Navigation – Plan du site
Le genre en guerre

« Women and/in the Holocaust » : à la croisée des Women’s-Gender et Holocaust Studies (Années 1980-2010)

Isabelle Ernot

Résumés

Le début des années 1980 voit l’émergence aux Etats-Unis d’un courant intellectuel issu de la pensée féministe qui souhaite étudier le sort des femmes juives au sein de l’Holocauste. Dès alors, ce courant de pensée interdisciplinaire qui entend allier dimensions scientifique et institutionnelle, se heurte à des critiques. Le mouvement connaît des développements en Israël, Allemagne, Grande-Bretagne, mais peu dans les principaux pays d’Europe occidentale touchés par la Shoah. Outre les origines de ce courant de recherche, l’article s’attache à présenter les éléments conflictuels notamment autour de la tension entre « race » et « sexe », les principaux axes de recherche explorés et aborde également la question des limites de l’approche de l’histoire des femmes et du genre dans l’étude du génocide.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme « « Holocauste » est choisi ici plutôt que « Shoah » - terme qui s’est imposé en Europe - (...)
  • 2 Voir Bibliographie.

1A la croisée des champs de recherche du genre et de l’Holocauste, émerge au début des années 1980, un courant intellectuel issu de la pensée féministe qui entend étudier de manière spécifique le sort des femmes juives1. Né aux Etats-Unis, il présente quelques développements en Israël mais a peu concerné l’Europe en dehors de quelques publications notamment en Allemagne et en Grande-Bretagne. Dès ses débuts, ce courant de pensée est investi par des chercheuses des différentes sciences humaines et sociales au sein desquelles l’histoire est la plus notablement représentée. Trois décennies plus tard, la production scientifique peut notamment être appréhendée à travers une quinzaine d’ouvrages collectifs, interdisciplinaires, publiés principalement en langue anglaise entre 1984 et 2014, qui constitue le matériau de base de cette étude2.

  • 3 Raul Hilberg, Perpetrators, Victims, Bystanders : The Jewish Catastrophe, 1933-1945, New York, Aaro (...)

2Essentiellement porté par des chercheuses, dès ses origines, le projet entend analyser l’expérience spécifique vécue par les femmes dans le cadre de l’Holocauste. Ce terme qui s’est imposé dans l’aire anglo-saxonne désigne un événement – l’assassinat de masse – ainsi qu’une période – « During the Holocaust » – dont l’acception inclut aussi les années de persécution à partir de l’accession des nazis au pouvoir3. Ces études prennent également en considération le temps de l’après-guerre, celui des survivant.es et de leurs descendant.es, au cours duquel émergent une mémoire douloureuse, ainsi que les premières représentations du génocide en littérature et au cinéma. D’emblée, le projet allie dimensions scientifique et institutionnelle, l’ambition étant d’introduire un nouvel axe d’étude dans le champ académique. Dès alors, il a suscité critiques et débats polémiques.

  • 4 Liliane Kandel, « Une pensée empêchée : des usages du « genre », et de quelques-unes de ses limites (...)
  • 5 Précisons que l’approche se concentre ici sur la question des victimes juives durant la période 194 (...)

3L’objet de cet article est de présenter ce domaine de recherche peu connu en France en portant attention aux critiques qu’il a rencontrées. Les premières ont été formulées aux Etats-Unis par des universitaires et des survivantes. En France, où ce domaine de recherche est absent, il a fait l’objet d’une vive critique dans les années 19904. Le débat, conflictuel, porte notamment sur les relations entre « race » et « sexe » : les détracteurs s’appuyant sur la réalité du nazisme pour rappeler la place centrale du concept de « race » dans le mécanisme génocidaire et, dans ce cadre, le caractère très secondaire des distinctions selon le « sexe » ou encore le « genre ». Cet article s’attache tout d’abord à rappeler les origines du mouvement et ses premiers développements puis, de façon concomitante, il présente les principales critiques et des éléments apportés en réponse, en dernier lieu est abordée la question de la relation complexe entre Génocide et Genre, crime de masse et concept d’histoire sociale5.

I. Un domaine d’étude trentenaire

1. Des origines féministes

  • 6 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éd., 2007.

4C’est au tournant des décennies 1970-1980, dans le double contexte, féministe et universitaire, que ce mouvement prend naissance. A cette époque, la critique féministe se tourne vers les sciences humaines et l’institution universitaire. Les Womens’s Studies émergent dans cet environnement6. Le sujet de « l’Holocauste » est alors abordé par des chercheuses féministes issues de différentes disciplines.

  • 7 New York, Monthly Review Press, 1984. A l’origine de l’ouvrage, elles citent une conférence au Bern (...)
  • 8 Proceedings of the Conference: Women Surviving the Holocaust, New York, Institute for Research in H (...)
  • 9 Des travaux sur les femmes dans la société nazie datent des années 1970, en Europe : notamment Jill(...)

5La plupart des porteuses des projets initiaux et des suivants ont une histoire familiale qui s’inscrit dans la judéité, histoire souvent affectée par le nazisme et l’Holocauste. En 1984, trois historiennes américaines, Renate Bridenthal, Atina Grossman, Marion Kaplan7, spécialistes de l’Allemagne contemporaine, particulièrement du nazisme, dirigent la publication When Biology became Destiny. Women in Weimar and Nazi Germany ; dix autres historiennes y participent parmi lesquelles Claudia Koonz, Sybil Milton et quatre Allemandes dont Gisela Bock et Karin Hausen. Les éditrices lient leur projet aux inquiétudes suscitées par la présidence Reagan - notamment la situation paradoxale créée par la diminution des ressources dévolues aux politiques sociales, accompagnée d’une politique jugée intrusive au sein de la sphère privée et de l’intime - qui les conduisent à interroger les conceptions nazies de la famille et de la reproduction. L’ouvrage prend en compte principalement les Allemandes non juives et de manière secondaire les Allemandes juives (article de Sybil Milton) ; ces dernières sont en revanche au centre du projet qui a présidé à la deuxième publication, de nature cette fois pluridisciplinaire. En 1985, Esther Katz et Joan Ringelheim font paraître Proceedings of the Conference : Women Surviving the Holocaust, qui rend compte de la conférence organisée en 1983, à laquelle assistaient plus de 400 personnes, principalement des chercheur/ses ainsi que des survivant.es et qui fut considérée postérieurement comme un moment fondateur de ce champ de recherche8. Deux priorités y sont définies : mettre en lumière le vécu des persécutions subies par les femmes, les modalités de survivance dans les ghettos et les camps, ainsi que leurs attitudes résistantes  et, dans une optique plus générale, travailler pour que l’histoire des femmes contribue au savoir sur l’Holocauste. Ces deux entreprises éditoriales du début des années 1980 ont alimenté jusqu’à aujourd’hui deux axes de recherche : sur les femmes dans l’Allemagne nazie dont l’un des questionnements majeurs concerne leur participation au régime et à ses crimes9 ; sur les femmes juives, victimes du nazisme.

  • 10 Voir encore en 2013 : Myrna Goldenberg, Amy. H. Shapiro eds., Different Horrors, Same Hell. Gender (...)
  • 11 Informations biographiques publiées sur le site du Musée de Washington (United States Holocaust Mem (...)
  • 12 Joan Ringelheim, « Thoughts about Women and the Holocaust », in Roger S. Gottlieb (eds .), Thinking (...)
  • 13 Conférences : « Scholar’s Conference on the Church Struggle and the Holocaust », 1981, sponsorisée (...)
  • 14 Alors que les subdivisions thématiques sont nombreuses dans les Holocaust Studies, Catherine A. Ber (...)
  • 15 Voir, entre autre, Joan Ringelheim, « The Split… », art. cit., 1998, p. 344.

6Joan Ringelheim, philosophe de formation, fait figure de mère fondatrice de ce dernier courant10. Au Musée de l’Holocauste, à Washington, à partir des années 1980, elle a œuvré dans plusieurs domaines : notamment en promouvant l’exposition permanente, les programmes d’éducation et l’histoire orale11. Elle-même fait remonter ses premiers échanges sur le sujet à 197912 et 198113. Ses critiques initiales, adressées aux spécialistes de l’Holocauste, rappellent celles des Women’s Studies envers l’institution universitaire. Son constat initial porte sur l’invisibilité des femmes au sein des travaux produits sur la Shoah14. Et à ses yeux, le fait que tout individu juif, femme ou homme, ait été voué à la mort au nom d’une conception raciale de l’humanité, n’efface en rien la pertinence de la perspective du genre15.

  • 16 Joan Ringelheim, « The Holocaust. Taking… », art. cit., p. 20.

« However, if in the gas chambers or before the firing squads all Jews seemed to be alike to the Nazis and later, for different reasons, to researchers, the path to this end was not always the same. The end – namely, "extermination" – does not describe or explain the process 16. »

  • 17 Depuis les années 1980, de nombreux témoignages de survivantes ont été publiés ou enregistrés. On r (...)
  • 18 Raisonnement développé dans « Thoughts about… », art cit. et « The Holocaust. Taking… » art. cit.
  • 19 « The Holocaust. Taking… » art. cit., p. 20.
  • 20 Joan Ringelheim, entre autres : « Thoughts about… », art. cit., p.147.

7Elle estime qu’une importance trop grande a été accordée jusqu’alors aux témoignages masculins et cite notamment ceux de Primo Levi et d’Elie Wiesel – au détriment des témoignages féminins, négligés17. Sa démarche la conduit à mettre l’accent sur la « différence », concept clé des études sur les femmes et le genre. A ce titre, elle critique les deux conceptions dominantes de l’Holocauste : d’une part, la thèse de l’unicité absolue de l’Holocauste, à laquelle elle reproche de ne pas prêter assez d’attention aux autres victimes (Tziganes, prisonniers de guerre soviétiques, homosexuels notamment) ; d’autre part, celle de la similitude, selon laquelle les Juifs ont vécu la même histoire que les autres, dans un contexte marqué par une violence extrême qui a fait plus de 50 millions de victimes. A ses yeux, ces deux approches ignorent les femmes en refusant, chacune à leur manière, de prendre en considération la notion de « différence »18. Elle critique la non sollicitation par les chercheur-ses des outils d’analyse « classiques » des sciences sociales - tels que les critères d’âge, de classe sociale, de nationalité, d’éducation, de profession, d’engagement politique ou d’affiliation religieuse – ce qui empêche, selon elle, d’appréhender des différences entre les victimes19. Dans le cadre du nazisme, elle souligne que le lien entre la vision racialisée de l’humanité et les femmes concerne non seulement les Allemandes, reproductrices de la « race aryenne », mais aussi les femmes juives, ciblées en tant que telles et en tant que reproductrices20. Elle développe l’idée d’un vécu spécifique des femmes en lien avec les réalités du corps et du sexe :

  • 21 Joan Ringelheim, « The Split… », art. cit., 1998, p. 350.

« Jewish Women and men experienced unrelieved suffering during the Holocaust, but Jewish women carried the burdens of sexual victimization, pregnancy, abortion, childbirth, killing of newborn babies in the camps to save the mothers, care of children, and many decisions about separation from children. For Jewish women the Holocaust produced a set of experiences, responses, and memories that do not always parallel those of Jewish men21. »

  • 22 Ti-Grace Atkinson, figure du féminisme radical, voir en français : « Le nationalisme féminin », Nou (...)

8Toutefois dès 1985, Joan Ringelheim procède à une autocritique. Elle dit avoir pris conscience de la présence dans ses analyses de représentations essentialistes, notamment à la lecture des travaux de Ti-Grace Atkinson22. Travailler en fonction de qualités accordées aux femmes conduit à leur prêter un comportement différent voire même valorisant au sein de la structure concentrationnaire. Elle remet donc en cause l’idée selon laquelle les femmes auraient eu un rôle différent ou qu’elles auraient été plus solidaires et connu un taux de survivance plus élevé.

