Navigation – Plan du site
Femmes sans mari

De « la femme seule » aux femmes sans mari

Peggy Bette, Lola Gonzalez-Quijano

Texte intégral

  • 1 Circulaire du premier ministre français du 21 février 2012 préconisant la suppression du terme « Ma (...)
  • 2 Réformes confortées par la loi du 23 décembre 1985 relative à l'égalité des époux dans les régimes (...)
  • 3 Christine Bard, Les femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2001, p. 1 (...)

1Madame ou Mademoiselle ? Question à laquelle les femmes françaises étaient soumises encore récemment et de manière récurrente dès lors qu’elles devaient remplir un formulaire administratif1. Et ce, alors même que la distinction entre femmes mariées et non mariées, instaurée 160 ans plus tôt par le Code civil napoléonien, était devenue désuète suite aux réformes successives du droit civil de 1938 et des années 1960-1970 (réformes des régimes matrimoniaux en 1965, suppression de la fonction de chef de famille en 1970)2. Ces différentes réformes ont en effet levé le statut de mineure des femmes mariées, et garanti une égalité des époux en matière d’autorité parentale et de gestion du patrimoine3. Si la question « Madame ou Mademoiselle » a continué de faire partie des usages partagés, c’est qu’en réalité elle interroge moins les femmes sur leur éventuelle tutelle juridique – qui impliquait l’interdiction d’accomplir certains actes de la vie quotidienne sans autorisation maritale – que sur leur disponibilité affective et sexuelle. Le titre « Madame » sous-entend la présence d’un mari et suggère une respectabilité que celui de « Mademoiselle » exclut. Entre les jeunes filles en âge de se marier, les « vieilles filles » qui ont manqué de le faire, et les « filles » (de mauvaise vie) qui ne peuvent avoir accès au mariage ou s’en détournent, seul l’adjectif change. Sous un même vocable se retrouvent des femmes supposées exclues, de façon temporaire ou définitive, du mariage et que l’on considère donc aux marges de la famille et de la société. Le terme de « Mademoiselle » ne qualifie cependant pas certaines catégories de femmes sans mari telles les veuves, les séparées de corps, les divorcées ou encore les concubines. Paradoxalement, ces femmes sont à la fois perçues comme des menaces pour l’ordre social et patriarcal et comme des victimes, de pauvres créatures qu’il faut protéger, notamment de la concupiscence masculine.

  • 4 Angélique Janssens, dir., The rise and decline of the male breadwinner family ?, Cambridge, Cambrid (...)
  • 5 Eliane Richard, « Des veuves riches au xixe siècle », in Christiane Souriau, Centre d'études fémini (...)
  • 6 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes. Des sexualités légitimes et illégitimes (...)
  • 7 Erika Flahault, « La triste image de la femme seule », in Christine Bard, dir., Un siècle d'antifém (...)
  • 8 Arlette Farge et Christiane Klapish-Zuber, Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude fémi (...)
  • 9 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, Paris, Éditions du Seuil, 1977 ; Françoise Battagl (...)
  • 10 Francois de Singly, dir., La Famille : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1991.

2Ce numéro entend aller au-delà de cette dichotomie entre « femme vulnérable » et « femme dangereuse » en montrant combien les femmes sans mari sont classées selon des catégories qui se veulent exclusives tout en étant perméables. La vierge court le risque de devenir fille-mère, la veuve d’être joyeuse. La fragilité économique, induite notamment par l’absence du mari breadwinner4, va de pair dans les esprits avec une vulnérabilité morale. Le raccourci est vite fait entre la femme sans mari et la prostituée, même si la première n’est pas toujours pauvre5, et que la seconde peut être mariée6. Ce numéro entend également aller à rebours de l’assimilation du célibat à la solitude (prétendument subie), assimilation misérabiliste et simpliste qui persiste encore aujourd’hui7 et notamment dans les titres d’ouvrages en sciences sociales sur la question quand bien même leur contenu s’avère beaucoup plus nuancé à ce propos8. De fait, la solitude des femmes sans mari ne résiste pas aux faits. Être sans mari ne veut pas dire être isolée, ni vivre seule. Beaucoup, pour des raisons diverses, partage leur toit et leur quotidien avec d’autres personnes, hommes et femmes : les religieuses ceux de leur couvent, les domestiques ceux de leurs patrons et patronnes, les célibataires ceux de leur famille de naissance ou d’autres célibataires comme elles… sans compter celles qui, mères, vivent avec leurs enfants, en bas âge, adolescents ou même adultes. Être sans mari ne veut pas non plus dire sans amours ni sexualité. Dès les débuts du xixe siècle, la hausse du nombre de naissance illégitimes, ainsi que le nombre de grossesses préconjugales tout comme l’essor du concubinage, soulignent l’étendue de la famille et de la sexualité hors-mariage dans les sociétés européennes contemporaines9, et leur importance sans cesse croissante10. Amours et sexualité hors mariage qui très souvent sont perçues comme imposées aux femmes mais qu’il semble important de penser aussi comme d’éventuelles tentatives, réussies ou non, d’émancipation et de rejet d’un assujettissement volontaire.

