Navigation – Plan du site
Le genre en guerre

Des femmes allemandes au service de la guerre : participations actives aux politiques raciales nationales-socialistes, à la déportation et au génocide (1939-1945)

Elissa Mailänder

Résumés

Le national-socialisme en tant que mouvement et mode d’exercice du pouvoir a généré une nouvelle organisation des rapports entre les sexes qui se comprend uniquement si l’on fait appel aux catégories de « race » et de « classe ». Le contexte de la guerre, ainsi que la politique raciale et la politique de colonisation nationale-socialiste sont des données d’une importance primordiale, qui ont modifié radicalement, dans la Pologne occupée (Gouvernement général), les relations entre les sexes. Dans la politique agressive de conquête et de persécution du régime, le rôle social des femmes « aryennes » était important du fait de leur soutien actif et du grand pouvoir d’action dont elles disposaient. L’article est construit autour de la présentation de trois ouvrages de recherche récents. Elizabeth Harvey, dans son étude  Der Osten braucht dich!  [ L’Est a besoin de toi ! ] publiée en anglais en 2005, examine la façon dont les femmes se sont engagées dans la politique nationale-socialiste de colonisation. Franka Maubach a présenté, en 2009, l’étude Die Stellung halten [Tenir la position] portant sur le corps auxiliaire de la Wehrmacht. La même année a été publié le travail d’Elissa Mailänder sur la violence des surveillantes des camps de concentration dans la Pologne occupée [Gewalt im Dienstalltag]. Même si les fonctions de commandement sont restées en majeure partie entre les mains des hommes et que les femmes ont occupé des positions subalternes, les femmes allemandes – comme le démontrent ces trois études – se trouvaient dotées, dans des postes et à des niveaux les plus divers, de pouvoirs d’action et de définition considérables (Heinrich Popitz). Dans le contexte de la politique de domination nationale-socialiste, la violence représentait pour les femmes une possibilité d’action tout à fait concrète qui a été utilisée de multiples manières. Prenant pour exemple les trois groupes d’actrices évoqués, cette contribution propose premièrement d’analyser les univers de vie et d’expériences de ces femmes avant leur engagement dans la guerre. En second lieu, l’article examinera les comportements et les espaces d’action concrets de femmes travaillant dans les territoires occupés de l’Est, afin de déterminer dans la troisième partie la responsabilité individuelle des femmes dans l’occupation, la persécution et les assassinats nazis. Il s’avère que le « genre » en tant que catégorie d’analyse des rapports de pouvoir sociaux et politiques permet d’éclairer les actes de violence de ces actrices, nées entre 1918 et 1928.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Krieg galt von jeher als Sache des Mannes. Männer zogen ins Feld, sie entschwanden dem Blick, die (...)

« La guerre a toujours été considérée comme l’affaire des hommes. Les hommes partaient au champ de bataille, se dérobaient aux regards, ils disparaissaient dans des lointains où les attendaient l’action et l’aventure. La femme en était exclue. Son sort était la nostalgie, la crainte et l’inquiétude, le devoir d’attente – sa tâche la garde du foyer, le bien-être des enfants, la prière pour la victoire. Ainsi, des siècles durant, les destins des sexes étaient séparés en temps de guerre, sauf là où la patrie en forteresse assiégée était devenue le théâtre d’opérations de guerre ne permettant aucune échappatoire, […]1. »

  • 2 J’exprime mes plus vifs remerciements à l’égard d’Isabelle Ernot et de Véronique Odul ainsi qu’au c (...)

1Une citation démodée issue d’une histoire du genre en temps de guerre ? Non, il s’agit en réalité de l’introduction d’un album de photos, publié le 11 juillet 1941 au Berliner Geschichtsverlag, qui documente avec ses 91 photos le prétendu quotidien des femmes allemandes pendant la guerre.2 Cette brochure de documents illustrés portant le titre aux accents programmatiques Frauen helfen siegen [Les femmes contribuent à la victoire], s’adressait explicitement aux « camarades du peuple » [Volksgenossinnen] dans le but de les encourager à s’engager dans la guerre après l’invasion de l’Union soviétique.

  • 3 Gisela Bock, « Täter, Opfer, Mitläufer und Zuschauer im Nationalsozialismus », in Kirsten Heinsohn, (...)

2Une lecture plus approfondie révèle cependant que le programme de la brochure est moins traditionnaliste qu’on ne pouvait d’abord l’imaginer. Car cet engagement dans la guerre consistait, au-delà d’une « attitude intérieure parfaitement naturelle » (cf. la préface de Gertrud Scholtz-Klink, chef de la Ligue nationale-socialiste des femmes, dans le livré cité ci-haut), en un véritable service de travail pour les femmes allemandes et autrichiennes, et ce non seulement chez elles, dans le Reich, mais partout dans l’Europe occupée par les nazis. Si l’on prend comme point de départ les chiffres cités par Gisela Bock dans son article sur les femmes sous le nazisme, cela concernait pour l’année 1939, 18 millions de femmes mariées et 8 millions de mères, 17 millions de femmes sans enfants et 8 millions de femmes célibataires, dont 89 % avaient une activité rémunérée3.

3Dans cet article, je cherche à dégager à l’aide de trois études récentes – mes propres recherches, ainsi que les travaux d’Elizabeth Harvey et ceux de Franka Maubach – des perspectives pour une histoire du genre en temps de la guerre au sein de laquelle les femmes ordinaires membres de la communauté du peuple [Volksgemeinschaft] occupent une place importante. Dans un premier temps, en m’appuyant sur trois exemples, il s’agit d’esquisser le processus de socialisation de femmes, dont l’âge de la majorité coïncidait avec le début des hostilités, pour lesquelles se sont ouverts, à partir de 1939, des domaines d’activités qui leur étaient jusque-là inaccessibles. La seconde partie est consacrée à l’engagement concret dans la guerre de conseillères à la colonisation [Siedlungsberaterinnen], d’auxiliaires de la Wehrmacht [Wehrmachthelferinnen] et de surveillantes de camps de concentration [SS-Aufseherinnen]. Les modes de comportement et les espaces d’action observés en Pologne annexée ou occupée soulèvent des questions quant à la responsabilité individuelle des femmes dans l’occupation, la persécution et les assassinats nazis.

4La « race » étant incontestablement la catégorie dominante de l’ordre social dans le national-socialisme, la position des femmes « aryennes » se trouvait dès lors renforcée à la fois politiquement et en termes de potentiel d’action. Comme l’indiquent nos conclusions, l’exemple des femmes allemandes et autrichiennes nées entre 1918 et 1928 montre que le genre, en tant que catégorie d’analyse des rapports de pouvoir sociaux et politiques, permet de mieux cerner les actes (de violence) de ces actrices.

I. Politique de motivation et de mobilisation des femmes sous le national-socialisme (1935-1945)

  • 4 Cf. Lore Kleiber, « ‹ Wo ihr seid, da soll die Sonne scheinen! › – Der Frauenarbeitsdienst am Ende (...)
  • 5 Claudia Huerkamp, Bildungsbürgerinnen. Frauen im Studium und in akademischen Berufen 1900-1945, Göt (...)
  • 6 Une thèse similaire est défendue par Adam Tooze dans son travail d’histoire économique The Wages of (...)

5Compte tenu du caractère patriarcal et antiféministe du national-socialisme, il peut sembler déconcertant de constater que c’est ce régime-là, précisément, qui a mobilisé le travail des femmes à une échelle jusque-là inédite. Certes, dans le climat répressif qui suivit immédiatement la crise de 1929-1930 et avec l’arrivée au pouvoir des nazis, les femmes actives furent tout d’abord évincées de leurs emplois en faveur des hommes par des mesures discriminatoires4. Parallèlement, des dispositions visaient à restreindre leur accès aux universités afin de réduire le pourcentage des étudiantes à moins de 10 %. Ces mesures ne furent cependant appliquées qu’en partie et, plus tard, elles furent supprimées de façon implicite. L’étude de Claudia Huerkamp, par exemple, démontre que le nombre d’étudiantes augmenta à nouveau à partir de 1936 et que le régime, avec la réintroduction du service militaire obligatoire en 1935 et la reconstruction rapide de la Wehrmacht, incita même activement les femmes à faire des études à partir de 19385. Pour des raisons de politique économique et avec les préparatifs de la guerre, la politique concernant le travail, restrictive et discriminatoire, changea d’orientation pour se tourner vers une utilisation pragmatique et efficace de la force de travail féminine6. En cas de guerre, le régime avait besoin de femmes bien formées et disposées à travailler pour remplacer les hommes astreints aux obligations militaires.

  • 7 « Über die Wehrpflicht hinaus jeder deutsche Mann und jede deutsche Frau zur Dienstleistung für das (...)

6L’essentiel des bases légales pour mettre les femmes allemandes au service de la guerre furent jetées dès la phase de préparation de la guerre : la loi relative au service militaire obligatoire promulguée en 1935 stipulait par exemple qu’en cas de guerre et « au-delà du service militaire obligatoire, chaque homme allemand et chaque femme allemande est tenu d’effectuer un service de travail pour la patrie7 ».

  • 8 Ute Frevert, Frauen-Geschichte. Zwischen bürgerlicher Verbesserung und Neuer Weiblichkeit, Francfor (...)
  • 9 Franka Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 15.