  • 23 Ibid., p. 756-757.

« My use of cultural feminism as a frame (albeit unconsciously) changed respect for the stories of the Jewish women into some sort of glorification and led to the conclusion that these women transformed "a world of death and inhumanity into one more act of human life". It was important, perhaps even crucial for me to see choices, power, agency, and strength in women’s friendship, bonding, sharing, storytelling, and conversations in the camps and ghettos, in hiding and passing. […] The Holocaust is a story of loss, not a gain […]23. »

  • 24 Elle a essentiellement publié des articles sur le sujet. Voir Bibliographie.

9Dans les années 1980-1990 Joan Ringelheim a joué un rôle important dans le défrichement du terrain de recherche24. A partir des années 2000, on note son absence des débats.

2. Contributrices et contributeurs

  • 25 L’un des premiers ouvrages concerne le témoignage et la littérature : Marlene E. Heinemann (1986), (...)
  • 26 Issu de la conférence biannuelle sur l’Holocauste en 2005 dont le thème était consacré aux femmes, (...)

10L’analyse s’appuie sur une quinzaine d’ouvrages collectifs parus entre 1984 et 2014, un corpus issu d’une étude des bibliographies25. Les ouvrages constituent un groupe où se laisse appréhender la construction progressive d’une filiation, les éditrices s’attachant à placer leur production dans la lignée des ouvrages précédemment publiés. Ils sont majoritairement américains (10 ouvrages), secondairement israéliens ou américano-israéliens (2) ; deux autres ouvrages parus en Allemagne (2001 et 2005), moins cités, sont intégrés à ce corpus ainsi qu’un autre paru en Pologne en 200726 . Ils partagent un caractère international et interdisciplinaire (histoire, science politique, sociologie et anthropologie, littérature, philosophie, études religieuses, psychologie et psychiatrie, études des représentations, ainsi que médecine, sciences de l’éducation, études juridiques). L’histoire représente plus de la moitié des articles portant notamment sur la période 1940-1945. Les sommaires organisés sur une base chronologique (avant la guerre, pendant et après celle-ci) sont toutefois peu nombreux (1984, 1998, 2001-allemand, 2005-allemand).

  • 27 Parmi les couvertures. 1984 : à partir d’une œuvre extraite de l’autobiographie picturale de Charlo (...)

Les ouvrages à travers leur couverture27

  • 28 Leur participation est non négligeable à l’ouvrage de 1998 (D. Ofer et L. J. Weitzman) : trois hist (...)

11Les chercheuses sont très majoritaires, particulièrement dans la direction des ouvrages - mis à part le livre de 1993 co-dirigé par le philosophe John K. Roth avec Carol Rittner. Les contributeurs masculins sont peu nombreux voire absents (1984, 2008, 2014) - les historiens sont les plus présents28. Les chercheur/ses travaillent dans leur grande majorité sur des sujets plus larges que la seule thématique « Femmes et Holocauste ». Un certain nombre a participé ou a été responsable d’institutions d’enseignement et de recherche sur l’Holocauste ou sur le genre.

  • 29 Auteure de Resilience and Courage. Women, Men, and the Holocaust, New Haven, London, Yale Universit (...)
  • 30 Voir surtout les ouvrages de 1993 et 1998.
  • 31 D’autres survivantes devenues historiennes mais n’ayant pas travaillé spécifiquement sur le thème d (...)
  • 32 Marion Kaplan, The Jewish Feminist Movement in Germany: The Campaigns of the Jüdischer Frauenbund, (...)
  • 33 Harriet Pass Freidenreich, Female, Jewish, and Educated: The Lives of Central European University W (...)
  • 34 Vol. 17, Issue 1, January 1996.
  • 35 University Press of America, Lanham, New York, Oxford, 1999. Elle contribue également à Hertzog (20 (...)
  • 36 Fondatrice et directrice à New York du « Remember the Women Institute », qui encourage les recherch (...)

12Dans leur majorité, les principales initiatrices des ouvrages, chercheuses américaines (Joan Ringelheim, Myrna Goldenberg, Claudia Koonz, Sybil Milton, Atina Grossman, Rochelle G. Saidel, notamment), Israéliennes et Allemandes (notamment Dalia Ofer et Gisela Bock), sont nées dans les années 1930-1940. Des survivantes figurent aussi parmi les contributrices ainsi Nechama Tec29 ou encore Felicia Karay et Ruth Bondy30. Renate Bridenthal est née en Allemagne que ses parents ont quittée en 193831. Le travail de ces pionnières s’est trouvé renforcé par un autre groupe né dans la décennie qui suit la fin de la guerre : les historiennes américaines Marion Kaplan32, Atina Grossmann (ouvrage de 1984) sont descendantes d’émigrés juifs allemands33. Debra Renee Kaufman, (1996, revue Contemporary Jewry34) est sociologue de même que Leonore J. Weitzman (co-éditrice, 1998) ; Esther Fuchs est professeure de littérature hébraïque (1999, 22e volume de la collection Studies in the Shoah35). L’ouvrage de 2003, Experiences and Expression, est codirigé par Elizabeth Baer (littérature ; avec Myrna Goldenberg). Cette dernière coédite également l’ouvrage paru en 2013 avec Amy H. Shapiro, philosophe. Rochelle G. Saidel précédemment citée36, historienne, dirige avec Sonja Hedgepeth, professeure d’allemand et d’hébreu, l’ouvrage de 2010 consacré aux violences sexuelles.

13Deux ouvrages ont des origines autres : Carol Rittner, coéditrice de l’ouvrage de 1993, est issue d’une famille catholique, nonne dans la congrégation « Sister of Mercy », spécialiste de l’Holocauste et des génocides. Marcia Sachs Littell et son époux Franklin H. Littell (pasteur protestant, 1917-2009), sont également spécialistes du sujet ; en 2001, elle publie Women in the Holocaust : Responses, Insights and Perspectives qui réunit les interventions données dans le cadre de « The Annual Scholars’ Conference on the Holocaust and the Churches ».

  • 37 Ce numéro de la revue Nashim - terme signifiant « femme » ou « épouse » - est une production améric (...)
  • 38 Vallentine Mitchell, London, Portland, 1998, réédité en 2013.

14Autour du sujet, les liens se sont tissés entre chercheuses américaines et israéliennes. L’historienne Dalia Ofer fait figure de pionnière, organisatrice des premières conférences en Israël en 1994-1995 ; co-directrice de l’ouvrage de 1998, elle est responsable du numéro de la revue Nashim en 201437 ; Esther Hertzog, sociologue, est éditrice de l’ouvrage collectif de 2008 consacré à la famille ; l’historienne Judith Tydor Baumel a quant à elle édité, entre autres, une monographie, au titre marquant, Double Jeopardy. Gender and the Holocaust (1998)38.

  • 39 Barbara Distel (Hg.): Frauen im Holocaust, Gerlingen, Bleicher Verlag 2001. Sur les 19 contribution (...)
  • 40 Francfort-sur-le-Main/New York, Campus 2005. Il repose en partie sur le projet germano-israélien «  (...)
  • 41 Zwangssterilisation im Nationalsozialismus : Studien zur Rassenpolitik und Frauenpolitik, Opladen, (...)
  • 42 Sur la question de l’implication des femmes dans les crimes nazis, à la fin des années 1980, une po (...)
  • 43 London, Zed Books, 1997.
  • 44 Studies in the Shoah, vol. XXII, p. 47-61.

15Les Européennes sont principalement allemandes, autrichiennes et britanniques. En 2001, Barbara Distel, alors directrice du Mémorial du camp de Dachau (1975-2008), édite Frauen im Holocaust (2001)39 et en 2005, Gisela Bock, Genozid und Geschlecht. Jüdische Frauen im nationalsozialistischen Lagersystem40. Les travaux de Gisela Bock sur la politique de stérilisation forcée menée par le régime national-socialiste furent pionniers41. Elle a participé à la première publication de 1984 (When Biology…) centrée sur l’Allemagne nazie et à celles de 1993 et 199842. En Grande-Bretagne et en Irlande, il faut citer Ronit Lentin, sociologue, politiste, écrivaine, qui a dirigé l’ouvrage Gender and Catastrophe43 et participe notamment à l’ouvrage de 1999, Women and the Holocaust. Narrative and Representation44 ainsi qu’à Genozid und Geschlecht.

  • 45 « The Women of Birkenau », Clark University, 2010. Voir son article dans l’ouvrage publié en Pologn (...)
  • 46 Tel Aviv University, 2011. Des articles : « Weibliche Erfahrung in Auschwitz-Birkenau », in G. Bock (...)
  • 47 Twisted Cross: The German Christian Movement in the Third Reich, Chapel Hill, University of North C (...)
  • 48 Voir également : Anna Reading, spécialiste des médias, The Social Inheritance of the Holocaust: Gen (...)
  • 49 Lisa Pine, spécialiste de l’éducation et de la famille sous le régime nazi, « Gender and Holocaust (...)
  • 50 Zoe Waxman travaille notamment sur les violences sexuelles, le témoignage et les représentations de (...)
  • 51 Anna Hajkowa : sur le camp de Theresienstadt, « Die fabelhaften Jungs aus Theresienstadt: Junge tsc (...)
  • 52 Il participe à l’ouvrage collectif de 2010 sur les violences sexuelles.

16Une nouvelle génération est aussi présente parmi laquelle les profils spécialisés sur les deux domaines, Holocauste et Femmes, restent rares. Des thèses sont à signaler sur les femmes à/de Birkenau par Sarah Cushman45 et de Na’ama Shik, « Memory, Body, Gender: The Female Experience According to Autobiographies Written between 1946 and 2000 by Women Survivors of Auschwitz-Birkenau »46. Comme la génération précédente, la plupart des chercheur/ses travaillent sur des territoires plus larges : Doris L. Bergen (Canada) est spécialiste de l’Holocauste47, Sharon Geva (Israël) de sa mémoire ou encore Idit Gil (Israël) dont les recherches portent surtout sur le travail forcé et qui s’est intéressée à celui des femmes (Radom) ; en Grande-Bretagne48 : Lisa Pine49, Zoe Waxman50 et Anna Hajkowa51. Et pour ce qui est des contributeurs de cette génération, il faut citer en Allemagne les travaux de Robert Sommer sur la prostitution forcée dans les camps de concentration, centrés sur la réalité historique qui a concerné surtout des Allemandes non juives52.

17Aux ouvrages pris ici en référence, productions représentatives du domaine de recherche, des dizaines de chercheuses et quelques chercheurs ont contribué. Toutefois, il est à noter que seules quelques personnalités se retrouvent dans plusieurs d’entre eux, particulièrement les pionnières.

II. Un domaine sous tensions, entre « race » et « sexe »

1. Critiques

  • 53 Joan Ringelheim, « Thoughts… », art. cit., 1990, p. 144.

18Les critiques, qui ont surtout marqué les deux premières décennies, ont été le fait de femmes et d’hommes. La principale met en avant la primauté de la « race » dans le nazisme sur toute autre réalité. La virulence de certaines critiques exprime la crainte que l’approche du genre n’affaiblisse la sacralité construite autour de la mémoire du génocide. Joan Ringelheim évoque l’existence de tensions dès la fin des années 1970, avant même la première conférence. Les premières sont formulées par une survivante, universitaire. En 1979, lors d’une conférence sur l’Holocauste, Joan Ringelheim questionne Helen Fagin : « What about women ? ». Cette dernière lui répond avec courroux : « I don’t want the Holocaust to be made secondary to feminism »53. Deux décennies plus tard, en 1998, D. Ofer et L. J. Weitzman donnent la parole à Ruth Bondy, survivante de Theresienstadt et de Birkenau :

  • 54 Ruth Bondy, « Women in the Theresienstadt and the Family Camp in Birkenau » in D. Ofer, L. J. Weitz (...)

