Navigation – Plan du site
Le genre en guerre
Histoire et mémoires

“La mémoire des Ianfu” : Le Women’s Active Museum on War and Peace (Tokyo)

Fabrice Virgili

Texte intégral

  • 1 Communication faite à l’occasion de la journée d’étude Des Musées et des femmes de l’association Mn (...)
  • 2 La capitulation est signée le 2 septembre mais la victoire date du 15 août 1945, jour du discours r (...)

1Le Women’s Active Museum on War and Peace, dit « WAM » n’est pas un musée connu, aucune chance de le trouver au programme des Tour Operator, pas davantage dans les guides touristiques1. Ce musée a été fondé en août 2005, date du 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Asie avec la victoire alliée sur le Japon2. Il est le résultat d’une triple démarche, militante, historienne et pédagogique, et trouve son origine dans le développement des mouvements féministes au Japon et en Asie orientale dans les années 1970.

I. Un contexte favorable

  • 3 Le site n’est plus actif depuis 2004, mais les informations sont toujours en ligne : http://www1.jc (...)
  • 4 Voici les trois objectifs tels qu’ils sont définis sur le site du WAM : 1. We call for the restorat (...)

2En 1977 fut fondée l’Asian Women Association, regroupant des militantes de plusieurs pays asiatiques. Parmi les mobilisations des mouvements féministes, la question des violences faites aux femmes apparaît plus nettement sur le devant de la scène à partir des années 1990, surtout avec la conférence de Beijing en 1995. En 1998, entre autre à l’initiative de Yayori Matsui, journaliste et militante féministe, est crée Violence against Women in Work Network (VAWW.net) 3. Ce réseau qui regroupe chercheuses, journalistes et militantes combat la violence sexuelle en temps de conflit, par la défense de la mémoire des Ianfu, appelées maladroitement « femmes de réconfort », affirme son hostilité à la présence des bases militaires américaines et à ce qu’elles génèrent en terme de violences sexuelles, ainsi que sa solidarité avec les femmes victimes de violences dans tous les conflits en cours4.

3La sensibilité autour de la question des Ianfu dans le contexte de l’Asie orientale se comprend aussi par la pratique du tourisme sexuel de la part d’hommes d’affaires japonais et sa dénonciation par les mouvements féministes puis des droits de l’homme depuis les années 1970. Il y a une forme d’effet de miroir entre la fréquentation de prostituées dans les pays d’Asie du Sud-Est d’abord, Philippines, Indonésie, Thaïlande, puis Chine et Vietnam à partir de l’ouverture de ces deux pays, et le système des « Stations de réconfort » sur la même aire géographique, mais alors occupée par l’armée japonaise au cours de la Seconde Guerre mondiale. On le voit, la lutte contre les violences sexuelles imbrique étroitement le combat contre la domination masculine au Japon et les rapports de nature coloniale qui furent ceux du Japon avec le reste de la région jusqu’en 1945.

  • 5 En particulier les mangas de Yoshinori Kobayashi ouvertement révisionnistes.

4Ainsi la question des viols commis lors de la prise de la capitale chinoise, alors Nankin, par l’armée japonaise en décembre 1937 revient régulièrement sur le devant de l’actualité bilatérale nippo-chinoise. La mémoire des Ianfu concerne en revanche plus particulièrement les relations nippo-coréennes. Dans les deux cas, le sujet relève également de politique intérieure opposant la droite nationaliste et la gauche japonaises, de la pédagogie lorsque se pose la question des manuels scolaires, de la publication de certains mangas5, ou des choix muséographiques.

  • 6 Étienne Jaudel, Procès de Tokyo, Paris, Odile Jacob, 2010 ; Annette Wieviorka et Collectif, Les Pro (...)
  • 7 http://www1.jca.apc.org/vaww-net-japan/english/womenstribunal2000/judgement.html
  • 8 Hirohito est le nom sous lequel il est connu en Occident, mais pour les Japonais il s’agit du règne (...)

