Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« "Votre toute dévouée servante, Abrival, 9653". Les femmes en prison au XIXe siècle dans le Sud-Ouest de la France », Master 2, UFR Histoire, Arts et Archéologie, sous la direction de Sylvie Chaperon, Université Toulouse II-Jean Jaurès

Anna Le Pennec

Texte intégral

  • 1 Michelle Perrot, Les Ombres de l’histoire. Crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammarion, 20 (...)

1Notre étude de master 2 porte sur les prisonnières dans le Sud-Ouest de la France au XIXe siècle et notamment sur les femmes incarcérées dans la maison centrale de Montpellier. Cet établissement constitue l'une des rares prisons exclusivement féminines à une époque où la population pénale est largement dominée par les hommes (en 1900, les femmes ne représentent que 15% des personnes incarcérées en France1), d'où la rareté des sources sur les prisonnières. Pourtant, il existe aux Archives départementales de l'Hérault une quantité abondante de liasses sur la maison centrale de Montpellier.

2Pour notre travail, nous avons sélectionné cinq de ces liasses afin d'axer notre étude sur le quotidien des détenues et sur leur vécu de l'enfermement : discipline, obligation religieuse, travail, souffrances physiques et morales, isolement et silence obligatoire constituent les principaux aspects de la vie en prison. A travers ces thèmes, nous avons cherché à appréhender la micro-société carcérale: dans cet espace clos et coupé du monde, une nouvelle société se crée qui fonctionne selon ses propres règles, avec ses propres mœurs, normes, cultures et sociabilités. Comment les femmes détenues saisissent-elles cette opportunité que permet le cloisonnement carcéral pour créer une société nouvelle et éventuellement pour s'affranchir des contraintes de genre extérieures? Alors que les réformateurs du système pénal cherchent à reproduire le modèle patriarcal à l'intérieur de la prison dans le but de normaliser les femmes en marge, paradoxalement, le cloisonnement carcéral s'y oppose partiellement en facilitant l'émergence de normes différentes. En quoi l'enfermement favorise ou au contraire freine la reproduction du système de genre à l'intérieur des murs?

  • 2 La faible proportion de femmes incarcérées, le taux élevé d'illettrisme et les nombreuses restricti (...)

3Pour répondre à ces questions, nous avons adopté une méthode que l'on pourrait qualifier "au ras du sol", qui consiste à analyser à une échelle d'observation très réduite des cas individuels de détenues. Cette approche, inspirée de la micro-histoire, tend à rendre compte de ce que sont les réalités à l'intérieur des murs et non les représentations que l'on s'en fait à l'extérieur. Pour cela, nous avons utilisé des documents produits par des personnes qui vivent la prison de l'intérieur : directeur de la centrale, surveillantes, aumônier, médecins, infirmières et surtout les détenues elles-mêmes. Les sources produites par les prisonnières sont très rares au XIXe siècle2. En ce sens, les lettres écrites par les femmes incarcérées (adressées à l'administration ou à leurs proches) que nous avons étudiées aux Archives de l'Hérault constituent une catégorie de source exceptionnelle.

4L'analyse comparative de ces correspondances avec les dossiers individuels de détenues (dans lesquels elles sont conservées) permet de saisir les complexités du monde carcéral en croisant des informations très diverses sur une même prisonnière : ses origines sociales, les causes de son incarcération, son comportement face à la discipline pénitentiaire, ses relations avec l'administration et avec ses proches, etc. L'exemple de la détenue Abrival, dont le matricule est 9653, est à ce titre révélateur : si les correspondances qu'elle adresse au directeur de la centrale semblent indiquer que le régime disciplinaire de la prison a eu raison de cette prisonnière ("Votre toute dévouée servante, Abrival, 9653"), son dossier individuel dépeint le portrait d'une détenue particulièrement réfractaire à l'autorité. Cet exemple rend compte des difficultés qui caractérisent l'étude de l'enfermement au féminin, toujours étroitement imbriqué entre des représentations de genre (la détenue docile) et des réalités sous-jacentes (l'attitude intéressée qu'adopte Abrival pour obtenir des faveurs du directeur).

5De la même manière, l'analyse des quelques mutineries survenues dans la maison centrale et le constat d'un grand nombre d'infractions au règlement commises par les prisonnières tendent à remettre en cause l'idée que les femmes détenues seraient particulièrement dociles, stéréotype largement répandu dans la société. Outre les révoltes collectives, d'autres types d'évènements graves occupent une place importante dans notre étude, tels que les épidémies, les assassinats, les suicides et tentatives de suicides.

6Il reste cependant de nombreux autres aspects de la vie carcérale à traiter et pour cela d'importants fonds archivistiques à consulter. Ouvrant de nouvelles perspectives de recherches, ce travail de master nous a conduit à entamer une thèse sur les femmes en prison au XIXe siècle dans le Sud-Ouest de la France.

Haut de page

Notes

1 Michelle Perrot, Les Ombres de l’histoire. Crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 18.

2 La faible proportion de femmes incarcérées, le taux élevé d'illettrisme et les nombreuses restrictions mises en place par l'administration pénitentiaire pour limiter le droit d'écrire des détenues tendent à expliquer la rareté de ce type de sources.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Le Pennec, « « "Votre toute dévouée servante, Abrival, 9653". Les femmes en prison au XIXe siècle dans le Sud-Ouest de la France », Master 2, UFR Histoire, Arts et Archéologie, sous la direction de Sylvie Chaperon, Université Toulouse II-Jean Jaurès », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2120

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page