Navigation – Plan du site
Femmes sans mari

Hors du mariage, point de salut ? Regards de réformateurs et de féministes (Allemagne, fin xix– début xxe siècles)

Anne-Laure Briatte-Peters

Résumés

Partant de la position centrale qu’occupait le mariage dans les biographies féminines bourgeoises au xixe siècle, cet article analyse l’évolution de la perception des femmes sans mari dans les milieux bourgeois en Allemagne dans le long xixe siècle. La première partie retrace la prise de conscience d’un problème touchant les femmes sans mari, qui étaient souvent réduites à des représentations stéréotypées. Dans la deuxième partie, sont évoquées des femmes qui explorent le domaine du hors-mariage comme alternative possible au mariage, qu’elles tentent en vain de faire réformer à l’occasion de l’unification du Code civil allemand. La dernière partie est consacrée à l’extension et à l’approfondissement du débat sur le mariage et d’autres conceptions de l’amour et de la sexualité, qui tend à faire progresser l’acceptation sociale des femmes sans mari à la veille de la Grande Guerre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sylvia Schraut, Bürgerinnen im Kaiserreich. Biografie eines Lebensstils, Stuttgart, Kohlhammer, 201 (...)
  • 2 Bärbel Kuhn, Familienstand ledig. Ehelose Frauen und Männer im Bürgertum (1850-1914), Cologne/Weima (...)
  • 3 Ibid., p. 36.

1Le modèle de vie bourgeois qui s’est progressivement imposé tout au long du xixe siècle, voulait que les jeunes filles, une fois leur instruction terminée, retournent dans le giron familial, perfectionnent leur pratique de l’art ménager et continuent de se cultiver en attendant de pouvoir se marier1. La société bourgeoise et son idéologie de la famille marginalisaient les femmes qui ne se conformaient pas à ce modèle et laissaient de fait peu de place à des parcours féminins indépendants. Était qualifiée de « vieille fille » toute femme âgée de plus de trente ans qui n’était pas mariée, mais on opérait une distinction entre celles qui étaient restées célibataires par nécessité sociale ou économique, sur le sort desquelles on pouvait encore s’apitoyer, et celles qui, par excès d’exigence ou par une forme d’hybris, étaient célibataires par choix. C’étaient elles en particulier que visaient les clichés sur les vieilles filles, les faisant apparaître laides, desséchées, non féminines, indignes, ridicules, prudes et en même temps coquettes, là où un homme célibataire était considéré tout au plus comme un original, sans jamais susciter autant de curiosité, de fantasme et de rejet qu’elles2. Ces stéréotypes étaient l’expression de la vindicte publique envers ces femmes qui ne se conformaient pas au rôle d’épouse, de ménagère et de mère qui leur était assigné comme leur profession « naturelle ». Celles qui, en nombre croissant dans la seconde moitié du xixe siècle, aspiraient à se cultiver étaient quant à elles taxées de « bas-bleus ». Mais, l’assurance apparente de ceux qui affirmaient que les femmes ne se tournaient vers le savoir que parce qu’elles ne trouvaient pas de mari cachait tant bien que mal un malaise ressenti par la gent masculine face aux mutations économiques et sociales qui affectaient la hiérarchie entre les sexes3.

  • 4 Ute Gerhard, Gleichheit ohne Angleichung. Frauen im Recht, München, Beck, 1990, p. 144-148.
  • 5 Karin Hausen, « Die Polarisierung der ‘Geschlechtscharaktere’ – Eine Spiegelung der Dissoziation vo (...)
  • 6 Juliane Jacobi, Mädchen- und Frauenbildung in Europa. Von 1500 bis zur Gegenwart, Francfort/M., Cam (...)
  • 7 Jennifer Drake Askey, Good Girls, Good Germans : Girls’ Education and Emotional Nationalism in Wilh (...)

2Au regard de la loi, la condition maritale n’était pas fixée unanimement, ni dans les textes, ni dans leur application : jusqu’en 1900, on avait affaire, dans les États allemands, à un « patchwork4 » de droits pour les femmes, avec des textes de lois et des droits coutumiers multiples et concurrents. Sous la plume des philosophes et des pédagogues des Lumières, la femme était définie par le mariage et la famille qui, en retour, se définissaient par elle. Dans les milieux bourgeois, où les femmes étaient tenues à une oisiveté démonstrative, signe de leur appartenance sociale, elles étaient même définies par le mariage et la famille à l’exclusion de toute autre activité. Dans l’instruction et l’éducation des jeunes filles, tout était conçu pour les préparer au mieux à la « vocation de la femme au rôle d’épouse, de ménagère et de mère », selon la formule définie par le pédagogue des Lumières Johann Heinrich Campe5. Cette finalité de l’instruction des jeunes filles est certes commune à d’autres pays de l’Europe occidentale6, mais elle remplit en outre en Allemagne une dimension identitaire lors de l’unification allemande en 1871, où l’éducation des jeunes filles avait pour mission de former des femmes pieuses et attachées à la nation, de dignes représentantes de la nation allemande7.

3Puisque le mariage et la famille tendaient à constituer le point de fuite de toute existence féminine dans les milieux bourgeois en Allemagne au xixe siècle, il convient de se demander ce qu’il en était de ces femmes qui, célibataires, mères seules ou veuves, vivaient sans mari : quels facteurs ont permis une évolution de la perception de leur situation hors-mariage par les réformateurs sociaux et les féministes, eux-mêmes majoritairement issus des milieux bourgeois cultivés, dans le dernier tiers du xixe et au début du xxe siècle ? Il s’agira, dans ce qui suit, de retracer cette évolution selon une progression diachronique, et de saisir les enjeux de la critique du droit familial et de l’institution du mariage à laquelle elle a abouti. La première partie est consacrée à l’émergence, à partir des années 1860, en relation avec l’accélération de l’industrialisation et les mutations socio-économiques qui y sont liées, de la conscience d’un problème social touchant les femmes, qui a reçu le nom de « question des femmes » (Frauenfrage). La seconde partie montre de quelle façon les femmes sont intervenues, au même moment et de façon plus soutenue à partir des années 1890, pour faire évoluer le regard porté sur les femmes non mariées ; paradoxalement, cette démarche a abouti, dans la première décennie du xxe siècle, à la critique de l’institution du mariage, qui sera l’objet de la dernière partie.

