Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Au service de l’édification du socialisme : les Bolcheviks et le « travail parmi les femmes » (1917-1922) », Master 2 en Histoire des relations internationales, sous la direction de Marie-Pierre Rey, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Cyliane Guinot

Texte intégral

  • 1 kollontaï Alexandra, Conférence sur la Libération des Femmes, Paris, La Brèche, 1978, p. 133.

1« Le destin de la femme travailleuse s’identifie avec celui de l’ensemble du prolétariat. »1 Lancée en 1921 par Alexandra Kollontaï, la dirigeante de la section de travail parmi les femmes du parti communiste de Russie, cette affirmation énonce le fondement de toute la politique des Bolcheviks envers les femmes. Dès le début de l’année 1918, quelques semaines à peine après leur arrivée au pouvoir, ceux-ci ont adopté une législation très libérale en matière de droit des femmes, notamment via une Constitution qui ne retient pas le genre, mais l’appartenance sociale comme critère de citoyenneté. Cette égalité de droit, les Bolcheviks cherchent aussi à la transposer dans les faits. Ils tiennent pour acquis (comme la plupart des socialistes) « l’arriération de la femme », c’est à dire son assujettissement économique et culturel, organiquement relié - selon eux - à l’organisation de la société capitaliste. Pour lutter contre cette « arriération » et former les nouvelles citoyennes soviétiques, le parti communiste se dote (après bien des discussions) d’un organe ad-hoc. En novembre 1918, un décret du Comité Central instaure des commissions de travail parmi les ouvrières, qui deviennent en 1919 la section de travail parmi les ouvrières et les paysannes [otdel po rabote sredi rabotnits i krestyanok], plus couramment nommée Zhenotdel [section féminine]. Bien que cette section ne disparaisse qu’en 1930, sa forme et ses attributions évoluent très peu à partir de 1922, moment où elle affronte la première crise majeure de son histoire. C’est donc à cette date que se clôt notre analyse.

2Le Zhenotdel a généralement été abordé par les historiens de manière périphérique, comme une manifestation subsidiaire du « féminisme bolchevik ». Loin d’être une création ex-nihilo, il s’inscrit pourtant dans une idéologie et une temporalité précise. Son existence même est, dès le départ, largement contestée et illustre l’articulation problématique entre les catégories de classe et de genre. Le fonctionnement des sections féminines éclaire aussi l’attitude ambiguë des Bolcheviks vis-à-vis des femmes. Leur discours émancipateur cache, dans les faits, la difficulté pour nombre d’entre eux à envisager l’association entre femmes et politique. La réflexion s’organise autour de deux questionnements complémentaires. Il s’agit d’une part de déterminer si les sections féminines constituent pour les femmes une occasion de s’affirmer comme des sujets politiques actifs ou, au contraire, une prise en main intéressée de la part de l’État. Cette question ouvre dans un second temps sur celle - plus générale - concernant les dynamiques décisionnelles dans un État en pleine formation.

3Le Zhenotdel est abordé dans une perspective institutionnelle, pour en comprendre la formation, les rouages et l’évolution. Pour cela, le mémoire exploite principalement le fond dédié aux sections féminines, conservé avec les archives du parti communiste russe au RGASPI à Moscou, ainsi que les écrits ou interventions de différentes personnalités, explicitant les fondements du projet ainsi que les controverses qui lui sont liées. L’utilisation des récits laissés par de nombreuses actrices du mouvement, des témoignages contemporains et un ensemble de questionnaires remplis par des militantes permettent par ailleurs d’essayer d’appréhender la réalité quotidienne de cette organisation et l’expérience qu’en ont faite les milliers de personnes (pour l’immense majorité des femmes) qui ont accepté de s’y consacrer. Connaître ces militantes, analyser leur motivation et comprendre leurs difficultés sont autant de clés pour sortir d’une vision figée de la structure du Zhenotdel, et pour mieux saisir les réajustements perpétuels qui y sont à l’œuvre.

4Si le caractère lacunaire des sources et la nature même des sections s’opposent à toute étude précise de leur portée, tant en terme d’audience que de résultats concrets, leur action semble avoir été fortement limitée par des conditions matérielles critiques, ainsi que par les faiblesses originelles de l’organisation. Mais l’apparition progressive d’une nouvelle génération de responsables communistes féminines montre que, malgré toutes ses limites, le Zhenotdel a pu constituer pour une population jusqu’alors largement oubliée, une voie d’accès à l’espace public ainsi qu’un moyen d’autonomisation. C’est dans ce sens que les sections féminines ont dépassé une simple fonction utilitaire, pour participer à une nouvelle définition de la citoyenneté au féminin. À cet égard, elles sont représentatives des années post-révolutionnaires dans leur volonté d’innover, dans l’adaptabilité de leur discours et de leurs structures. En étudiant la première organisation féminine soviétique de grande envergure, ce mémoire a tenté de mettre en avant les mécanismes d’élaboration d’un nouveau discours sur les femmes, mais aussi – par le prisme du genre - d’apporter un éclairage nouveau sur la période de formation de l’État soviétique.

Haut de page

Notes

1 kollontaï Alexandra, Conférence sur la Libération des Femmes, Paris, La Brèche, 1978, p. 133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyliane Guinot, « « Au service de l’édification du socialisme : les Bolcheviks et le « travail parmi les femmes » (1917-1922) », Master 2 en Histoire des relations internationales, sous la direction de Marie-Pierre Rey, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2124

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page