  • 11 Le groupe femmes du CRH était en 1978 composé de Cécile Dauphin, Véronique Nahoum-Grappe, Danièle P (...)
  • 12 Arlette Farge et Christiane Klapisch-Zuber, Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude fém (...)

3Par ces perspectives, ce numéro entend se situer dans le prolongement des réflexions initiées en 1978 par le Groupe Femmes du Centre de Recherche historique de l’EHESS et synthétisées dans l’ouvrage Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine, 18ème-20ème siècles publié en 1984. Ce groupe, composé de chercheur-es pionnièr-es en histoire des femmes et du genre11, avait alors mené l’enquête sur « la femme seule » (entendue comme « femme sans homme ») en raison de la « cécité impressionnante » de la société française de l’Ancien Régime et de l’époque contemporaine « devant une réalité pourtant amplement attestée ». L’entreprise, à l’instar de la nôtre aujourd’hui, découlait d’« une prise de conscience féministe » qui concevait au départ cette solitude féminine comme « un moyen d’épanouissement et de valorisation personnelle », avant d’être « une situation difficile et malheureuse ». Les résultats révélaient des situations à rebours des stéréotypes, et renvoyaient dos à dos la figure de la vieille fille triste et maniaque et celle de la femme autonome, heureuse et épanouie, en faisant émerger des « itinéraires » complexes dans lesquels « la vie sans homme » – de durée variable – ne prenait jamais les mêmes formes12. Penser les femmes sans mari, c’est réunir les différentes situations de hors et de non mariage au féminin pour chercher à comprendre, par ses marges, le poids de l’institution du mariage sur la prise en compte (catégorielle) des femmes par la société. Comment cette catégorisation juridique et sociale a-t-elle été construite, contestée ou contournée ? C’est par une approche résolument sociale que ce numéro tente d’y répondre en s’intéressant non seulement aux conditions de vie réelle des individu-e-s, mais aussi à la construction des catégories sociales.

  • 13 Carole Pateman, Le Contrat sexuel, préface de Geneviève Fraisse, postface d’Éric Fassin, Paris, Édi (...)
  • 14 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (195 (...)
  • 15 Elisabeth Helsinger, Robin Lauterbacgn, William Veeder, dir., The Women question : society and lite (...)
  • 16 Joseph Gusfield, La Culture des problèmes publics. L'alcool au volant : la production de l'ordre sy (...)