I. Prise de conscience d’un problème social touchant les femmes

1. Qu’est-ce que la « question des femmes » ?

  • 8 Sous la plume d’une féministe de l’époque qui retrace l’histoire du mouvement des femmes en Allemag (...)
  • 9 Jacobi, Mädchen- und Frauenbildung, op. cit., p. 190.

4Dans les familles aisées, les femmes sans mari étaient confrontées à l’« inutilité de leur existence8 ». Mais dans celles où les revenus étaient modestes, elles étaient contraintes de trouver un emploi. Or, le code moral de la bourgeoisie confinait les femmes dans la sphère « privée » de la domesticité et exigeait d’elles une oisiveté démonstrative. Les seules activités tolérées, parce que traditionnellement considérées comme conformes à la « vocation naturelle » des femmes, étaient les métiers de l’éducation et l’exercice des bonnes œuvres dans des institutions religieuses, qui leur permettaient de transgresser la frontière entre les sphères privée et publique9. Mais ces deux voies n’étaient pas à la portée de toutes, et la plupart les femmes issues de la petite et moyenne bourgeoisie, en l’absence de formation, n’avaient aucune perspective professionnelle. La « question des femmes » désigne la réflexion sur le sort de ces femmes issues des milieux bourgeois qui, dans une société en pleine mutation, n’avaient d’autre perspective que le mariage ; elle se penchait donc sur la détresse économique et sociale de femmes plutôt défavorisées. Mais pour les mieux loties, telles la plupart des féministes bourgeoises de la fin du xixe siècle, cette « question » renvoyait également à l’aspiration des femmes à apporter leur contribution à la société.

  • 10 Gertrud Bäumer, Lebensweg durch eine Zeitenwende, Tübingen, Rainer Wunderlich, 1933, p. 109.
  • 11 Ibid., p. 96.

5Figure tutélaire du féminisme bourgeois de tendance modérée et présidente de l’Union allemande des associations féminines (Bund Deutscher Frauenvereine, BDF) de 1910 à 1919, Gertrud Bäumer a fait l’expérience de la détresse des familles subitement privées de leur pilier central, le Familienernährer (littéralement : « celui qui nourrit la famille »). Fille de pasteur, Gertrud Bäumer a perdu son père à l’âge de neuf ans. Avec sa mince pension de veuve, sa mère n’était pas en mesure de subvenir aux besoins de la famille. Elle s’est donc installée avec ses trois enfants chez sa propre mère, elle-même veuve, et où vivait également sa sœur, elle aussi veuve. Avec le recul, Bäumer commentait dans son autobiographie : « Nous avons connu le destin typique de la famille de fonctionnaire qui a perdu très tôt celui qui entretient la famille (Familienernährer) et avons dû nous en sortir seuls10 ». Jeune femme, Gertrud Bäumer voulait apprendre le métier d’institutrice, mais estimait aussi que, pour soutenir sa famille, elle n’avait guère d’autre choix11. Une fois autonome, elle a fait des économies pour financer ses études — poussées jusqu’au doctorat —, qu’elle a faites à Berlin, et voué ensuite toute son énergie et son travail au mouvement féministe et à sa carrière politique.

2. Quelles réponses apporter à la « question des femmes » ?

  • 12 Cf. Alice Primi, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, (...)
  • 13 Bäumer, « Die Geschichte… », chap. cit., p. 38 sq.
  • 14 Lilly Hauff, Der Lette-Verein in der Geschichte der Frauenbewegung. Eine Chronik, Berlin, Joseph Ja (...)
  • 15 Jacobi, Mädchen- und Frauenbildung, op. cit., p. 333.
  • 16 Voir à ce sujet l’article de Christine Mayer, « Éducation professionnelle et genre. Le cas de l’All (...)

6Alertés par des publications de femmes de lettres « engagées dans leur siècle » telles que Fanny Lewald et Luise Büchner12 et souvent eux-mêmes touchés par ce phénomène dans leur propre famille, des représentants de la bourgeoisie cultivée ont pris conscience, dans les années 1860, d’un problème qui touchait les femmes collectivement. En référence à la « question sociale », qui lui était contemporaine, on parlait désormais de la « question des femmes », à laquelle il fallait apporter des réponses, pour à la fois occuper ces jeunes femmes désœuvrées et soulager les familles13. L’une des initiatives les plus représentatives est la création de l’Association pour la promotion des capacités professionnelles du sexe féminin (Verein zur Förderung der Erwerbsfähigkeit des weiblichen Geschlechts) à Berlin en 1866, également appelée Association Lette, d’après le nom de son fondateur, Wilhelm Adolf Lette. Sensible à la détresse des familles modestes et de femmes qui étaient contraintes de subvenir à leurs besoins sans toutefois disposer d’aucune formation, ni parfois même d’instruction, Lette voulait développer des formations professionnelles conformes à ce qu’il était convenu d’appeler la nature féminine. Néanmoins, il n’avait nullement l’intention de favoriser l’émancipation des femmes : « Ce que nous ne voulons pas […] et ne voudrons jamais, même dans les siècles les plus lointains, c’est l’émancipation et l’égalité politiques de la femme. La vieille sentence de l’Église chrétienne, mulier taceat in ecclesia, vaut pour tous les temps, et ne vaut pas que pour la communauté chrétienne, mais aussi politique14 ». Ainsi, les formations proposées par l’Association Lette poursuivaient toujours le double objectif de former les femmes à une activité professionnelle et au mariage15. Lette et d’autres réformateurs de son temps, souvent issus du libéralisme protestant, comprenaient la « question des femmes » dans un sens strictement économique, et c’est dans une attitude bienveillante et souvent paternaliste qu’ils se sont attachés à développer des formations professionnelles pour les femmes16.

  • 17 Bäumer, « Die Geschichte… », chap. cit., p. 36.
  • 18 Ibid., p. 49.
  • 19 Primi, Femmes de progrès, op. cit., p. 207.

