Navigation – Plan du site
Le genre en guerre
Histoire et mémoires

Hommage à Rita Thalmann (1926-2013) : L’aventure du séminaire « Sexe et race »

Marie Claire Hoock-Demarle

Texte intégral

  • 1 Rita Thalmann, Tout commença à Nuremberg, Paris, Berg International, 2004, p.197

1Les très nombreux hommages rendus à Rita Thalmann lors de sa disparition en 2013 ont amplement fait connaître un itinéraire de vie singulier qu’elle qualifiait elle-même d’« expérience vécue entre histoire et mémoire ». Dans son autobiographie intitulée  Tout commença à Nuremberg, parue en 2004, elle raconte avec la minutie et la prodigieuse mémoire qui furent siennes son enfance à jamais marquée par les violences exercées dès le début des années 1930 par les nazis très tôt implantés à Nuremberg, sa ville natale, et les errances qui la mènent, jusqu’à la fin de la guerre, entre France et Suisse, Bâle et Dijon, d’une école à l’autre, toujours sur le qui-vive et sous la menace d’une dénonciation - dont son père, dénoncé et déporté à Auschwitz, sera la victime. Elle y acquiert une force de résistance et un irrépressible besoin de comprendre qui marqueront tous ses choix ultérieurs. Après le baccalauréat obtenu en 1948 à Strasbourg, elle opte pour des études germaniques en Sorbonne, ce qui, pour celle qui avait encore en mémoire les vociférations en allemand des troupes SS dans les rues de Nuremberg, peut paraître pour le moins un choix insolite mais c’est, pour Rita Thalmann, un choix très réfléchi, motivé par sa conviction profonde que c’est en étudiant l’histoire et la culture de l’Allemagne sur la longue durée que l’on parviendra à en comprendre les derniers développements. Elle revendique clairement ce choix : « après tout ce que nous avions vécu, je ressentais le besoin de comprendre comment cette Allemagne, à l’avant-garde de la culture, des sciences et des techniques, avait pu engendrer le national-socialisme […]1 ». Elle a la chance de trouver à la Sorbonne dans les années cinquante quelques germanistes, eux aussi à la recherche d’une explication du dernier tournant de l’histoire allemande, comme Edmond Vermeil qui avait intitulé, Allemagne. Essai d’explication, son ouvrage fondamental rédigé en 1939, interdit puis publié en 1945 ou l’Alsacien Robert Minder, témoin déchiré de deux guerres mondiales, disciple de Romain Rolland et d’Albert Schweitzer et Européen convaincu. C’est aussi le moment où s’ébauche, en osmose avec quelques historiens, une recherche et un enseignement pluridisciplinaires dont Rita Thalmann profite largement et qu’elle défendra âprement toute sa vie.

2Désormais Rita Thalmann s’affirmera toujours comme germaniste et historienne, revendiquant sa place dans ces deux disciplines à ses yeux indissociables, œuvrant à la croisée des disciplines à une époque où la transdisciplinarité n’était guère de mise. Sans revenir ici sur son parcours universitaire, son engagement syndical houleux parfois mais fidèle ou son rôle majeur au sein d’associations comme La cause des Femmes, auprès de Gisèle Halimi, ou d’institutions comme le CDJC et le Mémorial de la Shoah, on retiendra ici essentiellement les engagements de Rita Thalmann dans les deux domaines de recherche qu’elle ne cesse de soumettre à un questionnement croisé : histoire du nazisme et histoire des femmes et plus largement de ce qu’elle appelle, à la suite d’Ernst Bloch, les « minorités existentielles ». Ainsi, avec son étude majeure Etre femme sous le IIIe Reich (1982), elle aborde la question du triple enfermement des femmes dans le « nouvel ordre masculin nazi », sujet jusque-là tabou et qui va déclencher des débats mémorables avec de nombreuses chercheuses, notamment l’Allemande Gisela Bock et l’Américaine Claudia Koonz. Ses très nombreux articles dans les revues Allemagne d’Aujourd’hui, Revue d’Allemagne, Matériaux pour l’histoire de notre temps, comme les ouvrages collectifs parus sous sa direction - Femmes et Fascismes (1987) ou La tentation nationaliste (1990) - complètent le portrait de cette interprète minutieuse de l’histoire de son temps, toujours à la recherche d’une explication, toujours motivée par son sens de la responsabilité dans la transmission d’un passé qu’elle veut comprendre et faire comprendre à d’autres générations.

3Nommée en 1984 à l’université Paris 7-Denis Diderot, où la coopération entre disciplines est déjà pleinement développée, elle y trouve un cadre où elle va pouvoir œuvrer sur les deux fronts qui lui sont chers : celui des Études germaniques et celui, en plein essor à Paris 7, de l’histoire des femmes, des minorités, de l’antisémitisme et du racisme. Elle promeut l’ouverture des Études germaniques sur la culture et la civilisation et crée en 1985 un centre d’études et de recherches germaniques qui deviendra le CERIC, Centre d’Etudes et de Recherches Intereuropéennes Contemporaines. Analyste attentive et novatrice des femmes allemandes sous le nazisme, elle apporte ses thématiques propres au CEDREF, Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes, et au groupe de recherches sur les femmes dans les Sociétés Occidentales autour de Michelle Perrot.