7Contrairement aux recherches menées jusqu’à présent, Franka Maubach estime que cet appel aux femmes n’était pas improvisé ou dû au hasard8, et qu’il relevait plutôt d’une politique de militarisation et de mobilisation large mais différenciée. Le régime répondait ainsi habilement à la situation paradoxale qui exigeait que la population féminine soit activement impliquée dans la guerre, pour des raisons à la fois de gestion de la force de travail mais aussi stratégiques. La grande difficulté consistait à mobiliser ce « front intérieur » tout en le réduisant au silence par des traitements préférentiels, comme par exemple par des indemnisations pécuniaires pour d’éventuels dommages de guerre9. Car le régime devait tenir compte de l’existence d’un potentiel subversif à l’intérieur de la population civile. Afin de prévenir cette situation, seules les jeunes femmes célibataires furent mobilisées, alors que les mères d’enfants de moins de 15 ans, ainsi que les femmes enceintes de plus de six mois, étaient dispensées du service et de toutes les autres dispositions. Avec cette politique de recrutement ambivalente, se situant entre ménagement et contrainte de la population civile féminine, le régime réussit le grand écart entre une politique « progressiste » pour l’emploi des femmes et le maintien de valeurs conservatrices comme la famille et la maternité.

  • 10 Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 26.

8La mobilisation massive de la force de travail féminine impliquait par conséquent que les femmes étaient d’une part libres de toute charge familiale (célibataires, ou du moins sans enfants en bas âge), et d’autre part mobiles et flexibles. La spécificité de la participation féminine à la guerre résidait dans ces deux conditions, permettant ainsi au régime de réagir de manière ciblée aux nécessités de la guerre. Comme le souligne Franka Maubach, c’est en particulier la jeune génération féminine montante, socialisée durant le national-socialisme, qui suscitait l’intérêt du régime : « Des femmes jeunes encore célibataires qui n’étaient plus adolescentes et pas encore adultes, donc dans cette phase habituellement courte où elles étaient pleinement opérationnelles et capables d’agir en adulte, mais pas encore entrées dans la phase de la fondation d’un foyer qui caractérisait généralement la vie des femmes adultes10. »

  • 11 Ibid. Le matériau issu des entretiens, les transcriptions ainsi que tous les documents historiques (...)

9Dans son étude, l’historienne allemande a examiné les auxiliaires de la Wehrmacht [Wehtmachtshelferinnen] sous l’angle de l’histoire de l’expérience individuelle, et elle a mis en lumière leurs activités multiples pendant la guerre. Ce faisant, elle a abordé un terrain inconnu, car l’engagement militaire des femmes représente une zone d’ombre dans l’histoire militaire classique. Les sources exploitées par Maubach sont d’une part, des documents autobiographiques écrits pendant la guerre ou rétrospectivement (journaux intimes, lettres et récits), et d’autre part, des entretiens portant sur le vécu des 35 anciennes auxiliaires qu’elle a interrogées entre 2002 et 2004. Ces sources lui ont permis d’apporter des éclaircissements sur l’univers de vie de ces femmes11.

  • 12 Notdienstverordnung zur Sicherstellung des Kräftebedarfs für Aufgaben von besonderer staatspolitisc (...)
  • 13 Le service du travail obligatoire (Reichsarbeitsdienst ou RAD) illustre parfaitement le renforcemen (...)

10La cohorte des auxiliaires de la Wehrmacht étudiée est formée de femmes majoritairement nées entre 1919 et 1926. Elles relevaient toutes du décret relatif au service d'urgence [Notdienstverordnung] du 15 octobre 1938 « assurant le besoin de forces pour les tâches particulièrement importantes pour l’État12 » qui réglait le service des femmes en temps de guerre et qui était la première d’une longue série de lois. En alliant obligation de service et recrutement volontaire, le régime recourait, dans une première phase, de manière ponctuelle et ciblée, à une force de travail jeune et féminine. Maubach indique dans son travail que parmi les auxiliaires de la Wehrmacht étudiées, celles qui étaient nées entre 1919 et 1922, s’étaient portées volontaires pour effectuer le service du travail. Un changement se dessine cependant avec celles nées en 1921-1922 – de plus en plus contraintes au service –, puis avec celles nées en 1923, – qui devaient se soumettre à l’obligation générale de service sans limitation de durée, devenue la règle en raison de la guerre13.

  • 14 Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 46 et suiv.

11Selon Maubach, les auxiliaires de la Wehrmacht, majoritairement issues de la classe moyenne, ont été marquées de façon décisive par l’empreinte de la Première Guerre mondiale14. Bien que la plupart des femmes n’aient pas fait elles-mêmes l’expérience de la guerre, celle-ci avait cependant marqué leur enfance et leur jeunesse par ses conséquences sur la société. En analysant leur biographie, on peut aisément tirer des conclusions sur la génération des parents : les femmes étudiées par Maubach, nées entre 1919 et 1926, étaient des filles de pères vaincus qui grandissaient pour la plupart dans des conditions de pauvreté ne correspondant pas à leur milieu social. Leur enfance se distinguait par un père généralement sans travail, ou du moins socialement déclassé, une mère femme au foyer et un manque de confort matériel. Au sein de leur famille, les pères cherchaient souvent à compenser leur déclassement par une gestion familiale autoritaire. L’euphorie et le souffle de libéralisation des « années folles » n’ont guère laissé de traces dans cette cohorte d’âge issue de la classe moyenne précarisée.

12L’expérience familiale des futures auxiliaires de la Wehrmacht était dominée par une figure paternelle affaiblie et humiliée qui ne parvenait pas, dans ces années de crise économique, à offrir à sa famille du bien-être matériel et des axes d’orientation, et qui, en outre, incarnait l’ancien système politique discrédité. Les mères, généralement restées fidèles au rôle traditionnel de la femme, ne fournissaient pas non plus, selon Maubach, un modèle d’identification satisfaisant. C’est précisément là que le national-socialisme a joué un rôle déterminant, car il offrait aux jeunes femmes souffraint des carences de la génération des parents, une solution à leur dilemme en promettant le progrès, la reprise économique et un avenir attrayant. Maubach ne met pas ici l’accent sur la défaite, – ce qui constitue une approche tout à fait nouvelle et importante –, mais sur le regard plein d’espérances d’une génération tournée vers un avenir radieux qui, dans la période de crise de la République de Weimar, était de plus en plus partagé.

  • 15 Ibid., p. 53.
  • 16 Ibid., p. 60.
  • 17 Voir par exemple la trajectoire de Melita Maschmann, ancienne cheftaine de la Ligue des Jeunes Fill (...)

13Pour les femmes interviewées par l’historienne allemande (issues de classes sociales différentes mais majoritairement de la classe moyenne et provenant de régions diverses), se marier et avoir des enfants ne représentaient pas de prime abord un projet de vie attractif. Par leur engagement en faveur du national-socialisme et le désir d’avoir une activité professionnelle, elles se rebellaient en partie contre leurs parents ; elles aspiraient à un rôle sexué différent de celui de leurs mères qui ne travaillaient pas, et par leur service du travail elles échappaient définitivement à l’autorité paternelle. Selon Maubach, il s’agissait d’une réorientation de la famille d’origine vers la famille politique : « La socialisation nationale-socialiste accomplissait aux points de rupture entre les générations un travail de minage efficace15. » De par ses nombreuses organisations de jeunesse et les divers recrutements pour travaux, le régime soustrayait très tôt les jeunes au contrôle parental et éloignait en particulier les jeunes filles de l’espace féminin traditionnel : « La graine de la loyauté semée très tôt provoquait une auto-mobilisation permanente dans l’intérêt du système16. » Cette socialisation politique ne doit pas ici être comprise uniquement comme une contrainte, mais aussi comme une initiation à un mouvement. Bon nombre de jeunes femmes vécurent cette communautarisation comme une libération17.

  • 18 Elizabeth Harvey, Women and the Nazi East. Agents and Witnesses of Germanization, New Haven/Londres (...)
  • 19 Les femmes recrutées jusqu’en 1941 s’étaient portées volontaires pour servir dans un camp de concen (...)
  • 20 Elissa Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag. Die SS-Aufseherinnen des Konzentrations- und Verni (...)

14L’empreinte de la Première Guerre et la composition générationnelle des auxiliaires de la Wehrmacht étudiées par Maubach, se vérifient également pour les conseillères à la colonisation analysées par Elizabeth Harvey. Ici aussi, il s’agit de femmes de la classe moyenne bien formées qui voyaient dans le travail dans les territoires de l’Est une bonne opportunité d’avancement professionnel et qui, par-là, empruntaient une voie différente de celle de leurs parents. Les femmes étaient pour la plupart jeunes, âgées de 20 à 30 ans, célibataires, sans enfants et issues de la petite bourgeoisie. Pour la majorité d’entre elles, il s’agissait d’un premier travail auquel elles se consacraient avec détermination et rigueur18. Les femmes recrutées comme surveillantes de camps de concentration entre 1939 et 1945 étaient, elles aussi, généralement célibataires à leur entrée en fonction. Elles avaient entre 19 et 42 ans, elles étaient donc nées entre 1905 et 1925, leur moyenne d’âge se situait cependant autour de 25 ans19. En les comparant aux auxiliaires de la Wehrmacht et aux conseillères à la colonisation, on constate cependant des différences de milieu social d’origine : les surveillantes étaient clairement moins bien formées et issues pour la plupart de milieux populaires. Pour ces anciennes ouvrières d’usine et ces anciennes domestiques sans formation scolaire supérieure, issues de familles nombreuses, devant subvenir à leurs propres besoins et parfois même participer aux dépenses de la famille, le travail dans un camp de concentration représentait une ascension sociale et professionnelle20.