5Dans ce contexte, c’est en 1998 que Yayori Matsui et le VAWW.net proposent de constituer, avec le soutien d’autres associations féministes et de défense des droits humains, un tribunal international des femmes chargé de juger le système d’esclavage sexuel mis en place par l’armée japonaise de 1938 à 1945. Bien entendu les accusés sont décédés et ont déjà été jugés pour partie par le Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, lors du procès dit « de Tokyo » en 1946-19486. Mais le fait qu’ils n’aient pas été poursuivis pour ces faits précis justifie aux yeux des organisatrices ce « re-jugement ». Le procès se tient en 2000 à Tokyo, y participent des juristes, des avocats spécialistes en droit international, des représentants d’ONG mais surtout 64 femmes, anciennes Ianfu, qui viennent témoigner de ce qu’elles ont vécu. Après cinq jours d’audiences, le 12 décembre 2000, le tribunal déclare l’Empereur Hirohito coupable et l’État du Japon responsable pour les crimes de guerre que constituent le viol et l’esclavage sexuel. Un an plus tard, à La Haye « capitale du droit international », un rapport de 265 pages correspondant au jugement final du procès est rendu public7. Le choix d’accuser l’empereur Hirohito8, alors qu’il avait été épargné lors du procès de Tokyo, n’a pas contribué, bien au contraire, à faire parler du procès qui fut très discrètement couvert par les médias japonais. Une série de reportages que lui avait pourtant consacré la chaine de télévision publique NHK avait été finalement déprogrammée. Il importait alors pour ses organisatrices de poursuivre l’action menée en faveur des anciennes Ianfu.

6Se sachant atteinte d’un cancer, Yayori Matsui léga son appartement afin qu’il devienne un lieu où se poursuivrait ce combat après sa mort survenue le 27 décembre 2002 à l’âge de 68 ans. Deux ans et demi plus tard – grâce également à une campagne de dons – fut inauguré le WAM.

II. Entre histoire, mémoire et militantisme

  • 9 Au début de l’année 1945, des milliers de prisonniers de guerre Britanniques et Australiens, mourur (...)

7Le musée se situe au 2e étage d’un immeuble du quartier Waseda, à proximité de l’université du même nom. Pas de caisse, ni de vestiaire à l’entrée, le première pièce se distingue par sa couleur rouge et l’absence de mobilier, les lettres WAM se détachent en face de l’entrée et sur la droite les murs sont couverts de photographies de femmes âgées. On reconnaît là une forme commémorative fréquemment utilisée pour personnaliser les victimes. Qu’il s’agisse des victimes juives du génocide nazi en de très nombreux lieux consacrés à la Shoah, des prisonniers de guerre australiens décédés lors de la marche de la mort de Sandakan9 à l’Australian War Memorial, des victimes des purges staliniennes ou encore des habitants de la ville d’Hiroshima tués lors du bombardement atomique, la forme est fréquente aux quatre coins du globe.

DR/ http://wam-peace.org/​en/​

8Cependant, à la différence des cas précédemment cités, les 150 femmes dont les portraits figurent ici, étaient toutes en vie lors de la création du musée et acceptèrent d’exposer leur visage, leur nom et leur nationalité dans l’entrée du WAM. Chacune d’entre elles, ancienne victime de l’esclavage sexuel, avait brisé le silence et participait au combat pour la reconnaissance de ce qu’elles avaient toutes subi.

9Une fois cette première pièce traversée, l’ambiance change de nature, la moquette devient bleue et sont réunies ici les espaces consacrés à la fois aux expositions, à la bibliothèque, le poste de consultation audiovisuel, et les postes de travail. Au gré des chaises pliantes et des meubles repoussés sur les côtés l’espace devient un lieu de consultation, de réunion ou de conférence.

  • 10 Ando Rikichi, Hata Shunroku, Itagaki Seishiro, Kobayashi Seizo, Terauchi Hisaichi, Umezu Yoshojiro, (...)

10En rentrant dans ce qui est la salle principale du WAM, se trouvent tout de suite à droite sur le mur des photographies d’hommes qui répondent à celles des femmes de la première pièce. Il s’agit là des accusés du procès de 2000, neuf criminels de guerre déjà jugés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale10. En position centrale un dixième portrait, celui de l’Empereur. Sa présence correspond à un « premier jugement » alors qu’il s’agit d’un procès de complément pour les autres, parmi lesquels Iwane Matsui principal responsable des crimes commis à Nankin en 1937 et le seul criminel de rang A a avoir été condamné pour les viols commis par ses soldats, que ce soit lors du procès de Tokyo ou de Nuremberg.

11Le choix n’a pas été de mettre face à face les victimes et leurs bourreaux, mais bien d’organiser deux espaces successifs, qui permettent d’abord de faire la connaissance des victimes et de leur combat, de prendre conscience de leur nombre, puis de se remémorer qui furent leurs bourreaux avant de s’informer davantage en regardant les autres documents exposés, de consulter les ouvrages ou revues de presse à disposition du visiteur.