« Zyklon B did not differentiate between men and women; the same death swept them all away. Because the same fate awaited all Jews, I approached the writing of this chapter with graves reservations: why should I focus on women? Any division of the Holocaust and its sufferers according to gender seemed offensive to me. The issue of gender seemed to belong to another generation, another era 54. »

  • 55 Auteure de The Shawl (1989), traduit, Le Châle, éditions de l'Olivier, 1991, qui raconte l’histoire (...)

19Malgré ses réserves, et afin de faire connaître le sort des femmes dans le ghetto de Theresienstadt et le « Camp des Familles » (B II b) dans celui de Birkenau, Ruth Bondy a néanmoins accepté de produire une analyse des différences entre hommes et femmes. D’autres critiques ont pu assimiler la démarche du genre à celle d’une attaque de nature révisionniste. En 1980, Cynthia Ozick, essayiste, romancière et critique littéraire, adresse un courrier à Joan Ringelheim55 :

  • 56 Joan Ringelheim, « Thoughts… », art. cit., p.144 ou « The Split… », art. cit, 1998, p.348-349

« I think you are asking the wrong question. Not simply the wrong question in the sense of not having found the right one; I think you are asking a morally wrong question, a question that leads us still further down the road of eradicating Jews from history. You are – I hope inadvertently – joining up with the likes of [the Revisionists] […] The Holocaust happened to victims who were not seen as men, women, or children, but as Jews56. »

  • 57 L’article n’est pas cité par l’historiographie anglophone : Liliane Kandel, « Une pensée empêchée…  (...)

20La question de la « différence » reste au cœur des critiques. Y compris chez des féministes. Au milieu des années 1990, la charge vient de France où ce courant de recherche n’a jamais rencontré d’échos. Liliane Kandel publie en 1996 dans les Temps Modernes, « Une pensée empêchée : des usages du « genre », et de quelques-unes de ses limites57 ». Elle y dénonce une approche qu’elle ne juge, ni éthiquement ni scientifiquement acceptable, une dérive du féminisme.

  • 58 Ibid, p. 223.

« Il s’agit […] de montrer […] que, pas plus que d’autres évènements historiques, le système nazi d’extermination n’était indifférencié quant au sexe (gender neutral). Autrement dit que le vécu, les expériences des femmes happées dans la machine nazie, les stratégies de survie, les souffrances subies, et jusqu’à la mort elle-même étaient radicalement différents de ceux des hommes. Que ces femmes étaient prises dans un double piège, un double système de persécution : en tant que juives, en tant que femmes et que, pour cette raison précisément, elles ont pâti, supporté, souffert et pour finir ont péri autrement que les hommes, et en plus grand nombre qu’eux58. »

  • 59 Ibid., p. 231.
  • 60 Ibid., p. 226-227.
  • 61 Ibid., p. 230. Pour la France, Françoise Thébaud évoque la position de l’historienne Annette Wievio (...)

21Réfutant l’argument de la « différence », Liliane Kandel met en avant la communauté de destin des deux sexes, « la tentative d’éradication, partiellement réussie, d’un groupe humain dans son ensemble, tous sexes, âges ou statuts confondus »59. Elle critique également la démarche qui ignore les souffrances masculines et celles d’autres groupes d’âges, enfants et personnes âgées ; elle rejette avec véhémence l’approche statistique dans laquelle elle voit une « rage de prouver » et « une nouvelle sélection entre les victimes »60. D’une manière générale, elle y voit une instrumentalisation du sujet au service d’une dénonciation, par les féministes, de l’universalité de l’oppression patriarcale61.

  • 62 Né en 1929, professeur de littérature : The Holocaust and the Literary Imagination (1975), The Age (...)

22Des doutes ont été formulés également par des spécialistes de l’Holocauste. L’ouvrage de 1998 ouvre ses pages à un littéraire, spécialiste du témoignage, Lawrence L. Langer62. Ce dernier considère que les comportements de genre ne jouent pas un rôle primordial, que les femmes et les hommes connaissaient des conditions extrêmes similaires, au sein desquelles ils n’avaient, ni les unes ni les autres, de choix ; il met en exergue le caractère universel des souffrances. Il critique également des conceptions issues du féminisme essentialiste qui, après les prises de distance de Joan Ringelheim, demeurent dans certaines analyses : la « mythologie de l’endurance comparative » selon laquelle les femmes auraient mieux résisté en raison de leur culture féminine ou l’idée que la solidarité ait été plus forte entre femmes qu’entre hommes.

« As for the ability to bear suffering, given the unspeakable sorrow with which all victims were burdened, it seems to me that nothing could be crueler or more callous than the attempt to dredge up from this landscape of universal destruction a mythology of comparative endurance that awards favor to one group of individuals over another. […]

All efforts to find a rule of hierarchy in that darkness, whether based on gender or will, spirit or hope, reflect only our own need to plant a life-sustaining seed in the barren soil that conceals the remnants of two-thirds of European Jewry.

  • 63 Lawrence L. Langer « Gendered… », art. cit., 1998, p. 362.

The sooner we abandon this design, the quicker we will learn to face such chaos with unshielded eyes63. »

23Il n’ignore pas pour autant la dimension du genre :

  • 64 Ibid.

« The origins of humiliation were often dissimilar for men and women, because womanhood and manhood were threatened in various ways. But the ultimate sense of loss unites former victims in a violated world beyond gender64. »

  • 65 Mensuel, fondé par l’American Jewish Committee en 1945, aborde des questions politiques, sociales e (...)
  • 66 Parmi les hommes : Michael Berenbaum (ancien directeur de l’USHMM), Yaacov Lozowick (directeur de Y (...)
  • 67 En 2001, G. Schoenfeld a une nouvelle passe d’armes avec Sara R. Horowitz : G. Schoenfeld, « Femini (...)

24L’attaque la plus vive a été portée par un journaliste et historien, Gabriel Schoenfeld, qui en publiant le 6 janvier 1998 dans Commentary la virulente tribune « Auschwitz and the Professors » fait sortir les tensions du cadre universitaire65. La critique du genre n’est pas son seul propos. D’une manière générale, il regrette le développement des études sur l’Holocauste dans les universités américaines et cite, à ce propos, Robert Alter (professeur d’hébreu à Berkeley) qui au début des années 1980 craignait une « académisation » de l’Holocauste et l’historien israélien Yehuda Bauer qui, en 1977, mettait en garde contre « l’Holocaustoly » et le carriérisme des « Holocaustiens ». Il considère l’approche du genre dans le domaine de l’Holocauste comme un élément encore plus négatif, répondant avant tout, à ses yeux, à un projet essentiellement féministe. Dès le 8 janvier 1998, plus d’une vingtaine d’universitaires lui répondent dans Commentary - la plupart spécialistes de l’Holocauste dont quelques-unes également du genre66 ; le caractère provocateur de sa tribune est dénoncé67.

  • 68 E. Baer, M. Goldenberg, Experience and Expression, op. cit., Introduction, p.xxvii-xxviii.
  • 69 Ibid, note 43, p.xxxiii

25Cette polémique a laissé des traces. E. Baer et M. Goldenberg, dans Experience and Expression (2003) intitulent ainsi une sous partie de leur introduction « Controversies and Backlash »68 et évoquent « […] an extended attack on the academic study of the Holocaust, and on feminist approaches in particular […]69 ». L’épisode reste cité dans les ouvrages postérieurs comme « un moment » de l’histoire du domaine. Dans les années 2000, les critiques se sont tues.

2. Discours de légitimation

  • 70 M. Goldenberg, A. H. Shapiro, op. cit, « Introduction », p. 5.
  • 71 D. L. Bergen, Ibid, p. 16-37. La citation d’historiens qui se sont montrés, d’une manière ou d’une (...)

26Face aux critiques, les chercheuses ont dû préciser et défendre le projet. Définis lors de la conférence de 1983, ses objectifs premiers n’ont jamais été perdus de vue. Ils constituent toujours une légitimation notamment la volonté de contribuer au savoir sur l’holocauste. En 2013, Myrna Goldenberg le rappelle : « In what ways can Holocaust Studies benefit from women and gender analysis ? is a central question of this volume »70. Dans ce même ouvrage, l’historienne Doris L. Bergen intitule son article « What Do Studies of Women, Gender, and Sexuality Contribute to Understanding the Holocaust ?71 ».

27Une des arguments s’attache à revenir vers l’origine du drame, les chercheuses évoquant le lien ténu entre « race » et « sexe », au cœur à la fois du nazisme et du génocide : une politique raciale appuyée sur une politique de contrôle de la reproduction, qui entendait favoriser d’un côté et empêcher et détruire de l’autre. Dans les deux cas de figure, les femmes sont concernées au premier chef. Joan Ringelheim :

  • 72 Joan Ringelheim, « The Holocaust. Taking… », art. cit., p. 23.

« Understanding the oppression of women – sexism – and how it operates within a racist and antisemitic ideology must become part of the explanation of the genocidal world perpetrated by National Socialism72. »

  • 73 Ibid.

« Mass murder of men by other men is not unique in the history of western civilization. What may make the Holocaust different from other genocidal attemps or mass murders is that it may be the most extensive mass murder of women and children by men73. »

  • 74 In D. Ofer et L. J. Weitzman, op. cit., p. 96.

28G. Bock l’exprime autrement en 1998 : « Not only did racism shape the historical expressions of gender, but gender also shaped the historical expressions of racism »74. L’argument se retrouve sous diverses formes dans les différentes entreprises éditoriales. Ici en 1999, Katharina von Kellenbach :

  • 75 Katharina von Kellenbach, « Reproduction and Resistance during the Holocaust », in Esther Fuchs, Wo (...)

« Genocide is a new form of warfare which redefines the targets of hostilities dramatically. While « normal » wars pit soldiers of enemy camps against each other who claim women’s sexuality as part of the spoils, genocidal wars specifically target women and children. […] Genocide, as opposed to other forms of war, specifically attacks women in their traditional role as child bearers and child rearers75. »

  • 76 Sibyl Milton, « Women and… », art. cit., 1984, p. 297.

29La prise en compte concomitante des concepts de « race » et de « sexe » rend présent bourreaux et victimes ; en revanche, l’approche par la « différence » concerne les seules victimes juives, les appréhendant en fonction du sexe. En 1984, dans When Biology became Destiny…, Sybil Milton la justifie : « Although both men and women were victims of the organized state of terror, the experiences that separated women from male prisoners have remained unexplored ».76 Accompagnant la « différence », le terme d’« expériences » est mis en avant. Il est présent également en 1998 sous la plume de Dalia Ofer et Leonore J. Weitzman qui formulent en même temps leur reconnaissance de la primauté du concept de « race » :

  • 77 D. Ofer, L. J. Weitzman, « Introduction », op. cit., 1998, p. 2.

« We are not asserting that women’s experiences during the Holocaust were totally different from those of men. That would be as false and misleading as to argue that their experiences were identical to men’s. Nazi Policy targeted all Jews as Jews, and the primary status of Jews was their « race », not their gender. Nevertheless, scholars studying Jewish responses to Nazi persecution must be attentive to the differences between men and women just as we must be attentive to other social differences among Jews […]77. »

30En 2003, le terme figure dans le titre de l’ouvrage dirigé par M. Goldenberg et E. Baer, Experience and Expression… En 2013, M. Goldenberg travaille à justifier cette différence d’expérience selon les sexes :

  • 78 M. Goldenberg, A. H. Shapiro, Part 1, « History of Feminist Theory and Gender Analysis of the Holoc (...)