15Avec ces trois groupes professionnels, le régime national-socialiste offre, à ces jeunes femmes des possibilités concrètes d’accéder à une certaine forme de pouvoir et d’échapper à leur condition féminine et à une situation sociale précaire. Il donnait à ces jeunes femmes le sentiment qu’il les prenait au sérieux et qu’il avait besoin d’elles. La glorification de la jeunesse par le nazisme rendait celui-ci attrayant pour les jeunes femmes, car il leur permettait de participer activement à la construction d’une nouvelle société et à l’élaboration de la politique. La tension qui se déployait ici entre le politique et les émotions a fortement contribué, selon Maubach, à la mobilisation en masse des jeunes femmes en faveur du service de guerre.

  • 21 Pour le camp principal de Ravensbrück, Bernhard Strebel a calculé que 10 % des surveillantes employ (...)

16Le contingent des volontaires était cependant loin d’être suffisant pour répondre à la demande toujours croissante de travailleurs. Au début et au milieu de l’année 1941, le personnel destiné à travailler dans les territoires de l’Est pouvait encore être recruté dans la masse des volontaires mobilisés pendant les Blitzkriege. Après l’offensive contre l’Union soviétique et la crise de l’hiver 1941-1942, le recrutement était assuré par les agences publiques du travail [Arbeitsämter], tâche qu’elles remplirent jusqu’à la fin de la guerre ,en particulier pour les auxiliaires militaires. On peut observer cette même évolution pour les surveillantes de camps de concentration21 et les conseillères à la colonisation.

17Néanmoins la question du recrutement forcé ou du volontariat n’est que partiellement pertinente pour analyser le comportement des femmes sur leurs lieux de travail. Pour ce faire, il s’avère nécessaire d’examiner de plus près les contextes concrets dans lesquels elles travaillaient.

II. "L’Est a besoin de toi !". Comportements et espaces d’action des femmes allemandes dans la Pologne occupée (1939-1945)

  • 22 Maubach, Die Stellung halten, op. cit, p. 7; Jutta Mühlenberg, Das SS-Helferinnenkorps. Ausbildung, (...)

18Après l'invasion de la Pologne par les troupes allemandes, le régime recrutait massivement des femmes allemandes et autrichiennes pour divers services dans les territoires occupés. La Wehrmacht, à elle seule, a occupé entre 1939 et 1945 environ un demi-million d’auxiliaires pour la période 1939 à 1945. Autant de femmes ont effectué leur service au « Reichsluftschutzbund » [Corps de défense aérienne du Reich], environ 400 000 femmes ont été engagées par la Croix-Rouge allemande, et on estime à 10 000 le nombre des auxiliaires de la Wehrmacht et de la SS qui travaillaient dans les camps de concentration ou pour les groupes d’intervention [Einsatzgruppen]22. Il est aujourd’hui impossible de chiffrer le nombre des conseillères à la colonisation affectées à partir de 1939 en Pologne, et plus tard également dans les territoires occupés de l’Europe occidentale conquis par des « guerres éclairs ».

  • 23 Strebel, Das KZ Ravensbrück, op. cit.
  • 24 Inventaire du nombre d’équipes de garde SS et de détenus dans les camps de concentration au 1er et (...)

19À partir de l’automne 1941, certaines d’entre elles étaient aussi stationnées dans les territoires soviétiques occupés, où elles devenaient non seulement des témoins mais aussi des actrices de la politique national-socialiste de déportation et d’anéantissement. En ce qui concerne les camps de concentration nazis, la conquête de régions de l’Europe orientale eut pour conséquence la création de nouveaux lieux de détention – autant de nouveaux lieux de travail pour les femmes mobilisées par le régime : le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück, instauré en 1939, était jusqu’en janvier 1941 le seul véritable camp de concentration SS pour femmes (Frauenkonzentrationslager)23. Avec l’invasion de l’Union soviétique, des millions de femmes juives et non juives de l’Europe de l’Est, considérées selon les critères nationaux-socialistes comme « racialement inférieures » ou « indésirables », sont tombées entre les mains des Allemands. Jusqu'à la fin de la guerre, Heinrich Himmler, dans sa fonction de chef suprême de la SS et de la police, fit aménager en Europe orientale et occidentale, au total, 13 camps pour femmes : par exemple à Auschwitz, à Birkenau et à Lublin-Majdanek au cours de l’année 1942 ; à Riga-Kaiserwald, à Kaunas et à Vaivara en 1943 ; et à Cracovie-Plaszow en 1944. On ne peut pas déterminer avec exactitude le nombre de surveillantes qui, entre mai 1939 et mai 1945, ont servi le système concentrationnaire nazi. D’après une statistique de la SS, 37 674 hommes SS et 3 508 surveillantes SS travaillaient au 15 janvier 1945 dans les camps de concentration nazis24.

  • 25 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit.
  • 26 Czesław Madajczyk, dir., Vom Generalplan Ost zum Generalsiedlungsplan, München, 1994 ; Mechtild Rös (...)

20Les femmes de l’« Altreich » [l’Allemagne dans ses frontières de 1937] et de l’« Ostmark » [l’Autriche] étudiées par Harvey étaient de véritables pionnières de la politique de colonisation nazie dans la Pologne occupée [Generalgouvernement] comme dans la Pologne annexée. Elles devaient contribuer à transformer des hommes et des femmes « d’origine allemande » [volksdeutsche] ou de « souche allemande » [deutschstämmige] de l’Europe de l’Est en des membres « solides » et « efficaces » de la communauté du peuple allemand [Volksgemeinschaft]. Leur tâche était de développer, voire d’implanter, la « culture allemande » dans cette région25. Ce travail, comme le souligne Harvey, correspondait à un champ d’activité éminemment « féminin » qui doit cependant être replacé dans un contexte de politique de conquête beaucoup plus large. Le « Plan général pour l’Est » [Generalplan Ost] prévoyait la colonisation par les Allemands de la Pologne, des pays Baltes, de la Crimée, mais également de parties de l’Union soviétique occupée, afin de créer une zone tampon entre l’espace allemand et l’Union soviétique slave. Selon ce projet fort « ambitieux », quelque 20 millions de Polonais devaient être expulsés et relocalisés en Pologne occupée, dans le Gouvernement général, pour laisser ainsi place à des Allemands « de souche » provenant de toute l’Europe de l’Est. Ces plans n’ont finalement été réalisés qu’en partie, mais 100 000 Polonais et Polonaises non juifs durent toutefois quitter leurs maisons de force, contraints au travail forcé, ou alors assassinés26.

21Dans le cadre de ces plans nazis de germanisation, le travail d’éducation, de conseil et d’assistance représentait dans les territoires de l’Est occupés une mission hautement politique à laquelle le régime accordait une grande importance. L’entreprise était trop délicate pour la laisser aux mains des associations caritatives chrétiennes et, par conséquent, elle fut confiée à des organisations du parti comme la Nationalsozialistische Volksfürsorge ou NSV [organisation d’assistance nationale-socialiste], la Nationalsozialistische Frauenschaft ou NF [Ligue nationale-socialiste des femmes] et le Bund Deutscher Mädel ou BDM [Ligue des jeunes filles allemandes]. Prenant pour exemple les conseillères à l’« implantation », les institutrices et les puéricultrices, Harvey s’est penchée sur les espaces d’action et les expériences de ces activistes de la politique ethnique nationale-socialiste [Volkstumspolitik]. L’historienne britannique, adoptant l’angle des cultural studies, voit dans la politique radicale de germanisation en Pologne occupée une forme de colonialisme continental européen. Le concept de « culture », compris comme un système d’interprétations de soi et de l’autre, lui permet de pointer le caractère construit et mis en scène des notions de différence, de « race » et de « genre ». Avec l’exemple de la politique de germanisation, Harvey ne s’attache donc pas tant aux aspects politiques ou économiques du colonialisme national-socialiste, qu’à l’analyse des microstructures de pouvoir et des asymétries entre les colonisatrices et les femmes et les hommes colonisés. À côté de documents contemporains de l’occupation (articles de journaux, rapports adressés à des supérieurs, documents autobiographiques), Harvey s’appuie sur des mémoires publiés et non publiés de l’après-guerre. À cela s’ajoutent des entretiens que l’historienne a menés entre 1994 et 2001 avec seize femmes ayant travaillé dans comme conseillères à la colonisation, institutrices ou éducatrices d’école maternelle n Pologne occupée.

  • 27 Ibid., p. 142.
  • 28 Ibid., p. 155.
  • 29 Ibid., p. 160.