4En effet, les femmes sans mari ont toujours existé, mais cette catégorisation n’a pas toujours eu les mêmes enjeux juridiques et sociaux et il semblait intéressant de se focaliser sur la seule période contemporaine pour mettre en évidence l’importance des bouleversements et des transformations qui touchèrent les femmes et leur rapport au mariage à partir du début du xixe siècle. Carole Pateman opère dans Le Contrat sexuel une relecture critique des théories classiques du contrat social et démontre combien il correspond, tel qu’il a été initialement élaboré par Hobbes, Locke ou Rousseau pour penser l’instauration d’une association politique légitime, à un schème intrinsèquement patriarcal13. La remise en cause du droit fondé sur l’autorité paternelle et l’institution d’une liberté et d’une égalité civile des fils passe donc par l’élaboration d’une société patriarcale reposant non plus sur le pouvoir « classique » du pater familias mais sur celui « moderne » du mari. L’instauration en 1804 du Code civil napoléonien en France – qui rappelons-le, fait de la femme mariée une « mineure » soumise à la puissance maritale et à la capacité juridique restreinte – et son influence sur les systèmes juridiques de nombreux pays (Allemagne, Belgique, Roumanie, Italie, Espagne, Portugal, etc.) a favorisé la diffusion de ce modèle d’organisation sociale à l’échelle de l’Europe. C’est à l’aune de ces évolutions qu’il semble important de relire la condition des femmes sans mari en gardant à l’esprit que ce contrat social et sexuel demeure présent dans les sociétés libérales contemporaines, en tant qu’outil de représentation de la société juste et institution sociale centrale régulant aussi bien le mariage que l’emploi. S’il faut attendre les années 1970, la réforme du Code civil et les mobilisations féministes revendiquant liberté sexuelle, droits contraceptifs et libre disposition de son corps pour qu’un rejet massif du mariage et de la société patriarcale s’exprime politiquement et collectivement14, la « question des femmes » émerge bien avant15. L’histoire des écrits féminins et féministes abordant le célibat et le mariage du point de vue des femmes ne débute pas au xixe siècle mais c’est à cette période que la situation des femmes sans mari devient véritablement un « problème public16 », dans le sens où, de fait social, elle devient enjeu de débat public et d’intervention étatique.

5Dans cette optique, ce numéro pose la question des femmes sans mari à l’échelle européenne, sur courte et moyenne durée et selon des angles d’attaque très divers traités grâce à des matériaux variés. Lucian Daramus déconstruit les logiques policières et morales à l’œuvre dans la catégorisation en tant que prostituées des femmes des classes populaires dans la ville de Bucarest au second xixe siècle alors que la Roumanie est sous le coup de bouleversements politiques et économiques sans précédent. C’est ensuite le point de vue des féministes et des réformateurs de l’Allemagne wilhelmienne sur le non-mariage qui, d’enjeu social et économique des familles désargentées de la petite bourgeoisie se transforme peu à peu en une contestation plus ou moins forte du mariage, que présente l’article d’Anne-Laure Briatte-Peters. Abordant également le dernier tiers du xixe siècle, les recherches d’Antoine Rivière traitent des « mères sans mari » à travers les dossiers d’abandon d’enfant conservés aux archives de l’Assistance publique à Paris, et dévoilent tout le poids des contraintes économiques, sociales et morales qui pèsent sur ces jeunes femmes tiraillées entre leur maternité et leur honneur. Carola Togni, pour sa part, concentre son attention sur la manière dont les « chômeuses seules » sont prises en considération par les institutions publiques suisses dans le contexte de la crise économique des années 1930. Elle montre que, comme dans d’autres pays européens et nord-américains, les critères d’état civil et de sexe influent sur les politiques d’assistance chômage et d’emploi mises en œuvre. Enfin l’article de Fiona Friedli s’intéresse au mouvement peu connu des Femmes Chefs de Famille entre les années 1960 et 1980, collectif de femmes créé en France en 1963, qui a cherché à infléchir la définition de la famille pour qu’elles puissent, en tant que mères seules, en faire partie.

  • 17 Le droit civil des pays anglo-saxons et scandinaves, pas ou peu influencé par le modèle français, a (...)

6Ce dossier montre combien le Code civil napoléonien, pour les pays latins et d’Europe centrale du moins17, a constitué la pierre angulaire de la catégorisation des femmes en faisant des épouses des « incapables » civiles (aux côtés des enfants mineurs et des adultes atteints dans leurs facultés mentales) au contraire des femmes non liées par le mariage. Tant en Roumanie qu’en Allemagne, les revendications d’émancipation nationale et d’unification provoquèrent des réformes du Code civil généralement peu favorables aux femmes. L’article de Lucian Daramus montre ainsi que la fin du servage en Roumanie, de même que les bouleversements sociaux et politiques, conduisent les institutions à instaurer un contrôle renforcé des femmes sans tutelle d’un mari ou d’un père. De même, Anne-Laure Briatte-Peters explique dans sa contribution que la réécriture du Code Civil consécutive à l’unification de l’Allemagne, réduit les droits de toutes les femmes mariées qui auparavant dans certaines régions pouvaient vivre sous des conditions juridiques et sociales moins contraignantes.

