Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

« Corps noirs et médecins blancs. Entre race, sexe et genre : savoirs et représentations du corps des Africain(e)s dans les sciences médicales françaises (1780-1950) », Thèse, sous la direction d’Anne Carol, Aix-Marseille Université, 2014.

Delphine Peiretti-Courtis

Texte intégral

1A la croisée de l’histoire du corps, de la race, du genre, de la médecine et de l’histoire coloniale, cette thèse analyse la construction des savoirs et des représentations du corps des hommes et des femmes noirs d’Afrique subsaharienne dans la littérature médicale française des années 1780 aux années 1950.

2Le corps des Africain-e-s suscite un intérêt nouveau dans la littérature médicale européenne à la fin du XVIIIe siècle. Dans un contexte de taxinomie raciale et d'expansion coloniale, l'altérité sexuelle, raciale, biologique et culturelle que revêt le corps noir fascine les savants. Les descriptions de l’anatomie africaine évoluent en fonction des controverses scientifiques dominantes, des découvertes médicales et du contexte politique. Le corps noir est étudié jusque dans ses profondeurs, depuis l’épiderme jusqu’aux tissus et organes internes, afin de répondre aux grands questionnements sur les origines de l’humanité mais aussi afin de délimiter les contours de la différence raciale et d’établir le degré d’altérité des Africain-e-s par rapport aux Européen-ne-s. Ces études sur les corps permettent aux médecins d’élaborer des théories sur l’âme noire, la sexualité, les mœurs et les sociétés africaines, dans une dialectique constante entre inné et acquis, nature et culture, sauvagerie et civilisation, excès et tempérance.

3Au-delà d’une démarche scientifique, médicale et anthropologique, les travaux des scientifiques répondent aussi à des impératifs politiques et sanitaires. Le développement de la géographie médicale vise en effet en premier lieu à préserver la santé des colons blancs puis en second lieu celle de la main d’œuvre africaine.

4Des dictionnaires de médecine, des monographies sur les races humaines ou encore des articles et ouvrages de médecine coloniale ont été exploités pour cette recherche. L’objectif était d’analyser comment les médecins, sources du savoir et acteurs du pouvoir à partir du XIXe siècle, ont élaboré des stéréotypes raciaux et sexuels sur les corps des Noir-e-s d’Afrique subsaharienne, représentations qui ont justifié à la fois des études anthropologiques toujours plus intrusives mais aussi des pratiques et des politiques coloniales spécifiques. Le dépouillement d’articles de presse et d’encyclopédies généralistes ont aussi permis d’appréhender la réception de ces savoirs médicaux dans l’opinion publique.

5Au-delà̀ de la classification des « grandes races » humaines, une taxinomie ethnique se dessine progressivement au sein des études raciologiques du fait de l’installation de médecins de brousse sur le terrain africain à partir du dernier tiers du XIXe siècle. Cette thèse met d’ailleurs en lumière la façon dont les interactions entre la médecine métropolitaine, dotée de la légitimité intellectuelle et universitaire, et la médecine coloniale, auréolée de son expérience de terrain, influencent, façonnent, redessinent et nuancent les savoirs sur les populations noires africaines, jusqu’à fragiliser le concept de race par la mise en exergue de la diversité intrapopulationnelle du continent.

6La description sexuée des populations s’accroît au cours du XIXe siècle dans le but d’affiner la taxinomie des races et des ethnies mais aussi de confronter les peuples noirs à un modèle de civilisation et aux normes de féminité et de virilité européennes, redéfinies elles aussi par la comparaison aux types africains. En outre, le sexe, le genre et la sexualité structurent la pensée médicale sur la race noire. La sexualité imprimerait sa marque sur l’ensemble de la vie africaine, depuis l’anatomie de ses populations jusqu’aux comportements et à la culture des Africain-e-s.

  • 1 C. Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes éditions, 19 (...)

7Cette thèse s’inscrit dans plusieurs courants historiographiques, autour du concept de race ou d’intersectionnalité et des travaux menés par C. Guillaumin, E. Dorlin, ou encore A.L. Stoler1. La question de l’enchevêtrement des catégories de sexe, de genre et de race y est étudiée à partir d’une littérature spécifiquement médicale et à propos d’un « groupe » de population considéré par les médecins comme représentant une altérité extrême, les hommes et femmes noirs d’Afrique. Cette étude sur le temps long permet d’envisager les discours médicaux français sur les Africain-e-s quelques décennies avant les débuts de l’expansion coloniale et de percevoir l’évolution et les permanences de certains préjugés raciaux et sexuels du XIXe siècle à l’aube des indépendances.

8Dans les analyses médicales des corps noirs, plusieurs formes de relations et plusieurs niveaux de comparaisons apparaissent. L’homme noir est tout d’abord perçu et analysé en référence à l’homme blanc, auteur des discours. Si cette comparaison amène fréquemment à une infériorisation de l’Africain, cette thèse montre que des discours revalorisant l’homme noir, pour sa force naturelle et sa résistance virile, existent et sont plus ou moins prédominants selon les périodes. La femme noire n’est en outre pas seulement perçue en tant qu’objet d’étude ou sujet dominé mais aussi en tant qu’outil de comparaison avec la femme blanche. Si l’éloge des aptitudes maternelles des Africaines réhabilite ponctuellement leur féminité, si souvent déniée dans les écrits médicaux, elle est aussi un moyen de critiquer les faiblesses des Européennes dans ce domaine. Enfin, la femme noire est aussi envisagée dans sa relation avec son homologue masculin. L’inversion des rôles sociaux et le brouillage des différences sexuelles en Afrique, avec des hommes jugés efféminés et des femmes décrites comme viriles, refléteraient, selon les médecins, le dérèglement des sociétés africaines. Ces présupposés contribuent en outre, par leur validation scientifique, à justifier la mise sous tutelle de peuples jugés incontrôlables, pervertis, soumis à leurs instincts et à leurs passions.

9Si la littérature médicale stigmatise l’infériorité africaine, par le biais d’un discours sur les corps, le sexe, le genre et la sexualité, cette recherche met en lumière l’existence de voix discordantes sur le sujet. Plusieurs médecins, certes minoritaires et souvent méconnus de l’historiographie, ont remis en question la vision consensuelle et monolithique des peuples noirs au cours du XIXe siècle et plus particulièrement durant le premier XXe siècle. En révélant l’importance du facteur culturel dans l’explication de la diversité humaine mais aussi en dénonçant l’ethnocentrisme, le réflexe taxinomique, l’obsession anthropométrique et les préjugés raciaux, leurs discours dévoilent une autre facette de cette histoire du regard médical sur l’Autre.

Haut de page

Notes

1 C. Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes éditions, 1992 ; E. Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, Editions La Découverte, 2006 ; A. L. Stoler, La chair de l'empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Peiretti-Courtis, « « Corps noirs et médecins blancs. Entre race, sexe et genre : savoirs et représentations du corps des Africain(e)s dans les sciences médicales françaises (1780-1950) », Thèse, sous la direction d’Anne Carol, Aix-Marseille Université, 2014. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 25 mai 2016. URL : http://genrehistoire.revues.org/2126

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page