Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« L’Association des Femmes Journalistes (AFJ), un réseau féminin de professionnelles, 1981-1999 », Master 2, Histoire, sous la direction de Martine Cocaud, Université de Rennes II

Bérénice Orain

Texte intégral

1En 2009, l’enquête mondiale sur les médias (Global Media Monitoring Project) a révélé qu’en France les femmes n’apparaissent seulement que dans 27% des nouvelles et ne représentent que 22% des experts interrogés. D’après le rapport Reiser/Grésy de la commission sur l’image des femmes dans les médias de 2011 « sur les expertes », leur taux de présence a chuté à 18%. La question de la représentation des femmes dans les médias reste donc encore aujourd’hui problématique.

2En France, ce combat pour une égalité médiatique entre les genres a été porté par l’Association des Femmes Journalistes. Basée à Paris, celle-ci fut une organisation active de 1981 à 2012. Fondant son action sur la défense des femmes journalistes et la mise en lumière du traitement de l’information femme par les médias, elle multiplia la mise en place d’évènements de tout ordre : rencontres avec des personnalités, débats, remises de prix…

3Ce travail de recherche se concentre sur le fonctionnement et les mobilisations de l’Association des Femmes Journalistes entre 1981 et 1999. Pour mener à bien cette étude nous avons effectué une analyse scrupuleuse des bulletins mensuels envoyés par l’association à ses adhérentes. L’intérêt de ces bulletins internes est multiple. En tant qu’organe de l’association, ils rendent compte de ses activités et sont un objet d’étude fondamental pour comprendre son fonctionnement. En tant que discours officiel et policé, ils permettent également d’analyser en creux les valeurs et les présupposés des dirigeantes et des rédactrices, en ce qui concerne le féminisme, les journalistes, la politique… Les bulletins avaient aussi pour ambition de fonder une identité collective en reliant les adhérentes entre elles, en les valorisant et en promouvant l’association. C’est donc une histoire de l’AFJ via son discours interne, complété par des sources orales, que nous proposons dans ce travail.

Une étude sur l’AFJ peut être amorcée via trois entrées différentes puisqu’elle fut à la fois une association professionnelle, féminine et une association composée uniquement de journalistes. Notre recherche se fit donc à la croisée de l’analyse des groupements professionnels féminins, du féminisme de la troisième vague et du journalisme de la fin du XXe siècle.

De nombreuses interrogations émergent alors. Quel était le fonctionnement de l’association et qui étaient ses adhérentes ? Pourquoi ont-elles choisi de se regrouper au sein de l’AFJ, que venaient-elles y chercher ? La dualité de l’association nous amena à interroger l’articulation entre féminisme et syndicalisme au sein de l’AFJ. L’association portait-elle des engagements féminins se rapprochant du féminisme ou bien était-elle plus nettement centrée sur les seuls problèmes des journalistes ? C’est-à-dire que nous avons cherché à savoir dans quelles mesures l’Association des Femmes Journalistes pouvait être considérée comme une association professionnelle à caractère féministe.

4Afin de voir comment l’AFJ s’était positionnée face aux problématiques de son époque, nous avons axé notre travail de manière à mettre en évidence les relations, les représentations, les valeurs véhiculées par l’association en liaison avec les enjeux politiques et sociaux de la fin du XXe siècle, liées aux rapports de sexe ou à la question des femmes dans les médias. Ce travail se propose donc d’apporter un regard nouveau sur le féminisme de la fin du XXe siècle à travers une association encore ignorée des recherches historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérénice Orain, « « L’Association des Femmes Journalistes (AFJ), un réseau féminin de professionnelles, 1981-1999 », Master 2, Histoire, sous la direction de Martine Cocaud, Université de Rennes II », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2116

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page