12Pour souligner l’importance numérique mais aussi géographique du phénomène, une carte reflète l’état des connaissances. Son extension maximale correspond à celle de l’armée impériale japonaise en 1942 et la couleur ou la forme de chaque point signale quelles sont les sources qui permettent d’établir qu’à cet endroit il y eut une « Comfort station » : témoignages de Ianfu, témoignages ou journaux de soldats japonais, documents officiels et militaires, récits d’autres témoins (habitants, soldats alliés etc.). Le souci est constant de renseigner le sujet, de faire le point sur l’état des connaissances.

13Le silence, mais aussi la parole des anciens soldats japonais qui se rendirent dans les stations de réconfort ne sont pas oubliés. Un de ces soldats avait témoigné lors du tribunal des femmes en 2000 et de nombreuses stations ne sont connues que par un récit militaire, une exposition leur ayant été consacrée en 2009-2010 intitulée « Testimony and Silence : Former soldiers facing up to their crimes ».

14Chaque année le WAM présente ainsi une nouvelle exposition qui permet d’aborder les différents aspects du sujet. La première en 2005 avait logiquement été consacrée au tribunal des femmes de 2000, puis l’année suivante à l’action de la fondatrice Matsui Yayori. Les choix ont été par la suite géographiques : la Corée en 2006, le Timor oriental en 2007, la Chine 2009, les Philippines en 2011, Okinawa en 2012 et Taïwan en 2013. L’exposition de 2012, à propos d’Okinawa, illustre la double vocation du WAM, historique et mémorielle, car il s’agit aussi de faire connaître l’actualité des violences faites aux femmes.

15L’affiche de l’exposition montre la carte de l’île d’Okinawa avec les « stations de réconfort » présentes avant la conquête américaine en juin 1945 ; à droite une autre carte de l’île sur laquelle sont indiqués les viols commis par des soldats de l’armée américaine qui stationnent depuis 1945 à Okinawa. Il y a là, non pas un parallèle, mais une volonté de souligner différents aspects de la violence sexuelle, l’une de l’armée japonaise sur un territoire japonais, l’autre du temps de l’occupation puis de la présence américaine sur l’île. Cette deuxième carte n’a pas seulement vocation à souligner l’ampleur d’un phénomène par l’accumulation des points mais également de renseigner au maximum chaque cas recensé, sachant que de plus en plus les viols commis provoquent de fortes manifestations qui réclament la fermeture des bases de l’armée américaine sur place. Cette double dimension macro et micro est représentative de ce musée, lieu d’accumulation des savoirs sur le sujet (documents, témoignages, rapports) et de dénonciation de la violence sexuelle. Il se revendique « Women’s Active Museum », militant aux côtés d’autres ONG, pour porter devant la justice les cas des anciennes Ianfu à travers le monde. Ses membres participent également et plus largement aux actions menées contre toutes formes de discrimination envers les femmes.

16Pour mieux saisir la dimension militante du WAM il faut comprendre les forts enjeux politico-mémoriels qui agitent la mémoire de la Seconde Guerre mondiale au Japon. Celle-ci, contrairement à l’image que l’on en a parfois en Europe, n’est en rien uniforme. Les différences politiques, géographiques, le moindre rôle de l’État dans la politique de la mémoire, font des très nombreux musées consacrés à la guerre des lieux extrêmement diversifiés. Les récits proposés par les différents acteurs de la mémoire de ce conflit insistent plus ou moins selon les cas sur la légitimité de la guerre menée par le Japon, au nom de l’indépendance du pays et de l’Asie vis-à-vis de l’Occident ; sur l’importance des souffrances du peuple japonais dont les bombardements atomiques constituent l’acmé, ou bien encore, comme au WAM, sur les crimes commis par l’armée japonaise dans sa guerre d’agression.

  • 11 Michael Lucken, Les Japonais et la guerre : 1937-1952, Paris, Fayard, 2013.

17Le conflit mémoriel est certes international (il oppose en particulier la Corée et la Chine), mais il traverse également la société japonaise et montre des prises de positions parfois totalement coupées des travaux historiques tant l’enjeu mémoriel et politique est important11.

  • 12 Philip A. Seaton, Japan’s Contested War Memories: The « Memory Rifts » in Historical Consciousness (...)