« While scholars are able to discuss the experiences of Jews of different nationalities, classes, and religious affiliations, differences in experiences as a result of gender have not been viewed as a legitimate and valuable category of analysis. Each chapter in this section demonstrates that it is78. »

  • 79 Joan Ringelheim, 1993, art. cit., p. 376 ; 1998, art. cit. p. 345. Voir l’ouvrage pionnier de Susan (...)
  • 80 En 2010, le sujet est au cœur de l’ouvrage collectif dirigé par Sonja M. Hedgepeth et Rochelle G. S (...)
  • 81 Voir entre autre, Véronique Nahoum-Grappe, « La purification ethnique et les viols systématiques. E (...)
  • 82 Annette Becker, « Extermination. Le corps et les camps », dans Histoire du corps, T.III, Les mutati (...)

31Que l’argumentation évoque la nature du régime nazi et la proximité entre les concepts de « race » et « sexe » ou la notion de « différence d’expérience » : les deux approches mènent vers la question du corps féminin, enjeu ou cible, définie surtout à travers la spécificité du sexe. Cette thématique est devenue l’une des plus présentes. Dès l’origine, Joan Ringelheim attire l’attention sur celle-ci79. Entre l’intime et l’abus, le spectre des sujets est large, renvoyant vers un contexte de camp : sentiment d’humiliation, nudité forcée, trauma vécu lors de l’entrée au camp, particulièrement par les jeunes filles, aménorrhées, gestation et enfantement en situation d’emprisonnement – situation assez rare pour les femmes juives, les femmes dont la grossesse était visible étant assassinées d’emblée –, pseudo-expériences scientifiques de nature gynécologique, corps ou appareils reproducteurs mutilés, sexe en échange de protection ou nourriture, violences sexuelles80. Les sciences sociales ont accordé un intérêt grandissant aux violences sexuées ces dernières années. Le génocide perpétré dans les années 1990 dans l’ex-Yougoslavie, accompagné de viols systématiques, a contribué à re-questionner l’histoire des conflits armés sous cet angle81. Les approches appuyées sur la thématique du corps des femmes prêtent attention à des persécutions, des attentats, à l’origine de traumas indélébiles. S’ils font partie du contexte de la guerre et de celui du génocide, celui-ci continue néanmoins d’être dominé par la figure du cadavre, de son outrage82, une réalité qui dessine une limite à l’approche par le genre.

III. Génocide et histoire sociale

1. Une relation complexe

  • 83 Joan Scott, « Gender : a useful category of historical analysis », American Historical Review, vol. (...)

32Holocauste et étude sur les femmes et le genre : un génocide, un crime de masse, une réalité dramatique issue de la haine et de la violence extrême, approchée par les Women’s et Gender Studies, étude sur les femmes et le genre, qui a pour vocation de questionner la vie sociale, de porter attention aux phénomènes de construction des relations socio-sexuées et aux relations de pouvoir entre les sexes83. La rencontre est complexe entre une perspective foncièrement tournée vers le vivant utilisée pour appréhender la destruction d’êtres humains, de leur sociabilité et vie culturelle. On peut voir là une des sources des tensions et des difficultés du domaine.

  • 84 Nous nous référons ici particulièrement à ce camp et aux témoignages écrits et oraux – issus notamm (...)

33Pour étudier la situation des femmes, les chercheuses regardent en effet vers les espaces où la vie se déploie encore. Toutefois, dans le cadre du processus génocidaire, entre les années 1940/41-1945, ces situations sont minoritaires et ne concernent également qu’un nombre restreint de personnes pris dans des contextes marqués par le projet d’assassinat. Les personnes tuées dans les centres d’assassinat de Belzec, Sobibor, Treblinka, Chelmno ne peuvent être concernées, de même que celles victimes des fusillades de masse dans les régions occidentales d’Union Soviétique. Trois situations peuvent être envisagées : les camps dits « mixtes » - concentration et extermination - dont le principal est Auschwitz-Birkenau, les camps de travail forcé et les ghettos. Cependant, dans ces situations, les Juifs concernés s’efforcent de survivre dans des conditions matérielles marquées par un dénuement extrême, sous une contrainte absolue et une menace de mort permanente. Toutes les règles étant faussées, il semble difficile d’étudier la vie sociale au sein de contextes où la seule perspective des sujets est leur mort prochaine, quasiment programmée. Cette tension entre vie et mort pose la question du « camp » comme « société ». Les survivant.es, notamment du camp d’Auschwitz-Birkenau, évoquent un univers où les valeurs essentielles, universelles, n’existent plus, un « autre monde84 ». On doit à Lawrence L. Langer l’expression « Choiceless Choice ». Une des tensions réside là, avant même la question de la « différence », dans le fait de porter l’étude vers des situations où la vie demeure encore certes, mais qui sont situées dans le contexte de « l’extermination », déterminées par le projet des assassins.

2. Regard sur la différence

  • 85 A ce sujet, Liliane Kandel est sévère, « Une pensée empêchée… », art. cit.
  • 86 Notamment « The Split… », in Ofer et Weitzman, 1998, p. 349.
  • 87 Voir tableau, Annexe. Les convois de déportation depuis la France sont comptabilisés jusqu’au numér (...)
  • 88 Environ 1% des déporté.es étaient non identifié.es selon le sexe.
  • 89 Les comptages s’appuient sur trois données : le nombre de personnes, femmes et hommes, composant un (...)

34Dans ce contexte dominé par la mort, il faut revenir sur la question de la « différence » et sur ses limites. L’un des développements les plus polémiques sur la différence a porté sur des questions quantitatives, l’idée selon laquelle les femmes ont payé un plus lourd tribut85. Cette question a été soulevée par Joan Ringelheim : « Research suggests that more Jewish women were deported than Jewish men, and more women than men were selected for death in the extermination camps86 ». Nous avons souhaité approcher cette affirmation dans le cadre français, à partir des données concernant la déportation des Juif/ves, entre mars 1942 et août 1944 au camp d’Auschwitz-Birkenau. Sur un total de 69 167 déporté.es vers les camps d’Auschwitz-Birkenau (soit la prise en compte de 68 convois sur 73)87 les hommes et les femmes représentent respectivement 55% et 44%88. Pour ce qui est de la déportation de France, les hommes furent donc plus nombreux parmi les déporté.es. Pour ce qui est des assassinats par gazage dès l’arrivée à Auschwitz-Birkenau, les femmes sont en revanche concernées en plus grand nombre89.

35L’approche comptable avait été dénoncée par Liliane Kandel. Elle apparaît d’un certain point de vue sans véritable fondement dans le cadre du génocide. Dans les centres d’assassinat de Sobibor, Belzec, Treblinka, Chelmno - mis à part les Sonderkommandos qui sont des hommes - il n’y a pas de différence entre hommes et femmes, toutes les personnes, tous âges confondus, sont assassinées. Il n’y a pas de différences quantitatives non plus dans le cadre des fusillades massives en Union Soviétique. La différence existe surtout à Auschwitz-Birkenau. On sait que pour le travail forcé, les SS gardaient, dans une tranche d’âge comprise entre 15-16 ans et 35 ans, un petit pourcentage d’hommes, et un pourcentage encore moindre de femmes. Toutefois, il n’y avait aucune différence entre les sexes dans les classes d’âges des plus jeunes (jusqu’à 15-16 ans) et celles des adultes (au-delà de 35-40 ans). Si différence il y a, elle porte sur le groupe âgé de 16 à 35-40 ans : parce que ces femmes sont susceptibles d’arriver accompagnées d’enfants et que les SS ne cherchent pas à séparer les mères des enfants afin d’éviter des troubles lors de l’arrivée des convois, parce que les femmes n’ont pas la même force physique ni les savoirs techniques susceptibles d’intéresser les SS dans le cadre du travail forcé, elles ont été moins nombreuses à entrer au camp. Sans doute les chiffres concernant la déportation de France peuvent-ils être étendus. Les femmes ont effectivement été tuées en plus grand nombre à Auschwitz-Birkenau. Mais c’est là avant tout une réalité liée à la défaite allemande et à la fin de la guerre. Les femmes ont surtout été tuées d’abord, les nazis ne concevant la survie de la fraction d’hommes entrés au camp (et camps annexes) que de manière temporaire. L’avancée des Alliés les a contraints à cesser le programme d’assassinat, à Birkenau, dans le courant du mois d’octobre 1944. Toutefois, les données chiffrées sexuées ne sont pas à rejeter pour autant, elles restent un élément d’information sur le processus génocidaire au sein duquel les femmes en tant que reproductrices étaient visées au premier chef.

  • 90 De même d’ailleurs pour les assassins. G. Bock, « Ordinary Women in Nazi Germany. Perpetrators, Vic (...)
  • 91 L’ouvrage de Nechama Tec, Resilience and Courage. Women, Men and the Holocaust se distingue donc da (...)

36Une autre question soulevée par la « différence » est celle du corps des femmes et de leur expérience propre, comme évoqué précédemment. Dans le cadre génocidaire, des limites à cette approche peuvent être dessinées. En 1998, Gisela Bock souhaitait que l’on prête attention non seulement aux différences mais également aux similitudes entres les victimes juives, féminines et masculines90. Liliane Kandel, en 1996, avait déjà invité à prendre en considération les hommes ainsi que les différents groupes d’âges. Le paradoxe de la différence c’est, en effet, qu’en ne regardant que vers les femmes et en recherchant des spécificités – qui existent incontestablement – les hommes sont oubliés91 ; est évoquée principalement la perte de leur rôle traditionnel de protecteur de la famille et de pourvoyeur de biens pour celle-ci. Pourtant, dans le cadre des violences extrêmes, leur situation fut souvent proche de celle des femmes.

  • 92 Parmi de nombreux témoignages, citons celui de Nadine Heftler qui a choisi pour titre la dernière p (...)
  • 93 Les relations entre mère/fille ont engendré plus d’études que celles entre père/fils : Brana Gurewi (...)

37Les chercheuses l’ont souligné : à Auschwitz-Birkenau, lors de l’arrivée des convois et de l’organisation des « sélections », les hommes qui sont entrés au camp n’ont pas eu à vivre – du moins rarement – l’extrême trauma qu’a constituée la séparation d’avec un enfant sur la rampe d’arrivée ; néanmoins, ils ont dû très souvent se séparer de leur famille, femme et enfants, quelques minutes plus tôt. Les survivantes, épouses ou filles, ont dit leur douleur et leur angoisse d’avoir été séparées de leur mari et père92 ; les sentiments sont identiques chez les époux et pères93. Certaines expériences sont toutefois spécifiquement féminines et irréductibles, celle de l’accouchement en camp suivi par l’assassinat du nouveau-né, vécu uniquement par la mère.

  • 94 M. Goldenberg (2013) propose d’utiliser l’expression « Sex-Based Violence » en se référant aux trav (...)
  • 95 Les viols de femmes allemandes par les soldats soviétiques estimés en centaines de milliers présent (...)
  • 96 Certaines réticences sont renforcées par des conditions d’enregistrement. C. Browning rappelle cell (...)
  • 97 Voir à ce sujet le programme très riche du colloque international et interdisciplinaire qui s’est t (...)