22Une lecture analytique et critique de ces sources permet à l’historienne d’observer les femmes allemandes venant du Reich lors de leur arrivée en Pologne occupée. Les lettres et les journaux intimes révèlent des préjugés anti-polonais et antisémites profondément enracinés, encore renforcés sur place par la propagande nazie. Après avoir surmonté le « choc culturel » du début (les jeunes femmes déploraient le soi-disant retard culturel et technique du pays), les femmes se mirent à aménager, avec des « mains expertes », leur espace de vie « confortablement » [gemütlich] et « impeccablement allemand »27. Aux institutrices et aux conseillères à la colonisation dans le Reichsgau Wartheland incombait, par exemple, la tâche de préparer, pour l’installation d’« Allemands de souche », les maisons « vidées » de leurs habitants. Immédiatement après l’expulsion forcée de la population polonaise locale par la SS ou la police [Ordnungspolizei], arrivaient les colonnes de nettoyage composées de femmes allemandes du Reich dans le but de « libérer » les maisons polonaises de leur « crasse abominable28 » et du « kitsch de mauvais goût polonais29 ». Un rapport de la SS vante la « précieuse » collaboration des jeunes travailleuses au groupe de travail SS installé dans le camp de Rzadka Wola :

  • 30 Rapport sur les activités de colonisation dans le Kreis Leslau/Weichsel en 1941, Archives de l’Inst (...)

« Les jeunes filles ont œuvré avec grand enthousiasme, un goût pour le travail et une discipline exemplaire pour les colons. Les jours d’arrivée, elles veillaient à ce que les Polonais expulsés n’emportent pas tout, mais laissent sur place ce dont les colons ont besoin. Elles ont nettoyé la cour et la maison souvent d’une crasse abominable, posé des fleurs sur la table pour l’accueil des colons et préparé aussitôt un repas pour que les colons puissent se sentir à l’aise lors de leur installation dans le nouveau foyer. Compte tenu des divers "taudis", l’accueil chaleureux par les jeunes femmes a été particulièrement précieux pour l’état d’esprit des colons30. »

  • 31 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 147-190.
  • 32 Elissa Mailänder Koslov, « ‹ Going East › : Colonial experiences and practices of violence of the f (...)

23Dans son étude, Harvey met bien en évidence l’attitude autosuffisante et autoritaire des femmes allemandes du Reich qui se réappropriaient littéralement la culture et le pays en transformant ces villages en des lieux allemands, écrasant tout signe de culture polonaise et juive. Leurs lettres montrent clairement comment elles se sont glissées dans le rôle et la perspective de la « patronne » [Herrin], et cela non seulement face aux Polonaises et aux Allemandes de souche, mais également face aux hommes est-européens31. Dans la société du Gouvernement général, de type impérialiste et organisée en fonction des races, les femmes allemandes du Reich, tout comme les hommes allemands, détenaient un pouvoir considérable en tant que force occupante32. Comme représentantes de la culture allemande, ces femmes affirmaient quotidiennement leur supériorité, dans cet espace colonisé elles exerçaient un rôle d’autorité. Car c’était bien là le rôle dévolu aux femmes allemandes du Reich : apporter la culture aux Allemands de souche considérés encore « sauvages » et « incultes ».

24En enseignant aux colons, aux jeunes et aux petits enfants la supériorité du « Herrenvolk » [Peuple des seigneurs], ces femmes contribuaient, au niveau des villages et parmi les colons allemands de souche, à propager une conscience ethnique et raciale. Dans un article du magazine de la Nationalsozialistische Volkswohlfahrt (NSV) publié en 1941, on peut lire :

  • 33 Walter Erdmann, « Der Osten zeichnet aus », NS-Volksdienst 8, n° 7, 1941, p. 134-139, p. 137. Cité (...)

« Si, dans un village auparavant peuplé par des Polonais, une puéricultrice de la NSV fait son entrée en même temps que les premiers colons, ou une infirmière qui s’occupe en particulier des mères et des nourrissons, alors non seulement nos propres citoyens mais aussi les autres communautés ethniques vont comprendre que nous voyons dans le nouvel espace allemand à l’Est non seulement un grenier à blé, mais que nous voulons en faire un pays pour les enfants ; que nous ne venons pas uniquement pour exploiter les biens économiques du pays, mais pour nous y installer de manière durable33. »

  • 34 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 167.

25Le régime national-socialiste qui voyait un bel avenir allemand dans les territoires occupés accordait aux jeunes femmes du Reich un rôle responsable et reconnu dans le cadre de la conquête et de l’incorporation de l’espace étranger. Les travaux ménagers, l’assistance à la jeunesse et aux enfants n’étaient pas des champs d’activités « innocents » et apolitiques, mais au contraire des activités éminemment politiques et fortement marquées idéologiquement. Les conseillères à la colonisation auraient ainsi développé, selon l’historienne britannique, un « Herrenbewusstsein » [conscience de seigneur] au féminin34.

III. Responsabilité individuelle dans l’occupation, la persécution et les assassinats

  • 35 Lors de sa visite à Lublin le 20 juillet 1941, après l’offensive contre l’Union soviétique, Heinric (...)
  • 36 Voir aussi Tomasz Kranz, « Das Konzentrationslager Majdanek und die ‹ Aktion Reinhardt › », in Bogd (...)
  • 37 Tomasz Kranz/Zeszyty Majdanka : Tomasz Kranz, « Ewidencja Zgonow i Smiertelnosc Wiezow KL Lublin », (...)

26La question de la participation aux crimes nazis se pose prioritairement pour les surveillantes de camps de concentration qui ont été en fonction à Majdanek entre octobre 1942 et mai 1944. De par l’histoire de sa création et par sa fonction, ce camp ne peut guère être comparé aux autres camps de concentration, car ses fonctions étaient multiples35 et qu’il était, comme Auschwitz, à la fois camp de concentration et camp d’extermination entre l’été 1942 et l’automne 194336. En raison du peu de sources dont nous disposons, le nombre de victimes de Majdanek ne peut pas selon Tomasz Kranz, être établi avec précision. La recherche actuelle estime qu’entre l’été 1941 et l’été 1944 un total de 78 000 personnes sont mortes à Majdanek, dont 59 000 Juifs37. Comme pour d’autres camps situés à « l’Est », on observe à Majdanek une augmentation de la violence – dans sa fréquence et dans sa force de destruction – à l’encontre principalement des détenus juifs, mais aussi des prisonniers polonais et soviétiques. Les surveillantes, qui ne se sont pas particulièrement fait remarquer par des actes de violence à Ravensbrück où elles avaient suivi un entraînement, ont fait preuve de violence à Majdanek.

  • 38 Majdanek, camp situé le plus à l’Est dans le système concentrationnaire, fut un camp quelque peu ch (...)
  • 39 Cf. Strebel, Das KZ Ravensbrück, op. cit. ; voir aussi : Simone Erpel, dir., Im Gefolge der SS : Au (...)

27En octobre 1942, l’arrivée des surveillantes coïncidait avec le début de la mise en œuvre de la « solution finale » et de l’extermination par gazage38, les femmes étaient alors confrontées à un univers concentrationnaire très différent de celui qu’elles avaient connu à Ravensbrück39 : les corps des assassinés étaient aussitôt brûlés au crématoire. Lors du procès de Majdanek, toutes les anciennes surveillantes se souvenaient de la puanteur de la chair brûlée qui accompagnait leurs journées. « Ça puait ! », s’exclamait Luzie H. dans le film documentaire de Fechner :

  • 40 Témoignage de Luzie H., dans : Eberhard Fechner, Der Prozess. Eine Darstellung des Majdanek-Verfahr (...)

« Ça puait ! La fumée passait sur la grande rue du camp qu’on traversait pour nous rendre au travail. Nous traversâmes cette épaisse fumée [elle se cache le nez et la bouche avec sa main gauche, EM] en nous couvrant le nez avec un mouchoir40. »

28A Majdanek, la violence, la mort et la destruction étaient omniprésentes dans le travail quotidien des surveillantes et cela avait une incidence sur leur temps libre. Un autre témoignage de Luzie H. illustre la manière dont l’extermination se répercutait dans le quotidien, même après leur service, dans une situation plus ordinaire. Une fois terminé son travail, la jeune femme retrouva, pour bavarder, occasionnellement ami, un homme SS qui travaillait comme « dentiste ».

  • 41 Témoignage de Luzie H., dans : Eberhard Fechner, Der Prozess. Eine Darstellung des Majdanek-Verfahr (...)

« Et quand il avait accompli son travail là haut, en fait, je ne sais pas exactement où cela se trouva, alors il venait parfois me trouver chez moi dans la baraque des surveillantes en frappant à ma porte. Et lorsqu’il vint la première fois – je fut complètement ignorante à l’époque – je lui disais : ‘Dis, tu me serres pas la main ?’ Et il me fit : ‘Luzie, on va encore parler de cela mais je ne peux pas te serrer la main maintenant.’41 »

29L’ami de Luzie H. travaillait dans un commando dans les chambres à gaz, qu’Halata refusa de nommer. Dans le souci de ne pas mettre en contact sa collègue et amie avec son travail – il extrayait des dents en or des bouches de cadavres –, le SS refusait de lui serrer la main.

  • 42 Pour le « travail » de mise à mort, cf. Elissa Mailänader, « Eigensinn et ‘usine de mort’ : l’histo (...)
  • 43 Barbara Schwindt, Das Konzentrations- und Vernichtungslager Majdanek. Funktionswandel im Kontext de (...)

