Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Contraception, avortement : les mobilisations à Rennes pour la liberté de procréer. Histoire et mémoire des groupes locaux du Planning familial, de Choisir et du MLAC (1965-1975) », Master 2, « Histoire des régulations sociales » sous la direction de Christine Bard, Université d’Angers

Lydie Porée

Texte intégral

  • 1 Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, Les lois Veil. Les événements fondate (...)
  • 2 Sandrine Garcia, « Expertise scientifique et capital militant. Le rôle des médecins dans la lutte p (...)

1Ce travail de recherche se concentre sur les mobilisations pour la libéralisation de la contraception et de l’avortement menées à Rennes entre 1965 à 1975. Il vise à écrire une histoire à l’échelle locale de « ce qui a longtemps été considéré comme un objet à part, voire mineur, à savoir l'histoire des femmes et du droit de contrôler leur fertilité, [qui] fait désormais pleinement sens du point de vue de la discipline historique1 ». La période retenue est riche d’obtentions de droits pour les femmes et d’avancées dans leur émancipation, au nombre desquels la libre maternité, c'est-à-dire la liberté de ne pas avoir d'enfants ou d'en avoir, de maîtriser le nombre d'enfants souhaités et le moment de les avoir, et ce grâce à la contraception et l'avortement2 que ces deux moyens soient dépénalisés ou libéralisés par la loi, sous conditions ou pas.

  • 3 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française, 19 (...)
  • 4 Dans son livre Mémoires et histoire des féminismes (Angers, 1965-1985) (Paris, FEN-UNSA, 1999, 166 (...)
  • 5 Le mémoire de Laurianne Morla éclaire principalement l’histoire des mobilisations pour la liberté d (...)
  • 6 François Lebrun (dir), L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Bordessoule (...)

2L’histoire nationale/parisienne (les deux géographies étant difficiles à démêler) de la conquête de la liberté de procréer3 est aujourd’hui mieux connue, et elle s’enrichit de travaux portant sur des mobilisations locales4, démarche dans laquelle ce présent travail s’inscrit. La Bretagne est un territoire pour lequel la question a été peu étudiée5. Rennes, capitale administrative de la région, cité étudiante (20 000 étudiants pendant l’année 1967-19686) et intellectuelle de la région, compte près de 181 000 habitants en 1968 et 198 000 en 1975.

3Les sources produites aussi bien par les organisations militantes que les institutions et les médias ont été complétées par un corpus de 35 témoignages des actrices et des acteurs des mobilisations.

4Trois organisations, créées à des moments différents de la période étudiée, ont principalement porté le combat pour la contraception et l'avortement libres à Rennes : le Planning familial d'Ille-et-Vilaine, la section locale de Choisir et le MLAC (Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception). Le mémoire évoque les stratégies différentes employées par les trois structures, qui n'ont eu entre elles que très peu de liens de collaboration, entre quête de légitimité et subversion, ainsi que leur rapport à la légalité, en comparant ces données aussi bien avec l'histoire de ces groupes au niveau national qu'avec leurs équivalents dans d'autres villes de France. Dans un premier temps, le développement rapide du Planning familial d'Ille-et-Vilaine montre les manœuvres d'arrangement de l'association face à la loi et aux institutions (1965-1971). Ensuite, l'arrivée du nouvel acteur Choisir, dans un contexte marqué par l'irruption de la question de l'avortement dans le débat public, brise le monopole du Planning sur le combat pour la liberté de procréer à Rennes et illustre une autre option stratégique, celle de la radicalité et de la subversion (1972-1973). Enfin, alors que le pouvoir a dû mettre l'avortement à l'ordre du jour de l'agenda gouvernemental et parlementaire, la mise en place d'un MLAC à Rennes et la prise en main de l'application de la loi Veil par le Planning sont l'occasion d'une recomposition du paysage des mobilisations pour la liberté de procréer à Rennes (1974-1975).