38Si le sujet des violences sexuelles les différencie, les hommes ont aussi été victimes de violences : ainsi à Birkenau, les survivants témoignent de viols de jeunes hommes ou de l’existence des Piepels, adolescents contraints à des relations homosexuelles avec « un protecteur » ; et pour ce qui est des expériences de stérilisation et des mutilations pratiquées à Auschwitz-Birkenau sur des hommes, en moins grand nombre que sur des femmes, le silence est sans doute plus lourd. Pour ce qui est des violences sexuelles exercées sur les femmes, la législation raciale de Nuremberg qui interdisait les relations entre Aryen.nes et Juif/ves n’a évidemment empêché ni les viols ni les brutalités94. Des survivantes considèrent toutefois qu’elle les a sans doute protégées. A la différence du conflit dans l’ex-Yougoslavie, les violences sexuelles n’eurent pas de caractère systématique dans le processus génocidaire. Le sort des victimes juives en ce domaine se rapproche de celui d’autres victimes féminines brutalisées dans le contexte de cette guerre et d’autres conflits95. Il est complexe de les faire apparaître : comme pour d’autres contextes, la recherche se heurte souvent au silence des victimes96. Mais il est à noter que dans cet ensemble, le génocide des Juifs est étudié comme un sujet parmi d’autres97. La perspective génocidaire ne semble plus alors prégnante.

Conclusion

39Deux publications récentes permettent de prendre le pouls du domaine de recherche. En 2013, dans Different Horrors, Same Hell. Gender and the Holocaust, Myrna Goldenberg et Amy H. Shapiro écrivent :

  • 98 M. Goldenberg, A. H. Shapiro, Different Horrors, op. cit, p.4

« Thus, scholars of the last twenty-five years have done much to answer the fundamental question that informed early women’s studies programs : where are the women ? Study of the Holocaust that does not acknowledge the experiences of women as victims, perpetrators, rescuers, and bystanders is limited and limiting. Yet despite its interdisciplinary, not until recently has Holocaust Studies generally enlisted feminist or gender theory in its analyses, nor have academics shown much, if any, awareness of their own gender assumptions98. »

  • 99 Ibid, p. 5

« But feminist scholars are still more likely to be cited by their feminist colleagues than by others in the field. Gender analyses have remained on the margins99. »

40Et en 2014, dans la revue Nashim. A Journal of Jewish Women's Studies & Gender Issues et son numéro spécial « Gender and the Holocaust New Research », Dalia Ofer note quant à elle :

  • 100 Dalia Ofer, « Introduction », Nashim: A Journal of Jewish Women's Studies & Gender Issues, Number 2 (...)

« More than thirty years after the issue of gender was first raised in Holocaust research, much has been achieved in this regard by scholars in a number of disciplines, mainly in the areas of history and literature. This issue of Nashim is intended as a further contribution to a vibrant field of study into which many young scholars have entered. […] The apprehension and even hostility that greeted the first harbingers of research focusing on women in the Holocaust are no more. However, research and teaching in this area still not central to scholarly work on the Holocaust, and a large proportion of those who do enter into this field are women100. »

  • 101 A titre de comparaison, les études sur les enfants et l'holocauste n'ont pas soulevé les mêmes crit (...)
  • 102 Sybil Milton, « Women and the Holocaust : The case of German and German-Jewish Women », in Renate B (...)
  • 103 D. Ofer, L. J. Weitzman, op. cit., p. 12.
  • 104 Lisa Pine, « Gender and the Holocaust… », art. cit., p. 121.

Même si la situation contemporaine est présentée positivement, ces chercheuses évoquent aussi des difficultés : la trace des virulentes critiques passées, la situation de marginalité du domaine qui perdure au sein des études sur l’Holocauste, le faible intérêt pour l’intégration de cette approche, qui reste, en définitive, essentiellement féminine. On ne peut que noter aussi l’absence d’intérêt, au-delà du cadre français, dans d’autres pays d’Europe occidentale touchés par la déportation et la Shoah. Ainsi, malgré l’engagement des pionnières qui se poursuit de nos jours, la rencontre entre les études sur les femmes et le genre - les premières plus présentes que les secondes - et celles sur l’Holocauste reste difficile, alors que ces deux domaines de recherche ont été marqués chacun, durant les trois dernières décennies, par une importante production. A ce domaine de recherche, né dans un cadre féministe et qui en a souffert, se pose aujourd’hui la question du futur et de la relève101. Une tendance programmatique l’accompagne qui est peut-être une force : en 1984, Sybil Milton considérait le sujet encore à ses premiers balbutiements102 ; en 1998, L. J. Weitzman et D. Ofer évoquaient un champ émergent103 et en 2008, Lisa Pine qui appartient à une génération plus jeune, écrit : « Whilst considerable analysis of the « Final Solution » has been undertaken, the issue of gender has been a relative newcomer in the wider field of Holocaust studies104. »

  • 105 A noter les bourses doctorale et post-doctorale proposées par la Fondation pour la Mémoire de la Sh (...)
  • 106 Voir dans les ouvrages pris ici en référence : 1993 (Vera Laska), 1996 (Nechama Tec), 1998 (Renée P (...)
  • 107 Elle est présente dans les ouvrages collectifs, voir par exemple autour de figures disparues durant (...)
  • 108 Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992 ; L’ère (...)

Envisagé depuis le nazisme, le projet génocidaire fait apparaître une corrélation entre race et sexe. Pourtant, les perspectives d’études des victimes juives, à la différence de celles des bourreaux, restent fuyantes. La mise à mort massive d’êtres humains semble peu compatible avec une approche par les sciences sociales ; l’histoire des femmes et du genre rencontre là une limite, accusée en outre de « séparer » artificiellement des victimes, des hommes et des femmes, qui ont vécu une même histoire. Les difficultés de la rencontre entre les deux domaines d’études traduisent en définitive le caractère hors norme de l’événement. Des travaux sont évidemment envisageables. Ceux construits à partir de la perspective des bourreaux évoquent certes les victimes mais aussi pertinents soient-ils, ils ne peuvent, à eux seuls, rendre compte de l’histoire de ces dernières. Les études restent possibles là où les êtres disposaient d’un peu d’autonomie105 : dans les situations de résistance, avant la déportation ou l’arrestation106; dans celles de cache, dans les camps de travail, de concentration, y compris à Auschwitz-Birkenau ; la perspective biographique est également intéressante107. Toutefois, dans ces derniers contextes, c’est souvent la réalité factuelle d’une survie au quotidien qui l’emporte. Réalité qui conduit à poser la question des sources. Il semble plus aisé d’appréhender l’histoire des bourreaux ou l’histoire depuis leur perspective. Les sources existent – ils ou elles ont agi et ont survécu à la guerre – en revanche, quelles sources, lorsque les êtres sont totalement privés de liberté, de possibilités d’action ou de destin ? La mémoire des survivant.es, orale et écrite, intervient comme un relais de l’histoire108. Nombreuses sont les chercheuses évoquées ici qui ont remarquablement mis en valeur ces sources mémorielles, en choisissant, malgré les critiques, de travailler la perspective des interstices de la vie au sein de l’Holocauste.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

- 1984 : When Biology Became Destiny : Women in Weimar and Nazi Germany, Renate Bridenthal, Atina Grossman, Marion Kaplan eds., New York, Monthly Review Press

- 1985 : Proceedings of the Conference: Women Surviving the Holocaust, Katz, Esther, Ringelheim Joan eds, New York, Institute for Research in History

- 1993 : Different Voices. Women and the Holocaust, Carol Rittner, John K. Roth, New York eds., Paragon House

- 1996 : Women and the Holocaust, Contemporary Jewry, Vol.17, Issue 1, January 1996

- 1998 : Women in the Holocaust. Dalia Ofer et Leonore J. Weitzman eds., New Haven and London, Yale University Press

- 1999 : Women and the Holocaust : Narrative and Representation Studies in the Shoah, E. Fuchs eds., Boston, University Press of America, Vol. XXII, 1999

- 2001 : Frauen im Holocaust, Barbara Distel Hg., Gerlingen, Bleicher Verlag

- 2001: Women in the Holocaust : Responses, Insights and Perspectives, Marcia Sachs Littell eds, Merion Station, PA, Merion Westfield Press. (Selected Papers from the Annual Scholars Conference on the Holocaust and the Churches 1990-2000)

- 2003 : Experience and Expression. Women, the Nazis, and the Holocaust, Elizabeth R. Baer, Myrna Goldenberg eds., Detroit, Wayne State University Press

- 2005 : Genozid und Geschlecht. Jüdische Frauen im nationalsozialistischen Lagersystem, Gisela Bock (Hg.), Frankfurt/New York, Campus Verlag

- 2007 : The Legacy of the Holocaust: Women and the Holocaust, Zygmunt Mazur, et al. Eds., Krakow, Jagiellonian University Press

- 2008 : Life, Death and Sacrifice : Women and Family in the Holocaust, Esther Hertzog eds., Jerusalem-New-York, Gefen

- 2010 : Sexual Violence against Jewish Women during the Holocaust, Sonja M. Hedgepeth, Rochelle G. Saidel eds., Brandeis University Press, Waltham, Massachusetts and University Press of New England, London/Hanover

- 2013 : Different Horrors, Same Hell. Gender and the Holocaust, Myrna Goldenberg, Amy H. Shapiro eds., Seattle, University of Washington Press

- 2014 : Nashim: A Journal of Jewish Women's Studies & Gender Issues, Number 27, Fall 5775/2014

Ouvrages et articles de Joan Ringelheim

- 1984, « The Unethical and the Unspeakable: Women and the Holocaust. » Simon Wiesenthal Center Annual I, Ed. Alex Grobman, Chappaqua, N.Y., p. 69-87.

- 1985, Eds, avec Katz, Esther, Proceedings of the Conference: Women Surviving the Holocaust, New York: Institute for Research in History (ouvrage)

- 1985, « Women and the Holocaust: A Reconsideration of Research », Signs: Journal of Women in Culture and Society 10. 4, p.741-761. Republié en 1991 [in Jewish Women in Historical Perspective Ed. Judith R. Baskin. Detroit: Wayne State UP, 1991] et 1993 [in Roth et Ritner]

- 1990, « Thoughts about Women and the Holocaust » in Ed. Roger S. Gottlieb. Mahwah, Thinking the Unthinkable: Meanings of the Holocaust, NJ: Paulist Press, 1990, pp.141-149.

- 1992, « The Holocaust. Taking women into account » Jewish Quaterly, 1992, 39 :3, pp. 19-23.

- 1992, « Verschleppung, Tod und Überleben. Nationalsozialistische Ghetto-Politik gegen jüdische Frauen und Mannër im besetzten Polen », in Nach Osten. Verdeckte Spuren nationalsoziallistischer Verbrechen, Heraugegeben von Theresa Wobbe, pp. 135-160.

- 1996, « Preface to the study of women and the holocaust », Contemporary Jewry, Vol. 17, Issue 1, January 1996.

- 1997, « Gender : A Split Memory », in Gender and Catastrophe, ed. Ronit Lentin, London, Zed Books, pp. 18-33.

- 1998, « The Split between Gender and the Holocaust », in D. Ofer et L. J. Weizman, pp. 340-350.

Haut de page

Annexe

Déportation depuis la France et assassinat de femmes et d’hommes à Auschwitz-Birkenau (1942-1944)

Nous renvoyons aux notes 87 à 89.

* Indéterminés (ind.* : terme employé par S. Klarsfeld, 1978). Il s’agit de personnes dont l’appartenance sexuée n’est pas précisée ainsi que des écarts entre le nombre de déporté.es indiqué par les nazis au départ et celui à l’arrivée des convois dans le camp.