30Bien que les surveillantes n’aient pas été directement chargées de la mise à mort – le « travail » de mise à mort proprement dit était le seul lieu où les sphères masculine et féminine ont toujours été strictement séparées –, elles prenaient part à l’extermination, notamment en participant aux sélections42. Ce fut le cas, vers la fin de l’été 1943, lors d’une sélection d’une centaine de femmes et d’enfant arrivés à Majdanek vers la mi-août en provenance du ghetto de Bialystok, alors en cours de « liquidation ». Ces femmes et ces enfants juifs furent temporairement logés dans une baraque à l’intérieur du camp de femmes, mais un jour de la fin août ou du début septembre – il est aujourd’hui impossible de préciser la date –, les SS rassemblèrent les enfants pour les mener aux chambres à gaz alors que leurs mères étaient destinées à travailler dans les entreprises SS43.

  • 44 Déposition Nemacha Frenkel, 13.3.1962 Ashkelon, HStA Düsseldorf Ger. Rep. 432 n° 203, p 11, Déposit (...)
  • 45 Déposition Danuta Czaykowska-Medryk, 22. 1. 1973 Warsaw, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 213, p. (...)

31Aussitôt que les mères réalisèrent qu’elles allaient être séparées de leurs enfants, elles s’opposèrent avec véhémence, protégeant leurs bébés et encourageant les enfants à courir dans tous les sens et à aller se cacher. Des survivantes polonaises se souvinrent, au moment de leur déposition, que les SS ainsi que les surveillantes chassaient les enfants et les arrachaient des bras de leurs mères, pour les balancer brutalement dans le camion44. Au même moment, un médecin SS, le docteur Blanke, en charge de cette sélection, parcourait la section (Feld) avec sa moto. Il criait après les hommes SS et les surveillantes et les enjoignait, avec des gestes, de procéder plus rapidement45. Une scène particulièrement violente s’était figée dans la mémoire d’une survivante polonaise : « Soudainement je me rends compte, non, je me corrige, j’entends les cris épouvantables d’un enfant », témoigna Antonia Kurcz :

  • 46 Déposition Antonia Kurcz, 29.11.1972 Varsovie, HStA Düsseldorf Ger. Rep. 432 n° 237, p. 495f.

« Soudainement et je m’aperçois qu’une fille d’environ quatre ou cinq ans avait sa petite main coincée dans la porte de la surface de chargement du camion. Sur ce véhicule se trouvait Braunsteiner, que je reconnaissais et qui ignorait les cris de l’enfant. Elle n’autorisa pas de libérer la petite main de l’enfant mais ordonna au conducteur de démarrer le camion46. »

  • 47 Elissa Mailänder, « La violence des surveillantes des camps de concentration national-socialistes » (...)
  • 48 Déposition Luzie H., 21.12.1976, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 285, p. 175–177.
  • 49 Déposition Luzie H., 21.12.1976, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 285, p. 178. Cf. aussi Dépositio (...)

32Hermine Braunsteiner fut une surveillante particulièrement zélée et tellement violente que ses coups de pieds lui valurent le surnom de jument (kobyla)47. Plus frappant encore est le comportement de sa collègue Luzie H. qui, dans le camp, avait la réputation d’être une surveillante plutôt gentille et modérée. Au moment du procès de Majadnek, elle fut aussi la seule ancienne surveillante, appelée à la barre, à collaborer avec les magistrats en témoignant des sélections et des gazages48. Dans un interrogatoire, elle confirma la participation des surveillantes à cette sélection, soulignant qu’elle était chargée de « maintenir l’ordre »49. « Je me souviens encore comment les commandos SS fouillaient la baraque à la recherche des nourrissons. Les mères s’y prenaient terriblement. » Interviewée par le documentariste Eberhard Fechner, elle décrivit la scène en détail :

  • 50 Luzie H., dans Fechner, Der Prozess, partie 2.

« Je voulais qu’elles [les mères, EM] se calment. Je vois la surveillante en chef approcher. Alors je commençais à hurler qu’elles se taisent. Mais uniquement pour la surveillante en chef, vous comprenez. Je voulais faire mon devoir. Et elle passe en me chuchotant : ‘Madame surveillante, ayez de la compréhension pour les femmes’. Vous comprenez, je supposais qu’elle exigeait que je fasse taire les mères50. »

  • 51 cf. Patrick Bruneteaux et Elissa Maïlander, « Les violences concentrationnaires au prisme de la cru (...)
  • 52 Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag, op. cit., p. 195-256 [Mailänder, Female SS Guards, op. ci (...)

33Avec son comportement brusque, Halata pensait satisfaire les exigences de sa supérieure. Mais par son obéissance zélée, elle anticipa quelque chose que la surveillante en chef Else Ehrich, connue pour sa sévérité, n’exigeait même pas. Au contraire, dans cette situation chargée d’émotions, la supérieure demandait à sa subalterne d’agir de manière « professionnelle », et donc de rester calme (pour être plus « efficace »). A la fin de la journée, tous les enfants étaient amenés dans les chambres à gaz et tués. Cet univers de destruction ne saurait toutefois expliquer à lui seul la spirale de violence51. Il faut également tenir compte du contexte politique de la colonisation de l’Est occupé qui est fondamental pour comprendre le comportement violent des surveillantes de Majdanek52, car ce contexte exerçait une forte pression sur elles, tout en leur conférant un espace d’action et une marge d’initiative.

34Dans une approche multi causale, la radicalisation du comportement des surveillantes est aussi le résultat des frustrations ressenties après leur mutation à Majdanek. Les conditions sanitaires désastreuses du camp et les risques permanents d’épidémies provoquaient une réaction de choc chez les surveillantes (mais aussi chez les hommes de la SS). Alors qu’à Ravensbrück, les surveillantes gardaient, jusqu’en 1942, principalement des femmes autrichiennes et allemandes, avec lesquelles elles partageaient la langue et la culture, à Majdanek, elles étaient confrontées à des femmes de l’Europe de l’Est qui ne maîtrisaient qu’exceptionnellement l’allemand. Le contact avec ces détenues, sales et physiquement affaiblies par les conditions draconiennes de détention, a été ressenti par la plupart des surveillantes comme particulièrement désagréable. Que les difficultés et les contraintes aient été réelles (épidémies, éloignement de la famille, conditions climatiques et géographiques inhabituelles, hébergement rudimentaire) ou imaginaires et d’ordre idéologique (« infériorité » de la culture polonaise, menaces de prétendus partisans, contact quotidien avec des « sous-hommes » juifs ou slaves), elles suscitaient des sentiments de frustration, de dégoût et de peur qui contribuaient fortement à la radicalisation des comportements violents. Dans le même temps, les surveillantes appréciaient les avantages que leur offrait le statut d’occupant, comme par exemple les primes financières, le pouvoir de donner des ordres aux prisonniers du camp et à la population civile polonaise, ou encore de pouvoir s’enrichir avec les biens des Juifs européens.

  • 53 Elissa Mailänder, « La violence des surveillantes des camps de concentration national-socialistes ( (...)
  • 54 Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag, op. cit., p. 410-450 [Mailänder, Female SS Guards, op. ci (...)

35Enfin, la pratique quotidienne et massive de la violence à Majdanek s’inscrit aussi dans un contexte social spécifique, comme nous l’avons vu avec l’exemple de Lucie H. L’exercice quotidien de la violence envers les détenues ne servait pas seulement à maîtriser celles-ci, à les briser et à les tuer, comme l’affirmait la recherche sur les camps de concentration jusqu’à présent. Il s’adressait également à l’environnement social immédiat, aux collègues hommes et femmes présents, auxquels il s’agissait de montrer de quoi on était « capable »53. En ce sens, les actes de violence étaient aussi générés par une communication interne complexe du pouvoir (nous recourons ici à une définition foucaldienne du pouvoir qui le situe dans un champ de force dynamique), par des autoreprésentations ou des affirmations de soi de la part des deux sexes au sein du personnel de la SS54. Les dynamiques de groupe entre les SS constituent un élément important pour expliquer la violence, car celle-ci est une pratique sociale qui s’exerce toujours dans un contexte social précis.

  • 55 Ibid, p. 273-286 [Mailänder, Female SS Guards, op. cit., 150-158].

36Les relations entre les surveillantes et les hommes de la SS consistaient en un mélange de taquineries et de flirts, de compétitions et de tentatives de mise sous tutelle, d’aversions réciproques d’ordre privé ou professionnel, d’amitiés, d’amours passagers et de mariages. Les surveillantes occupaient indubitablement des positions subalternes et étaient elles-mêmes surveillées par des supérieurs de la SS, comme on l’a vu avec le docteur Blanke lors de la sélection. Mais leur reconnaître, de façon globale, un statut de « dominées », reviendrait à minorer la réalité sociale des camps. Le personnel de surveillance féminin savait très bien comment s’affirmer face aux collègues et supérieurs masculins, comme le prouvent des documents internes concernant des conflits55.

  • 56 Mailänder, « Eigensinn et ‘usine de mort’ ; cf. aussi Alf Lüdtke, The Appeal of Exterminating « Oth (...)

37C’était aussi le cas des conseillères à la colonisation et des auxiliaires de la Wehrmacht interviewées par Maubach et Harvey qui rapportent également des accrochages avec les fonctionnaires nazis masculins. L’image qu’elles avaient d’elles-mêmes n’en était pas ternie, tout au contraire. Ces femmes se représentaient comme des actrices munies d’un pouvoir d’initiative considérable et, malgré les conditions de « travail » difficiles (souvent ces femmes étaient les seul.es Allemand.e.s sur place), à la hauteur des tâches qui leur étaient imparties. Elles y voyaient un défi positif, la possibilité d’un espace de créativité et se consacraient corps et âme à leur travail. Pour comprendre les « capacités d’agir » et les énergies que ces femmes ont investi dans des tâches que certains auront du mal à appeler « travail », il faut aborder la colonisation et l’expulsion des Polonais, mais aussi la mise à mort des Juifs d’Europe du point de vue d’un historien du travail56.

