Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Des femmes plurielles. Défendre son honneur devant le tribunal des maréchaux de France : stratégies, rhétoriques et identités de femmes devant la justice », M2 Recherche, ENS de Lyon, 2014, sous la dir. d’H. Drévillon, Paris I.     

Marine Carcanague

Texte intégral

1      

2L’honneur constitue une valeur structurante de l’époque moderne. Il régule les relations sociales en attribuant à chaque individu un honneur propre, défini selon son âge, son ordre social, son sexe, sa profession … Il est également un des lieux de la construction du masculin et du féminin en attribuant à chaque individu des prérogatives différenciées en fonction de son genre. Ne pas tenir son rang revient à s’exposer à une véritable mort sociale.

3À l’époque moderne, l’honneur est souvent décliné au masculin car ce sentiment prend ses racines au sein des valeurs militaires : il est théorisé comme un révélateur de la virilité, de la bravoure, du courage devant l’adversaire. L’honneur féminin a très peu été étudié par l’historiographie, nous privant alors de la compréhension de pratiques sociales déterminantes à l’époque moderne.

  • 1 AN, fond AB XIX, 1195 à 1206.
  • 2 Christine Bard, Le genre des territoires: masculin, féminin, neutre, Angers, Presses de l’Universit (...)
  • 3 Des études ont montré qu’il existait cependant des duels féminins, mais dans les représentations de (...)

4Pourtant, un quart des plaintes déposées devant le tribunal des maréchaux de France, également appelé tribunal du point d’honneur, proviennent de femmes.1 Ce pourcentage assez élevé témoigne de l’importance de ce sentiment chez les femmes. L’institution a été créée en 1699 par Louis XIV afin de réduire les duels entre gentilshommes, en les invitant à régler leurs affaires par la voie judiciaire et non par l’épée. Réservé à la noblesse, ce tribunal est donc une institution au genre « masculin »2 puisqu’elle est destinée à des duellistes3. Les archives du tribunal des maréchaux nous permettent de dégager les pratiques de l’honneur féminin.

  • 4 Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain (eds.), Impossibles victimes, impossibles coupables: les femm (...)

5Les résultats de notre étude ont montré que l’honneur est, dans une certaine mesure, le reflet des rapports de genre dans la société moderne. Ainsi, les femmes sont souvent représentées comme les dépositaires de l’honneur de leur famille ; leur honneur étant souvent relié à l’éducation de leurs enfants. Elles sont beaucoup plus attaquées que les hommes sur leur moralité sexuelle, leur chasteté et leur pureté, ce qui fait de l’honneur un outil du contrôle social des femmes. Enfin, ces dernières se trouvent très largement en posture de victimes et non d’accusées. Une étude d’un traitement différencié de la justice envers les femmes a montré que les femmes sont souvent considérées dans ce tribunal comme d’« impossibles coupables »4.

  • 5 Hervé Drévillon, « L’Âme est à Dieu et l’honneur à nous », Revue historique, 654-2, 2010, p. 361-39 (...)
  • 6 Notion développée par Bourdieu, notamment dans l’article « l’illusion biographique », reprise par B (...)
  • 7 Bernard Lahire, L’Homme pluriel: les ressorts de l’action, Paris, Pluriel, 2011

6Cependant, étudier l’honneur féminin tel qu’il est décrit et pratiqué nous amène à appréhender les femmes comme actrices au sein de ce tribunal : l’honneur sous-tend et motive nombres de leurs actions en justice et porte des demandes d’autonomie5. Qu’elles contestent les règles de successions défavorables aux filles ou qu’elles demandent des séparations de biens et de corps avec leur mari, l’honneur est le soubassement de leurs demandes. Les femmes mettent en scène leur réputation offensée afin de convaincre les juges des maréchaux de France. Leurs plaintes sont dès lors de véritables « récits de vie »6 où leurs actions sont présentées de manière cohérente, pour prouver leur honorabilité et la nécessité d’une réparation. Dès lors, leur conception de l’honneur ne préexiste pas au conflit mais en émerge. L’honneur n’est donc pas une entité figée mais un sentiment qui prend forme avec un regard rétrospectif, et qui mène à la construction d’identités. Pour cela, ces femmes exposent des identités différentes au cours de leurs plaintes, qui peuvent être relatives à l’honneur de leur famille, de leur couple, de leur ordre en fonction des situations. Ce sont donc des « femmes plurielles » qui composent leur honneur avec de multiples identités, diverses et contradictoires. Pour comprendre leurs actions, un croisement de focales est nécessaire : ces femmes ne peuvent être envisagées sous l’angle d’une seule identité, comme l’ouvrage de Bernard Lahire7 nous y invite. Puisque les maréchaux de France ne semblent pas prêter grande importance à l’honneur féminin, convoquer des identités différentielles semble d’autant plus important pour les femmes dans le cadre de ce tribunal. À titre d’exemple, ces derniers rejettent les plaintes de femmes lorsqu’elles ne s’opposent pas à un homme. Pour les juges, un conflit entre deux femmes n’est pas considéré comme de l’honneur mais comme de la chamaillerie, une présence masculine est nécessaire pour voir un conflit se transformer en affaire d’honneur. En revanche, les juges du tribunal sont très attachés à la valeur nobiliaire de l’honneur, aussi les femmes mettent-elles largement en avant cette identité au cours de leurs plaintes.

7Jouer avec les identités, convoquer les arguments les plus persuasifs afin d’obtenir gain de cause dans des procès et obtenir davantage d’autonomie au sein de la société de l’époque moderne ; en somme, déployer des pratiques de dominantes au sein de la sphère sociale : telles semblent avoir été ces trajectoires de femmes du XVIIIe siècle devant la justice.

8 

Haut de page

Notes

1 AN, fond AB XIX, 1195 à 1206.

2 Christine Bard, Le genre des territoires: masculin, féminin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2004.

3 Des études ont montré qu’il existait cependant des duels féminins, mais dans les représentations de l’époque moderne, les duels sont très largement une affaire d’hommes. Alex Sokalski, « ‘Choose Your Weapon’: Duelling French Women in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », Nottingham French Studies, vol. 41, no 2, Septembre 2002, p. 119.

4 Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain (eds.), Impossibles victimes, impossibles coupables: les femmes devant la justice, XIXe-XXe siècles, Rennes, France, Presses universitaires de Rennes, 2009.

5 Hervé Drévillon, « L’Âme est à Dieu et l’honneur à nous », Revue historique, 654-2, 2010, p. 361-395.

6 Notion développée par Bourdieu, notamment dans l’article « l’illusion biographique », reprise par Bernard Lahire : P. 36 in Bernard Lahire, L’Homme pluriel: les ressorts de l’action, Paris, Pluriel, 2011.

7 Bernard Lahire, L’Homme pluriel: les ressorts de l’action, Paris, Pluriel, 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Carcanague, « « Des femmes plurielles. Défendre son honneur devant le tribunal des maréchaux de France : stratégies, rhétoriques et identités de femmes devant la justice », M2 Recherche, ENS de Lyon, 2014, sous la dir. d’H. Drévillon, Paris I.      », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2114

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page