Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Le procès de Memmingen (1988-1989) : une exception bavaroise ? », Master 2, Etudes germaniques, sous la direction de Hélène Miard-Delacroix, Université Paris - Sorbonne – Paris IV

Léna Gazaix

Texte intégral

  • 1 Entretien avec J. R., habitant de Memmingen depuis 25 ans, réalisé le 12 juillet 2013.

1Le 5 mai 1989, le gynécologue Horst Theissen est condamné à deux ans et demi de prison et à trois années d’interdiction d’exercer, pour avoir pratiqué 79 avortements illégaux entre 1980 et 1988. Son procès s’est ouvert le 8 septembre 1988, dans le tribunal de la petite ville bavaroise de Memmingen, à 100 km au sud-ouest de Munich ; il a succédé au procès des patientes du médecin. Pendant près d’un an, la presse s’est passionnée pour ce procès, des journaux locaux (Bayernkurier, Memminger Merkur) aux journaux nationaux (Der Spiegel, Stern, Die Zeit) et la plupart des Allemands ont pris position pour ou contre la libéralisation de l’avortement. La ville de Memmingen est ainsi devenue célèbre, ce dont a souffert cet habitant de la ville qui confiait, en juillet 2013 : « j’ai beaucoup voyagé à travers l’Allemagne et, pendant longtemps, entendu toute personne à qui je disais être originaire de la ville de Memmingen évoquer devant moi le procès de Memmingen et la chasse aux sorcières de 1988-1989. »1

2On peut s’étonner de ce que le procès d’un gynécologue originaire d’une petite ville du sud de la Bavière ait attiré l’attention de toute l’Allemagne. Comment et pourquoi ce procès a-t-il suscité tant d’intérêt en Allemagne ?

3Pour répondre à cette question, on présentera d’abord le contexte général du débat autour de la législation de l’avortement. Cette question relève en Allemagne du paragraphe 218 du code pénal ; les débats au sujet de cette législation ont été si fréquents et si suivis par l’opinion publique que le signe « § 218 » suffit, en Allemagne, à désigner la loi réglementant l’interruption volontaire de grossesse. Les débats existent au moins depuis la fin du XIXème siècle et ont redoublé d’importance à la fin des années 1960 : faut-il interdire l’avortement de manière absolue ? Peut-il être autorisé sous certaines conditions ? Doit-il être dépénalisé ? Il nous a semblé judicieux de commencer par présenter le contexte général permettant de comprendre que les discussions qui naissent au moment du procès de Horst Theissen reposent sur des débats antérieurs anciens : ce procès qui semble très « local » s’inscrit en fait dans un contexte plus large, à la fois sur le plan historique et sur le plan géographique. En effet, si l’opposition entre les partis en présence au moment du procès est si frontale, c’est que le procès de Horst Theissen cristallise des oppositions souvent anciennes. Beaucoup de ceux qui s’affrontent dans les rues de Memmingen et dans les colonnes des articles consacrés au procès s’intéressent à la question de la législation de l’avortement depuis longtemps et se réfèrent aux positions défendues par deux grands types de mouvements : les mouvements féministes, au rayonnement parfois international, et les mouvements conservateurs et religieux, qui s’inscrivent explicitement dans une logique mondiale.

4Ce procès, toutefois, a suscité un intérêt bien supérieur à la plupart des procès concernant la question de l’avortement. Ce qui en a fait un procès très particulier c’est sans doute le lien qui est établi entre l’ampleur de ce procès et le Land de Bavière où celui-ci a lieu. De fait, les juristes considèrent qu’un procès d’une telle ampleur et pour un tel motif n’aurait pas pu avoir lieu dans un autre Land. Certains observateurs parlent de « procès politique » : selon eux, les représentants des églises chrétiennes et les dirigeants de l’Union chrétienne-sociale (CSU), parti au pouvoir en Bavière depuis 1946, auraient voulu un procès d’une grande ampleur afin d’intimider les gynécologues susceptibles de pratiquer l’avortement et les femmes enceintes qui auraient souhaité y avoir recours. Le cas très concret du procès de Horst Theissen permet ainsi de s’interroger sur la façon dont une loi valable sur tout le territoire allemand est appliquée dans les différents Länder, et d’étudier la marge d’interprétation dont les juges disposent.

  • 2 Rummel, Alois : « Gerechte Richter, ungerechte Polemik », in : Bayernkurier, 13.05.1989.

5Enfin, si une aussi grande majorité de la population a été capable de donner son opinion à l’égard du jugement, c’est que beaucoup d’Allemands ont suivi les différentes étapes du procès grâce aux nombreux comptes rendus parus dans les journaux – certains ont même évoqué un « feuilleton » pour désigner l’abondance d’articles informant des derniers événements. Le journaliste Alois Rummel l’a souligné : « peu de jugements rendus ces dernières années ne furent commentés de manière si fréquente et si polémique que celui de Memmingen. »2 On a souhaité souligner le parti pris de la plupart des journalistes ainsi que les moyens rhétoriques à leur disposition : l’opposition marquée entre les deux camps, les exagérations et les caricatures, la critique des institutions et surtout insister sur le caractère parfaitement original et unique de ce procès.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec J. R., habitant de Memmingen depuis 25 ans, réalisé le 12 juillet 2013.

2 Rummel, Alois : « Gerechte Richter, ungerechte Polemik », in : Bayernkurier, 13.05.1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léna Gazaix, « « Le procès de Memmingen (1988-1989) : une exception bavaroise ? », Master 2, Etudes germaniques, sous la direction de Hélène Miard-Delacroix, Université Paris - Sorbonne – Paris IV », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2118

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page