  • 57 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 252-256 ; Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. (...)
  • 58 Cf. Alexa Stiller, « Gewalt und Alltag der Volkstumspolitik : Der Apparat des Reichskommissars für (...)

38Ainsi les conseillères à la colonisation et les auxiliaires de la Wehrmacht contribuèrent efficacement au réaménagement des espaces urbains et villageois de la Pologne occupée. Les occupantes allemandes s’efforcèrent de donner un « visage allemand » aux villages polonais ; de nouvelles clôtures, des chemins propres, des maisons crépies devaient littéralement éliminer la « pagaille polonaise », synonyme du désordre et de la saleté « typiquement polonais ». De cette façon, les espaces publics furent « débarrassés » des traces d’influence polonaises ou juives par les femmes57. Les manières par lesquelles ces femmes exercèrent et administrèrent leur travail dans les villages, dans les camps, et derrière le front, constituaient une aide substantielle au projet de la guerre et à l’extermination58.

  • 59 Cf. Dieter Pohl, Von der ‹ Judenpolitik › zum Judenmord : der Distrikt Lublin des Generalgouverneme (...)

39Loin d’être seulement témoins de l’expulsion de la population polonaise locale et de la ghettoïsation des communautés juives, les femmes allemandes du Reich y ont pris une part active mais elles ont aussi été des bénéficiaires directes de cette politique ethnique nationale-socialiste [Volkstumspolitik] qui, pour la population polonaise, signifiait dépossession, expulsion forcée et déplacement et pour la population juive extermination à partir du printemps 194259. Ces femmes travaillaient et vivaient pour la plupart dans des maisons dont les occupants avaient été expropriés de force, elles se fournissaient en mobilier et en vêtements dans ce qu’on appelait les « stocks juifs », des dépôts remplis à ras bord des biens des Juifs européens assassinés.

40Alors que les violences exercées n’ont guère laissé de traces dans les documents autobiographiques, le ton général des entretiens laisse supposer que les femmes n’ont quitté l’« Est » qu’à contrecœur. Les interviewées, mais aussi les surveillantes dans leurs interrogatoires, se rappellent rétrospectivement et, avant tout, avoir vécu des « bons moments ».

IV. Conclusion : comment évaluer l’importance du genre dans la politique nationale-socialiste de persécution ?

  • 60 Frauen helfen siegen, op. cit.

41« Nos hommes ont pris les armes », écrit la chef de la Ligue nationale-socialiste des femmes Scholtz-Klink en 1941, « nous les femmes leur tendons ces armes jusqu’à ce que la dernière victoire soit acquise, […] – la victoire doit être nôtre60. » La guerre a transformé la « communauté du peuple » [Volksgemeinschaft] en une « communauté de combat » [Kampfgemeinschaft] pour citer d’autres termes employés dans la brochure [Frauen helfen siegen], et cela non seulement dans le sens d’une rhétorique de propagande, mais également dans celui d’une réalité vécue de façon concrète, dans laquelle la femme allemande n’était pas une observatrice passive mais avait sa place de « combattante ».

42À mesure que l'on étudie le problème, il est de plus en plus évident que la contribution des femmes à la guerre d’extermination ou, autrement dit, la participation des femmes aux crimes nazis ne doit pas être sous-estimée. Des femmes entre 19 et 40 ans se sont rendues utiles dans la transmission d’informations, auprès de commandements militaires, dans la défense antiaérienne en servant les projecteurs ou en alertant en cas d’attaque, dans le service de santé militaire, en tant qu’aide-infirmières, auxiliaires d’encadrement, conseillères scolaires ou à la colonisation, en tant qu’auxiliaires de la protection civile et comme surveillantes SS. Une fois le regard aiguisé, remarque Franka Maubach, on les découvre dans presque tous les domaines liés à la guerre.

  • 61 Birthe Kundrus, « Handlungsräume. Zur Geschlechtergeschichte des Nationalsozialismus », in Lana Lei (...)

43Les exemples évoqués dans cette contribution ne permettent pas d’écrire une histoire « des » femmes dans le national-socialisme, une telle histoire n’existe pas, comme le souligne Birthe Kundrus, car les appartenances ethniques, sociales, culturelles ou religieuses des femmes (comme des hommes) sont trop diverses pour les traiter de manière uniforme61. Toutefois, en s’appuyant sur les cas concrets des surveillantes, des auxiliaires de la Wehrmacht et des conseillères à la colonisation, on peut suggérer des tendances générales : la politique nationale-socialiste est parvenue à transformer une société civile en une « communauté de peuple et de combat » qui reposait sur des critères raciaux et idéologiques d’inclusion et d’exclusion. Au regard des femmes et des hommes juifs, polonais, ukrainiens et russes persécutés dans la Pologne occupée, les études empiriques discutées montrent que la catégorie dominante de l’ordre social n’était pas le sexe mais la « race », et que c’était cet ordre-là qui décidait de l’expulsion et de l’exploitation, de la vie et de la mort. Et pourtant, c’est justement là que les rapports de genre ont connu un renversement radical.

44Car le déclassement des uns signifiait la valorisation sociale et politique des autres. Le régime offrait de multiples possibilités aux femmes « aryennes » des classes populaires et moyennes pendant la guerre, en particulier en leur accordant de grands espaces de liberté et une latitude d’initiative dans les territoires de l’Est. Leurs tâches dépassaient de loin les domaines d’activités traditionnellement dévolus aux femmes (soins de santé, travail dans des usines d’armement…). En raison de la pénurie chronique de fonctionnaires masculins du parti, des femmes assumaient fréquemment des fonctions à responsabilités, notamment à la campagne, et elles avaient autorité sur la population locale. La hiérarchie dominante des races se substitua ainsi à la hiérarchie entre les sexes, ce qui permit de franchir les frontières de la division traditionnelle des sexes. Avec la progression de la guerre, la séparation entre les sphères féminine et masculine était de moins en moins marquée dans le Gouvernement général, mais aussi dans le « Reich ».

  • 62 Birthe Kundrus, « Handlungsräume. Zur Geschlechtergeschichte des Nationalsozialismus », art. cit., (...)
  • 63 Ces éléments se réfèrent aux travaux du sociologue allemand Heinrich Popitz qui distingue entre le (...)

45Afin d’assurer la réalisation de sa politique d’exploitation impitoyable et d’imposer un nouvel ordre racial en Europe, le national-socialisme en guerre a misé, comme aucun autre régime politique, sur la complémentarité des sexes62. Jeune et célibataire, la génération née entre 1918 et 1926 en particulier se voyait mobilisée par le régime et s’investissait activement dans les expulsions et dans le génocide, pour des raisons idéologiques ou d’ambition personnelle, mais aussi par pragmatisme. Car nombre de jeunes femmes s’identifiaient fortement au régime et tiraient profit de domaines professionnels liés à la guerre. Propulsées dans un contexte colonial en Pologne occupée ou dans un camp de concentration, les surveillantes, conseillères à la colonisation et auxiliaires de la Wehrmacht, jouaient un rôle social et politique de premier plan dans une société d’occupants construite selon des critères raciaux. C’est là où les femmes allemandes se voyaient attribuées des pouvoirs d’action et de définition considérables dans la limite de leurs fonctions63.

  • 64 Gudrun Brockhaus, Schauder und Idylle. Faschismus als Erlebnisangebot, München, 1997.
  • 65 Ibid., p. 172.
  • 66 Ibid., p. 313.
  • 67 Ibid., p. 168.

46La psychosociologue Gudrun Brockhaus avait déjà souligné, dans les années 1990, que l’attractivité du régime pour des jeunes femmes était une question à prendre au sérieux, résumant le mélange d’ « offres d’aventures et de sensations » par le concept de « Erlebnisangebot »64. Le national-socialisme donnait en particulier aux jeunes femmes la possibilité d’une « formidable auto-valorisation65 », c’est pourquoi Brockhaus parle d’une « expérience transfrontalière, intense, augmentant l’estime de soi66 » et d’une « libération subjective67 ».

  • 68 Bock, « Täter, Opfer, Mitläufer und Zuschauer im Nationalsozialismus », art. cit., p. 265-266.
  • 69 Anne McClintock, Imperial Leather : Race, Gender and Sexuality in the Colonial Context, London, Rou (...)

47En ce sens, on peut parler d’une émancipation des femmes « aryennes » par la pratique et par le travail qui n’était certes pas voulue par le régime, mais qui était un corollaire de la guerre et de la théorie raciale. En 1997, Gisela Bock soulignait avec force qu’il n’y avait aucune raison de mettre sur un même plan la prétendue « modernisation » au temps du national-socialisme ou le franchissement des frontières traditionnelles entre les sexes et l’« émancipation » au sens de « liberté » ou de « féminisme »68. Néanmoins, du point de vue de la théorie de la domination et de l’histoire du quotidien, l’activité professionnelle et l’ascension sociale sont des expériences d’émancipation tout à fait importantes. Que la lutte en faveur des droits et de la libération des femmes ne soit pas toujours liée de façon idéale à des revendications universelles pour l’égalité entre les sexes, mais puisse aussi être associée au racisme et à l’exploitation, a été notamment démontré par des études sur l’impérialisme européen69.