7Plusieurs articles soulignent l’importance des institutions policières (Daramus), d’assistance (Rivière) ou de « placement » professionnel (Togni) dans ces évolutions et leur contribution au renforcement de cette catégorisation initiée par le Code civil napoléonien tant au niveau des politiques dictées par ces institutions qu’à celui des agents chargés de leur mise en œuvre. La considération accordée à l’exercice professionnel ou à la maternité d’une femme sans mari est à l’opposée de celle accordée à une femme mariée. Si pour les épouses la maternité prévaut sur le travail, pour les autres, le travail est un gage de respectabilité, même si elles sont mères. Il soustrait les Bucarestoises au soupçon d’activité prostitutionnelle (Daramus), tandis qu’il protège les jeunes célibataires Suisses de l’oisiveté, décriée par l’Alliance des associations féminines Suisses (AFS) (Togni). Ces catégorisations peuvent être entretenues et appliquées par des femmes elles-mêmes et notamment dans le cadre d’associations féminines ; dans les années 1960, les adhérentes de la Fédération Syndicale des Femmes Chefs de Famille mettent ainsi prioritairement en avant les veuves, plutôt que les mères célibataires, pour gagner en légitimité et faire avancer leurs revendications (Friedli).

8D’aucun-e-s, majoritairement des femmes mais aussi des hommes, ont contesté individuellement et collectivement cette catégorisation institutionnelle basée sur le critère de l’état civil. Des féministes, modérées ou radicales qui cherchent à infléchir les contraintes du nouveau Code civil allemand (Briatte-Peters), mais aussi des femmes ordinaires engagées dans des associations féminines et familiales (Friedli). D’autres, à défaut de pouvoir attaquer cette catégorisation « à la source », usent dès qu’elles le peuvent des recours juridiques mis à leur disposition : Bucarestoises qui contestent, auprès de l’autorité policière de la ville, leur inscription sur la liste des femmes publiques (Daramus) ; mères célibataires françaises qui, à compter de 1912, peuvent effectuer des recherches en paternité et ainsi imposer au père défaillant d’assumer les responsabilités matérielles de sa paternité (Rivière). Mais c’est surtout par leurs choix de vie que les femmes sans mari manifestent sans doute leur plus grande contestation de l’ordre social et sexuel établi. Quoique menacées de se voir supprimer l’allocation-chômage, des femmes continuent de vivre comme bon leur semble (Togni) ; d’autres plus à l’aise économiquement, font de leur mode de vie un étendard ou une revendication en acte (Briatte-Peters).

  • 18 Anne-Marie Sohn, Françoise Thelamon, dir., L'Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, P (...)

9Ce numéro de Genre&Histoire laisse dans l’ombre les hommes sans épouse. Il est vrai que l’histoire du célibat masculin est non seulement possible18 mais qu’elle fait l’objet d’un nombre relativement important d’ouvrages. Cette histoire gagnerait cependant à dépasser elle aussi la dichotomie classique entre célibat et mariage pour penser la non-linéarité des itinéraires et les changements d’état en ce qu’ils structurent et reconfigurent les relations entre hommes et femmes mais aussi plus largement les formes prises par l’homosociabilité et les masculinités dans une société donnée.

Haut de page

Notes

1 Circulaire du premier ministre français du 21 février 2012 préconisant la suppression du terme « Mademoiselle » dans les formulaires administratifs, validée par une décision du Conseil d’État du 26 décembre 2012. http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2012/02/cir_34682.pdf.

2 Réformes confortées par la loi du 23 décembre 1985 relative à l'égalité des époux dans les régimes matrimoniaux et des parents dans la gestion des biens des enfants mineurs.