4Mais c’est dans le cadre du séminaire ‘Sexe et race’ créé en octobre 1984, que Rita Thalmann va pleinement développer, secondée par une équipe formée à l’esprit pluridisciplinaire de Paris 7, les études sur les phénomènes de discrimination et d’exclusion touchant en particulier les femmes et les minorités. Ce séminaire, qui génèrera les onze volumes de la revue publiés à partir des travaux et discussions qui y sont menés, porte un titre très programmatique : Sexe et race. Discours et formes nouvelles d’exclusion du 19e au 20e siècle, à la mesure de la diversité tant géographique que thématique de l’entreprise. Dans le cadre de l’histoire de l’Europe occidentale - et centrale - depuis le tournant de 1870-71, qui voit s’instaurer l’Empire allemand dans un climat de nationalisme et de militarisation exacerbées, jusqu’à nos jours, les travaux du séminaire se sont d’emblée inscrits dans la longue durée, jugée nécessaire pour saisir un mouvement amorcé par le darwinisme social menant à l’idéologie raciste du national-socialisme et aux exclusions/éliminations extrêmes du Troisième Reich et qui perdure encore aujourd’hui sous de nouvelles formes d’exclusion.

5Pendant plus d’une décennie, le séminaire s’est employé à déconstruire les concepts-clés de race et de sexe et à déchiffrer systématiquement toutes les formes de discours d’exclusion. Recherches et travaux ont porté, en premier lieu, sur le discours pseudo-scientifique du 19e siècle et ses avatars au 20e siècle tels que l’eugénisme et l’hygiène raciale. A côté des figures marquantes de pseudo-scientifiques issus du 19e siècle comme Edouard Drumont et Alexis Carrel ou d’idéologues comme H.S. Chamberlain et Alfred Rosenberg, les théories raciales, la « philosophie biologique », le « darwinisme social », l’eugénisme et l’« hygiène raciale » ont fait l’objet de relectures attentives et de contextualisations nécessaires. Les rapports étroits, voire l’amalgame à certaines époques, entre racisme et sexisme, la proximité entre théorie des races et biopolitique, l’adhésion à l’eugénisme de certains médecins ont été systématiquement mis à jour dans divers pays européens au cours de la longue période envisagée. Sans oublier l’analyse du discours juridique qui assure la mise en pratique de ces formes de discrimination et d’exclusion menant à la marginalisation sociale et, plus encore, à l’élimination totale. De même, nombre de travaux ont porté sur les relents d’antijudaïsme chrétien encore perceptibles dans certains pays qui avaient pourtant perdu leurs minorités juives dans la Shoah ou sur la résurgence du « complot juif international » dans certains milieux d’extrême droite européens.

  • 2 Paris, Publications de l’Université Paris 7.

6Mais c’est surtout dans le champ alors en plein essor de l’histoire des femmes (tout particulièrement à Paris 7) que le séminaire « Sexe et race » a fait figure de novateur. S’intéressant à l’histoire des femmes et aux mouvements féministes émergents au tournant du 20e siècle, les multiples approches n’ont pas négligé les figures de femmes qui, dans divers pays européens, ont animé ces mouvements au prix du rejet social et de la réprobation morale. La situation des femmes à des moments-clefs de l’histoire du 20e siècle a fait l’objet d’études neuves, comme le national-féminisme des années vingt et trente, la mémoire grise des femmes de la RDA ou les femmes et l’extrême droite. Des problèmes de société spécifiques aux femmes, tels que l’avortement/IVG, la mixité, la parité ont été abordés, toujours dans le souci d’une approche ouverte à la fois comparatiste et internationale et dans le respect de la diversité des formes de discrimination et d’exclusion socioculturelle des femmes. L’aspect sans doute le plus original du séminaire a été l’approche des divers thèmes par le biais de l’analyse du discours tant pseudo-scientifique qu’idéologique, juridique, législatif ou socio-culturel. Dans le cas des thématiques portant sur les femmes, cette analyse a été double : à la fois analyse du discours sur les femmes, tout particulièrement le discours antiféministe qui amalgame racisme et sexisme, et analyse du discours des femmes elles-mêmes et sur elles-mêmes, toutes les formes du discours étant alors systématiquement confrontées. C’était là l’instrument le plus efficace pour mettre à jour les amalgames, les phénomènes de banalisation, voire les processus de négation qui jalonnent le 20e siècle. Ces travaux ont généré deux colloques, représentatifs de la diversité comme de l’actualité des activités du séminaire et qui ont fait date : Femmes-Nations-Europe en 1995 sous le haut patronage de Simone Veil, alors présidente du Parlement européen et Féminisme et Nazisme en 1996, en hommage à Rita Thalmann2.

7Ainsi, forte de l’expérience vécue dont elle a porté personnellement témoignage et qui lui conférait une autorité morale pleinement assumée, convaincue que la rigueur scientifique et une minutieuse transmission étaient seules à même de saisir l’histoire dans ce qu’elle a de plus extrême, Rita Thalmann n’a eu de cesse de retourner aux sources, de traquer les mots et les discours de l’histoire afin non seulement de mettre en lumière les structures culturelles, mentales, politiques qui ont mené à la catastrophe mais aussi de transmettre à d’autres générations le devoir d’explication qu’impliquaient l’enseignement et la recherche considérés par elle comme un engagement scientifique et civil sans cesse en éveil.

8Marie Claire Hoock-Demarle, Université Paris 7-Denis Diderot

Haut de page

Notes

1 Rita Thalmann, Tout commença à Nuremberg, Paris, Berg International, 2004, p.197

2 Paris, Publications de l’Université Paris 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Claire Hoock-Demarle, « Hommage à Rita Thalmann (1926-2013) : L’aventure du séminaire « Sexe et race » », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2221

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page