Navigation – Plan du site
Le genre en guerre

Couvrir la colonisation sans la violence : des femmes journalistes allemandes face à la germanisation à l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale

Deborah Barton et Fabien Théofilakis

Résumés

Résumé

Le présent article s’intéresse, à partir d’une profession stratégique pour le IIIe Reich – les journalistes allemandes –, aux représentations de la violence qui accompagnent la conquête, puis les projets de germanisation nazis, à l’Est. Après avoir présenté l’historiographie d’un champ de recherche en grande évolution depuis deux décennies – celui de la participation des femmes à la violence (exterminatrice) nazie –, les auteurs suivent le parcours de quatre femmes journalistes (Ilse Urbach, Liselotte Purper, Renate von Stieda et Helen Rahms) afin de saisir une éventuelle spécificité féminine à rapporter la violence extrême entre 1939 et 1945.

Haut de page

Texte intégral

I. Les femmes allemandes sous le IIIe Reich, victimes, bourreaux ou Allemandes ordinaires ?

  • 1 Hitler, discours du 10 septembre 1937 devant la Frauenschaft, in Max Domarus (Hg.), Hitler. Reden u (...)
  • 2 Sybille Steinbacher,  « Einleitung », in Idem (Hg.), Volksgenossinnen. Frauen in der NS-Volksgemein (...)

1En 1939, lorsqu’éclate la Seconde Guerre mondiale, le Reich allemand compte 40,5 millions de femmes, soit plus de la moitié de sa population. De facto, cette catégorie constitue un enjeu crucial et un acteur à part entière dans la constitution de la Volksgemeinschaft (communauté du peuple) promue par le régime national-socialiste. Ainsi Hitler considère-t-il, en septembre 1937, la NS-Frauenschaft – la Ligue nationale-socialiste des femmes – comme un « complément de l’organisation masculine de combat »1. Près de 12 millions d’entre elles environ sont, à la veille de la campagne de Pologne, membres d’organisations de masse de l’Etat. A mesure que le conflit se prolonge et se radicalise, notamment après juin 1941 et l’invasion de l’URSS, les femmes considérées comme allemandes sont de plus en plus impliquées dans l’effort de guerre bientôt totale qui, en faisant disparaître les séparations entre fronts domestique et militaire, efface également la distinction entre sphères masculine et féminine : aux 500 000 auxiliaires féminines de la Wehrmacht s’ajoutent les cohortes de femmes employées dans la SS et la police régulière allemande (Ordnungspolizei), les quelque 50 000 Maiden – jeunes filles effectuant leur Service du travail du Reich – affectées à l’été 1944 aux batteries de défense anti-aérienne ou encore les 40 000 infirmières de la Croix-Rouge allemande qui assistent les armées du Reich2. Pourtant, cette présence féminine, démographiquement dominante, idéologiquement déterminante et militairement utile, a longtemps été délaissée par la recherche sur le national-socialisme. Comme si le nazisme était une affaire d’homme(s), de politique et de guerre, où les femmes n’avaient pas de place, pas de responsabilité, donc pas d’histoire.

1. Eclairage historiographique

  • 3 Claudia Koonz, Mothers in the Fatherland: Women, the Family and Nazi Politics, New York, St. Martin (...)
  • 4 Gisela Bock, « Racism and Sexism in Nazi Germany. Motherhood, Compulsory Sterilization, and the Sta (...)

2L’émergence de mouvements féministes dans les années 1960 a entraîné une évolution qui aboutit à un premier schéma d’interprétation : cherchant à fonder une identité féminine positive qui définirait les femmes sous le nazisme comme un groupe unifié et solidaire, la recherche conçoit alors leur position dans le IIIe Reich à l’aune des structures de domination patriarcale et des éléments réactionnaires du discours nazi sur les femmes. Elles apparaissent comme soumises à un pouvoir masculin et à un système de répression, dont elles ne peuvent avoir été que les victimes. L’arrivée d’une nouvelle génération d’historiennes dans les années 1980 et la reconnaissance institutionnelle croissante dont bénéficie l’histoire des femmes élargissent les travaux aux relations entre les sexes sous le IIIe Reich, qui abordent désormais la question de l’implication des femmes dans les crimes du régime. Victimes, les Allemandes auraient-elles pu aussi être des adjuvants du pouvoir nazi ? C’est l’enjeu de la « querelle des historiennes » entre Claudia Koonz et Gisela Bock. Dans son ouvrage, paru en 1987, Mothers in the Fatherland, l’historienne américaine Koonz concentre son étude sur les femmes « organisées » – celles appartenant aux organisations nazies et chrétiennes, protestantes comme catholiques – dans l’Allemagne nazie avant 1939 et défend l’interprétation selon laquelle elles ont contribué, de différentes manières, au maintien du régime, notamment via leur influence dans la « sphère privilégiée des femmes »3. Elle distingue alors deux types d’Allemandes : celles, peu nombreuses, qui furent des nazies fanatiques et qu’incarnent les gardiennes de camp de concentration ; la majorité qui considéra le nouveau régime comme un moyen d’accéder à l’indépendance dans leur propre sphère. Typologie que remet en cause l’historienne allemande Gisela Bock pour qui toutes les femmes furent des victimes potentielles du régime en raison de leur sexe, nonobstant les quelques nazies. Elle insiste sur le biopouvoir de l’Etat nazi qui, à travers les stérilisations forcées et les avortements, déterminait une politique de la maternité et des femmes à partir de considérations eugénistes et raciales4.

3Ce débat a amené les historiens à dépasser la catégorisation des femmes comme victimes collectives de la domination masculine : elles ont pu agir comme spectatrices, bénéficiaires et soutiens de l’Etat nazi. En rendant caduque la représentation d’une femme allemande paisible et apolitique sous le IIIe Reich, la discussion a déplacé la focale de la recherche sur des professions impliquées dans la réalisation du programme nazi d’ingénierie sociale (femmes médecins des centres d’euthanasie, gardiennes des camps de concentration) : la figure de la « Täterin » (auteur de crime au féminin) qui a soutenu l’appareil de persécution de l’Etat et commis des crimes, fait son apparition dans la recherche.

  • 5 Voir notamment Steinbacher, « Einleitung », art. cit., p. 18-19.
  • 6 Gudrun Schwarz, Eine Frau an seiner Seite. Ehefrauen in der « SS-Sippengemeinschaft », Hambourg, Ha (...)
  • 7 Wendy Lower, Hitler’s Furies. German Women in the Nazi Killing Fields, Boston, Houghton Mifflin Har (...)

4Dès lors, les travaux se sont développés, dans les années 1990, sur des postulats quasi-inverses à ceux de départ : non plus le groupe homogène de victimes d’un appareil d’Etat hostile, mais la diversité des comportements individuels dans un régime qui, certes défavorisait socialement, économiquement et juridiquement les femmes, mais dut – et sut – adapter sa politique des sexes pour répondre aux exigences économiques, idéologiques et militaires à partir de 19415. Dépassant la dichotomie « bourreau – victime », la recherche considère désormais d’autres critères – origines sociales, état matrimonial, convictions politiques… – et introduit la distinction entre femmes « aryennes » et « non aryennes ». Cette évolution qui rejoint l’essor des études sur le nazisme empruntant la perspective des bourreaux profite alors des avancées de la recherche sur le IIIe Reich, notamment sur son fonctionnement polycratique et concurrentiel qui ménage une marge de manœuvre aux individus. De suiveuses passives aux responsables actives, les femmes sous le IIIe Reich sont désormais observées selon leur latitude d’action en lien avec la mise en place de la Shoah à l’échelle locale. Que ce soient les épouses de dirigeants SS qui révèlent la politisation de l’espace privé, le personnel féminin impliqué – tel celui travaillant pour la Gestapo – dans l’organisation des déportation des Juifs, l’expropriation de leurs biens, voire la tenue des séances de torture, ou les sages-femmes, rouage essentiel dans la politique de la race, elles apparaissent comme des acteurs indispensables de la guerre d’extermination raciale qui s’ouvre à l’est et offre des chances d’ascension sociale inédites6. C’est l’apport principal de l’étude pionnière d’Elizabeth Harvey sur le rôle des femmes dans la politique allemande de germanisation en Pologne. Comme le note Wendy Lower, autre pionnière dans ce champ de recherche, « le rôle des femmes allemandes dans la guerre de Hitler ne peut plus être compris comme leur mobilisation et victimisation dans le front domestique. En lieu et place, l’Allemagne de Hitler a produit un autre type de caractère féminin en guerre, expression de l’activisme et du patriotisme féminins de la plus violente et perverse espèce »7. La recherche sur les femmes sous le nazisme a ainsi fini par considérer les effets de la politisation de tous les domaines de la vie et les réactions des « Volksgenossinnen » aux attentes et opportunités ainsi créées.

2. Femmes journalistes et la guerre à l’Est : de quel genre s’agit-il ?

5Le présent article sur la perception de la guerre à l’Est par des femmes allemandes s’insère dans ce paysage historiographique, mais adopte une focale particulière en considérant la façon dont un groupe défini – les femmes journalistes allemandes envoyées à l’est du Grand Reich à partir de 1939 – perçoivent la violence de guerre et la reflètent dans leurs pratiques professionnelles. Ces femmes journalistes constituent en effet des médiatrices particulièrement efficaces, car elles font jouer trois catégories d’analyse qui renvoient à des coordonnées fondamentales du discours et de l’action du national-socialisme au pouvoir, surtout quand il s’agit de regermaniser cet « espace vital » : la politique des sexes dans la réalisation de la Volksgemeinschaft ; la propagande dans la mobilisation du front domestique et la violence comme catégorie d’action.

  • 8 Pourcentage tiré de Carmen Sitter, « Die eine Hälfte vergisst man(n) leicht ! ». Zur Situation von (...)

