veuves, bien que marquée par deux guerres mondiales, reste largement ignorée.

2C’est donc ce manque que vient combler l’ouvrage de Christel Chaineaud, consacré au veuvage féminin des années 1870 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour explorer cet objet, l’auteure se place dans la perspective du droit social à travers l’histoire de la protection sociale accordée à la veuve en France. Elle fait apparaître deux périodes majeures qui structurent l’exposé : d’abord celle d’une protection traditionnelle de la veuve, dévolue au cercle familial et aux proches, qui évolue vers les prémisses d’une solidarité nationale à la veille de la Première Guerre mondiale ; ensuite, celle de la consécration d’une protection sociale des veuves, qui distingue les veuves de guerre et les veuves civiles.

3En première partie de son propos, Christel Chaineaud montre qu’en dépit de la fréquence des veuvages féminins au cours du xixe et du début du xxsiècle, le législateur ne s’est pas véritablement intéressé au sort des veuves, s’en remettant aux mécanismes traditionnels d’assistance, considérant comme suffisantes les règles du droit civil. Si celles-ci sont effectives dans les pratiques matrimoniales et patrimoniales, elles sont de portée limitée en pratique. Christel Chaineaud révèle la logique qui sous-tend cette mise en forme de l’aide : celle de la promotion de la famille légitime et intimiste, pilier de l’ordre social. Ainsi, lorsque le droit social s’intéresse aux veuves, il ne leur accorde qu’une protection indirecte et non générale, dérivée systématiquement de celle du mari : il n’existe pas de loi d’assistance obligatoire et l’assistance des collectivités locales reste facultative.

4Pourtant, dans le contexte de l’industrialisation du xixe siècle, la question sociale qui vise la prévention de la misère et l’intégration des ouvriers favorise l’émergence de la notion de risque social s’agissant du veuvage. Christel Chaineaud souligne ainsi la façon dont celui-ci cristallise les tensions entre un système de prévoyance qui l’appréhende comme tel et des pouvoirs publics qui s’y refusent, préférant mettre en place des mécanismes de protection en faveur du salarié privé de sa force de travail et instituer des droits dérivés en cas de décès.

5Christel Chaineaud met alors en exergue le changement qu’apporte la Première Guerre mondiale en mettant sur le devant de la scène de très nombreuses femmes confrontées à la brutalité du veuvage : la veuve devient au cœur des préoccupations sociales. Cette seconde partie expose, en filigrane, la grande complexité de cette question : d’une part en montrant la façon dont ces femmes perçues comme le symbole de la douleur et de la dignité, sont confrontées à une forte pression sociale face à la résurgence de la figure de la veuve joyeuse. D’autre part, en faisant apparaître que si, pour la première fois dans l’histoire, le veuvage des femmes devient un sujet de droit social à part, inscrit dans une logique de dette de la Nation à leur égard, dans le même temps la protection sociale accordée ne se traduit jamais par des mesures directes : elle continue à être pensée comme une protection dérivée de celle du mari.

6Dans cet ensemble, Christel Chaineaud décrit l’apparition du statut de veuve de guerre, au cœur d’un élan de solidarité spontanée et des préoccupations législatives, avec la structuration des associations de veuves de guerre et, d’autre part, les prémices de l’amélioration « par ricochet » du sort des veuves civiles qui bénéficient d’un mouvement général reconnaissant la nécessité d’accorder une protection aux femmes en cas de décès de leur conjoint. Avec l’amélioration de la protection du travailleur, les années qui succèdent à la guerre de 14-18 consacrent une protection indirecte de l’épouse en cas de veuvage, encore inachevée et imparfaite. En effet, dans les faits, la protection sociale qui se met en place n’est jamais appréhendée de manière globale et apparaît comme le fruit de l’extrême émiettement résultant de lois successives. Dans une perspective de temps long, l’auteure souligne que ce mouvement ne trouve son aboutissement… qu’en 1981 avec l’instauration d’une assurance veuvage.

7L’apport de cette réflexion ne se limite pas à un très riche travail de recherche historique sur une question peu connue. En effet, en exposant avec minutie chaque dispositif en faveur du veuvage au cours de la période étudiée, Christel Chaineaud dévoile le fil d’Ariane de cette construction : finalement, derrière la protection sociale de la veuve, ce sont d’autres buts que poursuit sans faillir le législateur comme celui de protéger la famille légitime ou encore de défendre les intérêts nationaux. En témoigne les conditions relatives à la veuve pour percevoir ses droits : mariage, durée de mariage et union féconde.

8En outre, l’analyse très documentée de Christel Chaineaud fait remarquablement apparaître la tension qui traverse l’époque contemporaine autour du statut de la veuve comme objet du droit social à part entière et l’opposition structurante entre les veuves de guerre et les veuves civiles, façonnant à la fois l’approche du veuvage féminin contemporain et la différenciation de leurs droits respectifs. Alors que les veuves de guerre bénéficient de la sollicitude du législateur et défendent la particularité de leur statut, les veuves civiles font longtemps figure de parent pauvre, délaissées par le système de protection sociale qui se met en place à la Libération. C’est donc dans l’élaboration d’un mouvement associatif dédié à la défense de leurs droits qu’elles apparaissent comme un groupe social à part entière et entendent peser au plan politique. Avec comme enjeu, désormais, d’élargir leurs revendications aux transformations de la famille et de la conjugalité. Et c’est en confrontant la protection sociale de la veuve, dérivée des droits du mari, à la situation des personnes non mariées qui perdent leur conjoint par décès, c’est en élargissant sa réflexion sur le veuvage féminin à l’ensemble des situations de monoparentalité, que Christel Chaineaud appelle à reconsidérer les droits des femmes seules et à écrire une nouvelle page de l’histoire inscrite dans les grandes transformations de la famille et de la conjugalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Delaunay, « Christel Chaineaud, La protection sociale contemporaine de la veuve (1870-1945) », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2378

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page