Navigation – Plan du site
Le genre en guerre

Le genre en guerre. Exécutrices, victimes, témoins

Isabelle Ernot

Texte intégral

  • 1 « Les lois genrées de la guerre », Clio, HFS, n°39, 2014, sous la direction de Fabrice Virgili. Deu (...)
  • 2 Françoise Thébaud en retrace l’historiographie des dernières décennies : « Penser les guerres du XX (...)

1Nombre de manifestations, citoyennes, scientifiques ou encore didactiques, accompagnent le cycle commémoratif qui s’est ouvert l’année dernière autour des deux guerres mondiales. Les conflits contemporains alimentent également un besoin d’expertise. Colloques et publications récents témoignent de questionnements du fait guerrier alimentés particulièrement par l’approche du genre1. Ce numéro se veut contribution à une thématique travaillée depuis plusieurs décennies à laquelle correspond désormais une production scientifique conséquente2.

  • 3 New York, Aaron Asher Books, 1992

2« Le genre en guerre » durant le second conflit qui a marqué le XXe siècle : l’approche dialectique questionne aussi bien ce que le genre fait à la guerre que les effets de la guerre sur le genre. La dichotomie des « bourreaux » et des « victimes » est complexifiée ici par un troisième terme, « exécutrices, victimes, témoins », en référence à l’ouvrage de Raoul Hildberg consacré à l’Holocauste, Perpetrators, Victims, Bystanders : The Jewish Catastrophe, 1933-19453. Ce numéro qui s’attache à faire le point sur une historiographie récente, explore plus précisément deux thématiques. La première concerne l’Allemagne nazie, particulièrement les contextes de son entreprise de conquête à l’Est et du génocide des Juifs, à travers trois articles qui relèvent principalement d’une perspective d’histoire des femmes (E. Maïlander, D. Barton - F. Théofilakis, I. Ernot). La seconde thématique est davantage genrée portant, à travers deux exemples, sur le lien entre armées (alliées en Italie, japonaise dans l’aire asiatique) et prostitution féminine (J. Le Gac, F. Virgili).

  • 4 Elles furent une vingtaine dans le camp de Majdanek ; environ 170 ont été présentes à Auschwitz-Bir (...)
  • 5 Mothers in the Fatherland: Women, the Family and Nazi Politics, New York, St Martin’s Press, 1987 ; (...)
  • 6 Françoise Thébaud, Ecrire l’histoire des femmes, Lyon, ENS Éditions, 2007, pp.138-140.

3La première perspective analysée par ce dossier est en lien avec les crimes nazis. Près de 500 000 Allemandes ont été incorporées à la Wehrmacht et environ 3500 à la SS en tant qu’auxiliaires - pour l’essentiel, surveillantes dans les camps (SS Aufseherinnen)4. Un certain nombre de ces « engagées » ont été présentes dans les territoires de l’Est. Deux articles - celui d’Elissa Maïlander qui présente trois études récentes et celui de Deborah Barton et Fabien Théofilakis écrit à quatre mains, abordent la question de la responsabilité de ces femmes en s’intéressant à des professions sollicitées dans le cadre de la réalisation du projet colonial nazi. Il y a trois décennies, dans les années 1980, le sujet avait été au cœur de la « Querelle des historiennes », entre Gisela Bock qui défendait l’idée d’Allemandes qui, dans leur grande majorité, auraient été victimes du national-socialisme et Claudia Koonz, qui mettait en valeur, à l’inverse, leur adhésion et soutien au régime, estimant leur responsabilité occultée5. La réalité est sans doute « plus nuancée » autour « de l’implication d’une fraction des femmes attirée par l’idéologie ou les aspects modernisateurs du régime » selon Françoise Thébaud, une analyse confirmée par de récentes recherches, relatives à l’implication de groupes spécifiques de femmes ou d’individues6.

  • 7 Timothy Snyders, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012.

4Sur ces territoires d’Europe centrale et orientale où s’est exercée une violence inouïe7, les femmes qui relèvent de la sphère des « exécutrices » sont peu nombreuses, à l’image de ces gardiennes des « camps de la mort » qui ont contribué au système global d’assassinat quand ce n’est, pour un certain nombre, aux « sélections ». Elissa Maïlander a consacré une recherche à celles qui officièrent au camp de Majdanek. Toutefois, d’une manière générale, les femmes n’ont pas participé aux différentes actions de mise à mort. Elles sont certainement beaucoup plus nombreuses à se situer à la marge de cette catégorie, entre exécutrices et témoins : ainsi ces « conseillères à la colonisation » qui organisent, sur un « modèle allemand », les villages dont les populations slaves viennent d’être chassées ou encore les engagées de la Wehrmacht, deux études dues respectivement à Elizabeth Harvey et Franka Maubach, présentées ici par Elissa Maïlander. L’observation de la profession de journalistes par Deborah Barton et Fabien Théofilakis révèle les mêmes ambigüités : les discours ou le travail photographique de quatre femmes présentes sur les territoires conquis - certainement témoins plus ou moins directs de violences et persécutions - ignorent la réalité de la guerre et contribuent à la propagande nazie.