6La question du genre permet en effet d’aborder la position et la conception de la femme dans l’idéologie nazie et la réalité de son application à partir de 1933, soulignant le décalage entre discours et pratique et amenant à s’interroger sur les facteurs d’évolution en termes de mobilisation culturelle en guerre totale. Si le discours du NSDAP a pu apparaître comme une remise en cause de l’égalité acquise sous la République de Weimar, une fois au pouvoir, les nazis ont certes continué à prôner le modèle de la femme confinée à la maternité et à la sphère domestique tout en favorisant, dans les faits, l’emploi féminin à partir de 1936 afin de répondre aux nécessités économiques du plan quadriennal. Cette tension entre posture idéologique et adaptations pratiques traverse la profession de journaliste. Le Parti a dû constamment négocier entre le confinement de l’influence et de l’action des femmes à la sphère privée et son désir, puis son besoin, d’avoir des femmes journalistes qui pourraient influencer la sphère publique. En 1939, la proportion de femmes dans la profession a fortement augmenté pour représenter 8,8% de ses membres8. Ce processus de négociation fut synonyme de flexibilité pour les instances de presse nazie et créa des opportunités professionnelles inédites pour les femmes allemandes.

  • 9 Adolf Hitler, Mein Kampf (Mon combat), Paris, Nouvelles Editions latines, « L’opinion publique », 1 (...)
  • 10 Wilhelm Weiß, « Die Frau im Schriftleiterberuf », Deutsche Presse, 07/03/1936, p. 118.
  • 11 Deborah Barton utilise cette notion pour caractériser la politique en matière de presse et la propa (...)
  • 12 Bundesarchiv, Berlin – Lichterfelde-West (BArch L), R56I/8, Memo, Kulturpolitik, « Hohe Berufung un (...)

7Ces femmes journalistes nous introduisent ainsi au cœur de la fabrique de l’un des instruments fondamentaux du régime à prétention totalitaire, la propagande. Dès Mein Kampf, Hitler considérait la presse comme « une sorte d’école pour les adultes », lui attribuant le « travail d’ ‘information’ » à opérer auprès des masses9. Comme le souligne Wilhelm Weiss – éditeur en chef du Völkischer Beobachter, le journal du Parti et président de l’Association du Reich de la presse allemande – en mars 1936, dans l’Allemagne nazie, le rôle de la femme journaliste ne serait pas insignifiant ni cantonné aux rubriques domestiques : « Aujourd’hui, la profession de journaliste pour les femmes [est] un domaine sérieux, ardu et remarquable »10. Le message est clair : pour que la presse soit utile à l’Etat nazi, il faut qu’elle soit unie et cela passe par l’implication politique des femmes journalistes à l’action publique… à destination des femmes. Il est tout aussi clair en effet que les femmes journalistes écriront sur les domaines que le régime perçoit comme « féminins », feuilleton, culture, vie quotidienne, nouvelles locales et histoires de femmes, les soft news11. A mesure que la victoire finale se dérobe, la place dévolue aux pages culturelles se développe afin de satisfaire le besoin croissant de la population de se divertir. Comme le révèle une note de la Chambre de la culture allemande en 1943, rattachée au ministère de la Propagande, il n’est pas question d’avoir des articles culturels ou à but récréatif centrés sur des thèmes militaires ou guerriers. Au contraire, la population, voire les soldats du front, auraient besoin de contenus qui offrent un autre horizon que la guerre12. Dès lors les femmes journalistes, censées produire les soft news qui serviront de liant à la Volksgemeinschaft, deviennent un élément indispensable dans la politique médiatique des nazis : leurs articles doivent produire une façade de normalité, et plus tard, soutenir le moral dans l’Allemagne de Hitler.

  • 13 BArch L, NS18/1455, Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt ; Propagandalenkung, « Fragen (...)
  • 14 Voir, par exemple, les synthèses de Mark Mazower, Hitler’s Empire. Nazi Rule in Occupied Europe, Lo (...)
  • 15 Barch L, NS18/1455, Memo, Sonderdienst der Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt : Prop (...)
  • 16 Voir notamment Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS (...)
  • 17 Baranowski, Nazi Empire…, op. cit., p. 5. Sur l’analyse du discours nazi justifiant la colonisation (...)

8Cette configuration rend d’autant plus opérante la troisième catégorie d’analyse pour ces femmes qui opèrent sur le front, à savoir la violence guerrière à l’Est, qui fait définitivement sortir la femme de l’image véhiculée par la propagande. L’Est germanique – entendu dans les pages qui suivent comme terre d’empire à conquérir afin de réaliser l’ « espace vital » peuplé d’Allemands racialement homogènes – comprend, la Prusse orientale, Danzig et la Prusse occidentale, le Warthegau et la Silésie13. Il s’élargit de l’Estonie à la Roumanie, voire aux Balkans et à la Grèce, si l’on considère les cartes établies par les autorités nazies pour les opérations de déplacements de populations allemandes (Umsiedlungsaktion). En raison des enjeux propres à cet espace géostratégique qui est aussi un imaginaire socio-historique structurant du nazisme14, la femme allemande en tant que vecteur de culture (Kulturträgerin) à l’échelle nationale (mère patrie), publique (maternité) et privée (épouse), occupe une place particulière dans le discours sur la germanisation et, à partir de 1939-1940, un rôle ambigu dans sa réalisation. Les femmes journalistes se trouvent donc impliquées dans cet Eldorado – à la fois « terre à blé » et « parc de loisir » – à faire advenir dans l’Europe nouvelle : « La propagande – précisait un rapport confidentiel du service spécial de la direction de la propagande du Reich en août 1941 – doit peindre les grandes missions qui attendent les Allemands à l’Est ; dessiner ses beautés paysagères et signaler les améliorations que cette terre a connues à tout point de vue et connaîtra encore »15. La colonisation à l’Est, entendue comme la conquête de « l’espace vital » allemand, se présente alors comme une tête de Janus : d’un côté la formation d’un empire harmonieux et racialement pur passe, au besoin, par la subordination, l’expulsion ou l’exécution de ses ennemis, soit par une violence fondatrice et nécessaire16 ; d’autre part la réalisation historique de la domination de la race des seigneurs garantit une résurrection d’un passé, synonyme de paix définitive pour les vainqueurs17. Les femmes journalistes qui couvrent davantage la seconde dynamique sont confrontées, à l’Est, à la première.

  • 18 L’ensemble de ces fonds sont conservés à BArch L.

9Pour considérer ces femmes journalistes envoyées à l’Est afin de décrire une réalité lénifiante, mais qui se trouvent témoins d’une violence extrême comme de ses traces, cette étude se fonde sur un corpus archivistique qui ne recoupe que partiellement ceux définis par les derniers travaux sur les femmes allemandes en guerre totale. Le présent article croise deux types de sources : celles permettant de suivre ces reportrices dans leur travail à l’Est à partir des fonds de l’Association du Reich de la presse allemande (R 103), du Bureau de presse allemand (R 34) et, dans le parti, du chef du service de presse du NSDAP (NS 42) ; celles donnant à voir l’enjeu idéologique attaché à leur travail avec les fonds du ministère du Reich pour l’éducation du peuple et la propagande (R 55) et de sa Chambre de la culture du Reich (R 56), du directeur de la propagande du Reich du NSDAP (NS 18) et de la Direction des femmes du Reich (NS 44)18. Cette approche institutionnelle a été complétée par les fonds privés de nombreuses journalistes, notamment conservées à Berlin (Bundesarchiv et Landesarchiv) et à Munich (Institut für Zeitgeschichte) ainsi que par le dépouillement de plusieurs périodiques, dont Das Reich, magazine conçu en 1940 pour les lecteurs plus particulièrement sagaces qui se détournent des grands tirages trop ouvertement inféodés, et la NS-Frauen-Warte, seul journal officiel du parti pour les femmes, mais dont le lectorat dépasse largement les membres du parti.

II. Les femmes journalistes et l’Est nazi : l’illusion de la normalité au féminin

  • 19 Pour devenir journaliste, les candidates devaient réussir un examen d’entrée, puis effectuer une an (...)

10Dans la construction d’un « espace vital » racialement homogène car devenu germanique, les femmes journalistes allemandes occupent une place particulière en lien avec la vision qu’il faut en diffuser dans l’Altreich. C’est pourquoi le thème de l’Est fait partie de ceux que ces femmes journalises eurent à traiter de façon préférentielle, et ce dès leurs années de formation19. Parmi les thèmes proposés aux candidates à l’examen d’entrée comme journaliste, on pouvait ainsi trouver les sujets suivants :

« 1) La femme dans la guerre totale (article politique)

2) La position de la femme en Union soviétique ! (article)

(…)

4) La journée de la Wehrmacht (reportage)

(…)

5) Notre théâtre public lors de la dernière saison d’hiver (article sur la politique culturelle)

  • 20 BArch L, R103/127, sans date.

6) Qui n’épargne pas un sou n’en aura jamais deux (en lien avec les mesures d’économie prises désormais partout dans l’économie et les ménages) (causerie) »20.

  • 21 Pour être inscrite sur la liste professionnelle et reconnue comme journaliste, il fallait avoir tra (...)
  • 22 BArch L, R103/ 95, Deutsche Ukraine-Zeitung, Hauptschriftleitung an den Geschäftsführer des Reichsv (...)

11Une fois l’examen réussi, l’Est ne quittait pas l’horizon professionnel de ces jeunes reçues qui devaient, pour être officiellement enregistrées comme journalistes, effectuer un stage. Il n’est alors pas rare d’en voir compléter leur formation en étant envoyées dans l’Est et le Sud-Est sous occupation allemande21, comme l’expérimenta Eva Lore Klempp. De juillet à octobre 1941, elle débuta, comme stagiaire, à la Donauszeitung à Belgrade. Elle se forma ensuite comme rédactrice en chef, en mars et avril 1943, au Freiheitskampf à Dresde avant d’être à nouveau affectée dans des rédactions à l’Est pour occuper le même poste à la Deutsche Ukraine-Zeitung de Kiev, journal créé par les autorités allemandes d’occupation22. Ce parcours entre Deutsches Reich et territoires occupés qu’a suivi un certain nombre de femmes journalistes souligne combien leur expérience professionnelle ne sépare pas fronts domestique et militaire réunis dans une même Volksgemeinschaft. Reste toutefois à savoir dans quelle mesure elles ont intégré leur expérience de guerre dans leur production éditoriale.

  • 23 Ermittlungen Staatsarchiv Koblenz 9 Js 716/59 gg. Georg Heuser u.A.
  • 24 Alex J. Kay, Jeff Rutherford et David Stahel, eds., Nazi Policy on the Eastern Front, 1941. Total W (...)