7Au même moment, des femmes s’efforçaient de faire prévaloir une autre acception de la « question ». Certes il fallait « faire accéder la femme à l’autonomie financière, afin qu’elle ne soit pas contrainte de s’avilir par un mariage de raison, et qu’elle ne tombe pas, comme mainte fille du peuple, dans la honte17 », concédait Gertrud Bäumer, mais ce n’était pas là l’intention principale. L’objectif de l’Association générale des femmes allemandes (Allgemeiner Deutscher Frauenverein), qui a vu le jour à Leipzig en 1865 à l’occasion de la première conférence de femmes en Allemagne, était de permettre aux femmes d’accéder à une meilleure instruction afin non seulement de pouvoir gagner leur vie, mais aussi de développer librement leurs capacités dans tous les domaines. Pour Gertrud Bäumer, au-delà des questions de subsistance, « l’enjeu principal de la question est d’ordre moral. La liberté pour la femme de se développer, cette revendication en appelle à l’équité ; il faut donner à la femme la liberté de travailler, pour son propre perfectionnement moral, pour la dimension éducative du travail18. » En fait, Gertrud Bäumer ne faisait que reformuler l’adage décliné par toutes les femmes engagées dans l’ADF et dans les organisations féminines qui ont vu le jour dans le dernier tiers du xixe siècle, pour qui la « question des femmes » n’était pas seulement un problème d’ordre économique, mais aussi existentiel, dans lequel la dignité des individus constituait l’enjeu principal19.

  • 20 Louise Otto, Das Recht der Frauen auf Erwerb. Blicke auf das Frauenleben der Gegenwart, Hambourg, H (...)
  • 21 Ibid., p. 5.
  • 22 Primi, Femmes de progrès, op. cit., p. 208.
  • 23 C’est le principe cher aux féministes de la Selbsthilfe, littéralement de l’aide à soi-même, où les (...)

8L’une des premières Allemandes à avoir critiqué la stigmatisation des femmes célibataires par choix ou non, est Louise Otto, auteure engagée et pionnière du féminisme, qui parlait en connaissance de cause. Fiancée à l’écrivain August Peters, qui a été incarcéré pour son engagement dans la révolution de 1848/49, Louise Otto a attendu pendant des années sa sortie de prison avant de pouvoir l’épouser en 1858 et, après le décès de son mari en 1864, elle est restée veuve jusqu’à sa mort en 1895. Dans son essai intitulé Le droit des femmes à une activité professionnelle (1866), elle s’efforçait de montrer que l’aspiration des femmes à une existence rendue digne et utile par le travail était une aspiration humaine : « La vocation humaine en général : à faire le bien, se perfectionner soi-même et être un membre utile dans la société humaine considérée dans son ensemble, dépasse la vocation spécifiquement féminine : seulement de devenir une épouse et mère à tout prix20 ». En réponse à la détresse à laquelle pouvaient être confrontées des femmes vivant seules, Louise Otto proposait qu’on leur donne les moyens de se rendre utiles à la société afin de s’y intégrer, au lieu de leur asséner qu’elles avaient manqué leur véritable profession21. Enfin, la solution à la « question des femmes » ne pouvait, selon Louise Otto, provenir que des femmes elles-mêmes, qu’elle appelait donc à se solidariser pour ouvrir ensemble la voie à leur émancipation22. Les associations patronnées par des hommes étaient ainsi appelées à être relayées par des initiatives de femmes menées pour les femmes23.

9Ayant attiré l’attention de l’espace public et suscité des réponses à visée plus ou moins émancipatrice, le sort des femmes sans mari a finalement provoqué une réflexion plus générale sur l’absence d’autonomie, non seulement financière, mais aussi intellectuelle, morale et sociale des femmes face aux hommes, qu’elles soient mariées ou non.

II. La vie sans mari comme choix – ou la recherche d’alternatives au mariage

  • 24 Kuhn, Familienstand, op. cit., p. 89.

10Quelles alternatives y avait-il au mariage bourgeois conventionnel ? De nombreuses femmes à la recherche d’une existence autonome mais aux revenus modestes, institutrices et employées, ont trouvé une solution pratique en partageant un logement avec leurs sœurs ou amies24. Des réponses à la fois originales et caractéristiques de leur époque ont également été trouvées par des femmes cultivées issues de milieux privilégiés, qui ont exploré des voies alternatives au mariage et montré que la vie sans mari pouvait résulter d’un acte volontaire.

1. Rejet du mariage dans sa réalité pratique et juridique

  • 25 Ulla Egbringhoff, Franziska zu Reventlow, Reinbek, Rowohlt, 2000.
  • 26 Voir ses correspondances publiées : Franziska zu Reventlow, Briefe 1890-1917, Francfort-sur-le-Main (...)
  • 27 Par exemple, l’essai « Das Männerphantom der Frau » (1898) et les romans Von Paul zu Pedro. Amoures (...)
  • 28 Egbringhoff, Franziska zu Reventlow, op. cit., p. 66-68.

11Icône de la bohême munichoise, la baronne Franziska (Fanny) zu Reventlow, issue de la haute noblesse évangélique-luthérienne du Schleswig-Holstein, a eu un parcours des plus atypiques25. Après avoir rompu avec sa famille, s’être mariée puis fait divorcer d’un juge assesseur, elle a rompu avec l’institution même du mariage, pour choisir la vie de bohême dont elle rêvait. Une fois installée à Munich, capitale artistique de l’Empire, elle a vécu en colocation avec plusieurs hommes, philosophes, écrivains et artistes de l’avant-garde artistique munichoise, changeant de partenaires au vu et au su de tous et élevant seule un enfant né hors mariage. Elle, qui rêvait de devenir peintre, vivait de traductions toujours réalisées à la hâte et de ses propres productions littéraires ; pour subvenir à ses besoins, elle se prostituait occasionnellement. Pour finir, elle a arrangé en Suisse un mariage blanc avec un baron balte sourd et ivrogne que son père menaçait de déshériter s’il n’épousait pas une noble. Le plan a d’abord semblé fonctionner, mais la banque où étaient conservées les devises du baron a fait faillite et les jeunes mariés ont perdu la quasi-totalité de l’héritage qu’ils devaient se partager. Amusée de ce tour du destin26, Fanny zu Reventlow a tourné en dérision cette mésaventure ainsi que l’institution du mariage dans plusieurs de ses romans et essais27. Sa vie hors-mariage, qui était un choix assumé et revendiqué, était de nature subversive dans la société bien-pensante des années 1890. Si Fanny von Reventlow s’est émancipée d’un bon nombre de conventions sociales et a exploré le terrain du hors-mariage jusque dans ses ultimes recoins, elle ne se considérait pas pour autant comme féministe28.