* Entre crochets : il s’agit de valeurs approchantes

Commentaire du tableau, pour une année, 1942 : 41958 personnes sont prises en compte, déportées de France. Parmi elles, il y avait 23878 hommes (soit 57%) et 17720 femmes (42%). Le sexe d’environ 1% n’était pas précisé. A l’arrivée à Auschwitz-Birkenau, 22957 personnes ont été assassinées par gazage dans les premières heures (soit 55% des déporté.es) : 10944 hommes (26%) et 11723 femmes (28%). Si l’on considère l’assassinat des hommes par rapport au groupe des hommes, 46% ont été assassinés et en ce qui concerne les femmes par rapport à l’ensemble des femmes, ce sont 66%.

Le nombre d’hommes et de femmes gazé.es à l’arrivée augmente entre les trois années, celui de ceux et celles entrant au camp diminue (de 45% à 30%) : la plupart sont ensuite morts des conditions concentrationnaires extrêmement dures, des coups, du travail forcé, des épidémies, et beaucoup encore par gazage, à la suite des « sélections » effectuées dans le camp par les SS ; les évacuations et marches de la mort dans les premiers mois de 1945 sont également la cause d’une forte mortalité.

Pour les trois années, le nombre total des personnes assassinées à l’arrivée par gazage, indique une différence entre hommes et femmes (par rapport à leur groupe sexué) : 52% de tous les hommes et 70% de toutes les femmes, soit un homme sur deux et deux femmes sur trois. (Voir les éléments relatifs à cette « différence » dans le texte de l’article).

Haut de page

Notes

1 Le terme « « Holocauste » est choisi ici plutôt que « Shoah » - terme qui s’est imposé en Europe - en référence au corpus abordé, majoritairement anglo-saxon.

2 Voir Bibliographie.

3 Raul Hilberg, Perpetrators, Victims, Bystanders : The Jewish Catastrophe, 1933-1945, New York, Aaron Asher Books, 1992 traduit en 1994, Exécuteurs, victimes, témoins. La catastrophe juive, 1933-1945, Paris, Gallimard ; Saul Friedlander, L'Allemagne nazie et les Juifs. Tome 1, Les années de persécution, 1933-1939 et Tome 2, Les années d'extermination, 1939-1945, respectivement, Paris, Le Seuil, 1997 et 2008

4 Liliane Kandel, « Une pensée empêchée : des usages du « genre », et de quelques-unes de ses limites », Les Temps Modernes, mars-mai 1996, n° 587, p. 220-248. Liliane Kandel, sociologue, a participé au groupe de recherche créé par Rita Thalmann « Sexe et race ». (Voir dans ce numéro l’article de Marie-Claire Hook Demarle consacré à ce séminaire). Elle a co-dirigé l’ouvrage issu du colloque Féminismes et nazisme, Paris, 1996, rééd. 2004, Odile Jacob.

5 Précisons que l’approche se concentre ici sur la question des victimes juives durant la période 1940-1945. Ainsi, sont laissées de côté les problématiques relatives : à la situation des femmes dans la société nazie avant 1939 - allemandes juives et non juives -, à leur internement dans les différents camps de concentration - notamment de Ravensbrück, Moringen, Bergen Belsen ainsi que des Kommandos de camps majoritairement masculins, tels Buchenwald, Neuengamme, Mauthausen - aux bourreaux et témoins passifs, entendu au féminin, enfin à l’écriture des témoignages.

6 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éd., 2007.

7 New York, Monthly Review Press, 1984. A l’origine de l’ouvrage, elles citent une conférence au Bernard College en avril 1981 et leurs liens avec le « German Women’s History Study Group », « Acknowledgments », p.ix

8 Proceedings of the Conference: Women Surviving the Holocaust, New York, Institute for Research in History, 1985. Il n’a pas été possible de se procurer cet ouvrage, abordé ici à travers les commentaires qui en sont faits dans les ouvrages postérieurs et dans les critiques, notamment Ava F. Kahn, in The Public Historian, Vol. 7, n°3 (Summer, 1985), p. 104-106. Esther Katz est historienne, Université de New York. Sur Joan Ringelheim, voir Supra.

9 Des travaux sur les femmes dans la société nazie datent des années 1970, en Europe : notamment Jill Stephenson, Women in Nazi Society, New York, Barnes & Noble, 1975 et The Nazi Organization of Women, London, Croom Helm, 1981 ; Dorte Winkler, Frauenarbeit im "Dritten Reich", Reihe Historische Perspektiven 9, Hoffmann und Campe, 1977 ; aux Etats-Unis : Leila J. Rupp, Mobilizing Women for War: German and American Propaganda, 1939-1945, Princeton, Princeton University Press, 1978 ; "Women, Class, and Mobilization in Nazi Germany", Science and Society 43, Spring 1979, p. 51-69 ; "Mother of the Volk: The Image of Women in Nazi Ideology," Signs: Journal of Women in Culture and Society, 2, Winter 1977, p. 362-379. En France, au début des années 1980 : Rita Thalmann, Etre femme sous le IIIe Reich, Paris, Robert Laffont, 1982.

10 Voir encore en 2013 : Myrna Goldenberg, Amy. H. Shapiro eds., Different Horrors, Same Hell. Gender and the Holocaust, Seattle, University of Washington Press, 2013, p. 3. Le titre reprend en partie celui d’un article de M. Goldenberg,

11 Informations biographiques publiées sur le site du Musée de Washington (United States Holocaust Memorial Museum, USHMM).

12 Joan Ringelheim, « Thoughts about Women and the Holocaust », in Roger S. Gottlieb (eds .), Thinking…, op. cit., 1990, p.144 ; « The Holocaust. Taking Women into Account », Jewish Quaterly, 1992, 39 :3, p. 20 ; « The Split between Gender and the Holocaust », in Dalia Ofer et Leonore J. Weitzman eds., Women in the Holocaust, New Haven and London, Yale University Press, 1998, p. 340.

13 Conférences : « Scholar’s Conference on the Church Struggle and the Holocaust », 1981, sponsorisée par la « National Conference of Christians and Jews » ainsi qu’à la State University of New York ; Smith College, Berkshire Conference en 1984 sur l’histoire des femmes; elle cite également le soutien de la revue Signs in Joan Ringelheim, « The Unethical and the Unspeakable : Women and the Holocaust », (Notes), Simon Wiesenthal Annual, 1984, p.69-87 (en ligne sur le site « Museum of Tolerance, Multimedia Learning Center » : http://motlc.wiesenthal.com) et « Women and the Holocaust : A Reconsideration of Research » in C. Rittner, J. K. Roth, 1993 (article paru en 1985 dans Sign: Journal of Women in Culture and Society 10. 4, p. 741-761).

14 Alors que les subdivisions thématiques sont nombreuses dans les Holocaust Studies, Catherine A. Bernard indique l’absence ou la faiblesse de celles concernant les femmes jusque dans les années 1990, « Tell him that I : Women Writing the Holocaust », Other Voices, v. 2, n. 1, February 2000, article en ligne : http://www.othervoices.org/2.1/bernard/womanwriting.php

15 Voir, entre autre, Joan Ringelheim, « The Split… », art. cit., 1998, p. 344.

16 Joan Ringelheim, « The Holocaust. Taking… », art. cit., p. 20.

17 Depuis les années 1980, de nombreux témoignages de survivantes ont été publiés ou enregistrés. On retrouve un écho de cette critique dans C. Rittner et J. K. Roth, Different Voices…, op. cit, p. 38.

18 Raisonnement développé dans « Thoughts about… », art cit. et « The Holocaust. Taking… » art. cit.

19 « The Holocaust. Taking… » art. cit., p. 20.

20 Joan Ringelheim, entre autres : « Thoughts about… », art. cit., p.147.

21 Joan Ringelheim, « The Split… », art. cit., 1998, p. 350.

22 Ti-Grace Atkinson, figure du féminisme radical, voir en français : « Le nationalisme féminin », Nouvelles questions féministes, 6-7, Spring 1984, p. 35-54, Joan Ringelheim, « Women and the Holocaust. A reconsideration… », Signs…, art. cit, p. 753.

23 Ibid., p. 756-757.

24 Elle a essentiellement publié des articles sur le sujet. Voir Bibliographie.

25 L’un des premiers ouvrages concerne le témoignage et la littérature : Marlene E. Heinemann (1986), Gender and Destiny. Women Writers and the Holocaust. Il faut également citer les travaux de Sara R. Horowitz, Ellen Fine, Lilian Kremer : Ellen Fine, « Women Writers and the Holocaust: Strategies for Survival » in Reflections of the Holocaust in Art and Literature, Randolph L Braham Eds., New York, Columbia University Press, 1990 ; Sara Horowitz, « Gender, Genocide and Jewish Memory », Prooftexts : A Journal of Jewish Literary History, Vol. 20, n°1, 2000, p.158-190 ; Lillian Kremer, Women’s Holocaust Writing : Memory and imagination, Lincoln, University of Nebraska Press, 1999 ; Voir également Rachel Feldhay Brenner ; plus récemment, Federica K. Clementi. Voir également Tobe Levin, « Pouvons-nous appliquer les principes de la critique littéraire féministe aux écrits de femmes sur l’Holocauste ? », p. 250-259, in Féminismes et nazisme, op. cit.

26 Issu de la conférence biannuelle sur l’Holocauste en 2005 dont le thème était consacré aux femmes, qui s’est déroulée à l’Université de Cracovie et au Musée d’Auschwitz, The Legacy of the Holocaust: Women and the Holocaust, Zygmunt Mazur, Jay T. Lees, Arnold Krammer, Wladyslaw Witalisz. eds., Krakow, Jagiellonian University Press, 2007. Les trois éditeurs n’interviennent pas dans l’ouvrage.

27 Parmi les couvertures. 1984 : à partir d’une œuvre extraite de l’autobiographie picturale de Charlotte Salomon (1917-1943-Auschwitz), (Leben ? Oder Theater ?). 1993 : à partir d’une œuvre de Anna Walinska (1906-1997). 1998 : trois photos de femmes, Bertha Gottschalk (née Wolfberg) assise entre ses filles (Nanny et Kaethe), en 1941, déportées au camp de Theresienstadt en novembre 1942 où Bertha mourut ; Nanny a été assassinée à Auschwitz, Kaethe a survécu (collection de l’USHMM). 2001 : photographie d’André Zucca, Paris sous l’Occupation, deux femmes rue de Rivoli. 2003 : réalisée à partir d’une photographie de femmes et enfants dans un camp (non identifié) en Yougoslavie (collection de l’USHMM). 2008 : photographie représentant trois générations de femmes : deux ont péri en 1944, l’arrière grand-mère et la grand-mère de l’éditrice, Esther Hertzog, l’enfant est sa mère, Eva Ben-Tal (née dans les années 1920). 2010 : réalisée à partir d’une œuvre de Max (Meier) Bueno de Mosquita (peintre hollandais, survivant d’Auschwitz, 1913-2001), Sobibor No.2, représentant notamment des femmes enceintes avec des enfants (In the Queue for the Gas Chambers, Ghetto Fighters’House Museum, Israël). 2013 : en arrière plan, est reproduite une partie d’une représentation du camp de Birkenau, extraite de First Station, Auschwitz-Birkenau, œuvre d’Arie Galles (1998), qui appartient à la série « Fourteen Stations », œuvres picturales sur 14 camps et lieux d’assassinat parmi les plus importants créés par les nazis, œuvres réalisées notamment à partir de photographies aériennes prises par les Alliés en 1944.

28 Leur participation est non négligeable à l’ouvrage de 1998 (D. Ofer et L. J. Weitzman) : trois historiens (Gershon Bacon, Yehuda Bauer, Daniel Blatman) et un spécialiste de littérature (Lawrence L. Langer).