12En effet, cette présence des femmes journalistes à l’Est signifiait être témoin direct du processus de radicalisation de la violence, si elles ne le soutenaient, voire y participaient. C’est ce qui valut, en novembre 1959, à la journaliste Emilie Jüttner d’être interrogée dans le cadre du procès pour crime de guerre ouvert contre Georg Heuser, alors SS-Obersturmführer à Minsk23. En 1962, G. Heuser fut reconnu coupable d’avoir participé au meurtre de 11 103 personnes dans la ville. Or Jüttner avait été, pendant la guerre, l’une des quinze journalistes allemands du Minsker Zeitung24. Ce périodique, qui a paru entre avril 1942 et l’été 1944 – date à laquelle son tirage atteignait 22 000 exemplaires –, avait été conçu par les nazis comme un vecteur d’information important en Biélorussie sous occupation : deux tiers du tirage étaient vendus à la Wehrmacht qui le distribuait gratuitement. Le journal publiait des nouvelles relatives à la guerre sur les différents fronts aussi bien que l’actualité internationale ou la vie culturelle dans le IIIe Reich et le District Général de « Belarus » en particulier. Le fait qu’Emilie Jüttner fût interrogée laisse supposer qu’elle avait été en contact avec G. Heuser et, par ce biais, avait eu accès à des informations de première main sur les activités de l’officier SS dans la région.

13Ce décalage entre des articles consacrés à la vie quotidienne, vecteurs de normalité pacificatrice, et une expérience – au minimum – oculaire des conséquences d’une politique d’occupation d’une extrême violence dans les territoires occupés à l’Est invite à revenir sur le rapport de ces femmes journalistes à la violence de guerre et dans la guerre. Que vivent et voient les journalistes femmes à l’Est ? Sur quoi écrivaient-elles dans les articles qu’elles consacraient à la germanisation dans cet espace ? Comment essayèrent-elles de remplir leur fonction de médiatrice ? En quoi les variations stylistiques et les postures idéologiques d’une plume à l’autre permettent-elles de repérer des différences de rédaction – et de réaction – face à la violence guerrière ? Tenter d’y répondre suppose de savoir comment ces journalistes ont écrit au féminin la germanisation à l’Est et essayé de concilier l’illusion de normalité avec le spectacle de la guerre d’extermination.

14Quatre parcours de femmes journalistes ont été retenus qui, ensemble, couvrent l’espace-temps de la germanisation à l’Est. Ilse Urbach travaillait déjà comme journaliste avant guerre pour des grands titres, mais en tant que correspondante itinérante. Elle commença à écrire pour le journal Das Reich, à partir de 1940. Liselotte Purper fut photojournaliste et couvrit la germanisation des Allemands dans le Wartheland. Renate von Stieda, fortement impliquée dans l’organisation des femmes nationales-socialistes, écrivit dans le périodique de l’institution, la NS-Frau-Warte, de mai 1933 à début 1945. Helene Rahms n’était encore qu’en formation avant la guerre. Elle devint journaliste pendant cette dernière en travaillant pour Das Reich. Si elle ne s’est pas rendue à l’Est, elle rédigea pourtant des articles sur différentes régions à germaniser, offrant une vision de l’intérieur de ce front de reconquête.

  • 25 BArch L, R103/80, Memo, Nr. 21, RDP, 26/06/1940.

15Pour ces femmes, la guerre apparaît comme un temps riche en opportunités professionnelles qui permet de varier les contributions féminines aux formes de propagande et de discours nazis. En 1940, l’association de la presse annonça qu’en raison du nombre croissant de journalistes mobilisés, il devenait difficile de trouver des remplaçants25, ce qui favorisa l’emploi de femmes. En mars 1944, la Kriegssonderliste, la « liste spéciale de guerre », comprenant les journalistes à la retraite affectés en remplacement de ceux professionnels partis au front, comptait 238 individus, dont 51 femmes. Nombre certes bien inférieur à celui des hommes, mais proportion deux fois plus élevée que celle dans la liste des journalistes professionnels de l’association de presse. Certaines d’entre elles se remémorent la guerre comme un temps d’intégration professionnelle, voire un facteur d’émancipation féminine, attestant combien la restructuration du champ de la presse par le régime avait porté ses fruits.

1. Ilse Urbach ou la face « conviviale » de la violence à l’Est

16Ilse Urbach représente un premier type de journaliste femme confrontée à la violence sur le front de l’Est, celui d’une Allemande consciente d’écrire dans le sens du Führer, c’est-à-dire d’accomplir, par ses articles, le rôle dévolu par le régime, à savoir la promotion de la Volksgemeinschaft. Elle fait partie de celles qui tentèrent de prouver leur « germanité » en démontrant leur adhésion au nazisme, ce qui signifiait, dans ces territoires à germaniser, exercer une violence destructrice contre les Slaves et les Juifs.

  • 26 Dans le livre que Margret Boveri consacre, en 1965, au Berliner Zeitung, intitulé,Wir lügen alle. E (...)

17Née en 1912 dans une famille de la classe moyenne, elle poursuit ses études jusqu’à l’obtention, en 1931, de la Reifeprüfung, l’équivalent du baccalauréat. Elle débute alors sa carrière de journaliste comme stagiaire pour différents titres locaux avant d’entreprendre, l’année suivante, des voyages d’études notamment en Tchécoslovaquie, en Hongrie et en Yougoslavie. L’arrivée des nazis au pouvoir coïncide avec son retour dans les rédactions : elle adhère au NSDAP en mai 1933 et entre, un mois plus tard, à la rédaction du Berliner Tageblatt, un quotidiens berlinois les plus lus jusqu’à son interdiction par les nazis en 1939 pour orientation (trop) libérale. Ilse Urbach y dirige, à partir de janvier 1934, deux suppléments illustrés – le « Weltspiegel » (« Miroir du monde ») et le « Haus Hof Garten und Frauenspiegel » (« Maison, cours, jardin et miroir des femmes ») – qui reflètent la contribution que le nouveau régime attend alors de ces femmes journalistes dans les rédactions : I. Urbach y signe des articles sur les « question de femmes » (mode, mariage, décoration…), des critiques de films et mène quelques reportages. En 1939, elle rejoint la Deutsche Allgemeine Zeitung, un quotidien conservateur particulièrement lu dans les milieux diplomatiques. Un an plus tard, elle achève son positionnement éditorial en faisant son entrée à Das Reich, le quotidien de haute tenue publié par le NSDAP. Cette réussite professionnelle peut être prise comme une preuve d’adhésion au régime. Après la défaite de l’Allemagne, elle est soumise à une procédure de dénazification. Elle est cependant acquittée sur une ligne de défense placée sous le signe de l’obéissance dédouanante : s’appuyant sur le témoignage d’amis, elle se présente certes comme membre du Parti, mais pas idéologiquement brune. Elle continue ainsi, après guerre, sa carrière de journaliste à Die Welt, le grand quotidien conservateur fondé en 1946 par les autorités britanniques à Hambourg sur le modèle du The Times, où elle devint la directrice du feuilleton en 1950. Comment a-t-elle couvert la germanisation à l’Est qu’elle rejoint comme envoyée de Das Reich ? Qu’a-t-elle retenu de son expérience de journaliste en guerre26 ?

  • 27 Ilse Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland. Bei den Arbeitsmaiden zwischen Posen und Litzmannstad (...)
  • 28 Sur la participation des femmes dans les plans nationaux-socialistes et les actions de regermarnisa (...)
  • 29 Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland », art.cit.
  • 30 Nancy Reagin, Sweeping the German Nation. Domesticity and National Identity in Germany, 1870-1945, (...)

18Le 29 décembre 1940, quatre mois après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie, Das Reich publie un article d’Ilse Urbach intitulé « Les aides féminines dans le Wartheland : chez les Arbeitsmaiden entre Poznań et Litzmannstadt [Łódź en polonais] »27. Le texte décrit sa visite à un groupe de jeunes femmes travaillant pour le cadre du Service du travail du Reich, dans cette région de la Pologne que l’Allemagne a annexée. Les femmes décrites apparaissent comme les soutiens des Volksdeutschen (Allemands ethniques) envoyés par Berlin pour peupler ces territoires dans le cadre du Generalplan Ost ou Plan général à l’Est28. Urbach offre, à première vue, une description bucolique, comme hors du temps, de la politique nazie de repopulation qui s’accomplit pourtant au prix de larges déportations des populations locales. La journaliste peint en effet les améliorations et la Gemütlichkeit – la convivialité – que les Allemands auraient apportées à cette région. Elle s’enthousiasme du fait que « Poznań a retrouvé naturellement et avec un joyeuse élan le chemin vers sa vie allemande »29. En décontextualisant ces opérations de déplacement de populations, ce qui revient à rendre invisible toute violence – physique, symbolique, juridique –, pour présenter l’occupation comme une évidence, son texte laisse entendre que l’Allemagne reprendrait ses droits sur des territoires politiquement polonais, mais naturellement germaniques. Souligner la prise en charge domestique fournie par les jeunes femmes allemandes dans cet Est reconquis – elle s’occupent des enfants, assurent couture et ménage, accompagnent les familles vers un style de vie « allemand » – fait correspondre retour au droit et imposition de l’ordre nazi qui passe par une domestication de l’espace. Les femmes allemandes au travail dans la région mettent en œuvre une notion particulière de la domesticité allemande pour jauger la « germanité » des colons et l’utilisent pour « regermaniser » ceux dont l’ethnicité est sujette à caution30, rappelant que, sous le régime nazi, les pratiques domestiques font partie du racisme et de la persécution en Pologne occupée.

19De ses descriptions lyriques de la campagne – les « prés immenses sans frontière entre le ciel et la terre » – à ses brèves allusions à la violence polonaise – la seule finalement qui transparaît – contre les Volksdeutschen dans la région, afin de louer le travail énergique et industrieux des jeunes Allemandes venant en aide aux nouveaux colons, l’article d’I. Urbach reprend un élément central des buts de propagande du IIIe Reich quant à la justification de ses plans de « regermanisation » à l’Est : la Pologne comme espace colonial légitime de l’Allemagne constituait un topos du discours de l’ « espace vital », mais il connaît, avec la Seconde Guerre mondiale, une réalisation subite. Face à la « sauvagerie polonaise », la conquête de cette marge orientale est présentée comme une violence civilisatrice nécessaire car protectrice, une violence si acceptable qu’elle en devient non visible. Sous la plume d’I. Urbach, elle apparaît comme une légitime défense dans le processus de germanisation : en apportant la pureté raciale, les Allemands rétabliraient la pureté ancestrale des paysages naturels menacée par la négligence slave.