  • 29 Anne-Laure Briatte-Peters, Citoyennes sous tutelle. Le mouvement féministe « radical » dans l’Allem (...)
  • 30 Les dénominations de « modérées » et « radicales » étaient employées par les féministes elles-mêmes (...)
  • 31 Margit Göttert, Macht und Eros. Frauenbeziehungen und weibliche Kultur um 1900 – eine neue Perspekt (...)
  • 32 Anne-Françoise Gilbert, « Frauenfreundschaft und frauenpolitischer Kampf im Kaiserreich. Das Beispi (...)
  • 33 Christl Wickert, Helene Stöcker 1869-1943. Frauenrechtlerin, Sexualreformerin und Pazifistin. Eine (...)

12Toutes les féministes de la fin du xixe siècle ne se sont pas refusées au mariage, loin s’en faut : Henriette Goldschmidt, Clara Zetkin, Lily Braun (remariée), Hedwig Dohm, Tony Breitscheid et Marie Stritt, par exemple, étaient mariées et mères de famille. Mais d’autres ont su exploiter les possibilités qu’offrait la vie sans mari. Minna Cauer, deux fois veuve, s’est construit une nouvelle existence en s’engageant dans le mouvement féministe, bien décidée à faire usage des libertés liées au veuvage, où la femme n’était sous la tutelle ni de son père ni de son mari29. Pour les leaders du mouvement féministe, Helene Lange et Gertrud Bäumer de tendance modérée, et Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann, de l’aile radicale30, pour qui le mariage était exclu, la communauté de vie et de travail entre femmes était le seul moyen de vivre en concordance avec leurs convictions. Tandis que les premières incarnaient un rapport de maître à élève dans lequel elles aimaient à voir un principe d’organisation du mouvement féministe31, Anita Augspurg et Lida Gustava Heymann réalisaient à travers leur mode de vie leur utopie politique avec les principes d’égalité, d’humanisme et de non-violence (envers les humains et les animaux) qui leur étaient chers32. Hétérosexuelle, Helene Stöcker n’envisageait pas davantage de se presser dans le carcan du mariage. Idéaliste, elle rêvait d’un mariage d’amour, libre de toute considération financière et placé sous le signe d’une stimulation intellectuelle débridée33. Fidèle à ses principes, dont il sera question plus loin, elle a vécu en union libre avec l’avocat Bruno Springer de 1905 à 1931, assumant tous deux jusqu’au bout leur vœu de liberté et de responsabilité.

13Outre ces réponses individuelles, des féministes ont tenté d’intervenir collectivement dans la législation sur le droit familial afin de réformer le mariage et de faire de lui une option de nouveau acceptable pour les femmes.

2. Intervention dans la codification du droit familial

  • 34 Kuhn, Familienstand, op. cit., p. 92 sqq.
  • 35 Gerhard, Gleichheit, op. cit., p. 146.
  • 36 Ibid., p. 161.

14Jusqu’à l’entrée en vigueur du premier Code civil unifié (Bürgerliches Gesetzbuch, BGB) en Allemagne en 1900, chaque Land avait son droit civil et devait composer avec des droits coutumiers parfois contradictoires. Parmi eux, le droit civil prussien de 1794 (Preußisches Allgemeines Landrecht, ALR) était le plus répandu, s’appliquant à 42,6 % de la population34. Inspiré des Lumières, il stipulait le principe de l’égalité de droits des femmes avec les hommes ; accordant aux femmes le droit à la propriété et le droit à une pension alimentaire pour les mères célibataires, il était l’un des plus favorables aux femmes35. Ces dispositions ont néanmoins subi d’importantes restrictions tout au long du xixe siècle. En se mariant, les femmes passaient de la tutelle paternelle à la tutelle maritale, celle-ci étant soumise à des interprétations variées dans la vie pratique. Pour ce qui est des femmes non mariées, leur père décidait à leur majorité (24 ans) s’il leur accordait l’indépendance. Le cas échéant, elles pouvaient diriger des affaires, ester en justice et adopter des enfants mais, comme toutes les femmes de l’Empire jusqu’en 1918, elles étaient privées des droits civiques. Si leur père leur refusait l’indépendance, il était en droit de décider de la gestion de leur patrimoine et de leur lieu de résidence et pouvait les empêcher d’apprendre et d’exercer un métier36.

  • 37 Bäumer, « Die Geschichte… », chap. cit., p. 56.

15L’unité nationale avait rendu nécessaire la révision et l’unification du droit civil allemand. Présenté dans sa première mouture en 1888, le texte avait déçu les attentes des féministes. Pourtant, l’ADF s’était adressé au Reichstag dès 1877 dans une pétition demandant qu’on tienne compte des droits des femmes, notamment dans le droit conjugal et des tutelles37. Or, au-delà de quelques améliorations ponctuelles — l’expression d’autorité parentale, par exemple, avait supplanté celle d’autorité paternelle —, le droit familial était plus discriminant pour les femmes que ne l’était l’ALR prussien. Les femmes non mariées y gagnaient dans l’ensemble, car à l’âge de la majorité (baissé à 21 ans), elles obtenaient l’autonomie financière et individuelle. Mais les femmes perdaient l’essentiel de leurs droits du jour où elles se mariaient, et c’est sur ce point que se focalisaient les critiques des féministes. En se mariant, les femmes perdaient donc l’essentiel de leur autonomie individuelle et financière ; envers leurs enfants, elles n’avaient que le droit et le devoir de s’occuper d’eux.

  • 38 « Das Recht der Frau », Die Frauenbewegung, 1.3.1896, p. 49.
  • 39 Marie Stritt, « Rechtskämpfe », in Helene Lange et Gertrud Bäumer, dir., Handbuch der Frauenbewegun (...)
  • 40 Gerhard, Gleichheit, op. cit., p. 163 sq.
  • 41 Stritt, « Rechtskämpfe », chap. cit., p. 137 sqq.