18Ainsi, le Musée Yushukan, principal musée consacré à la Seconde Guerre mondiale à Tokyo, lieu privé accolé au sanctuaire Yasukini, ne cache pas son orientation nationaliste. La guerre y est dénommée Guerre de la Grande Asie Orientale, les responsabilités des puissances occidentales soulignées et les crimes de l’armée japonaise passés sous silence. Ainsi le sac de Nankin est présenté comme un incident où « des soldats chinois déguisés en civils ont été sévèrement pourchassés ». Inutile de dire que les viols qui ont été commis à Nankin et le système des « comfort stations » sont totalement absents du musée. D’autres musées, comme l’International Peace Center à Osaka, ont un espace consacré aux crimes commis par l’armée japonaise à Nankin, ou aux expériences médicales de l’Unité 731 en Mandchourie. Ici la guerre n’est pas celle de la Grande Asie de l’Est, dénomination nationaliste, mais la guerre de 15 ans incluant ainsi ce que Yushukan qualifie seulement « d’incidents » en Corée, Mandchourie ou Chine. Ces musées aux positionnements très variés donnent des visions différentes de ce que fut l’histoire de la Seconde Guerre mondiale12.

  • 13 George Hicks, The Comfort Women - Japan’s Brutal Regime of Enforced Prostitution in the Second Worl (...)

19D’où la nécessité pour le WAM de faire entendre une autre voix pour faire connaître le sort des Ianfu13. La petitesse du lieu, l’absence de véritable collection, font du WAM un tout petit musée qui accueille en moyenne 200 visiteurs par mois. D’où la nécessité d’une dimension itinérante à travers les expositions qui circulent, des conférences, des rencontres avec les enseignants, un site bilingue en japonais et en anglais, bref un musée hors les murs pour donner la parole aux Ianfu, soutenir leur combat auprès des ONG comme des organisations internationales.

Haut de page

Notes

1 Communication faite à l’occasion de la journée d’étude Des Musées et des femmes de l’association Mnémosyne le 26 janvier 2013, au Musée de l’Armée - Hôtel national des Invalides.

2 La capitulation est signée le 2 septembre mais la victoire date du 15 août 1945, jour du discours radiodiffusé de l’empereur qui annonce avoir accepté les conditions alliées.

3 Le site n’est plus actif depuis 2004, mais les informations sont toujours en ligne : http://www1.jca.apc.org/vaww-net-japan/english/index.html

4 Voici les trois objectifs tels qu’ils sont définis sur le site du WAM : 1. We call for the restoration of honor and justice for women victimized by Japan's military sexual slavery before & during WWII, and for the Japanese government to fulfill its war and post-war responsibilities. 2. As a result of sexual violence around the U.S. military bases, we ask for the removal of US military bases from Okinawa and other parts of Japan. 3. We share information on violence against women in current armed conflicts throughout the world and work in solidarity to prevent such violence.

5 En particulier les mangas de Yoshinori Kobayashi ouvertement révisionnistes.

6 Étienne Jaudel, Procès de Tokyo, Paris, Odile Jacob, 2010 ; Annette Wieviorka et Collectif, Les Procès de Nuremberg et de Tokyo, André Versaille, 2010.

7 http://www1.jca.apc.org/vaww-net-japan/english/womenstribunal2000/judgement.html

8 Hirohito est le nom sous lequel il est connu en Occident, mais pour les Japonais il s’agit du règne de Showa.

9 Au début de l’année 1945, des milliers de prisonniers de guerre Britanniques et Australiens, moururent lors de marches forcées et en détention sur l’île de Bornéo.

10 Ando Rikichi, Hata Shunroku, Itagaki Seishiro, Kobayashi Seizo, Terauchi Hisaichi, Umezu Yoshojiro, Tojo Ideki, Matsui Iwane, Yamashita Tomoyuki.

11 Michael Lucken, Les Japonais et la guerre : 1937-1952, Paris, Fayard, 2013.

12 Philip A. Seaton, Japan’s Contested War Memories: The « Memory Rifts » in Historical Consciousness of World War II, Édition, annotated edition, Routledge, 2007.

13 George Hicks, The Comfort Women - Japan’s Brutal Regime of Enforced Prostitution in the Second World War, Édition : Reprint., W. W. Norton & Co., 2011 ; Yuki Tanaka, Japan’s Comfort Women, London/New York, Routledge, 2001 ; Yoshimi Yoshiaki, Comfort Women - Sexual Slavery in the Japanese Military During World War II, Édition : New Ed., Columbia University Press, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Légende DR/ http://wam-peace.org/​en/​
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2222/img-1.png
Fichier image/png, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Virgili, « “La mémoire des Ianfu” : Le Women’s Active Museum on War and Peace (Tokyo) », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2222

Haut de page

Auteur

Fabrice Virgili

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page