  • 31 Voir Kristin Kopp, Germany’s Wild East. Constructing Poland as Colonial Space, Ann Arbor, The Unive (...)

20Dans la réalité, l’instauration d’un autre ordre passa néanmoins par l’exercice d’une violence destructrice : après l’invasion de la Pologne, les dirigeants nazis commencèrent à réaliser leurs plans de « déplacement - réinstallation » des Volksdeutschen présents dans les Etats baltes et la Pologne orientale selon le slogan « Heim ins Reich » (« Retour dans le Reich »), le but de Berlin étant de renforcer la minorité allemande dans le Wartheland. Entre 1941 et 1942, après l’invasion de l’URSS, les dirigeants nazis, croyant être en passe de gagner la guerre, élargirent et consolidèrent ces buts dans le Plan général à l’Est, un schéma à long terme qui impliquait l’expulsion et la mise en esclavage de peuples slaves considérés comme inférieurs, l’extermination des Juifs vivant en Pologne, Lituanie, Lettonie, Estonie, Biélorussie et dans certaines régions russes comme l’Ukraine afin de repeupler ces régions dites nettoyées avec des Allemands « sélectionnés ». Au total, entre 1939 et 1941, les nazis déportèrent près d’un demi-million d’individus du Warthegau31. Réalité qu’Urbach pouvait d’autant moins ignorer qu’elle visita Litzmannstadt au moment où les Allemands établirent officiellement un ghetto juif, fin avril 1940.

  • 32 BArch L, NS18/1455, Memo, Sonderdienst der Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt : Prop (...)

21Les femmes journalistes et photoreporters envoyées, comme Ilse Urbach, dans ces régions ou parcourant la Pologne, l’Ukraine puis, après juin 1941, l’Union soviétique et les Etats baltes, se trouvèrent donc dans des territoires soumis à des formes d’extrême violence vis-à-vis des populations autochtones, juives avant tout. Bien que n’écrivant pas, à la différence de leurs collègues masculins, sur la guerre, ces femmes journalistes rendirent compte des conséquences des victoires militaires allemandes et de leurs atrocités. Elles se trouvèrent, directement ou indirectement, confrontées à la violence de temps de guerre. Et c’est précisément en cela que le rôle attribué à la presse par l’idéologie nazie devient déterminant dans la politique de colonisation, les femmes journalistes étant considérées comme particulièrement qualifiées pour écrire des papiers empreints d’émotion et de pittoresque sur des questions touchant à la maternité, à l’enseignement, aux enfants, à la jeunesse ou au foyer, autant de thèmes en lien avec les « transferts » des communautés de Volksdeutschen. Une note du ministère de la Propagande d’août 1941 préconisait que la propagande soulignât l’installation d’Allemands ethniques comme une étape décisive en vue de la regermanisation de l’Est. Le document demandait à ce que les efforts fussent portés sur « la description des Allemands à l’Est, la beauté brute du pays et les améliorations réalisées par les Allemands dans la zone »32. L’article d’I. Urbach, publié dans un grand quotidien qui tirait à 1,4 million d’exemplaires ses meilleures années, intégrait toutes ces exigences.

  • 33 Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland », art.cit. En novembre 1939, les nazis ordonnent que les J (...)

22Bien que le texte suggère un oasis paisible où règneraient camaraderie et esprit de communauté, les mots employés, en creux, confrontent le lecteur à la violence de guerre tout en la mettant à distance. I. Urbach écrit ainsi que « les jeunes filles se sont installées depuis longtemps dans l’ancienne école ménagère polonaise ». Termes qui font allusion, tout en l’adoucissant, à la violence nazie à l’œuvre dans la région : la journaliste présente Wieluń – première ville près de Łódź à être bombardée par la Luftwaffe le 1er septembre 1939 – comme « la ville des Juifs ». Elle poursuit la description : « ils continuent à courir librement ici et c’est tout tremblant que nous nous éloignions de la nuée d’étoiles de David sur leur dos et leur poitrine »33. Ce texte est rédigé alors que la ghettoïsation des Juifs dans les villes comme Varsovie est en cours. Le vocabulaire utilisé pour désigner les populations juives déjà persécutées entre en écho avec la propagande nazie, opposant à la saleté et le fléau du Juif la propreté et l’ordre allemands, contribuant à nourrir, chez les lecteurs allemands, une répulsion vis-à-vis des populations juives et polonaises, si l’on considère l’article dans son entier. Et Ilse Urbach de conclure son article : « Cette terre fleurira ». Mais au prix, en réalité, du sang de millions d’individus.

2. La regermanisation en images : quand Liselotte Purper pointe son objectif vers l’Est

23Les femmes journalistes ne diffusèrent pas seulement à travers leurs articles une vision de la germanisation à l’Est auprès des lecteurs allemands, mais aussi à travers leurs images. Liselotte Purper est l’une des représentantes de ce photojournalisme qui constitue, alors, l’une des formes de média les plus importantes et modernes.

  • 34 Sur LI. Purper, voir en particulier Katja Protte, « Beruf : ‘Bildberichterstatterin’ », in « Bildbe (...)
  • 35 BArch L, R103/229, salaires des associations régionales du Reichsverband der Deutschen Presse dans (...)

24Liselotte Purper est née à Strasbourg vraisemblablement en 1912 dans une famille appartenant à la classe moyenne ; elle grandit dans le Berlin de l’après-guerre. Elle entreprend alors des études de photojournalisme34. Toutefois sa carrière ne démarre véritablement qu’en 1936-1937, lorsque son travail attire l’attention d’Hanna Holzwart, éditrice de Frauenkultur, qui soutient fortement la débutante. Elle lui fournit contacts et contrats au sein du service de presse et de propagande de la direction des femmes du Reich (Reichsfrauenführung) de la Ligue national-socialiste des femmes allemandes. Après ses études, Liselotte Purper travaille, en indépendante, pour la Frauenkultur, mensuel illustré féminin, publié par la NS-Frauenschaft et la Deutsches Frauenwerk. C’est le début d’une carrière brillante comme « Bildberichterstatterin » – photojournaliste – dans le IIIe Reich. A partir de ce moment, elle travaille, toujours à son compte, pour les services de presse et de propagande de la Reichsfrauenführung, le NS-Frauenschaft, le NS-Volkswohlfahrt, le Reichsarbeitsdienst et d’autres organisations nazies. La réception de son travail dépasse le cercle des organisations nazies pour femmes. Les photos de L. Purper sont ainsi publiées dans de nombreux journaux, notamment la très respectée Deutsche Allgemeine Zeitung. Cela lui assure une aisance peu commune à l’époque pour une femme. En 1941, elle emploie deux autres photographes et son entreprise rapporte entre 3 000 et 4000 RM par mois – une affaire particulièrement rentable quand on sait qu’à la fin de la guerre, la plupart des journalistes hommes gagne entre 350 et 1 350 RM par mois et les femmes, généralement en bas de cette échelle salariale, encore moins35.

  • 36 Voir Harvey, « ‘Ich war überall’... », art. cit. Sur la photographie, voir notamment Habbo Knoch, D (...)

25Photojournaliste à son compte donc, elle parcourt, entre 1940 et 1944, l’Europe occupée. Ses voyages la conduisent dans l’Est conquis – une expérience habituellement réservée aux hommes : Pologne, Ukraine, protectorat de Bohême et Moravie, Roumanie, alors alliée du Reich. Comme l’a montré Elizabeth Harvey, le travail de commande de Purper se concentre principalement sur les Allemandes qui contribuent à l’effort de guerre selon des voies féminines, incluant la prise en charge des blessés et l’aide aux Volksdeutschen déplacés. Ses photographies comportent également des scènes de paysages bucoliques et de quiétude – en Roumanie, par exemple, une paysanne en costume traditionnel qui pose son berceau sur le bord du chemin –, motifs visuels particulièrement importants, alors que les combats se déroulent désormais en Allemagne et que la population, de plus en plus confrontée aux destructions, aspire à être divertie36.

26Les photoreportages d’Ilse Purper prennent pour sujets des groupes d’Allemands ethniques déplacés à Łódź (1939), des Allemandes ethniques distribuant de l’eau à Kronstadt à des soldats allemands de passage (sans date), des champs paisibles pendant les récoltes dans le Warthegau (1940), des enfants du village sur le chemin de l’école en Hongrie (1942), des soldats blessés dans un hôpital de la Luftwaffe à Odessa (été 1942) comme l’illustration ci-dessous publiée dans son journal personnel ou des mécaniciennes dans l’armée de l’air aidant à transporter des soldats blessés de Lemberg (Lviv en polonais, 1943). D’autres portraiturent des femmes à des postes laissés vacantes par les hommes, dans les usines d’armement, dans la science et l’agriculture. Au final, ces productions diffusent les contributions de la femme allemande en temps de guerre, à la fois dans l’espace habituellement féminin et en dehors.

1942 "Infirmières avec des blessés à la Mer Noire, Odessa », 1942, source : Bildagentur für Kunst, Kultur und Geschichte, Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz

  • 37 Sur la mission de L. Purper dans ce déplacement de population, voir Elizabeth Harvey, « Homelands o (...)
  • 38 Liselotte Orgel-Köhne, Willst Du meine Witwe werden ? Eine deutsche Liebe im Krieg, Berlin, Aufbau (...)
  • 39 Catherine Epstein, Model Nazi. Arthur Greiser and the Occupation of Western Poland, Oxford, Oxford (...)