16Spécialisée en questions juridiques, la féministe radicale Marie Stritt dénonçait des lois qui plaçaient les femmes dans la dépendance financière, sociale et morale de leur mari et les traitaient « comme des mineurs, des malades mentaux et des criminels38 ». Marie Stritt, Helene Lange et d’autres personnalités éminentes du mouvement féministe ont soulevé le paradoxe inhérent à cette législation, qui d’un côté restreignait les droits des femmes mariées sous prétexte de l’immaturité du sexe féminin et de l’autre accordait ces mêmes droits aux femmes sans mari39. Dans une mobilisation de grande ampleur, les femmes se sont efforcées, à partir de 1895, de révéler le caractère inacceptable de ce projet de loi, qui donnait au mari le droit de décision dans tout ce qui touchait à la vie commune des époux, le droit de résilier sans préavis tout contrat signé par sa femme, y compris un contrat de travail, et le droit de gestion et d’usufruit du patrimoine de l’épouse40. Les féministes réclamaient l’introduction du régime de la séparation des biens, mais aussi l’égalité de droits des enfants nés hors mariage, l’égalité de droits et d’obligations des deux parents de ces enfants, ainsi que le droit des femmes à être tutrice41. Si elles se sont peu mobilisées contre le durcissement des conditions pour une requête de divorce, cela peut s’expliquer par leur volonté de ne pas apporter de l’eau au moulin à leurs détracteurs qui les soupçonnaient d’encourager la dissolution des mœurs et de saper les fondements de l’État.

  • 42 Ibid., p. 138
  • 43 Voir le compte rendu d’un rassemblement de protestation organisé à Berlin en juin 1896 paru dans la (...)
  • 44 Anita Augspurg« Gebt Acht, solange Zeit ist ! », Die Frauenbewegung, 1.1.1895, p. 4.

17En dépit de leur mobilisation inédite, les féministes ont perdu la bataille : le BGB a été adopté par le Reichstag en deuxième lecture en juin 1896, pour entrer en vigueur en 1900, avec pour seule concession aux femmes le droit d’être tutrices, droit soumis à l’autorisation du mari dans le cas des femmes mariées. L’autorité sur les enfants n’avait de parentale que le nom, car il s’agissait d’une autorité paternelle que la mère pouvait être appelée à exercer en tant que représentante du père, dans le cas où le père était décédé, absent ou privé de ses droits civils42. Déboutées, les féministes se sont néanmoins félicitées de leur entrée remarquée dans l’espace public43. Les féministes radicales ont tiré les leçons de cette expérience : « La question des femmes est certes en grande partie une question de subsistance, peut-être plus encore une question de culture […], mais c’est en tout premier lieu une question de droits, parce qu’il n’y a que sur le fondement de droits garantis, et non idéaux […], qu’on peut envisager de lui apporter une solution sûre44 ». Pour les féministes radicales, la prochaine priorité leur était dictée par leur échec : il fallait avant toute chose obtenir les droits civiques pour les femmes, ce levier qui allait leur permettre de participer à la législation et de défendre leurs intérêts.

18Par leurs réponses individuelles et collectives à la « question des femmes », des femmes ont montré que vivre sans mari n’était pas seulement un destin subi, mais que cela pouvait également résulter d’un choix fait en pleine conscience. Ce choix n’était cependant pas à la portée de toutes, mais uniquement de femmes qui avaient suffisamment d’assurance et de ressources matérielles pour transgresser les normes de la vie bourgeoise. La discussion sur le mariage et ses alternatives possibles ne s’est pas épuisée avec l’adoption du BGB : elle s’est poursuivie sur le plan théorique, avec le « débat sur le mariage ».

III. Nouveaux regards sur le hors-mariage

  • 45 Idem, « Ein typischer Fall der Gegenwart. Offener Brief », Europa, 27.4.1905, p. 311-314, repr. Die (...)

19Première Allemande titulaire d’un doctorat en droit, la féministe radicale Anita Augspurg, qui vivait avec son amie et compagne de lutte Lida Gustava Heymann, a mis à profit ses compétences juridiques pour dénoncer ce qui, dans les textes de lois et leur application, entérinait la double morale au fondement de la société bourgeoise. C’est ainsi que, en 1905, dans une lettre ouverte où elle répondait à une jeune femme qui lui demandait conseil avant de se marier, elle a enjoint aux Allemandes de refuser explicitement le mariage civil afin de préserver leur estime de soi45. Cet appel au « boycott du mariage », comme il a été appelé par la suite, faisait cette fois de la vie sans mari non seulement un choix réfléchi, mais aussi un acte de protestation contre la privation de droits des femmes mariées dans le nouveau Code civil.

1. Le refus du mariage, la seule issue possible ?

  • 46 Ibid., p. 81
  • 47 Ibid.
  • 48 Également chez Anne-Françoise Gilbert, qui analyse le lien entre amitiés féminines et combats fémin (...)

20Telle était du moins la position d’Anita Augspurg : « Pour une femme qui se respecte, qui connaît les effets juridiques d’un mariage civil, il est à mon sens impossible de conclure un mariage légitime : son instinct de conservation, son estime de soi et son besoin d’être estimée par son mari ne lui laissent guère que l’option d’une union libre46 ». Sur le plan individuel, Anita Augspurg voyait dans cette mesure pour toute femme une obligation dictée par sa dignité. Sur le plan collectif, elle voulait y voir un moyen de faire pression pour ouvrir la voie à un remaniement du droit conjugal dans un sens qui garantirait la dignité des femmes. Le refus du mariage était pour elle un acte de « propagande par les faits47 », à visée donc militante. Elle qui a toujours eu des femmes pour compagnes n’a pas eu à choisir entre le mariage et l’union libre. Mais le fait qu’Anita Augspurg vivait en couple avec une femme peut aussi être interprété comme une orientation résultant du choix de vivre en concordance avec son besoin de liberté individuelle48.

  • 49 Augspurg, « Ein typischer Fall », art. cit., p. 83.

21L’appel au « boycott du mariage » n’était pas au goût de toutes les féministes : en atteste le commentaire publié par la rédaction de la revue Die Frauenbewegung, organe de presse du mouvement féministe radical, qui constate que « la presse misogyne et nombre de féministes se sont retrouvées pour condamner la lettre à l’unisson49 ». Les articles hostiles, parfois diffamatoires, reposaient généralement sur un amalgame entre l’union libre et l’amour libre, entendu comme la recherche d’un plaisir hédoniste. Toutefois, les controverses suscitées par la lettre ouverte d’Anita Augspurg, qui ont été publiées dans les colonnes de Die Frauenbewegung, montrent que l’appel au boycott du mariage était parvenu à déclencher un large débat sur le mariage et ses alternatives.