5De la perspective des « bourreaux », l’article qui s’intéresse aux relations entre Women ou Gender Studies et Holocaust Studies bifurque vers celle des victimes, essentiellement juives (I. Ernot). Ce domaine de recherche qui entend étudier le sort spécifique des femmes au sein de l’Holocauste, s’est développé aux Etats-Unis et secondairement en Israël, peu en Europe (Grande-Bretagne, Allemagne) et est quasiment absent des travaux dans les principaux pays touchés par les déportations. Sa présentation suppose d’évoquer les critiques qui lui ont été adressées et les réponses apportées en retour, mais aussi d’identifier des limites à l’histoire des femmes et du genre pour appréhender la réalité génocidaire.

  • 8 Rita Thalmann, Etre femme sous le Troisième Reich, Paris, Robert Laffont, 1982 ; Marie-Claire Hook (...)

6Enfin, un regard complémentaire est apporté par Marie-Claire Hook Demarle qui rappelle à travers l’évocation de la mémoire de Rita Thalmann, le caractère précurseur du séminaire « Sexe et Race » qui s’est tenu durant plusieurs années à l’Université Paris 78.

  • 9 Voir : « À propos de l’affaire des « femmes de réconfort » de l’armée japonaise. La cinéaste Byun Y (...)

7La notion de « victimes » est encore présente au sein de la seconde thématique abordée par ce numéro, celle d’une prostitution féminine en relation avec des armées. Le premier cas concerne des Italiennes - la présence des armées alliées en Italie méridionale dans un contexte de chaos politique, de défaite, de misère, génère le développement d’une prostitution féminine que les états majors tentent de contrer, de contrôler voire d’organiser en vue du seul bien-être ou de la protection de leurs hommes. Le second cas revient sur la construction de la mémoire d’un crime, la prostitution forcée, organisée par les autorités japonaises dans différents pays d’Asie dans le cadre de leur conquête impériale ; le sujet est abordé par le biais des actions développées pour construire la mémoire de ce crime, initiatives des Ianfu (plus connues sous le nom de « femmes de réconfort ») ou menées autour de celles-ci (F. Virgili)9. Si ces deux cas rendent présents hommes et femmes, ces dernières restent dans l’ombre, alors que sont mis en lumière la réalité/le caractère masculinistes d’armées nationales.

8Deux spécialistes des relations entre guerre et genre accompagnent ce numéro. Danièle Voldman et Fabrice Virgili y présentent leur ego-histoire, deux parcours de recherche, singuliers, qui se côtoient aussi, et s’inscrivent dans le mouvement de défrichement de cette historiographie dont ils sont des artisans majeurs, par leurs travaux et les synergies de recherche créées.

Haut de page

Notes

1 « Les lois genrées de la guerre », Clio, HFS, n°39, 2014, sous la direction de Fabrice Virgili. Deux récents colloques internationaux : l’un à Paris, “Love, Sex and War : Towards another History of 20th Century Europe”, 18-19 mai 2015 ; l’autre à Hambourg, 2-4 juillet 2015, intitulé « "Against Our Will", Forty Years After: Exploring the Field of Sexual Violence in Armed Conflict » en référence au travail précurseur de Susan Brownmiller consacré aux violences sexuelles (Against Our Will: Men, Women and Rape, 1975). Colloque organisé par le SVAC, « The International Research Group « Sexual Violence in Armed Conflict » fondé en octobre 2010 auquel participe chercheur/ses et expert.es de différents continents.

2 Françoise Thébaud en retrace l’historiographie des dernières décennies : « Penser les guerres du XXe siècle à partir des femmes et du genre. Quarante ans d’historiographie », Clio, Ibid., pp. 157-182.

3 New York, Aaron Asher Books, 1992

4 Elles furent une vingtaine dans le camp de Majdanek ; environ 170 ont été présentes à Auschwitz-Birkenau entre mars 1942 et janvier 1945, les hommes étaient environ 4000, Aleksander Lasik et al, Auschwitz 1940-1945. Central Issues in the History of the Camp, Vol. 1, The Establishment and Organization of the Camp, Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau, Oswiecim, p.289 et p.293

5 Mothers in the Fatherland: Women, the Family and Nazi Politics, New York, St Martin’s Press, 1987 ; traduit : Les Mères-Patries du IIIe Reich. Les femmes et le nazisme, Paris, Lieu Commun, 1989. Gisela Bock « Die Frauen und der Nationalsozialismus, Bemerkungen zu zinem Buch von Claudia Koonz », in Geschichte und Gesellschaft (4/1989).

6 Françoise Thébaud, Ecrire l’histoire des femmes, Lyon, ENS Éditions, 2007, pp.138-140.

7 Timothy Snyders, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012.

8 Rita Thalmann, Etre femme sous le Troisième Reich, Paris, Robert Laffont, 1982 ; Marie-Claire Hook Demarle (dir.), Femmes-Nations-Europe, 1995 et Liliane Kandel (dir.), Féminisme et Nazisme, 1996 (les deux issus des Cahiers du Cedref, Publications de l’Université Paris 7).

9 Voir : « À propos de l’affaire des « femmes de réconfort » de l’armée japonaise. La cinéaste Byun Young-Joo s’entretient avec Hélène Cixous », ProstituéEs, Clio, HFS, n°17, 2003, p. 187-2002 ; Raphaëlle Branche, Fabrice Virgil et al., Viols en temps de guerre, Paris, Payot, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ernot, « Le genre en guerre. Exécutrices, victimes, témoins », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2218

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page