27Mais les photographies de Liselotte Purper ne représentent aucune violence ni souffrance dans des régions dévastées par la guerre. Son travail est en fait davantage en lien avec la propagande voulue par le régime pour accompagner ses projets en matière de « germanisation » et livre une lecture héroïque du travail des femmes sur le front de l’Est. Grâce à ses nombreux contrats avec l’organisation nationale-socialiste des femmes, le travail de L. Purper, publié dans une large gamme de titres, du Deutsche Allgemeine Zeitung à Mutter und Kind en passant par le Luftwaffenkurier, connaît un fort écho. En octobre 1940, en lien avec l’organisation des femmes nazie, L. Purper se rend à Belgrade pour un reportage sur le déplacement de Volksdeutschen originaires de Bessarabie, de Bucovine et de Dobrogea37. Elle photographie des femmes allemandes en train de cuisiner, de porter assistance aux colons et de s’occuper des enfants. Ses photographies saisissent la joie des colons, alors qu’ils se mettent en route vers le IIIe Reich pour une nouvelle vie38. En réalité, les rapatriés vont entreprendre d’éprouvants voyages. Une fois arrivés dans le Warthegau, ils passent des mois en camp39.

  • 40 Orgel-KöhneWillst Du meine Witwe werden ?, op. cit, p. 29.

28Les femmes journalistes et photojournalistes stationnées ou voyageant dans l’Est se retrouvaient dans des régions de violence extrême exercée contre les populations autochtones et, avant tout, juives. Pendant ses voyages, L. Purper est ainsi témoin de la nature de la guerre et des conséquences de l’occupation allemande, notamment lors de son second déplacement dans le Warthegau en octobre 1940. Sous contrat avec le Secours populaire national-socialiste (NSV pour Nationalsozialistische Volkswohlfahrt), elle est chargée de photographier de jeunes séminaristes allemands travaillant dans le district de Wieluń. Dans son journal intime, elle livre ses impressions sur la ville : « Ici tout n’est que saleté. Désolation. Les Juifs – une étoile après l’autre – n’ont le droit de ne marcher que sur la rue. Des femmes polonaises, drapées dans leurs larges châles en laine, traînent leurs pieds à travers la ville. Grande misère ! Sourd désespoir à chaque mètre de cette bauge, sur laquelle un ‘bon dieu’ n’a jamais porté le regard »40. Bien que cela ne fasse pas partie de son contrat officiel, L. Purper photographie des Juifs portant l’étoile jaune dans les rues de Wieluń. Elle prend également des photographies de l’extérieur du ghetto de Lodz. Ces clichés ne furent pas publiés pendant la guerre.

  • 41 Ibid., p. 46.
  • 42 Ibid., p. 65.
  • 43 Voir notamment Andrea  Löw et Markus Roth, Juden in Krakau unter deutscher Besatzung, 1939-1945, Gö (...)

29A Prague, en octobre 1941, L. Purper écrit : « Je ne me fais pas d’illusions sur la dureté du combat à l’Est. Les actualités hebdomadaires ne sont pas fines et je connais assez de reportages et aussi de photographies qui sont si épouvantables, qu’ils ne seront jamais publiés, bien que ce serait nécessaire pour les jaseurs qu’ils voient la brutale réalité une fois de leurs yeux vus »41. A Odessa, en juillet 1942, elle observe qu’il n’y avait presque pas de maisons qui n’aient souffert de la guerre. A Cracovie, le 10 janvier 1942, elle consignait déjà : « Je n’ai pas du tout l’impression que je suis en Pologne ou à l’étranger. Il y a des Allemands à chaque coin de rue. Les Polonais ont leurs propres boutiques et hôtels. Les Allemands, dont moi-même, se sentent tout à fait chez soi ici. On ne voit plus de Juifs »42. Pour cause : Cracovie était la capitale du Gouvernement général de Pologne et le quartier général de Hans Frank, le gouverneur général. En mars 1941 y est instauré un ghetto. Les Allemands commencèrent à déporter les habitants des ghettos vers le centre de mise à mort de Belzec en juin 1942. La liquidation finale du ghetto de Cracovie eut lieu mars 1943. Les SS et la police effectuèrent les opérations, abattant environ 2 000 Juifs dans le ghetto et en transférant 2 000 autres au camp de travail forcé de Plaszow. Les Juifs restants furent envoyés à Auschwitz-Birkenau43. Liselotte Purper qui a visité le ghetto juste avant sa liquidation a sans doute été présente au moment des déportations.

  • 44 Orgel-Köhne, Willst Du meine Witwe werden ?, op. cit., p. 32.

30Bien que son adhésion institutionnelle au régime nazi ne soit pas avérée – elle n’a d’ailleurs manifestement pas été membre du NSDAP –, Liselotte Purper entretient un rapport particulier à la violence de guerre nazie tant elle a été témoin de ses deux dynamiques : celle officielle – qu’elle représente – qui se veut protectrice et vise le bien-être de la Volksgemeinschaft à l’Est à repeupler après l’avoir reconquis ; celle destructrice contre les ennemis supposés de la germanisation qui n’apparaît pas en images dans les journaux. Elle a vu Odessa après la bataille comme elle a suivi l’installation des Volksdeutschen. Certes, la pratique photographique de Liselotte Purper ne se réduit pas à ses publications, mais cette différence de traitement souligne le paradoxe du nazisme au pouvoir : alors qu’il se veut action, il représente, au final, assez peu le présent du combat du peuple allemand contre les « ennemis du Reich » (Reichsfeinde) dans la presse générale. En inscrivant la germanisation dans une temporalité indéterminée – car naturelle – entre un passé immémorial et un futur glorieux, Liselotte Purper pratique un journalisme au cœur de la bataille mais d’où la violence serait absente, car ou bien inutile ou bien déjà caduque. Sans doute est-ce une des raisons qui l’ont poussée, après la guerre, à d’abord travailler dans l’agriculture puis comme assistante dentaire afin de ne pas attirer l’attention du gouvernement militaire soviétique sur son travail comme « Bildberichterstatterin ». En 1946, elle reprend son activité de journaliste photographe sous le patronyme d’Orgel, le nom de son second mari. En 1950, elle passe à Berlin Ouest, où elle travaille, de nouveau, à son compte, comme photojournaliste44.

3. Renate von Stieda et Helene Rahms ou l’Est fantasmé

31Renate von Stieda et Helene Rahms présentent deux derniers types de journalisme en lien avec la violence de guerre à l’Est.

  • 45 En 1920, son père meurt à Riga.
  • 46 Nous ne savons rien sur son parcours après la guerre.
  • 47 BArch L, RKB211 Renate von Stieda, Lebenslauf, 26/01/1939 et RDP Fragebogen, sans date.

32Après une enfance à Riga en Lettonie, où elle est née en 1908, d’un père volksdeutsche médecin, elle fuit, en 1919, avec sa mère en Allemagne45. Elle obtient le mittlere Reife (le brevet d’études) avant de s’inscrire, en 1930-1932, à la Fachschule für volkstümliches Büchereiwesen (Ecole professionnelle pour les bibliothèques populaires). Elle débute sa vie professionnelle par des emplois plus ou moins en lien avec la presse (garde d’enfants, employée de maison, bibliothécaire de quartier et sténotypiste) et ce jusqu’en mai 1933, date à laquelle elle entre, âgée de 25 ans, à la NS-Frauen-Warte. Elle y reste comme membre de la rédaction toute la guerre. Parallèlement, elle publie des articles dans le supplément féminin du Völkischer Beobachter46 comme dans des journaux n’appartenant pas au Parti. Nazie convaincue, elle adhère au NSDAP en novembre 1929 et fonde, en 1930, le « groupe local de l’union nationale-socialiste des écolières » à Leipzig. En 1932-1933, elle devient experte culturelle à la Ligue des jeunes filles allemandes dans le Gau de Saxe47.

33Avant la guerre, les écrits de von Stieda sur l’Est comprennent notamment l’article « Voyage de l’autre côté de la frontière » (juillet 1933) à propos de son séjour en Pologne ainsi qu’en 1937, l’ouvrage Krieg über der Kindheit. Le livre, destiné à la jeunesse allemande, interprète le premier conflit mondial de l’Allemagne sur le front de l’Est à l’aune de l’expérience personnelle de la journaliste. L’idéologie nazie qui proclame l’appartenance des communautés volksdeutschen à l’Est à la Volksgemeinschaft et les appels de Hitler pour l’« espace vital » semblent plaire à R. von Stieda.

  • 48 Renate von Stieda, « Fahrt duch die befreiten Ostgebiete », NS-Frauen-Warte 9, n° 8, 01/1940, p. 11 (...)
  • 49 Cité par Harvey, Agents and Witnesses, op. cit., p. 90.

34Pendant la Seconde Guerre mondiale, en janvier 1941, von Stieda publie, dans la NS-Frauen-Warte, un article intitulé « Voyage à travers les régions de l’Est libéré »48. Elle y développe notamment l’idée d’un discours de civilisation qui désire épurer l’environnement polonais délétère : « le gaz a dû être utilisé pour les [les habitations] débarrasser de la vermine avant que des Allemands ne puissent y être logés »49. La position de R. von Stieda comme journaliste attitrée de la NS-Frauen-Warte permet de considérer la perception d’un journal qui fut la première publication nazie destinée aux femmes. La NS-Frauen-Warte fut le seul titre officiel du parti pour les femmes : lorsque la guerre éclate, son tirage s’élève à un million et demi d’exemplaires en Allemagne. Il sert les buts de la propagande du régime et diffuse le style de vie national-socialiste modèle pour une femme et sa famille en proposant une image de la féminité à travers ses déterminations d’épouse et de mère.

  • 50 Ibid.

35Dans son article de 1941, von Stieda exprime la double dimension de la conquête de la Pologne – que le titre entend diffuser – entre la répulsion vis-à-vis de la confiscation des maisons polonaises à Gdynia et le sentiment d’assurance donné par le « processus de désinfection ». La journaliste embellit la dynamique de violence par des descriptions des paysages polonais – ces « étendues sans frontières »50. Son article alimente le traitement du thème le plus récurrent dans le journal, l’Est comme espace colonial. Avant guerre, les articles dans la NS-Frauen-Warte avaient pour but de créer un sentiment de droit de propriété sur l’Est et d’accroître le soutien populaire pour les plans ultérieurs de Hitler visant la colonisation de ces territoires. Le choix de von Stieda d’écrire sur cette germanisation – ou le choix du journal de le lui proposer – permet de lier parcours individuel et destin collectif : parmi le profil des journalistes qui travaillent au journal, il existe un lien personnel avec les territoires perdus, les frontières « menacées » ou les régions orientales à fortes minorités allemandes. Ce lien suggère que le journal tenait à avoir des femmes aptes à suivre la ligne du Parti quant à l’importance de l’Est pour l’identité allemande. Et l’on retrouve, à travers l’exemple de R. von Stieda, le fait que la NS-Frauen-Warte, de par sa nature comme relais autorisé du Parti auprès les femmes, correspondait le plus fidèlement au rôle que les autorités de la presse attribuaient aux femmes journalistes dans l’Etat nazi : communiquer le mode de vie et la conception du monde nationaux-socialistes aux femmes allemandes, condition de réussite à une regermanisation collective.