  • 50 C. v. B., « Antwortschreiben auf den ‘Offenen Brief’ von Dr. jur. Anita Augspurg in Nr. 11 der ‘Fra (...)
  • 51 Ibid.

22Une certaine C. v. B. souscrivait par exemple en tout point à l’article d’Anita Augspurg, mais lui reprochait de n’envisager que l’union libre, un choix qui, comme celle-ci l’avait elle-même souligné, exposait les amants et leurs enfants aux préjugés encore tenaces sur la vie hors-mariage et pouvait constituer un obstacle à la carrière professionnelle des hommes. C. v. B. préconisait pour sa part le célibat comme le choix de vie le plus porteur de sens pour des jeunes femmes qui refusaient aussi bien le mariage que l’union libre50. Présupposant, comme nombre de ses contemporains, que les femmes ont des besoins sexuels moins impérieux que les hommes, elle affirmait que : « Ce qui permet aux jeunes filles de supporter facilement le célibat est un travail utile, gratifiant, autonome, avec de la reconnaissance pour ce qu’elles ont réalisé, et non la soumission à des hommes qui ne sont pas plus haut placés qu’elles51 ». Cela revenait au fond à supplanter la vie sexuelle par une activité utile et gratifiante, qui apporterait aux célibataires suffisamment de satisfaction pour compenser la privation d’une activité sexuelle. Mais C. v. B. n’a pas défini ce qu’elle entendait par une activité utile, ni précisé à quelle forme de reconnaissance elle pensait pour une telle activité ; par ailleurs, elle n’envisageait manifestement pas la possibilité que les femmes puissent aspirer aussi bien à une activité professionnelle et à une vie sexuelle satisfaisantes.

  • 52 Ernst Feder, sans titre, Die Frauenbewegung, 15.6.1905, p. 89.
  • 53 Ibid.

23Le journaliste libéral Ernst Feder, docteur en droit, a également réagi à la lettre ouverte d’Anita Augspurg, pour démontrer qu’il était possible de pratiquer la « propagande par le fait » au sein même du mariage52. Contre la dépendance financière de la femme dans le mariage, il préconisait le régime de la séparation des biens, qui lui donnerait plus de droits sur son patrimoine que si elle vivait en union libre. Contre la dépendance personnelle, dont Anita Augspurg voyait l’expression dans l’abandon par l’épouse de son patronyme au profit de celui de l’époux, il préconisait l’adoption du nom composé, citant fort habilement Louise Otto-Peters en exemple53. Quant aux droits de la mère sur les enfants, s’ils étaient très limités dans le mariage, ils l’étaient, selon lui, tout autant en union libre, à ceci près que le père était lui aussi privé de droits sur ses enfants. Ernst Feder concluait à la nécessité d’une amélioration du statut juridique des femmes et, selon lui, l’union libre n’était pas le moyen adéquat pour cette fin.

  • 54 Kerstin Wolff, « Ehe, ‘Freie Liebe’, Prostitution. Sexualethische Debatten und Kontroversen in der (...)

24Les débats qui ont suivi la publication de la lettre ouverte d’Anita Augspurg témoignent de l’élargissement de la discussion sur la réforme du mariage. Les féministes bourgeoises radicales et modérées ont continué d’occuper une place centrale dans ce débat, celles-ci appelant de leurs vœux une réforme du mariage tout en insistant sur leur attachement à cette institution, celles-là plaidant en faveur de l’union libre, tendant à décrire le mariage comme l’expression même d’une morale surannée appelée à disparaître dans la société moderne54.

2. La « Nouvelle Éthique » comme dépassement du mariage

  • 55 « Mitteilungen des Bundes für Mutterschutz », Mutterschutz. Zeitschrift zur Reform der sexuellen Et (...)

25Proche des féministes radicales, Helene Stöcker a apporté avec sa « Nouvelle Éthique » de nouveaux éclairages sur le débat sur le mariage. En janvier 1905, elle avait participé à la création de l’Union pour la protection des mères (Bund für Mutterschutz), qu’elle a présidée à partir de 1907. Cette association regroupait des représentants les plus variés de l’élite intellectuelle du pays : médecins, sexologues, hygiénistes, vénérologues, hommes politiques, réformateurs, féministes, juristes et professeurs d’université. Ils étaient tous réunis autour du rejet de la double morale et de la volonté de réformer les rapports entre hommes et femmes. Comme l’indique son nom complet, l’Union pour la protection des mères et une réforme sexuelle poursuivait des objectifs dans deux directions. L’une gravitait autour de la protection de la maternité, en particulier avec une politique sociale en faveur des mères célibataires et de leurs enfants, et l’autre se concentrait davantage sur une révision complète de la morale sexuelle, avec une approche plus théorique que la première55.

  • 56 Wickert, Helene Stöcker, op. cit., p. 62.
  • 57 Helene Stöcker, Ehe und Sexualreform (1916), repr. in Elke Frederiksen, éd., Die Frauenfrage in Deu (...)
  • 58 Wickert, Helene Stöcker, op. cit., p. 61 sqq.

26Helene Stöcker présidait l’Union pour la protection des mères et luttait, par le biais de nombreuses publications et de tournées de conférences, pour les droits des mères célibataires et de leurs enfants, pour un nouveau rapport à la sexualité, ainsi que pour la réforme du droit familial. Cela était pour elle une façon d’œuvrer à l’émergence d’une « Nouvelle Éthique56 ». Helene Stöcker voulait non pas abolir le mariage, mais voir le corps et l’esprit à nouveau réunis dans l’amour, ce que le mariage civil selon elle ne permettait pas57. Dénonçant, dans la morale bourgeoise, un mélange singulier d’ascèse chrétienne, d’une morale capitaliste de propriété et d’une morale masculine de violence, elle aspirait à une nouvelle éthique au fondement de la société, qui rende les hommes et les femmes également capables de rétablir l’harmonie entre âme et sexualité, en agissant chacun et l’un vis-à-vis de l’autre de façon responsable. Cette « Nouvelle Éthique » était, selon elle, de nature à résoudre le conflit fondamental des femmes entre leur volonté d’aimer, éventuellement d’être mère, et celle d’avoir une existence autonome58.

  • 59 Cf. Helene Stöcker, Lebenserinnerungen. Die unvollendete Autobiographie einer frauenbewegten Pazifi (...)

