Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

« ‘Te reverrai-je ?’ Le lien conjugal pendant la Grande Guerre », Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Christophe Prochasson, EHESS, 2013

Clémentine Vidal-Naquet

Texte intégral

  • 1  Michelle PERROT, « Des femmes, des hommes et des genres », Vingtième siècle, Revue d’histoire, 75, (...)

1Cette thèse étudie la transformation du lien conjugal pendant la Grande Guerre du fait de la séparation imposée par la mobilisation générale et interroge la relation entre les sexes au sein du couple frappé par la guerre. Le couple, offrant un espace réduit mais riche d’échanges entre le masculin et le féminin permet ainsi de « penser le rapport entre les deux » sans se contenter de ne « parle[r] soit de l’un, soit de l’autre1 ». Par l’objet qu’il étudie et par la démarche qu’il adopte, ce travail se situe à la croisée de plusieurs courants historiographiques, alliant histoire culturelle de la guerre, histoire du genre, de la vie privée, des sensibilités et des émotions.

2À la seule échelle de la France, espace choisi comme cadre de la recherche, pendant les quatre années de conflit, la séparation est vécue par au moins cinq millions de couples, ce qui en fait une expérience à la fois éminemment intime mais aussi largement partagée au plan collectif. Pour étudier la désorganisation conjugale provoquée par la guerre, de nombreuses sources sont mobilisées : presse, romans, iconographie de cartes postales, affiches, registres de l’état civil, sources judiciaires, sources administratives. Surtout, les correspondances constituent une source incomparable pour approcher l’expression des sensibilités. La pluralité des points de vue que cette documentation implique – ceux de diverses institutions sur les acteurs sociaux, ceux des acteurs sociaux, eux-mêmes multiples – permet de faire varier les échelles d’analyse pour étudier les expériences sociales dans toute leur complexité.

3Les séparations conjugales de la mobilisation interviennent alors que l’institution du mariage et les rapports entre les sexes traversent depuis la fin du XIXe siècle une période de questionnements intenses. Or, le conflit a des effets immédiats sur le cours des célébrations nuptiales, au point que certains pensent qu’il accélérera la « crise du mariage » déjà amorcée. La loi sur le mariage par procuration votée en avril 1915 répond partiellement aux inquiétudes. Mais la guerre renforce et rend plus visible certaines transformations de l’institution maritale entamées bien avant 1914 (idéal de l’amour dans le mariage, reconnaissance de l’union libre). Par ailleurs, la question sociale est placée au cœur des enjeux du conflit : la loi du 5 août 1914 accorde pendant la durée de la guerre des allocations aux familles des soldats. Cette aide publique, massivement distribuée a parfois été vue comme une opportunité pour les femmes d’expérimenter une forme d’indépendance économique. Pourtant, il faut relativiser ce sentiment de liberté éprouvé par des femmes souvent abattues par les charges qui pèsent sur elles. En outre, l’octroi de l’allocation est soumis à une enquête destinée à mesurer le degré de nécessité des familles et à vérifier la moralité de ses membres. Dès lors, cette aide devient un instrument de contrôle et de surveillance des épouses.

4A l’échelle intime, les bouleversements induits par la séparation sont visibles à travers les nombreuses correspondances échangées entre conjoints entre 1914 et 1918. Précisons ici que les correspondances étudiées, conservées pendant un siècle par les épistoliers puis par leurs descendants, sont celles de couples pour qui la séparation alimente l’affection au lieu de la ternir. Par les lettres échangées, ces couples concrétisent leur attachement : ceux qui se déchirent ne conservent pas leurs correspondances et échappent en grande partie à l’analyse épistolaire.

5L’échange de lettres occupe, dès les premiers jours du conflit, une place prépondérante dans la vie des couples séparés par la mobilisation. L’écriture, l’attente, la lecture du courrier rythment les journées, tandis que le décompte des jours qui séparent l’envoi de la réception des missives symbolise rapidement la distance physique séparant les êtres.

6Dans les correspondances étudiées, l’angoisse de la perte, la solitude et le manque, la misère tant affective que matérielle, le sentiment d’abandon, le désir de vivre ou de voir vivre qui se font bruyants à proximité de la mort coexistent avec les préoccupations formelles sur la santé, la table du salon ou le repas du soir. Certes, sur la longue durée de la guerre, les expériences de la séparation, de la solitude et de la violence altèrent la banalité de la vie conjugale. Mais l’enjeu principal de la correspondance échangée par les couples demeure le règlement des affaires ordinaires. Ces couples semblent finalement vouloir accomplir deux objectifs contradictoires : rendre compte de la situation nouvelle dans laquelle chacun se trouve et, en même temps, préserver la saveur des choses banales partagées avant la guerre.

7Pourtant, par la distance qu’elle impose entre les soldats et leurs femmes, la guerre contraint à la formulation par écrit des sentiments amoureux et du désir sexuel, une nouveauté pour beaucoup. Le jeu épistolaire favorise, d’ailleurs, l’expression des intimités : car si la distance crée le manque, l’absence de face-à-face facilite le dévoilement. Principal lien entre les combattants et leurs épouses pendant le conflit, la correspondance ne révèle pas, elle construit : en effet, la formulation des affects imposée par l’éloignement est elle-même productrice de sentiments. De même, si les correspondants prolongent par lettre leur quotidien du temps de paix, ils fabriquent, en écrivant, une nouvelle forme de partage.

  • 2 Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pezeat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance fa (...)

8Impossible, enfin, de penser le « pacte épistolaire2 » de guerre sans l’urgence du partage que le conflit impose. Par la distance qu’elle suppose entre les correspondants et par l’interaction qu’elle exige, l’écriture épistolaire semble constituer un biais favorable pour parvenir à énoncer le risque de mort. Peu à peu, par ce va-et-vient constant entre des conjoints confrontés, chacun de leur côté, à la réalité de la mort, sont franchies les étapes qui permettent d’exprimer, dans un équilibre fragile de dit et de non-dit, l’évidence de la menace. Ainsi, la mort envahit l’espace de la lettre et la guerre meurtrière remplit l’espace privé de la relation conjugale. Le pacte épistolaire de guerre se caractérise donc aussi par cette nécessité de formuler, au détour des lettres, l’imminence de la mort.

9Ainsi, la guerre, en séparant les couples, leur donne paradoxalement et de ce fait même une visibilité plus grande, autorisant un travail sur les relations conjugales en tant que telles et permettant d’exhumer ce qui se joue, à grande et à petite échelle, entre les sexes pendant le conflit.

Haut de page

Notes

1  Michelle PERROT, « Des femmes, des hommes et des genres », Vingtième siècle, Revue d’histoire, 75, juillet-septembre 2002, p. 167-176, p. 172.

2 Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pezeat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995, p. 99, p. 131.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Vidal-Naquet, « « ‘Te reverrai-je ?’ Le lien conjugal pendant la Grande Guerre », Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Christophe Prochasson, EHESS, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2130

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page