  • 51 Helene Rahms, Zwischen den Zeilen. Mein Leben als Journalistin im Dritten Reich, Berne, Scherz, 199 (...)
  • 52 Ibid., p. 65.
  • 53 BArch F, R103/101, Christa Rotzoll, Lebenslauf, sans date.
  • 54 Frei et Schmitz, Journalismus im Dritten Reich, op. cit., p. 110.

36Helene Rahms présente un dernier cas de pratique journalistique en lien avec la guerre et l’Est. Née en 1918, Helene Rahms a commencé sa formation de journaliste en 1938 auprès de la Saale-Zeitung où elle accumule plutôt les désillusions qu’elle n’accomplit son ambition en raison de la faible expérience qu’elle acquiert : sa tâche principale est de gérer les nouvelles locales, ces « bagatelles » comme elle les appellent : « Le fermier R. est tombé d’une échelle et s’est cassé trois côtes », « Des groupes de femmes nazies forment des cercles de couture », ou encore « Le chef d’un groupe local signe le nouveau drapeau du parti »51… Cela ne l’empêche pas de passer, en 1939, l’examen pour devenir officiellement journaliste. Elle écrit alors pour différents titres. En novembre 1941, Rahms reprend la seule position de contractuelle comme reporteur dans le journal du parti, Mitteldeutsche Nationalzeitung52. En 1943, l’ambitieuse journaliste envoie un échantillon de son travail à Das Reich qui emploie les journalistes en vue les plus expérimentés en Allemagne. L’éditeur publie l’un de ses papiers et engage Rahms peu après53. Elle écrit dans les colonnes du feuilleton, dont les pages « Littérature – Art – Science » constituent près de la moitié des articles54. Contrairement à Ilse Urbach, cette affectation ne va de pair avec une adhésion au parti nazi, même si elle pourrait avoir été membre de la Ligue des jeunes filles allemandes. Arrêtée après la défaite par les Britanniques qui la soupçonnent de connaître des individus qu’ils recherchent, finalement relâchée, elle reprend son activité de journaliste comme reportrice pour Die Welt et la Frankfurter Allgemeine Zeitung où elle collabore au feuilleton.

  • 55 Rahms, Zwischen den Zeilen, op. cit., p. 12 et 122. En 1999, Rahms a également publié Die Clique. J (...)
  • 56 Ibid., p. 122.
  • 57 Jana F. Bruns, , Nazi Cinema’s New Woman, New York, Cambridge University Press, 2009.

37Journaliste à Das Reich, Helene Rahms travaille à Feuilleton se faisant critique de théâtre et d’exposition, couvrant ici une soirée poésie à l’ambassade de Roumanie, là les vendanges en Autriche. Sa rubrique dans Das Reich – « Aus den Ländern » (« Des régions allemandes » à l’intérieur du Grossdeutsches Reich) – relate des événements de la vie quotidienne qui se passent dans d’idylliques villes de province, des festivals culturels. Dans ses mémoires publiés en 1997 sous le titre Zwischen den Zeilen. Mein Leben als Journalistin im Dritten Reich, elle note concernant son travail : « Mes articles (…) évitaient tous les sujets politiques. C’étaient des paysages idylliques, hors du temps, des observations concernant la nature et des faits de la vie de tous les jours, qui étaient considérés comme des jolis ‘bouche-trous’ »55. Description destinée à minimiser son lien avec la propagande nazie. Rudolph Sparing, l’éditeur de Das Reich, semble avoir considéré Rahms au journal comme la « spécialiste pour les humeurs »56. De tels écrits étaient importants aux yeux du ministère de la Propagande : ils suggèrent des images de stabilité et de paix et offrent la culture comme distraction aux difficultés du temps de guerre. Ils faisaient, en outre, entrevoir ce que la vie pourrait être après la guerre, entretenant ainsi l’espoir. L’historienne Jana Bruns souligne que la même tendance était présente dans de nombreux films de temps de guerre produits dans un style hollywoodien57. De telles productions aidaient Goebbels à développer un écart de perception entre la « vie quotidienne » normale et l’Etat répressif policier et racial.

  • 58 Rahms, Zwischen den Zeilen, op. cit., p. 135.
  • 59 Les recherches sur le sort de ces minorités allemandes après 1945 ont connu une forte visibilité ce (...)

38En 1943, Helen Rahms rédige un article apparemment anodin sur les enfants allemands qui ont été envoyés, par sécurité alors que les bombardements alliés sur l’Altreich se multiplient, dans le Protectorat de Bohème. Le but est d’apaiser l’angoisse des mères allemandes. Le directeur de l’école – se rappelait-elle – était inquiet à propos de la sécurité des enfants en raison de la haine de la population locale vis-à-vis des Allemands. Pour H. Rahms, il s’agissait d’« un article inoffensif qui masquait la réalité par son titre sentimental ‘Sain et sauf, loin de chez eux’ ». Elle savait que la censure ne prendrait pas le risque d’un article qui menaçait de démoraliser les parents, et, par ricochet, d’affaiblir le front domestique, donc de déstabiliser le régime58. H. Rahms décrit donc des enfants bien traités, qui n’ont pas le mal du pays et mangent largement à leur faim. Son rapport à la violence de guerre est moins direct que celui de ses consoeurs mais non moins subtile : d’une part, elle déconnecte le front domestique des crimes allemands et de la violence perpétrée en Tchécoslovaquie, comme dans la ville de Lidice, qui fut détruite, en représailles à l’assassinat de Reinhard Heydrich en juin 1942, et tous les hommes de plus de 15 ans exécutés ; d’autre part, elle tait aux lecteurs la violence qui pourrait se retourner contre des Allemands en raison de leurs agissements à l’Est. Elle ne traite – et ne peut le faire – de l’hostilité de la population locale vis-à-vis de l’occupant nazi ni des craintes du directeur de l’école allemande concernant la sécurité des élèves dans le Protectorat. Cette violence extrême restée invisible dans la presse, les populations allemandes en Tchécoslovaquie, mais aussi en Pologne, en Hongrie, en Yougoslavie, etc., l’expérimenteront à leurs dépens après la défaite du Reich quand ils seront expulsés de ces territoires. Décontextualisée, elle y sera alors devenue incompréhensible, favorisant, dans l’Allemagne d’après-guerre, la posture de victimes prises par les expulsés59.

Conclusion : Voir, ne pas voir la violence de guerre à l’Est, une question de genre ?

39Au final, y a-t-il une façon spécifiquement féminine d’écrire sur la guerre et la violence ?

  • 60 BArch L, R103/6, Memo, RDP, 24/02/1942.

40Si l’on considère des productions de journalistes hommes, on s’aperçoit qu’ils ont certes également fourni des articles légers, rempli les colonnes culturelles et été affectés aux nouvelles locales pour l’Agence allemande ou bien pour des journaux. Cependant, nombre d’entre eux ont écrit dans les sections dites sérieuses, telles les questions intérieures et les affaires internationales, en lien plus direct avec la guerre. Après 1939, les journalistes hommes oeuvrent fréquemment comme reporteurs de guerre incorporés ou comme membres des compagnies de propagande propres à la Wehrmacht, couvrant les évolutions militaires, vantant les victoires allemandes, dénonçant les atrocités ennemies, décrivant l’expérience de guerre du « simple soldat ». Une note de l’association de presse allemande de février 1942 révèle l’importance que le régime accorde à une telle couverture du front. Elle enjoint des associations regionales de confectioner des listes spéciales de reporters de guerre potentiels. Ceux retenus ne seront pas envoyés comme combattants mais utilisés comme journalistes à plein temps pour la Wehrmacht60.

  • 61 La forteresse de Modlin, l’une des plus imposantes de Pologne, constituait un des verrous dans le s (...)
  • 62 BArch L, fonds du ministère de la Propagande, R55/1051, R55/1052, R55/204.

41Ce lien plus direct entre masculinité et violence de guerre se reflète dans les articles des reporters sur le front, comme en témoignent les quelques titres suivants : « Drapeau blanc sur Modlin »61 (octobre 1939) ; « Nos amis : les stukas » (août 1942) ; « Vingt minutes en captivité soviétique : les troupes de choc allemandes reviennent avec un riche butin » (septembre 1942) ou encore « En 24 heures, 10 chars soviétiques » (septembre 1942)62. Dans son article de 1941, « Sur une route », le reporter de guerre Fritz Dettmann décrit l’Est et le traitement allemand des prisonniers de guerre soviétiques :

  • 63 BArch L, R55/1051, Fritz Dettmann, « An einer Strasse », 1941.

« Dans les mains des Allemands escortant les prisonniers, on ne voit pas de fouets avec lesquels faire avancer ces hordes inertes. Mais on voit sans cesse le mal pour épargner à ces prisonniers la faim qui taraude dans les villes et les villages brûlés et détruits par leur propre peuple. On n’ose se représenter une image inverse. Cette terre brûlée comme occupation dans les villes et les villages allemands, ces animaux grégaires (Herdentiere) escortant des prisonniers allemands. On doit voir cette guerre ici avec de foutus yeux d’homme »63.

  • 64 BArch L, R55/204, Karl Bayer, « Deutsche Kolonisten im Kaukasus unter Moskaus Würgegriff », sans da (...)

42Ce texte de Dettmann, considéré comme « un rapport de propagande particulièrement bon », a été communiqué au ministère de la Propagande pour être utilisé comme modèle. Il peut se lire non tant comme l’inverse des articles rédigés par des femmes journalistes mais, en complément, comme l’articulation d’une violence en acte sans qu’elle soit pour autant dévoilement intégral. Parmi les articles sur les victoires militaires, les soldats allemands et le visage de l’ennemi, les reporters de guerre abordent le sujet des Volksdeutschen. Dans un article non daté intitulé « Colons allemands dans le Caucase sous l’emprise de Moscou », le reporter de guerre Karl Bayer décrit la « solidité et la nature entreprenante » de ces derniers malgré les atrocités perpétrées par les « bolcheviks juifs » sur eux64. Le texte de Bayer diffère sensiblement des articles paisibles sur les colons volksdeutschen écrits par des femmes journalistes.