29 Auteure de Resilience and Courage. Women, Men, and the Holocaust, New Haven, London, Yale University Press, 2003 et Defiance, Oxford University Press, 1993, qui inspire le film Les Insurgés (2008) consacré à la résistance juive qui s’est organisée dans les espaces forestiers biélorusses.

30 Voir surtout les ouvrages de 1993 et 1998.

31 D’autres survivantes devenues historiennes mais n’ayant pas travaillé spécifiquement sur le thème des femmes juives dans le cadre de l’Holocauste : Felicja Karay, Lidia Rosenfeld Vago. On peut également citer, du côté des témoignages édités, l’ouvrage de Vera Laska née Oravec (1928-2005), Tchécoslovaque, non juive, résistante, qui a édité un ouvrage de témoignages de femmes, dès 1983, Women int The Resistance and in the Holocaust. The Voices of Eyewitnesses, Contibutions in Women’s Studies, number 37, Greewood Press, Westport, London.

32 Marion Kaplan, The Jewish Feminist Movement in Germany: The Campaigns of the Jüdischer Frauenbund, 1904‑1938, Greenwood Press, 1979 ; Between Dignity and Despair: Jewish Life in Nazi Germany, Oxford University Press, 1998 ; avec Deborah Dash Moore, Gender and Jewish History, co-edited with, Indiana University Press, 2011.

33 Harriet Pass Freidenreich, Female, Jewish, and Educated: The Lives of Central European University Women, Indiana University Press, Bloomington, 2002, p.201 ; Marion Kaplan est l’auteure de Between Dignity and Despair: Jewish Life in Nazi Germany, Oxford, Oxford University Press, 1999.

34 Vol. 17, Issue 1, January 1996.

35 University Press of America, Lanham, New York, Oxford, 1999. Elle contribue également à Hertzog (2008).

36 Fondatrice et directrice à New York du « Remember the Women Institute », qui encourage les recherches et projets culturels sur l’histoire des femmes http://www.rememberwomen.org/index.html. Depuis 2001, l’historienne partage sa vie entre Israël et les Etats-Unis. Elle a participé à l’ouvrage de 2008 (Hertzog) ; ses recherches portent également sur le camp de Ravensbrück : The Jewish Women of Ravensbrück Concentration Camp, The University of Wisconsin Press, Madison, 2004.

37 Ce numéro de la revue Nashim - terme signifiant « femme » ou « épouse » - est une production américano-israélienne, publié aux Etats-Unis par les Presses de l’Université d’Indiana sous la direction de Dalia Ofer

38 Vallentine Mitchell, London, Portland, 1998, réédité en 2013.

39 Barbara Distel (Hg.): Frauen im Holocaust, Gerlingen, Bleicher Verlag 2001. Sur les 19 contributions, 8 sont des republications dont deux de l’ouvrage de 1998 (Ruth Bondy et Nechama Tec, deux survivantes). Les autres sont republiés des Dachauer Hefte (Cahier de Dachau). Voir la recension critique par Sabine Kittel « Frauen im Holocaust – ein überfälliges Buch? » : Querelles-net, Rezensionszeitschrift für Frauen-und Geschlechterforschung, http://www.querelles-net.de/index.php/qn/article/view/98/98

40 Francfort-sur-le-Main/New York, Campus 2005. Il repose en partie sur le projet germano-israélien « Victims, victimizers and survivors : a multidisciplinary research on Jewish women in the concentration camp Ravensbrück and their environments » (2001-2005).

41 Zwangssterilisation im Nationalsozialismus : Studien zur Rassenpolitik und Frauenpolitik, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1986 ; « Le nazisme. Politiques sexuées et vies des femmes en Allemagne », in Histoire des femmes en Occident, dir. Francoise Thébaud, Vol.5, Le XXe siècle, Paris, Plon, p. 143-167 ; « Gleichheit und Differenz in der nationalsozialistichen Rassenpolitik », Geschichte und Gesellschaft, Vol. 9, p. 277-310

42 Sur la question de l’implication des femmes dans les crimes nazis, à la fin des années 1980, une polémique l’a opposée à Claudia Koonz, auteure de Mothers in the Fatherland : Women, the Family and Nazi Politics (New York, St Martin’s Press, 1987, ouvrage traduit : Les mères-patries du IIIe Reich, Paris, Lieu commun, 1989) ; Gisela Bock « Die Frauen und der Nationalsozialismus, Bemerkungen zu zinem Buch von Claudia Koonz », in Geschichte und Gesellschaft (4/1989) ; Françoise Thébaud, Ecrire…, op. cit., p. 138-140 ; Christina Herkommer, Frauen im Nazionalsozialismus – Opfer oder Täterinnen ? Eine Kontroverse der Frauen Forschung im Spiegel feministischer Theoriebildung und der allgemeinen historischen Aufarbeitung der NS-vergangenheit, München, Meidenbauer, 2005 ; Elizabeth Harvey, Women and the Nazi East: Agents and Witnesses of Germanization, New Haven 2003 ; »Der Osten braucht Dich!«. Frauen und nationalsozialistische Germanisierungspolitik, Hamburg, Hamburger Edition, 2010 ; Franka Maubach, Die Stellung halten. Kriegserfahrungen und Lebensgeschichten von Wehrmachthelferinnen, 2009, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht ; Wendy Lower, Hitler's Furies: German Women in the Nazi Killing Fields, Houghton Mifflin, 2013 (trad. Les Furies de Hitler. Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah, Paris, Tallandier, 2014) ; voir dans ce numéro les contributions de Elissa Mailänder (et son récent ouvrage Female SS Guards and Workaday Violence. The Majdanek Concentration Camp, 1942-1944, Michigan State University Press, 2015) et de Deborah Barton et Fabien Théofilakis. Sur la problématique des « bourreaux » au masculin : Christopher R. Browning, Des hommes ordinaires : le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, 1994 ; Christian Ingrao, Croire et détruire, Paris, Fayard, 2010.

43 London, Zed Books, 1997.

44 Studies in the Shoah, vol. XXII, p. 47-61.

45 « The Women of Birkenau », Clark University, 2010. Voir son article dans l’ouvrage publié en Pologne en 2007, - « Budy : Gender, Power, and Prisoner Relations » in The Legacy of the Holocaust: Women and the Holocaust, Jagiellonian University Press, 2007.

46 Tel Aviv University, 2011. Des articles : « Weibliche Erfahrung in Auschwitz-Birkenau », in G. Bock, 2005, p. 103-122 ; « Infinite Loneliness: Some Aspects of the Lives of Jewish Women in the Auschwitz Camps According to Testimonies and Autobiographies Written Between 1945 and 1948 » in Lessons and Legacies. From Generation to Generation, D. L. Bergen eds, Vol.VIII, 2008, p.125-156 ; « Sexual Abuse of Jewish Women in Auschwitz-Birkenau » in Dagmar Hertzog, ed., Brutality and Desire. War and Sexuality in Europe’s Twentieth Century, New York, Palgrave, 2009.

47 Twisted Cross: The German Christian Movement in the Third Reich, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1996 ; War and Genocide: A Concise History of the Holocaust, Lanham, Rowman & Littlefield, 2003 ; Lessons and Legacies VIII : From Generation to Generation, D. L. Bergen eds., Northwestern University Press, 2009 ; Alltag im Holocaust : jüdisches Leben im Grossdeutschen Reich ; 1941-1945, herausgegeben von Andrea Löw, Doris L. Bergen und Anna Hájková, series Schriftenreihe der Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, München, Oldenbourg, 2013.

48 Voir également : Anna Reading, spécialiste des médias, The Social Inheritance of the Holocaust: Gender, Culture and Memory, London, Palgrave Macmillan, 2002.

49 Lisa Pine, spécialiste de l’éducation et de la famille sous le régime nazi, « Gender and Holocaust Victims: A Reappraisal », Journal of Jewish Identities, Issue 1, Number 2, July 2008, p. 121-141.

50 Zoe Waxman travaille notamment sur les violences sexuelles, le témoignage et les représentations de l’Holocauste. Elle a participé à l’ouvrage collectif de 2010. A noter que dans la publication récente (2011), collective, internationale, dirigée par Jean-Marc Dreyfus et Daniel Langton (Université de Manchester), Writing the Holocaust (Bloomsbury, London, New York), c’est l’historienne israélienne Dalia Ofer qui développe la perspective du genre : « Gender : Writing Women, Writing the Holocaust », p. 7-25.

51 Anna Hajkowa : sur le camp de Theresienstadt, « Die fabelhaften Jungs aus Theresienstadt: Junge tschechische Männer als dominante soziale Elite im Theresienstädter Ghetto » in Ghetto: Neue Forschungen zu Alltag und Umfeld (Beiträge zur Geschichte des Nationalsozialismus, 25), Christoph Dieckmann, Babette eds., 2009, p. 116-135 ; « Sexual Barter in Times of Genocide: Negotiating the Sexual Economy of the Theresienstadt Ghetto », Signs: Journal of Women in Culture and Society, vol. 38, no. 3, Spring 2013 ; elle est co-éditrice avec Doris L. Bergen de Alltag im Holocaust…, op. cit., 2013.

52 Il participe à l’ouvrage collectif de 2010 sur les violences sexuelles.

53 Joan Ringelheim, « Thoughts… », art. cit., 1990, p. 144.

54 Ruth Bondy, « Women in the Theresienstadt and the Family Camp in Birkenau » in D. Ofer, L. J. Weitzman, op. cit., p. 310.

55 Auteure de The Shawl (1989), traduit, Le Châle, éditions de l'Olivier, 1991, qui raconte l’histoire d’une mère et d’un bébé dans un camp de concentration.

56 Joan Ringelheim, « Thoughts… », art. cit., p.144 ou « The Split… », art. cit, 1998, p.348-349

57 L’article n’est pas cité par l’historiographie anglophone : Liliane Kandel, « Une pensée empêchée… », art. cit.

58 Ibid, p. 223.

59 Ibid., p. 231.

60 Ibid., p. 226-227.

61 Ibid., p. 230. Pour la France, Françoise Thébaud évoque la position de l’historienne Annette Wieviorka qui considère illégitime l’approche sexuée du génocide mais souligne son intérêt pour étudier la condition des Juifs en France, la déportation politique et le système concentrationnaire, Ecrire…, op. cit., 2007, note 34, p. 139-140

62 Né en 1929, professeur de littérature : The Holocaust and the Literary Imagination (1975), The Age of Atrocity : Death in Modern Literature (1978), Holocaust Testimonies : The Ruins of Memory (1991)

63 Lawrence L. Langer « Gendered… », art. cit., 1998, p. 362.

64 Ibid.

65 Mensuel, fondé par l’American Jewish Committee en 1945, aborde des questions politiques, sociales et culturelles et ayant trait au judaïsme, Commentary, vol. 105, n°6, 1998.

66 Parmi les hommes : Michael Berenbaum (ancien directeur de l’USHMM), Yaacov Lozowick (directeur de Yad Vashem), Robert Jan van Pelt (Université of Waterloo, Ontario, Canada), Stephen Feinstein (Center for Holocaust and Genocide Studies, Université of Minnesota, Minneapolis), John K. Roth (Claremont McKenna College, California) ; les femmes : Dalia Ofer, Leonore Weitzman, Nechama Tec, Myrna Goldenberg, Joan Ringelheim. Cette dernière estime sa pensée déformée et le journaliste ignorant de la situation des études sur l’holocauste et de celles sur le genre

67 En 2001, G. Schoenfeld a une nouvelle passe d’armes avec Sara R. Horowitz : G. Schoenfeld, « Feminist Approaches to the Holocaust », p. 277-279 et Sara R. Horowitz, « A Response to Gabriel Schoenfeld », p. 279-283, Prooftexts, Volume 21, Number 2, Spring 2001, Indiana University Press.