48En intégrant des perspectives postcoloniales dans la recherche sur le national-socialisme, nous pouvons aujourd’hui repenser d’un point de vue historique les rapports de pouvoir ambivalents entre les femmes ou hommes « aryens » et « non-aryens » dans le national-socialisme. C’est ici que l’approche analytique de l’intersectionnalité entre race, classe et sexe montre sa force heuristique : même en tant qu’individus défavorisés et subalternes, les femmes étaient partie prenante des relations sociales et politiques complexes, que ce soit au niveau sociétal ou dans des domaines sociaux de proximité. Elles n’était pas exclues mais investies de pouvoir. Les femmes allemandes et autrichiennes participaient à différentes échelles (souvent subalternes) et de diverses façons à la politique de conquête menée par le Troisième Reich. A travers leurs pratiques sociales et leurs comportements concrets, elles contribuaient, dans le Reich mais aussi dans l’Europe occupée, à la construction d’une société nationale-socialiste et à la mise en pratique de hiérarchies (socio-) raciales entre les sexes.

49Elissa Mailänder,

50Centre d’histoire de Sciences Po

Haut de page

Notes

1 « Krieg galt von jeher als Sache des Mannes. Männer zogen ins Feld, sie entschwanden dem Blick, die Ferne verschlang sie, in der Tat und Abenteuer hausen. Die Frau hatte daran keinen Teil. Ihr Los war die Sehnsucht, die bange Sorge, das Warten-Müssen – ihre Aufgabe das Hüten des Herdes, die Pflege der Kinder, das Gebet um den Sieg. So waren durch die Jahrhunderte die Geschicke der Geschlechter in Kriegszeiten geschieden, wo nicht in belagerter Festung die Heimat zum Kriegsschauplatz wurde, aus dem es kein Entrinnen gab, [...] ». Frauen helfen siegen, d’après une idée de Wilhelm Havemann, avec une introduction de Werner Picht, Berlin, Zeitgeschichte-Verlag, 1941. Je remercie Susanne Beer d’avoir attiré mon attention sur ce document.

2 J’exprime mes plus vifs remerciements à l’égard d’Isabelle Ernot et de Véronique Odul ainsi qu’au comité de rédaction de Genre et Histoire pour leurs fines relectures et critiques lumineuses.

3 Gisela Bock, « Täter, Opfer, Mitläufer und Zuschauer im Nationalsozialismus », in Kirsten Heinsohn, Barbara Vogel et Ulrike Weckel, dir., Zwischen Karriere und Verfolgung. Handlungsräume von Frauen im nationalsozialistischen Deutschland, Francfort s/Main/New York, 1997, p. 245-277, p. 262-263.

4 Cf. Lore Kleiber, « ‹ Wo ihr seid, da soll die Sonne scheinen! › – Der Frauenarbeitsdienst am Ende der Weimarer Republik und im Nationalsozialismus », in Frauengruppe Faschismusforschung, dir., Mutterkreuz und Arbeitsbuch. Zur Geschichte der Frauen in der Weimarer Republik und im Nationalsozialismus, Francfort s/Main, 1981, p. 188-214 ; Dörte Winkler, Frauenarbeit im ‹ Dritten Reich ›, Hambourg, Hoffman und Campe Verlag, 1977.

5 Claudia Huerkamp, Bildungsbürgerinnen. Frauen im Studium und in akademischen Berufen 1900-1945, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1996.

6 Une thèse similaire est défendue par Adam Tooze dans son travail d’histoire économique The Wages of Destruction. The Making and Breaking of the Nazi Economy, Londres, Allen Lane, The Penguin Press, 2006 (Le salaire de la destruction : Formation et ruine de l'économie nazie, Paris, Les Belles Lettres, 2012).

7 « Über die Wehrpflicht hinaus jeder deutsche Mann und jede deutsche Frau zur Dienstleistung für das Vaterland verpflichtet ». RGBl. I, 609 [Reichsgesetzblatt : bulletin législatif du Reich], cité d’après Franka Maubach, Die Stellung halten. Kriegserfahrungen und Lebensgeschichten von Wehrmachthelferinnen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2009, p. 13.

8 Ute Frevert, Frauen-Geschichte. Zwischen bürgerlicher Verbesserung und Neuer Weiblichkeit, Francfort s/Main, Suhrkamp Verlag, 1986, p. 218.

9 Franka Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 15.

10 Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 26.

11 Ibid. Le matériau issu des entretiens, les transcriptions ainsi que tous les documents historiques qui lui ont été confiés (photos, lettres, etc.), remis par Maubach aux Archives « Biographie et Histoire » à Lüdenscheid, sont aujourd’hui accessibles au grand public.

12 Notdienstverordnung zur Sicherstellung des Kräftebedarfs für Aufgaben von besonderer staatspolitischer Bedeutung, RGBl. I, 1938, 1441, cité d’après Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 17.

13 Le service du travail obligatoire (Reichsarbeitsdienst ou RAD) illustre parfaitement le renforcement des dispositions au cours de la guerre. Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 62 et suiv.

14 Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 46 et suiv.

15 Ibid., p. 53.

16 Ibid., p. 60.

17 Voir par exemple la trajectoire de Melita Maschmann, ancienne cheftaine de la Ligue des Jeunes Filles Allemandes (BDM) Melita Maschmann, Fazit: Mein Weg in der Hitler-Jugend, München, DTV, 1979 (Ma Jeunesse au service du nazisme, Paris, Plon, 1964).

18 Elizabeth Harvey, Women and the Nazi East. Agents and Witnesses of Germanization, New Haven/Londres, Yale University Press, 2003, p. 78-118.

19 Les femmes recrutées jusqu’en 1941 s’étaient portées volontaires pour servir dans un camp de concentration ; à partir de 1941, elles étaient recrutées par le biais des offices du travail ; et dans la dernière phase (1943-1945), la SS débauchait directement les femmes des usines.

20 Elissa Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag. Die SS-Aufseherinnen des Konzentrations- und Vernichtungslagers Majdanek 1942-1944, Hambourg, Hamburger Edition, 2009, p. 93-136 [Female SS Guards and Workaday Violence. The Majdanek Concentration Camp, 1941-1944. Translated by Patricia Szobar, Lansing: Michigan State University Press 2015, p. 45-70].

21 Pour le camp principal de Ravensbrück, Bernhard Strebel a calculé que 10 % des surveillantes employées entre 1939 et 1945 ont été recrutées sur candidature spontanée, 20 % envoyées par l’office du travail et 70 % étaient des ouvrières d’usine réquisitionnées. Bernhard Strebel, Das KZ Ravensbrück. Geschichte eines Lagerkomplexes, Paderborn, 2003, p. 84 (Ravensbrück. Un complexe concentrationnaire, 2005, traduction française d’Odile Demange, Paris, Fayard, 2005).

22 Maubach, Die Stellung halten, op. cit, p. 7; Jutta Mühlenberg, Das SS-Helferinnenkorps. Ausbildung, Einsatz und Entnazifizierung der weiblichen Angehörigen der Waffen-SS 1942–1949, Hambourg, Hamburger Edition, 2012

23 Strebel, Das KZ Ravensbrück, op. cit.

24 Inventaire du nombre d’équipes de garde SS et de détenus dans les camps de concentration au 1er et 15 janvier 1945, in BAB, NS 3/439.

25 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit.

26 Czesław Madajczyk, dir., Vom Generalplan Ost zum Generalsiedlungsplan, München, 1994 ; Mechtild Rössler et Sabine Schleiermacher, dir., ‹ Der Generalplan Ost ›. Hauptlinien der nationalsozialistischen Planungs- und Vernichtungspolitik, Berlin, 1993 ; Isabel Heinemann et Patrick Wagner, dir., Wissenschaft - Planung - Vertreibung : Neuordnungskonzepte und Umsiedlungspolitik im 20. Jahrhundert, Stuttgart, Steiner, 2006.

27 Ibid., p. 142.

28 Ibid., p. 155.

29 Ibid., p. 160.

30 Rapport sur les activités de colonisation dans le Kreis Leslau/Weichsel en 1941, Archives de l’Institut für Zeitgeschichte München, Fb 115. Cité d’après la version allemande : Elizabeth Harvey, ‹ Der Osten braucht dich! › Frauen und nationalsozialistische Germanisierungspolitik, Hambourg, Hamburger Edition, 2009, p. 212, version anglaise, p. 155.

31 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 147-190.

32 Elissa Mailänder Koslov, « ‹ Going East › : Colonial experiences and practices of violence of the female and male camp guards in Majdanek (1941-1944) », Journal of Genocide Research, 10 (4), 2008, p. 559-578 ; voir aussi Bodgan Musial, Deutsche Zivilverwaltung und Judenverfolgung im Generalgouvernement, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 1999.

33 Walter Erdmann, « Der Osten zeichnet aus », NS-Volksdienst 8, n° 7, 1941, p. 134-139, p. 137. Cité d’après la version allemande : Elizabeth Harvey, ‹ Der Osten braucht dich! ›, op. cit., p. 319.

34 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 167.