43Ces dernières pouvaient traiter de la guerre – ou y faire diversion – d’une façon plus douce via le monde traditionnel de la femme sur le monde du « comme il faut ». Bien que n’écrivant pas directement sur la guerre, les femmes journalistes et photojournalistes décrivent cependant les à-côtés des victoires – et des atrocités – militaires allemandes. De cette façon, elles ont eu parti lié avec la violence de guerre à l’Est et offrent à l’historien un champ pour mieux comprendre comment le régime nazi est parvenu à créer une réalité alternative eu vue d’aider les populations allemandes à échapper au pouvoir destructeur de la guerre – même si brièvement – et ce faisant leur permettre de la faire en promettant un ailleurs sans ennemi ni violence.

44Deborah Barton, Ph.D., Lecturer, Université de Cardiff,

45Fabien Théofilakis, professeur DAAD invité, Université de Montréal, Centre canadien d’études allemandes et européennes, visiting fellow à l’United States Holocaust Memorial Museum, Washington D.C.

Haut de page

Notes

1 Hitler, discours du 10 septembre 1937 devant la Frauenschaft, in Max Domarus (Hg.), Hitler. Reden und Proklamationen 1932-1945. Kommentiert von einem deutschen Zeigenossen, vol. 1, Würzburg, à compte d’auteur, 1962-1963, p. 721.

2 Sybille Steinbacher,  « Einleitung », in Idem (Hg.), Volksgenossinnen. Frauen in der NS-Volksgemeinschaft, Göttingen, Wallstein, 2007, p. 23. Sur les auxiliaires de la Wehrmacht, voir également Franka Maubach, Die Stellung halten. Kriegserfahrungen und Lebensgeschichten von Wehrmachthelferinnen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2009. Environ 500 000 Allemandes ont rejoint les territoires à l’Est entre 1939 et 1945, si l’on inclut les territoires polonais annexés pour une population masculine de six millions d’Allemands. Pour une présentation synthétique des catégories d’analyse, voir notamment Raul Hilberg, Exécuteurs, victimes, témoins, Paris, Gallimard, 1994 (première édition 1992).

3 Claudia Koonz, Mothers in the Fatherland: Women, the Family and Nazi Politics, New York, St. Martin’s Press, 1987, p. 13. L’ouvrage a été publié en français sous le titre Les Mères-Patries du IIIe Reich. Les femmes et le nazisme, Paris, Lieu Commun, 1989.

4 Gisela Bock, « Racism and Sexism in Nazi Germany. Motherhood, Compulsory Sterilization, and the State », Signs, « Women and Violence », vol. 8, n° 3, printemps 1983, p. 400-421, et son ouvrage Zwangssterilisation im Nationalsozialismus. Studien zur Rassenpolitik und Frauenpolitik, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1986 ; Renate Bridenthal, Atina Grossmann et Marion A. Kaplan (dir.), When Biology Became Destiny. Women in Weimar and Nazi Germany, New York, Monthly Review Press, 1984, p. 276. De Gisela Bock, voir aussi « Ganz normale Frauen. Täter, Opfer, Mitläufer und Zuschauer im Nationalsozialismus », in Kirsten Heinsohn,, Barbara Vogel et Ulrike Weckel (Hg.), Zwischen Karriere und Verfolgung. Handlungsräume von Frauen im nationalsozialistischen Deutschland, Francfort-sur-le-Main/New York, Campus, 1999, p. 245-277.

5 Voir notamment Steinbacher, « Einleitung », art. cit., p. 18-19.

6 Gudrun Schwarz, Eine Frau an seiner Seite. Ehefrauen in der « SS-Sippengemeinschaft », Hambourg, Hamburger Institut für Sozialforschung, 1997 ; Wiebke Lisner, « Hüterinnen der Nation ». Hebammen im Nationalsozialismus, Francfort-sur-le-Main/Campus, 2006 ; Elizabeth Harvey, Women and the Nazi East. Agents and Witnesses of Germanization, New Haven/Londres, Yale University Press, 2003.

7 Wendy Lower, Hitler’s Furies. German Women in the Nazi Killing Fields, Boston, Houghton Mifflin Harcourt, 2013, p. 119. L’ouvrage a été traduit en français sous le titre Les furies de Hitler. Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah, Paris, Tallandier, 2014. Les recherches sur les femmes criminelles se sont développées ces dernières années. Voir notamment Angelika Ebbinghaus (dir.) Opfer und Täterinnen. Frauenbiographien des Nationalsozialismus, Nördlingen, Greno, 1987 ; Marita Krauss (dir.), Sie waren dabei : Mitläuferinnen, Nutznießerinnen, Täterinnen im Nationalsozialismus, Göttingen, Wallstein, 2008. Sur l’univers concentrationnaire et la violence féminine nazie, voir Insa Eschebach, « Interpreting Female Perpetrators. Ravensbrück Guards in the Courts of East Germany, 1946–1955 », in Ronald Smelser (dir.), Lessons and Legacies. The Holocaust and Justice, vol. 5, Evaston (Illinois), Northwestern University Press, 2002, p. 255-267; Elissa Mailänder, Gewalt im Dienstalltag. Die SS-Aufseherinnen des Konzentrations- und Vernichtungslagers Majdanek, 1942-1944, Hambourg, Hamburger Edition, 2009 ; Jutta Mühlenberg, Das SS-Helferinnenkorps. Ausbildung, Einsatz und Entnazifizierung der weiblichen Angehörigen der Waffen-SS 1942-1949, Hambourg, Hamburger Edition, 2010.

8 Pourcentage tiré de Carmen Sitter, « Die eine Hälfte vergisst man(n) leicht ! ». Zur Situation von Journalistinnen in Deutschland unter besonderer Berücksichtigung des 20. Jahrhunderts, Pfaffenweiler, Centaurus, 1998, p. 224. Sur la presse dans l’Allemagne nazie, voir Oron J. Hale, The Captive Press in the Third Reich, Princeton, Princeton University Press, 1964 ; Norbert  Frei etJohannes Schmitz, , Journalismus im Dritten Reich, Munich, Beck, 1989, et plus récemment Sönke  Neitzel et Bernd Heidenreich (dir.), Medien im Nationalsozialismus, Paderborn, Fink, 2010. La presse et le journalisme dans l’Allemagne d’après-guerre, celle dans laquelle continuent à travailler certaines des femmes journalistes étudiées dans cet article, sont notamment abordés par les travaux  : Helmuth Mosberg, Reeducation. Umerziehung und Lizenzpresse im Nachkriegsdeutschland, Munich, Universitas, 1991 ; Sigrun Schmid, Journalisten der frühen Nachkriegszeit. Eine kollektive Biographie am Beispiel von Rheinland-Pfalz, Cologne, Böhlau, 2000 ; Christian Sonntag, Medienkarrieren. Biografische Studien über Hamburger Nachkriegsjournalisten 1946-1949, Munich, Martin Meidenbauer Verlag, 2006, et Christina von Hodenberg, Konsens und Krise. Eine Geschichte der westdeutschen Medienöffentlichkeit 1945-1973, Göttingen, Wallstein, 2006.

9 Adolf Hitler, Mein Kampf (Mon combat), Paris, Nouvelles Editions latines, « L’opinion publique », 1934 (première édition 1924-1925), p. 91.

10 Wilhelm Weiß, « Die Frau im Schriftleiterberuf », Deutsche Presse, 07/03/1936, p. 118.

11 Deborah Barton utilise cette notion pour caractériser la politique en matière de presse et la propagande du régime nazi. Ce dernier attache en effet une attention particulière à ces marqueurs publics qui, par un style pittoresque, léger et plein d’émotion, entretiennent l’illusion de normalité. Les femmes journalistes sont considérées comme les vecteurs les plus efficaces pour cette couverture biaisée du réel. Voir sa thèse de doctorat, Deborah Barton, Writing for Dictatorship, Refashioning for Democracy. German Women Journalists in the Nazi and Post-war Press, University of Toronto, sous la dir. de Doris Bergen, 2015. Sur l’importance des conseils pour la vie quotidienne et la place des loisirs dans le IIIe Reich, voir en particulier Pamela E. Swett, Corey  Ross et Fabrice d’Almeida (dir.), Pleasure and Power in Nazi Germany, New York, Palgrave Macmillan, 2011 ; Karl Christian Führer, Medienmetropole Hamburg. Mediale Öffentlichkeiten 1930-1960, Hambourg, Dölling und Galitz, 2008 ; Corey Ross, Media and the Making of Modern Germany. Mass Communications, Society, and Politics from the Empire to the Third Reich, Oxford/New York, Oxford University Press, 2008 ; Eric Rentschler, The Ministry of Illusion. Nazi Cinema and its Afterlife, Cambridge, Harvard University Press, 1996. Enfin, sur la centralité du langage compris dans une étude sur la violence linguistique, voir Thomas Pegelow Kaplan, The Language of Nazi Genocide. Linguistic Violence and the Struggle of Germans of Jewish Ancestry, New York, Cambridge University Press, 2009.

12 Bundesarchiv, Berlin – Lichterfelde-West (BArch L), R56I/8, Memo, Kulturpolitik, « Hohe Berufung und Vielgestalt, Zehn Jahre Kulturpressearbeit », 1943, Kulturkammer.

13 BArch L, NS18/1455, Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt ; Propagandalenkung, « Fragen der Volkstumspropaganda », 15/08/1941.

14 Voir, par exemple, les synthèses de Mark Mazower, Hitler’s Empire. Nazi Rule in Occupied Europe, Londres, Allen Lane, 2008, et Shelley Baranowski, Nazi Empire. German Colonialism and Imperialism from Bismarck to Hitler, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, ainsi que la contribution de Geoff Eley, « Commentary. Empire, Ideology and the East », in Claus-Christian Szejnmann et Maiken Umbach(dir.), Heimat, Region, and Empire. Spatial Identities under National Socialism, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2012, p. 252-275.

