Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

« Violence conjugale / Domestic violence. Sociologie comparée d'un cause féministe (France / Etats-Unis, 1970-2013) », Thèse de sociologie, dir. Eric Fassin, EHESS, 2014.

Pauline Delage

Texte intégral

1Comment une cause féministe devient-elle un problème public ? C'est la question à laquelle cette thèse tente de répondre en retraçant l'évolution du traitement de la violence conjugale en France et aux États-Unis des années 1970 à 2013. S'il a longtemps été impensé, le problème de la violence dans le couple hétérosexuel jouit dorénavant d'une certaine reconnaissance. Identifié et dénoncé par des militantes issues des mobilisations féministes de la deuxième vague, il fait aujourd'hui l'objet de politiques publiques nationales et sur la scène internationale. Pour capter ces transformations globales sur une période de quarante ans, une enquête socio-historique et ethnographique, menée principalement en Ile-de-France et dans le comté de Los Angeles, met en lumière le rôle des actrices qui cherchent à rendre légitime la prise en charge publique de la violence conjugale en transformant les représentations de ce phénomène. Renforçant cette double approche méthodologique, la perspective comparatiste contribue alors à varier les échelles d'analyse et montre comment une même question évolue différemment et prend un sens différent dans deux pays. Sans chercher à opposer deux modèles nationaux, la comparaison des cas français et états-unien souligne ainsi l'influence des contextes institutionnels, politiques et professionnels dans la construction d'un problème public.

2Dès la fin des années 1970, dans les deux pays, des militantes se spécialisent dans la lutte contre la violence conjugale et créent des centres d’accueil et d’hébergement pour répondre aux besoins des femmes victimes. Des voies institutionnelles et professionnelles distinctes, ancrées dans des temporalités différentes, se dessinent pourtant de part et d'autre de l'Atlantique. Bien plus qu'en France, le droit, notamment pénal, joue un rôle prépondérant dans l'institutionnalisation de la cause aux États-Unis où les réformes juridiques se multiplient dès la fin des années 1970 dans différents Etats. La promulgation du Violence Against Women Act, loi fédérale de traitement des violences faites aux femmes, en 1994 illustre la légitimation du traitement de la violence conjugale à travers la judiciarisation. Non seulement l’intervention de la puissance publique est plus tardive en France qu’aux Etats-Unis, mais elle passe en premier lieu par les services des droits des femmes, centraux et déconcentrés. Même si la première campagne de lutte contre les violences a lieu en 1989 en France, les politiques publiques se développent principalement dans les années 2000 seulement pour répondre aux recommandations des instances internationales.

3Retracer les processus socio-historiques de cette problématisation permet de mieux comprendre l'impact de l'institutionnalisation sur la cause militante et les groupes qui la portent. Ainsi, les pratiques d'accompagnement des victimes et le discours sur le problème public sont aujourd’hui forgés, renouvelés, et contraints par des logiques politiques mais aussi institutionnelles et professionnelles spécifiques à chaque contexte. Bien que les services produits soient constitutifs de la dimension politique des associations héritières des mouvements militants, les principes féministes d'autonomisation des femmes peuvent se heurter aux impératifs professionnels et institutionnels auxquels les actrices sont soumises, ceux-ci prenant des formes distinctes dans les deux pays. Les contraintes qui pèsent sur les victimes sont par exemple davantage façonnées par la criminalisation aux États-Unis, et par le travail social en France. Les actrices mènent également un travail politique axé sur la reconnaissance du problème public à travers la promotion de réformes, et en tentant d'influer sur les pratiques et le mode de compréhension de la violence conjugale d'autres acteurs institutionnels impliqués dans l'accompagnement des femmes.

4Conjointement à la mise en œuvre de solutions pratiques, c'est bien à une lutte pour donner du sens à un phénomène social auquel les militantes féministes se sont attachées. L'analyse féministe insiste sur le fait que la violence conjugale se fonde sur une asymétrie de genre, d'ordre quantitatif – les femmes sont les principales victimes et les hommes, les principaux auteurs – et qualitatif – les actes de violence vécus par les hommes dans le foyer sont principalement liés à des conflits conjugaux plutôt qu'à une forme de contrôle de l’un des partenaires sur l’autre. Mais ce mode de compréhension de la violence conjugale est instable et polémique. Outre des débats dans le monde académique, l'approche féministe est à présent remise en cause par des groupes plus ou moins institutionnalisés qui promeuvent les « droits des hommes », aux États-Unis en particulier. Les revendications de ces groupes peut alors entrer en résonance avec un discours plus diffus, largement répandu, qui assimile traitement symétrique entre hommes et femmes et égalité. Ce type de discours prend une place particulièrement importante en dehors des associations spécialisées de Los Angeles, et parfois même en leur sein. Aussi, s'il est devenu légitime, le problème de la violence conjugale n'en est pas pour autant consensuel ; il demeure polémique. Étudier ses reconfigurations éclaire la façon dont le genre, en tant que rapport social, est pensé, perçu et parfois contesté dans le monde social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Delage, « « Violence conjugale / Domestic violence. Sociologie comparée d'un cause féministe (France / Etats-Unis, 1970-2013) », Thèse de sociologie, dir. Eric Fassin, EHESS, 2014. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2128

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page