27Selon toute logique, dans une société où la « Nouvelle Éthique » se serait imposée et sous-tendrait les textes de lois, la catégorie « femmes sans mari » comme facteur de marginalisation économique, juridique et sociale était appelée à disparaître. En conséquence, la « Nouvelle Éthique » proposait un dépassement non seulement du mariage, mais aussi du clivage entre individus célibataires, mariés, vivant en concubinage, etc. Dans sa relation avec Bruno Springer, Helene Stöcker vivait en adéquation avec ces principes, signe, peut-être, que sa vision d’une « Nouvelle Éthique », était réalisable, du moins à l’échelle individuelle. Mais elle a fait elle-même l’expérience des limites de sa théorie, y compris sur la compatibilité entre vie professionnelle et vie amoureuse. Sa relation avec Springer a commencé à se détériorer à partir de 1926, et Helene Stöcker s’est progressivement détournée de la « Nouvelle Éthique » au profit de la cause pacifiste59.

Conclusion

28De partie intégrante de la famille au sens large à la figure stéréotypée de la « vieille fille » ou, si elles manifestaient un intérêt pour le savoir, du « bas bleu », les femmes sans mari en Allemagne ont vu leur statut évoluer au cours du xixe siècle, en lien avec les mutations économiques et sociales qui traversaient le pays. La prise de conscience, autour de 1860, résulte de plusieurs facteurs : la paupérisation des classes laborieuses, qui révélait la détresse matérielle et psychique à laquelle ces femmes, souvent mères célibataires, étaient exposées ; le fait que les réformateurs étaient eux-mêmes touchés par la question des femmes sans mari, sans formation et sans perspective ; les signaux d’alarme donnés par les premières féministes allemandes. Cette prise de conscience a altéré le regard porté sur les femmes sans mari : si leur situation a d’abord été considérée comme un problème d’ordre économique et a suscité des réponses bienveillantes-paternalistes, l’intervention des féministes a permis d’élargir la réflexion au statut économique, social et juridique des femmes en tant qu’individus. C’est dans ce contexte que le projet d’unification du Code civil allemand, comprenant le droit familial et conjugal, a attiré sur lui l’attention d’un public averti et que s’est amplifiée la critique du mariage. Autour de 1900, on a vu émerger des modes de vie alternatifs, qui exploraient le champ du hors-mariage et tendaient à revaloriser le statut des femmes sans mari lorsqu’il résultait d’un choix et non d’une nécessité. La réflexion sur le mariage et le hors-mariage a culminé en Allemagne à la veille de la Première Guerre mondiale avec la « Nouvelle Éthique » proposée par Helene Stöcker, qui aspirait à réduire la marginalisation des femmes sans mari. Mais l’irruption de la guerre a coupé court au débat, priorité était donnée à la patrie en danger. Puis, une fois les armes déposées, la question du rapport entre les sexes s’est présentée sous d’autres prémisses dans la société défaite de l’immédiat après-guerre.

Haut de page

Notes

1 Sylvia Schraut, Bürgerinnen im Kaiserreich. Biografie eines Lebensstils, Stuttgart, Kohlhammer, 2013, p. 21 sqq.

2 Bärbel Kuhn, Familienstand ledig. Ehelose Frauen und Männer im Bürgertum (1850-1914), Cologne/Weimar, Böhlau (coll. « L’Homme-Schriften », 5), 2002.

3 Ibid., p. 36.

4 Ute Gerhard, Gleichheit ohne Angleichung. Frauen im Recht, München, Beck, 1990, p. 144-148.

5 Karin Hausen, « Die Polarisierung der ‘Geschlechtscharaktere’ – Eine Spiegelung der Dissoziation von Erwerbs- und Familienleben », in Werner Conze, dir., Sozialgeschichte der Familie in der Neuzeit Europas. Neue Forschungen, Stuttgart, Ernst Klett, 1976, p. 363-393, rééd. in Karin Hausen, Geschlechtergeschichte als Gesellschaftsgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2012, p. 19-49, ici p. 29.

6 Juliane Jacobi, Mädchen- und Frauenbildung in Europa. Von 1500 bis zur Gegenwart, Francfort/M., Campus, 2013, p. 10.

7 Jennifer Drake Askey, Good Girls, Good Germans : Girls’ Education and Emotional Nationalism in Wilhelminian Germany, Rochester, Camden House, 2013.

8 Sous la plume d’une féministe de l’époque qui retrace l’histoire du mouvement des femmes en Allemagne : Gertrud Bäumer, « Die Geschichte der Frauenbewegung in Deutschland », in Helene Lange et idem, dir., Handbuch der Frauenbewegung, vol. 1, Die Geschichte der Frauenbewegung in den Kulturländern, Berlin, Moeser, 1901, p. 40 et 42 ; voir aussi Schraut, Bürgerinnen, op. cit., p. 23.

9 Jacobi, Mädchen- und Frauenbildung, op. cit., p. 190.

10 Gertrud Bäumer, Lebensweg durch eine Zeitenwende, Tübingen, Rainer Wunderlich, 1933, p. 109.

11 Ibid., p. 96.

12 Cf. Alice Primi, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

13 Bäumer, « Die Geschichte… », chap. cit., p. 38 sq.

14 Lilly Hauff, Der Lette-Verein in der Geschichte der Frauenbewegung. Eine Chronik, Berlin, Joseph Jastrow Verlagsbuchhandlung, 1928, p. 81.

15 Jacobi, Mädchen- und Frauenbildung, op. cit., p. 333.

16 Voir à ce sujet l’article de Christine Mayer, « Éducation professionnelle et genre. Le cas de l’Allemagne (1865-1913) », Histoire de l’éducation, 136, 2012, p. 111-140.

17 Bäumer, « Die Geschichte… », chap. cit., p. 36.

18 Ibid., p. 49.

19 Primi, Femmes de progrès, op. cit., p. 207.

20 Louise Otto, Das Recht der Frauen auf Erwerb. Blicke auf das Frauenleben der Gegenwart, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1866, p. 34. Le mot « féminine » est mis en relief dans le texte original.

21 Ibid., p. 5.

22 Primi, Femmes de progrès, op. cit., p. 208.

23 C’est le principe cher aux féministes de la Selbsthilfe, littéralement de l’aide à soi-même, où les femmes sont les auteures et les actrices des solutions à leurs problèmes.