15 Barch L, NS18/1455, Memo, Sonderdienst der Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt : Propagandalenkung, « Fragen der Volkstumspropaganda », 10/8/1941.

16 Voir notamment Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard, 2010.

17 Baranowski, Nazi Empire…, op. cit., p. 5. Sur l’analyse du discours nazi justifiant la colonisation, voir en français Johann Chapoutot, « Reich et colonisation de l’Est européen », in Idem, La loi du sang. Penser et agir en nazi, Paris, Gallimard, 2014, p. 411-450.

18 L’ensemble de ces fonds sont conservés à BArch L.

19 Pour devenir journaliste, les candidates devaient réussir un examen d’entrée, puis effectuer une année de stage dans un périodique avant de passer un examen final.

20 BArch L, R103/127, sans date.

21 Pour être inscrite sur la liste professionnelle et reconnue comme journaliste, il fallait avoir travaillé dans un journal de l’Altreich.

22 BArch L, R103/ 95, Deutsche Ukraine-Zeitung, Hauptschriftleitung an den Geschäftsführer des Reichsverbandes der Deutschen Presse (RDP), Herrn Dr. Henningsen, 09/11/1943.

23 Ermittlungen Staatsarchiv Koblenz 9 Js 716/59 gg. Georg Heuser u.A.

24 Alex J. Kay, Jeff Rutherford et David Stahel, eds., Nazi Policy on the Eastern Front, 1941. Total War, Genocide, and Radicalization, Rochester, University of Rochester Press, 2012, note 62.

25 BArch L, R103/80, Memo, Nr. 21, RDP, 26/06/1940.

26 Dans le livre que Margret Boveri consacre, en 1965, au Berliner Zeitung, intitulé,Wir lügen alle. Eine Hauptstadtzeitung unter Hitler, Olten, Walter-Verlag, 1965, Ilse Urbach revient sur son activité de journaliste sous le IIIe Reich. Voir aussi Elizabeth Harvey, « ‘Ich war überall’. Die NS-Propagandaphotographin Liselotte Purper », in Steinbacher, Volksgenossinnen, op. cit., p. 138-153. Voir la biographique qui lui est consacrée : Heike B. Görtemaker, Ein deutsches Leben. Die Geschichte der Margret Boveri, 1900-1975, Munich, Beck, 2005.

27 Ilse Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland. Bei den Arbeitsmaiden zwischen Posen und Litzmannstadt », Das Reich, 29/12/1940, p. 27. Sur la propagande allemande concernant la Pologne en général, voir Lars Jockheck, Propaganda im Generalgouvernement. Die NS-Besatzungspresse für Deutsche und Polen 1939-1945, Osnabrück, Fibre, 2006.

28 Sur la participation des femmes dans les plans nationaux-socialistes et les actions de regermarnisation en Pologne, voir Harvey, Women and Nazi East, op. cit. Sur les Volksdeutschen, voir en particulier les travaux de Doris Bergen, « The Nazi Concept of ‘Volksdeutsche’ and the Exacerbation of Anti-Semitism in Eastern Europe, 1939-45 », Journal of Contemporary History, vol. 29, n° 4, octobre 1994, p. 569-582, et « Sex, Blood, and Vulnerability. Women Outsiders in German-Occupied Europe », in Robert Gellately et Nathan Stoltzfus (dir.), Social Outsiders in Nazi Germany, Princeton, Princeton University Press, 2001. Plus récemment, voir Detlef Schmiechen-Ackermann (dir.), « Volksgemeinschaft ». Mythos, wirkungsmächtige soziale Verheißung oder soziale Realität im « Dritten Reich » ? Zwischenbilanz einer kontroversen Debatte, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2011 ; Maria Fiebrandt, Auslese für die Siedlergesellschaft. Die Einbeziehung Volksdeutscher in die NS-Erbgesundheitspolitik im Kontext der Umsiedlungen 1939–1945, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2014. Selon les contextes et les périodes, les Volksdeutsche ont été les bénéficiaires, les exécuteurs et les victimes de la violence nazie. Comme D. Bergen le rappelle, le gouvernement nazi définissait les Volksdeutschen comme ceux dont la langue et la culture avaient des racines allemandes mais ne possédaient pas la nationalité allemande. Dans les faits, il fut beaucoup plus difficile de les distinguer de leurs voisins slaves et juifs. Avec l’extension des territoires sous occupation allemande, l’un des moyens les plus faciles pour ceux qui tentèrent de prouver leur « germanité » fut de démontrer leur adhésion au nazisme, ce qui signifiait, de leur côté, de participer à la violence exercée contre les Juifs.

29 Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland », art.cit.

30 Nancy Reagin, Sweeping the German Nation. Domesticity and National Identity in Germany, 1870-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 13.

31 Voir Kristin Kopp, Germany’s Wild East. Constructing Poland as Colonial Space, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2012.

32 BArch L, NS18/1455, Memo, Sonderdienst der Reichspropagandaleitung, Hauptamt Propaganda, Amt : Propagandalenkung, « Fragen der Volkstumspropaganda », 15/08/1941.

33 Urbach, « Weibliche Hilfe im Wartheland », art.cit. En novembre 1939, les nazis ordonnent que les Juifs en Pologne portent l’étoile jaune.

34 Sur LI. Purper, voir en particulier Katja Protte, « Beruf : ‘Bildberichterstatterin’ », in « Bildberichterstatterin » im « Dritten Reich ». Fotografien aus den Jahren 1937 bis 1944 von Liselotte Purper, Deutsches Historisches Musuem Magazin, n° 20, été 1997.

35 BArch L, R103/229, salaires des associations régionales du Reichsverband der Deutschen Presse dans le Wurtemberg et les Sudètes pour octobre, novembre et décembre, 1944.

36 Voir Harvey, « ‘Ich war überall’... », art. cit. Sur la photographie, voir notamment Habbo Knoch, Die Tat als Bild. Fotografien des Holocaust in der deutschen Erinnerungskultur, Hambourg, Hamburger Edition, 2001.

37 Sur la mission de L. Purper dans ce déplacement de population, voir Elizabeth Harvey, « Homelands on the . Gender, Space and Dislocation in the Nazi Resettlement of German Minorities from Eastern and South-Eastern Europe », in Maren Röger et Ruth Leiserowitz (eds.), Women and Men at War. A Gender Perspective on World War Two and its Aftermath in Central and Eastern Europe, Osnabrück, fibre, 2002.

38 Liselotte Orgel-Köhne, Willst Du meine Witwe werden ? Eine deutsche Liebe im Krieg, Berlin, Aufbau Verlag, 1995, p. 32.

39 Catherine Epstein, Model Nazi. Arthur Greiser and the Occupation of Western Poland, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 174.

40 Orgel-KöhneWillst Du meine Witwe werden ?, op. cit, p. 29.

41 Ibid., p. 46.

42 Ibid., p. 65.

43 Voir notamment Andrea  Löw et Markus Roth, Juden in Krakau unter deutscher Besatzung, 1939-1945, Göttingen, Wallstein, 2011.

44 Orgel-Köhne, Willst Du meine Witwe werden ?, op. cit., p. 32.

45 En 1920, son père meurt à Riga.

46 Nous ne savons rien sur son parcours après la guerre.

47 BArch L, RKB211 Renate von Stieda, Lebenslauf, 26/01/1939 et RDP Fragebogen, sans date.

48 Renate von Stieda, « Fahrt duch die befreiten Ostgebiete », NS-Frauen-Warte 9, n° 8, 01/1940, p. 113-116.

49 Cité par Harvey, Agents and Witnesses, op. cit., p. 90.

50 Ibid.

51 Helene Rahms, Zwischen den Zeilen. Mein Leben als Journalistin im Dritten Reich, Berne, Scherz, 1997, p. 11.

52 Ibid., p. 65.

53 BArch F, R103/101, Christa Rotzoll, Lebenslauf, sans date.

54 Frei et Schmitz, Journalismus im Dritten Reich, op. cit., p. 110.

55 Rahms, Zwischen den Zeilen, op. cit., p. 12 et 122. En 1999, Rahms a également publié Die Clique. Journalistenleben in der Nachkriegszeit, qui présente ses experiences d’après-guerre. Elle tend alors à donner une image inoffensive et apolitique d’elle-même et de sa carrière sous la période nazie.

56 Ibid., p. 122.

57 Jana F. Bruns, , Nazi Cinema’s New Woman, New York, Cambridge University Press, 2009.

58 Rahms, Zwischen den Zeilen, op. cit., p. 135.

59 Les recherches sur le sort de ces minorités allemandes après 1945 ont connu une forte visibilité ces dernières années, en partie due aux débats publics qui traversent la société allemande depuis l’unification. Citons, parmi de nombreux titres, Norman Naimark, Fires Of Hatred. Ethnic Cleansing in 20th Century Europe, Cambridge, Harvard University Press, 2001 ; Bill Niven (eds.), Germans as Victims. Remembering the Past in Contemporary Germany, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2006 ; Pertti Ahonen, People on the move. Forced population movements in Europe in the Second World War and its Aftermath, Oxford/New York, Berg, 2008 ; R. M. Douglas, Orderly and Humane.The Expulsion of the Germans after the Second World War, New Haven, Yale University Press, 2012 ; Michael Schwartz, Funktionäre mit Vergangenheit. Das Gründungspräsidium des Bundesverbandes der Vertriebenen und das « Dritte Reich », Munich, Oldenbourg, 2013.

60 BArch L, R103/6, Memo, RDP, 24/02/1942.

61 La forteresse de Modlin, l’une des plus imposantes de Pologne, constituait un des verrous dans le système défensif de Varsovie.

62 BArch L, fonds du ministère de la Propagande, R55/1051, R55/1052, R55/204.

63 BArch L, R55/1051, Fritz Dettmann, « An einer Strasse », 1941.

64 BArch L, R55/204, Karl Bayer, « Deutsche Kolonisten im Kaukasus unter Moskaus Würgegriff », sans date.

Haut de page

Table des illustrations

Légende 1942 "Infirmières avec des blessés à la Mer Noire, Odessa », 1942, source : Bildagentur für Kunst, Kultur und Geschichte, Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/2132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deborah Barton et Fabien Théofilakis, « Couvrir la colonisation sans la violence : des femmes journalistes allemandes face à la germanisation à l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 28 septembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2132

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page