68 E. Baer, M. Goldenberg, Experience and Expression, op. cit., Introduction, p.xxvii-xxviii.

69 Ibid, note 43, p.xxxiii

70 M. Goldenberg, A. H. Shapiro, op. cit, « Introduction », p. 5.

71 D. L. Bergen, Ibid, p. 16-37. La citation d’historiens qui se sont montrés, d’une manière ou d’une autre, favorables ou intéressés par l’approche peut également être évoquée : souvent cité, Yehuda Bauer, « The problem of Gender. The case of Gisi Fleishmann, p. 167-185 in Rethinking the Holocaust, Yale University Press, 2002 ; de même, Raoul Hildberg et son court chapitre « Les hommes et les femmes » in Exécuteurs… op. cit, p.149-153 ainsi que l’historien Emanuel Ringelblum (1900-1944). Dans le cadre de son projet de recueil d’informations au sein du ghetto de Varsovie (« Archives Ringelblum » ou Oneg Shabbat), celui-ci souhaitait que soit mis en valeur le courage des femmes. Il avait confié l’enquête à Cecilya Slepak, traductrice, journaliste qui l’a menée durant l’hiver et le printemps 1942, auprès de 16 femmes de milieux sociaux diversifiés, sur les conditions avant la guerre, l’attaque nazie, puis la lutte au quotidien dans le ghetto.

72 Joan Ringelheim, « The Holocaust. Taking… », art. cit., p. 23.

73 Ibid.

74 In D. Ofer et L. J. Weitzman, op. cit., p. 96.

75 Katharina von Kellenbach, « Reproduction and Resistance during the Holocaust », in Esther Fuchs, Women and…, op. cit., p. 19-20.

76 Sibyl Milton, « Women and… », art. cit., 1984, p. 297.

77 D. Ofer, L. J. Weitzman, « Introduction », op. cit., 1998, p. 2.

78 M. Goldenberg, A. H. Shapiro, Part 1, « History of Feminist Theory and Gender Analysis of the Holocaust », op. cit, 2013, p.15.

79 Joan Ringelheim, 1993, art. cit., p. 376 ; 1998, art. cit. p. 345. Voir l’ouvrage pionnier de Susan Brownmiller, Against Our Will : Men, Women, and Rape, Martin Secker & Warburg, New York, 1975 ; Roger Smith, « Genocide and the Politics of Rape : Historical and Psychological Perspectives », Remembering for the Future, International Conference on the Holocaust and Genocide, Berlin, 1994.

80 En 2010, le sujet est au cœur de l’ouvrage collectif dirigé par Sonja M. Hedgepeth et Rochelle G. Saidel, Sexual Violence against Jewish Women during the Holocaust. Notons les contributions de Myrna Goldenberg (2007, « Rape during the Holocaust », p.159-169 et 2013 « Sex-Based Violence and the Politics and Ethics of Survival », p. 99-127 : de Kirsty Chatwood (2008, « Re-Interpreting Stories of Sexual Violence : The Multiple Testimonies of Lucille Eichengreen, p.161-180).

81 Voir entre autre, Véronique Nahoum-Grappe, « La purification ethnique et les viols systématiques. Ex-Yougoslavie 1991-1995 », Clio, HFS, Guerres civiles, n°5, 1997

82 Annette Becker, « Extermination. Le corps et les camps », dans Histoire du corps, T.III, Les mutations du regard, le XXe siècle, (dir.) Jean-Jacques Courtine, Paris, Le Seuil, 2006, p. 321-339.

83 Joan Scott, « Gender : a useful category of historical analysis », American Historical Review, vol. 91, n° 5, 1986, p. 1053-1075.

84 Nous nous référons ici particulièrement à ce camp et aux témoignages écrits et oraux – issus notamment du fonds testimonial constitué par l’Union des Déportés d’Auschwitz, créé à l’instigation de Raphaël Esrail, ancien déporté, qui compte plus d’une centaine de témoignages de survivant.es des camps d’Auschwitz, Birkenau et des camps annexes de travail forcé.

85 A ce sujet, Liliane Kandel est sévère, « Une pensée empêchée… », art. cit.

86 Notamment « The Split… », in Ofer et Weitzman, 1998, p. 349.

87 Voir tableau, Annexe. Les convois de déportation depuis la France sont comptabilisés jusqu’au numéro 79 ; parmi ceux-ci ne sont pas pris ici en compte 6 convois : 2 dirigés vers les camps de Sobibor-Majdanek et 2 vers Sobibor (convois 50, 51, 52, 53), ainsi que le 73e, dirigé vers Kaunas en Lituanie et le 79e, parti de Drancy vers le camp de Buchenwald. Par ailleurs doivent être soustraits 5 numéros (41, 43, 54, 56, 65) qui ne correspondent pas à des convois. Les données portent ainsi sur tous les convois partis de France vers Auschwitz-Birkenau, soit 68 (sur 74). Les valeurs ont été obtenues par croisement de plusieurs sources : Serge Klarsfeld, Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Paris, CDJC et Klarsfeld, 1978 ; Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Serge Klarfeld et FFDJF, Paris, 2012 ; Auschwitz Chronicle, 1939-1945. From the Archives of the Auschwitz Memorial and the German Federal Archives, Danuta Czech, Henry Holt and Company, New York, 1990.

88 Environ 1% des déporté.es étaient non identifié.es selon le sexe.

89 Les comptages s’appuient sur trois données : le nombre de personnes, femmes et hommes, composant un convoi, celles et ceux qui entrèrent au camp, celles et ceux qui furent gazé.es à l’arrivée d’un convoi : Auschwitz Chronicle, 1939-1945, ouv. cit. Rappelons que le pourcentage de survivant.es déporté.es de France était d’environ 3%  en 1945 : le chiffre illustre les conditions mortifères d’Auschwitz-Birkenau, camp de concentration-centre d’assassinat, où les déporté.es entré.s au camp outre les traitements inhumains, le manque de nourriture, le travail forcé, les épidémies, subirent de fréquentes « sélections » pour la chambre à gaz. Il faut citer également la mortalité intervenue dans les derniers mois de la guerre, au cours des « marches de la mort » et dans les camps du Reich après les évacuations.

90 De même d’ailleurs pour les assassins. G. Bock, « Ordinary Women in Nazi Germany. Perpetrators, Victimes, Followers, and Bystanders » in D. Ofer, L. J. Weitzman, 1998, op. cit., p. 95-97.

91 L’ouvrage de Nechama Tec, Resilience and Courage. Women, Men and the Holocaust se distingue donc dans cet ensemble.

92 Parmi de nombreux témoignages, citons celui de Nadine Heftler qui a choisi pour titre la dernière phrase que son père lui a dite sur la rampe : « Si tu t’en sors… ». Auschwitz, 1944-1945, Paris, La Découverte, 1992

93 Les relations entre mère/fille ont engendré plus d’études que celles entre père/fils : Brana Gurewitsch, Mothers, Sisters, Resisters: Oral Histories of Women Who Survived the Holocaust, University Alabama Press, 1998 ; Frederica K. Clementi, Holocaust Mothers and Daughters: Family, History, and Trauma, Brandeis University Press, 2013. La relation père/fils est présente dans les témoignages, à titre d’exemple, Elie Wiesel, La Nuit, Paris, Les Éditions de Minuit, 1958.

94 M. Goldenberg (2013) propose d’utiliser l’expression « Sex-Based Violence » en se référant aux travaux de Fionnuala Ni Aolain : « Sex-Based Violence and the Holocaust--A Reevaluation of Harms and Rights in International Law », Yale Journal of Law and Feminism 12, n°1, 2000, http://www.law-lib.utoronto.ca/diana/fulltext/aola1.htm)

95 Les viols de femmes allemandes par les soldats soviétiques estimés en centaines de milliers présentent une systématicité : Norman M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Occupation Zone, 1945-1949, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995 ; « Russes et Allemands : viols de guerre et mémoires postsoviétiques » in Raphaëlle Branche et Fabrice Virgil al., Viols en temps de guerre, Paris, Payot, 2011, p.207-227.

96 Certaines réticences sont renforcées par des conditions d’enregistrement. C. Browning rappelle celles de la Visual History Archive de la Shoah Foundation qui se terminent en famille, À l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récits des survivants : mémoire et histoire, Paris, les Belles Lettres, 2010, p. 229. L’expression de l’intime semble moins difficile par écrit, voir p. 233-234.

97 Voir à ce sujet le programme très riche du colloque international et interdisciplinaire qui s’est tenu à Hambourg en juillet 2015 : parmi les 91 participants, 3 étaient spécialistes de l’Holocauste (Doris L. Bergen, Pascale R. Bos, Atina Grossmann). A noter l’hommage rendu à Susan Brownmiller: « "Against Our Will", Forty Years After: Exploring the Field of Sexual Violence in Armed Conflict » en référence à son travail précurseur Against Our Will: Men, Women and Rape, 1975

98 M. Goldenberg, A. H. Shapiro, Different Horrors, op. cit, p.4

99 Ibid, p. 5

100 Dalia Ofer, « Introduction », Nashim: A Journal of Jewish Women's Studies & Gender Issues, Number 27, Fall 5775/2014, p. 5

101 A titre de comparaison, les études sur les enfants et l'holocauste n'ont pas soulevé les mêmes critiques.

102 Sybil Milton, « Women and the Holocaust : The case of German and German-Jewish Women », in Renate Bridenthal et al., op. cit., p. 297 et p. 322.

103 D. Ofer, L. J. Weitzman, op. cit., p. 12.

104 Lisa Pine, « Gender and the Holocaust… », art. cit., p. 121.

105 A noter les bourses doctorale et post-doctorale proposées par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, en partenariat avec l’Institut Emilie du Châtelet, pour la session 2015-2016, pour des recherches portant sur l’histoire des femmes juives en France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans le long après-guerre (1939-fin des années 1950).

106 Voir dans les ouvrages pris ici en référence : 1993 (Vera Laska), 1996 (Nechama Tec), 1998 (Renée Poznanski, Bronka Klibanski, Leonore J. Weitzman, Nechama Tec, Yehuda Bauer), 1999 (Katharina von Kellenbach), 2001-all (Widerstand : articles de Ingrid Strobl, Nechama Tec, Shmuel Krakowski, Peter Monteath), 2003 (Judith Greenberg), 2007 (Sarah Cushman), 2010 (Kisty Chatwood), le thème de la résistance traverse aussi les articles relatifs aux femmes et aux enfants, les situations de cache. On note l’importance de la présence de Nechama Tec dont l’ouvrage Resilience and Courage… a remporté le « National Jewish Book Award » en 2002-2003.

107 Elle est présente dans les ouvrages collectifs, voir par exemple autour de figures disparues durant la guerre, Anne Frank (2001, 2003), Edith Stein (1999), Etty Hillesum (2001) ; ou survivante telle Charlotte Delbo (2007).

108 Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992 ; L’ère du témoin, Paris, Plon, 1998 ; voir l’étude de Christopher Browning sur le camp de Starachowice réalisée à partir de témoignages, À l’intérieur d’un camp de travail nazi…, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Les ouvrages à travers leur couverture27
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2223/img-2.png
Fichier image/png, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ernot, « « Women and/in the Holocaust » : à la croisée des Women’s-Gender et Holocaust Studies (Années 1980-2010) », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2223

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page