24 Kuhn, Familienstand, op. cit., p. 89.

25 Ulla Egbringhoff, Franziska zu Reventlow, Reinbek, Rowohlt, 2000.

26 Voir ses correspondances publiées : Franziska zu Reventlow, Briefe 1890-1917, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch, 1977, p. 571-580.

27 Par exemple, l’essai « Das Männerphantom der Frau » (1898) et les romans Von Paul zu Pedro. Amouresken (1912) et Herrn Dames Aufzeichnungen oder Begebenheiten aus einem merkwürdigen Stadtteil (1913).

28 Egbringhoff, Franziska zu Reventlow, op. cit., p. 66-68.

29 Anne-Laure Briatte-Peters, Citoyennes sous tutelle. Le mouvement féministe « radical » dans l’Allemagne wilhelmienne, Berne, Peter Lang, 2013, p. 47 sqq.

30 Les dénominations de « modérées » et « radicales » étaient employées par les féministes elles-mêmes et elles étaient un facteur important d’identité collective. Les féministes « radicales » se distinguaient de la majorité modérée du mouvement féministe bourgeois par leur revendication de droits égaux (notamment les droits civiques) comme des droits humains dont les femmes seraient injustement privées, ainsi que par leurs stratégies de mobilisation offensives et par leur capacité à placer de nouveaux sujets sur l’agenda politique. Dans un contexte de concurrence et, bien souvent, d’affrontement entre les deux tendances, les féministes bourgeoises accentuaient parfois les différences entre elles, produisant l’impression de deux camps clairement délimités. En réalité, les lignes de démarcation entre l’aile « modérée » et l’aile « radicale » n’étaient pas toujours si claires. Briatte-Peters, Citoyennes, op. cit., p. 143-151.

31 Margit Göttert, Macht und Eros. Frauenbeziehungen und weibliche Kultur um 1900 – eine neue Perspektive auf Helene Lange und Gertrud Bäumer, Königstein, Helmer, 2000 (chap. 3).

32 Anne-Françoise Gilbert, « Frauenfreundschaft und frauenpolitischer Kampf im Kaiserreich. Das Beispiel von Lida Gustava Heymann und Anita Augspurg », Ariadne – Forum für Frauen- und Geschlechtergeschichte, 40, 2001, p. 26-31.

33 Christl Wickert, Helene Stöcker 1869-1943. Frauenrechtlerin, Sexualreformerin und Pazifistin. Eine Biographie, Bonn, Dietz, 1991, p. 41.

34 Kuhn, Familienstand, op. cit., p. 92 sqq.

35 Gerhard, Gleichheit, op. cit., p. 146.

36 Ibid., p. 161.

37 Bäumer, « Die Geschichte… », chap. cit., p. 56.

38 « Das Recht der Frau », Die Frauenbewegung, 1.3.1896, p. 49.

39 Marie Stritt, « Rechtskämpfe », in Helene Lange et Gertrud Bäumer, dir., Handbuch der Frauenbewegung, vol. 2, Frauenbewegung und soziale Frauenthätigkeit in Deutschland nach Einzelgebieten, Berlin, Moeser, 1901, p. 139 sq. ; Anita Augspurg, « Die Frau und das Recht. I. », Die Frauenbewegung, 1.9.1896, p. 157 sq.

40 Gerhard, Gleichheit, op. cit., p. 163 sq.

41 Stritt, « Rechtskämpfe », chap. cit., p. 137 sqq.

42 Ibid., p. 138

43 Voir le compte rendu d’un rassemblement de protestation organisé à Berlin en juin 1896 paru dans la revue des féministes radicales : « Die Protestversammlung zu Berlin am 29. Juni 1896 », Die Frauenbewegung, 15.7.1896, p. 136 ; ainsi que sous la plume d’une féministe modérée : Bäumer, « Die Geschichte… », chap. cit., p. 142.

44 Anita Augspurg« Gebt Acht, solange Zeit ist ! », Die Frauenbewegung, 1.1.1895, p. 4.

45 Idem, « Ein typischer Fall der Gegenwart. Offener Brief », Europa, 27.4.1905, p. 311-314, repr. Die Frauenbewegung, 1.6.1905, p. 81 sq.

46 Ibid., p. 81

47 Ibid.

48 Également chez Anne-Françoise Gilbert, qui analyse le lien entre amitiés féminines et combats féministes : Gilbert, « Frauenfreundschaft und frauenpolitischer Kampf », art. cit.

49 Augspurg, « Ein typischer Fall », art. cit., p. 83.

50 C. v. B., « Antwortschreiben auf den ‘Offenen Brief’ von Dr. jur. Anita Augspurg in Nr. 11 der ‘Frauenbewegung’« , Die Frauenbewegung, 1.7.1905, p. 100.

51 Ibid.

52 Ernst Feder, sans titre, Die Frauenbewegung, 15.6.1905, p. 89.

53 Ibid.

54 Kerstin Wolff, « Ehe, ‘Freie Liebe’, Prostitution. Sexualethische Debatten und Kontroversen in der bürgerlichen Frauenbewegung um 1910 », in Dagmar Bussiek et Simona Göbel, dir., Kultur, Politik und Öffentlichkeit. Festschrift für Jens Flemming, Kassel, Kassel University Press, 2009, p. 185-200, ici p. 185-192.

55 « Mitteilungen des Bundes für Mutterschutz », Mutterschutz. Zeitschrift zur Reform der sexuellen Ethik, éd. Dr. phil. Helene Stöcker, 1, 6, 1905, p. 254-260.

56 Wickert, Helene Stöcker, op. cit., p. 62.

57 Helene Stöcker, Ehe und Sexualreform (1916), repr. in Elke Frederiksen, éd., Die Frauenfrage in Deutschland 1865-1915. Texte und Dokumente, Stuttgart, Reclam, 1981, p. 150.

58 Wickert, Helene Stöcker, op. cit., p. 61 sqq.

59 Cf. Helene Stöcker, Lebenserinnerungen. Die unvollendete Autobiographie einer frauenbewegten Pazifistin, éd. par Reinhold Lütgemeier-Davin et Kerstin Wolff, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau (coll. « L’Homme-Archiv », 5), 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Briatte-Peters, « Hors du mariage, point de salut ? Regards de réformateurs et de féministes (Allemagne, fin xix– début xxe siècles) », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2252

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page