Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Du féminisme au post féminisme », Master 2 de Philosophie, Université Bordeaux Montaigne, dir. Fabienne Brugière, 2014.

Xie Qiang

Texte intégral

1Le point de départ de cette recherche débute avec l’ouvrage de Carol Gilligan « Une voix différente » (1982, trad. 2008). Grâce à l’éthique du « care », la voix des femmes n’est plus un silence dans le développement moral. La notion principale du mémoire est donc d’abord le « care ». Selon l’analyse psychanalytique sur l’expérience des femmes, la morale considérée comme la structure du réseau des relations amène le choix et le jugement des femmes à une compréhension discursive dans un contexte précis. La qualité « prendre soin » des autres est démontrée comme un éclairage indispensable et différent de celui de la justice. Si la morale masculine présente une hiérarchie verticale de pouvoir, la morale féminine présente la structure horizontale d'un réseau de relations. Le passage de la perspective verticale à la perspective horizontale est une grande découverte de Carol Gilligan. Et cette découverte dévoile la raison radicale de l’inégalité dans notre société moderne, parce que le point de vue masculin de la hiérarchie se caractérise par une relation dualiste entre dominant et subordonné. Ce schéma vertical pris comme modèle original du pouvoir entraine des possibilités d'inégalité entre les personnes. Quant à la perspective féminine horizontale d'un réseau de relations au même niveau, elle élimine à la fois la discrimination entre les sexes et toutes les formes d'inégalité morale. L'autonomie morale chez les hommes s’établit sur une garantie de la séparation entre les personnes, qui conduit facilement à une réponse froide, négligeant les besoins des autres et même à la perte de la responsabilité morale.

2L’éthique du « care » souligne l'interdépendance entre les personnes qui conduit à une solidarité sociale par des relations mutuelles. Bien que l’image du raisonnement moral soit finalement complétée de la manière verticale et horizontale, les deux principes ne sont pas incompatibles. La justice et la sollicitude sont en faveur du développement social et du bonheur de la vie individuelle. L’éthique du care est non seulement dans l’intérêt de la théorie féministe mais également un accès à la réalisation de la liberté du sujet.

3La deuxième notion centrale est la « situation ». Centrée sur l'analyse micro-sociologique des mécanismes sociaux et du fondement psychanalytique, la théorie de l’interactionnisme symbolique définit la notion de situation reposant sur une interaction réciproque entre la subjectivité et l’objectivité. La situation n’est pas juste un donné conditionnel du monde objectif mais aussi une construction basée sur l’interaction alternative entre sujet et objet. Selon le théorème de Thomas, le comportement humain ne peut pas être réduit à une simple réponse à un stimulus. S’insère entre le stimulus et la réponse, une définition subjective de la situation et donc le moment préalable à l'action au cours duquel l'individu examine les circonstances auxquelles il fait face et réfléchit à ce qu'il souhaite faire. La situation est donc un cadre dynamique qui s’articule dans les échanges entre sujet et objet.

  • 1 Judith Butler, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2012, p. 13.
  • 2 Jean-Paul Sartre, L’être et le néant Essai d’ontologie phénoménologique, Paris, Gallimard, 1943, p. (...)

4Associé à la théorie de la performativité qui est la troisième idée principale du mémoire, le sujet qui définit une situation n’est qu’un utilisateur du langage produit par le pouvoir discursif. Judith Butler démontre que « si le genre est une sorte de faire, une activité incessante performée, en partie, sans en avoir conscience et sans le vouloir, il n’est pas pour autant automatique ou mécanique. Au contraire, c’est une pratique d’improvisation qui se déploie à l’intérieur d’une scène de contrainte »1. La performativité du genre est une pratique créative du sujet afin de poursuivre et de s’adapter à une vie établie sur des situations fluentes. « Mais une situation n’est pas un pur donné contingent : bien au contraire, elle ne se révèle que dans la mesure où le pour-soi la dépasse vers lui-même »2. La situation est à la fois la condition réelle et le champ pratique d’une force potentielle. Il est possible d’associer la créativité subjective au sein de sa performativité et la situation considérée comme une scène pratique du potentiel pour réaliser une vie de l’être humain plus vivable.

5En effet, quand le sujet applique un système de symboles pour interpréter le monde extérieur et sa conscience intérieure. La manière fondamentale de l’application d’un système de symboles est la citation, la répétition et la réitération. Ce système de symboles est préalablement imposé par l’autorité et porteur d’attitude négative ou positive. Parallèlement, le sujet éclaire cette situation comme adversaire ou comme soutien. Or la raison d’abandonner la position neutre est que cette situation est déjà illuminée dans l’activité mutuelle entre sujet et ce qui l’entoure. Ce qui est indifférent à l’action performative du sujet est absolument exclu par la contemplation subjective. La situation est non seulement un donné historique conféré à une formule antérieure d’après l’autorité, mais aussi une pratique de resignification à travers l’auto-discours subjective sur le futur. D’une part, la situation considérée comme un lieu étroitement lié au sujet, car dans laquelle chacun effectue sans cesse une transition réciproque entre le soi et l’entourage. D’autre part, la situation est indispensable par rapport au mécanisme performatif. Pour réaliser et exercer le pouvoir discursif, il faut se fonder sur un champ de pratique qui est propriété de historicité et d’hérédité du discours.