3 Christine Bard, Les femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2001, p. 199.

4 Angélique Janssens, dir., The rise and decline of the male breadwinner family ?, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

5 Eliane Richard, « Des veuves riches au xixe siècle », in Christiane Souriau, Centre d'études féminines, dir., Les femmes et l'argent, actes du colloque, novembre 1985, Aix-en-Provence : CEFUP, 1986, p. 21-36 ; Peggy Bette, Veuves françaises de la Première Guerre mondiale : statuts, itinéraires et combats, thèse d'histoire, Université Lyon 2, 2012.

6 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes. Des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espaces sociaux et géographiques (1851-1914), thèse d’histoire, EHESS, 2012.

7 Erika Flahault, « La triste image de la femme seule », in Christine Bard, dir., Un siècle d'antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, p. 391-400.

8 Arlette Farge et Christiane Klapish-Zuber, Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine, 18e-20e siècle, Paris, Montalba, 1984 ; Cécile Dauphin, « Femmes seules », in Geneviève Fraise et Michelle Perrot, dir., Histoire des femmes en Occident, IV. Le xixe siècle, Paris, Perrin, 2002 (1991), p. 513-531 ; Jean-Claude Kauffman, La femme seule et le prince charmant : enquête sur la vie en solo, Paris, Nathan, 1999 ; Thierry Ginestou, La solitude au village : une approche micro-historique de la condition féminine au xixe siècle, Paris, Mare et Martin, 2007 ; Erika Flahault, Une vie à soi : nouvelles formes de la solitude féminine, Rennes, PUR, 2009 ; Frédéric Leray, Les mères seules et leurs espaces de vie : mobilités résidentielles et pratiques quotidiennes de l'espace des femmes seules avec enfant(s) en Bretagne, thèse de géographie de l'université Rennes 2, 2010.

9 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, Paris, Éditions du Seuil, 1977 ; Françoise Battagliola, « Mariage, concubinage et relations entre les sexes. Paris, 1880-1890 », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 18, janvier 1995, pp. 68-96 ; Anne-Marie Sohn, Chrysalides : femmes dans la vie privée (xixe-xxe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, 2 vol. ; Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses. France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaire du Mirail, 2008.

10 Francois de Singly, dir., La Famille : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1991.

11 Le groupe femmes du CRH était en 1978 composé de Cécile Dauphin, Véronique Nahoum-Grappe, Danièle Poublan, Yvonne Pasquet, Pierrette Lebrun-Pézerat, Antoinette Fauve-Chamoux, Christiane Klapisch-Zuber, Michelle Perrot, auxquelles se sont jointes à partir de 1980, Arlette Farge, Patrice Bourdelais, Muriel Jeorger, Caroline Rimbault, Geneviève Fraisse et Marie-Jo Bonnet. Source : Anne Martin-Fugier, « Le groupe d’histoire des femmes au Centre de Recherches Historiques », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 36 | 2005, mis en ligne le 25 mai 2011, consulté le 2 décembre 2015. URL : http://ccrh.revues.org/3066; DOI : 10.4000/ccrh.3066.

12 Arlette Farge et Christiane Klapisch-Zuber, Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine, 18e-20e siècle, Paris, Montalba, 1984.

13 Carole Pateman, Le Contrat sexuel, préface de Geneviève Fraisse, postface d’Éric Fassin, Paris, Éditions La Découverte, 2010.

14 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, PUR, 2012.

15 Elisabeth Helsinger, Robin Lauterbacgn, William Veeder, dir., The Women question : society and literature in Britain and America, 1837-1883, 3 vols., Chicago, Chicago University Press, 1989 ; Alice Primi, Femmes de progrès : Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, Rennes, PUR, 2010.

16 Joseph Gusfield, La Culture des problèmes publics. L'alcool au volant : la production de l'ordre symbolique, Paris, Economica, 2009 (1981).

17 Le droit civil des pays anglo-saxons et scandinaves, pas ou peu influencé par le modèle français, a évolué plus rapidement en faveur des femmes. À ce propos, voir Mariette Sineau, « Droit et démocratie », in Françoise Thébaud, dir., Histoire des femmes en Occident, tome V : xxe siècle, Paris, Plon, 1992, p. 471-497.

18 Anne-Marie Sohn, Françoise Thelamon, dir., L'Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« De « la femme seule » aux femmes sans mari », Genre & Histoire [En ligne], 16 | Automme 2015, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2225

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page