35 Lors de sa visite à Lublin le 20 juillet 1941, après l’offensive contre l’Union soviétique, Heinrich Himmler ordonna la construction d’un camp à Lublin dans le quartier Majdan Tatarski. Durant son existence entre 1941 et 1944, le camp de Majdanek remplit des fonctions les plus diverses : il servit de camp pour prisonniers de guerre soviétiques, de camp de travail pour des détenus majoritairement juifs, mais aussi polonais, de camp d’internement pour la population rurale polonaise et soviétique prise en otage, de camp de concentration pour des détenus politiques principalement polonais et, à partir de l’automne 1942, aussi de camp pour les femmes. Barbara Schwindt, Das Konzentrations- und Vernichtungslager Majdanek. Funktionswandel im Kontext der ‹ Endlösung ›, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2005.

36 Voir aussi Tomasz Kranz, « Das Konzentrationslager Majdanek und die ‹ Aktion Reinhardt › », in Bogdan Musial, dir., ‹ Aktion Reinhardt ›. Der Völkermord an den Juden im Generalgouvernement 1941-1944, Osnabrück, Fibre Verlag, 2004, p. 233-255.

37 Tomasz Kranz/Zeszyty Majdanka : Tomasz Kranz, « Ewidencja Zgonow i Smiertelnosc Wiezow KL Lublin », in Zeszyty Majdanka, 23, 2005, p. 7-53.

38 Majdanek, camp situé le plus à l’Est dans le système concentrationnaire, fut un camp quelque peu chaotique et mal organisé. Pour mettre en œuvre l’extermination systématique des Juifs, d’octobre 1942 jusqu’à septembre 1943, les SS se servirent des chambres à gaz. Mais des pannes récurrentes les obligèrent aussi à recourir à des méthodes de mise à mort pratiquées depuis automne 1941 : notamment le meurtre par injection utilisé par les SS pour tuer les détenus malades et les fusillades. Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag, op. cit., p. 287-339 [Mailänder, Female SS Guards, op. cit., 159-188].

39 Cf. Strebel, Das KZ Ravensbrück, op. cit. ; voir aussi : Simone Erpel, dir., Im Gefolge der SS : Aufseherinnen des Frauen-KZ Ravensbrück. Begleitband zur Ausstellung, Berlin, Metropol, 2007 ; Johannes Schwartz, « Les marges de manœuvre de trois gardiennes SS dans le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück », in Pierre Truche, dir., Juger les crimes contre l'humanité, 20 ans après le procès Barbie, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 167-182.

40 Témoignage de Luzie H., dans : Eberhard Fechner, Der Prozess. Eine Darstellung des Majdanek-Verfahrens (Le procès. Portrait du procès de Majdanek), Norddeutscher Rundfunk. 1984, 270 min, partie 3. Cf. aussi interrogatoire Luzie H. Düsseldorf 21.12.1976, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 285, p 171f.

41 Témoignage de Luzie H., dans : Eberhard Fechner, Der Prozess. Eine Darstellung des Majdanek-Verfahrens (Le procès. Portrait du procès de Majdanek), Norddeutscher Rundfunk. 1984, 270 min, partie 2.

42 Pour le « travail » de mise à mort, cf. Elissa Mailänader, « Eigensinn et ‘usine de mort’ : l’histoire du quotidien et l’univers concentrationnaire », dans : Sociétés contemporaines à paraîtra dans le numéro 99/100 de décembre 2015.

43 Barbara Schwindt, Das Konzentrations- und Vernichtungslager Majdanek. Funktionswandel im Kontext der « Endlösung », Würzburg : Koenighausen & Neumann 2005, p. 254-261.

44 Déposition Nemacha Frenkel, 13.3.1962 Ashkelon, HStA Düsseldorf Ger. Rep. 432 n° 203, p 11, Déposition Teresa-Maria Slizewicz, 23.5.1972 Varsovie, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 235, p. 80/81.

45 Déposition Danuta Czaykowska-Medryk, 22. 1. 1973 Warsaw, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 213, p. 539–541; cf. Déposition Danuta Czaykowska-Medryk, 13.5.1977, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 285, p.123.

46 Déposition Antonia Kurcz, 29.11.1972 Varsovie, HStA Düsseldorf Ger. Rep. 432 n° 237, p. 495f.

47 Elissa Mailänder, « La violence des surveillantes des camps de concentration national-socialistes » op. cit.

48 Déposition Luzie H., 21.12.1976, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 285, p. 175–177.

49 Déposition Luzie H., 21.12.1976, HStA Düsseldorf, Ger. Rep. 432 n° 285, p. 178. Cf. aussi Déposition Alice Orlowski, 30.8.197 Düsseldorf, HStA Düsseldorf, Ger. Rep.432 n° 252, p. 89f.

50 Luzie H., dans Fechner, Der Prozess, partie 2.

51 cf. Patrick Bruneteaux et Elissa Maïlander, « Les violences concentrationnaires au prisme de la cruauté (1933-1945) : le cas d’Otto Moll », Histoire@Politique, n°26, mai-août 2015, www.histoire-politique.fr.

52 Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag, op. cit., p. 195-256 [Mailänder, Female SS Guards, op. cit., 107-140].

53 Elissa Mailänder, « La violence des surveillantes des camps de concentration national-socialistes (1939-1945) : réflexions sur les dynamiques et logiques du pouvoir », in Online Encyclopedia of Mass Violence, 2012, http://www.massviolence.org/La-violence-des-surveillantes-des-camps-de-concentration.

54 Mailänder Koslov, Gewalt im Dienstalltag, op. cit., p. 410-450 [Mailänder, Female SS Guards, op. cit., 231-254].

55 Ibid, p. 273-286 [Mailänder, Female SS Guards, op. cit., 150-158].

56 Mailänder, « Eigensinn et ‘usine de mort’ ; cf. aussi Alf Lüdtke, The Appeal of Exterminating « Others » : German Workers and the Limits of Resistance. Journal of Modern History, 64, 1992, p. 46-67 ; Alf Lüdtke, Der Bann der Wörter: "Todesfabriken". Vom Reden über den NS-Völkermord - das auch ein Verschweigen ist. WerkstattGeschichte, 13, 1996, p. 5-18.

57 Harvey, Women and the Nazi East, op. cit., p. 252-256 ; Maubach, Die Stellung halten, op. cit., p. 128-168.

58 Cf. Alexa Stiller, « Gewalt und Alltag der Volkstumspolitik : Der Apparat des Reichskommissars für die Festigung deutschen Volkstums und andere gesellschaftliche Akteure der veralltäglichten Gewalt », in Jochen Böhler et Stephan Lehnstaedt, dir., Gewalt und Alltag im besetzten Polen 1939-1945, Osnabrück, Fibre Verlag, 2012, p. 4566 ; Alexa Stiller, « On the Margins of Volksgemeinschaft : Criteria for Belonging to the Volk within the Nazi Germanization Policy in the Annexed Territories, 1939-1945 », in Claus-Christian W. Szejnmann et Maiken Umbach, dir., Heimat, Region and Empire : New Approaches to Spatial Identities in National Socialist Germany, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012, p. 235-251.

59 Cf. Dieter Pohl, Von der ‹ Judenpolitik › zum Judenmord : der Distrikt Lublin des Generalgouvernements 1939-1944, Francfort s/Main/Berlin/Bern/New York/Paris/Wien, Peter Lang, 1993.

60 Frauen helfen siegen, op. cit.

61 Birthe Kundrus, « Handlungsräume. Zur Geschlechtergeschichte des Nationalsozialismus », in Lana Leichsenring, dir., Frauen und Widerstand, Münster, LIT Verlag, 2003, p. 14-25, p. 15.

62 Birthe Kundrus, « Handlungsräume. Zur Geschlechtergeschichte des Nationalsozialismus », art. cit., p. 14-25, p. 21-23.

63 Ces éléments se réfèrent aux travaux du sociologue allemand Heinrich Popitz qui distingue entre le pouvoir d’action (Handlungsmacht) c’est-à-dire la capacité de blesser une autre personne physiquement, symboliquement ou psychologiquement, le pouvoir de définition (Definitionsmacht), qui est la possibilité de donner des ordres à des subalternes, mais cela désigne aussi la marge d’interprétation que chaque personne a lorsqu’elle reçoit des ordres ou doit suivre des règles, et enfin, le pouvoir de décision (Entscheidungsmacht) qui désigne la capacité de prendre de décisions tout en étant encadré par un ordre et un champ social, Heinrich Popitz, Phänomene der Macht. Mohr, Tübingen 1986.

64 Gudrun Brockhaus, Schauder und Idylle. Faschismus als Erlebnisangebot, München, 1997.

65 Ibid., p. 172.

66 Ibid., p. 313.

67 Ibid., p. 168.

68 Bock, « Täter, Opfer, Mitläufer und Zuschauer im Nationalsozialismus », art. cit., p. 265-266.

69 Anne McClintock, Imperial Leather : Race, Gender and Sexuality in the Colonial Context, London, Routledge, 1995 ; Johanna Gehmacher, Elizabeth Harvey, Sophia Kemlein, dir., Introduction in IDEM, Zwischen Kriegen : Nationen, Nationalismen und Geschlechterverhältnisse in Mittel- und Osteuropa 1918-1939, Osnabrück, Fibre Verlag, 2004, p. 9-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elissa Mailänder, « Des femmes allemandes au service de la guerre : participations actives aux politiques raciales nationales-socialistes, à la déportation et au génocide (1939-1945) », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2202

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page