6Selon la notion de liberté existentialiste, la situation est une occasion de transcendance pour libérer le sujet. La responsabilité du soi est d’exécuter un dépassement des limites et de créer les nouveaux rapports entre sujet et existant brut. La situation est la scène de la performativité du sujet genré, et également le champ pratique servant à la réalisation de la vie libre du sujet. Quelles causes originelles évoquent un dépassement de l’état présent chez le sujet ? De quelle façon le sujet peut-il trouver la force potentielle de situation ? Dans quelle condition la situation peut-elle effectuer une pratique pour créer une nouvelle situation ? Quelle est la nouvelle éthique pour s’adapter à la nouvelle situation créée ? La raison principale de la transcendance est la responsabilité. Comme la liberté est de réaliser sa propre subjectivité, il faut que les féministes détruisent « l’Autre » dans le système patriarcal. La féminité n’est qu’une facticité identitaire. Le genre est en fait un modèle imaginaire mais n’existe pas. Le sujet genré découle de la normativité qui est inauthentique. En renversant les catégories des sexes et en remplaçant la notion de sexe par le genre, la théorie du genre a pour but non seulement la libération des femmes mais aussi la transcendance du sujet.

7En outre, le « je » n’est jamais un sujet authentique à cause de l’interpellation du pouvoir. Notre liberté est bloquée dans le mécanisme du pouvoir discursif. Citer et réitérer à travers le langage ne permet pas de réaliser un « je » subjectif mais un « je » comme labeur pour construire le pouvoir. Les normes empêchent la construction de la révolte découlant des labeurs. Néanmoins, se libérer du joug de la chaine d’interprétations signifie précisément briser l’historicité de la resignification du pouvoir discursif.

8En bref, la performativité d’un sujet genré considérée comme une manifestation de créativité de l’être humain permet au sujet de réaliser la libération de son être à travers la pratique en situation. La performativité du genre est la capacité de réactivité aux situations données chez chaque sujet. Quelle est la condition pour performer de manière satisfaisante les besoins du sujet dans les situations mobiles ? Une performativité volontaire et exprimant son être librement est la créativité. Dans quelle mesure un sujet peut-il choisir la manière propre de performer son être ? Le genre comme un fait social n’étant qu’une conséquence constructive découlant d’un acquiescement passif chez chaque sujet, et également une sorte de modèles performées du sujet pour exprimer son être humain. Les mécanismes de la performativité du genre dévoilent une grande puissance de la créativité du sujet. L’enjeu majeur est de concevoir si la performativité du genre provient d’une dynamique de créativité du sujet propre. Cela est la capacité de réaliser la liberté de l’être humain dans la scène active dans des situations données concrètes et potentielles constructives

9Reprendre le terme Queer dans une signification positive démontre un échec de l’interpellation du pouvoir discursif. Le pouvoir de délégitimation du nom queer est renversé et il est déchu d’une autorité d’emprisonner le sujet dans un modèle idéal. Cela est une occasion de contester des normes homophobes. L’interruption de citation du queer est le sujet queer qui fait une historicité remarquable de la performativité. La transcendance de la subjectivité doit résister dans une discontinuité historique supposée de situation. À travers la théorie de la performativité du genre, le féminisme dépasse son objectif originel et se préoccupe de l’ensemble de l’humanité.

10Le post-féminisme refuse de définir la féminité, parce que la définition elle-même est une catégorie essentialiste. D’après la théorie post-féministe, trois axes : le sexe / le genre, la normativité et le pouvoir forment un schéma de construction du genre. Les normes représentent la forme et le contenu du pouvoir. La normalisation fait partie de la socialisation individuelle, c’est-à-dire que personne n’évite un conflit entre la force extérieure et la résistance intérieure du sujet. En plus, le langage considéré comme un symbole fondamental de la communication humaine produit l’utilisateur du discours de façon positive ou négative. Le langage engendre la divergence d’utilisateur en même temps qu’il représente le système hiérarchique original. Les utilisateurs du coté positif et négatif composent deux attitudes dès que leurs discours s’impliquent dans la question politique. La performativité du genre est de créer son corps sexué. Le genre est en effet une des caractéristiques du corps imposé. Il est restreint d’une manière la plus imperceptible par la normativité, parce que la signification de ce terme emprisonne dans un sens éternel, comme un donné intrinsèque. La libération du corps genré est de créer une existence plus vivable pour l’individu. Le renversement du post-féminisme n’a pas pour but de susciter des troubles mais détruit l’assujettissement pour rétablir une voie conduisant à la réalisation de la subjectivité. La performativité du genre amène finalement la transcendance du développement du féminisme et élargi la perspective du sujet pour créer sa vie libre.

Haut de page

Notes

1 Judith Butler, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2012, p. 13.

2 Jean-Paul Sartre, L’être et le néant Essai d’ontologie phénoménologique, Paris, Gallimard, 1943, p. 348.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xie Qiang, « « Du féminisme au post féminisme », Master 2 de Philosophie, Université Bordeaux Montaigne, dir. Fabienne Brugière, 2014. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2112

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page