  • 7 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française, 19 (...)

5Ce travail de recherche montre que les réalités des groupes rennais ne correspondent pas toujours aux mêmes réalités nationales. Choisir-Rennes réalise des avortements illégaux sur place à l’encontre des directives nationales de Choisir, tandis que le MLAC de Rennes, bien qu’il s’agisse d’une revendication nationale du MLAC, a très peu pratiqué, sans doute car en 1974, la pratique d’avortement n’était plus la politique privilégiée. Le Planning familial d’Ille-et-Vilaine soutient une stratégie légaliste jusqu’à la promulgation de la loi Veil sur l’IVG en janvier 1975 alors que le MFPF a décidé de soutenir les initiatives relatives à la pratique d’avortements avec la méthode Karman ou l’aide aux départs à l’étranger dès juin 1973. A travers l’exemple de Rennes, cette recherche permet d’affiner les connaissances sur les mobilisations en France sur la liberté de procréer, qui est, d'après l'historienne Bibia Pavard7, l'un des changements majeurs du second XXe siècle en France, voire l'un des changements majeurs de l'histoire de l'humanité.

Haut de page

Notes

1 Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, Les lois Veil. Les événements fondateurs, Contraception 1974, IVG 1975, Armand Colin, 2012, p. 6.

2 Sandrine Garcia, « Expertise scientifique et capital militant. Le rôle des médecins dans la lutte pour la légalisation de l’avortement », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005, n°158, p 97-115.

3 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française, 1956-1979, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 358 p.

4 Dans son livre Mémoires et histoire des féminismes (Angers, 1965-1985) (Paris, FEN-UNSA, 1999, 166 p.) Elodie-Cécile Marrel évoque les luttes pour l’avortement menées à Angers ; Pauline Rameau présente celles menées à Dijon et Saint-Etienne dans l’article « Pratiques illégales de l’avortement dans les années 68 à Dijon et Saint-Etienne » (Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2011/3 n° 111, p. 133-146.). Les mobilisations grenobloises font l’objet de deux mémoires sur le Planning familial (Caroline More, Les débuts du Planning familial de Grenoble, 1961-1967, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Grenoble, université Pierre-Mendès-France, 2000. ; Marion Blanc-Tailleur, Le Planning familial à travers l’exemple de Grenoble, de la loi Neuwirth à la loi Veil (1967-1975), mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Grenoble, université Pierre Mendès-France, 2004.) et d’un ouvrage écrit par le Collectif IVP : Avorter. Histoire des luttes et des conditions d’avortement des années 60 à aujourd’hui, Grenoble, Editions Tahin Party, 2008, 132 p.

5 Le mémoire de Laurianne Morla éclaire principalement l’histoire des mobilisations pour la liberté de procréer dans les Côtes d’Armor et le Finistère (La condition de la femme de 1970 à 1975 en France et en Bretagne : contraception, avortement, droit des femmes, mémoire de master 1 en histoire, Université de Bretagne Occidentale (Brest), 2007.) et celui de Virginie Chardron se concentre sur le positionnement du journal Ouest-France sur la loi Veil (La loi Veil vue par « Ouest-France », mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Rennes2, 2002. Le travail de Brigitte Millet se concentre sur les parcours des militantes du MLAC et du Planning familial notamment (Entre droits et émancipation : carrières de militantes féministes brestoises de 1961 à 2012, mémoire de master 2 de sociologie, Université de Bretagne Occidentale (Brest), 2012, 130 p.)

6 François Lebrun (dir), L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Bordessoules, 1991, p. 434.

7 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française, 1956-1979, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p.11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydie Porée, « « Contraception, avortement : les mobilisations à Rennes pour la liberté de procréer. Histoire et mémoire des groupes locaux du Planning familial, de Choisir et du MLAC (1965-1975) », Master 2, « Histoire des régulations sociales » sous la direction de Christine Bard, Université d’Angers », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2122

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page