Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Pionnières du Nord – Universitaires norvégiennes et réseaux féminins internationaux (1882-1940) », Master 2, sous la direction d’Olivier Wieviorka, ENS Cachan, 2014

Anna Cabanel

Texte intégral

1La quête de l’égalité est souvent corrélée à une redéfinition des rôles genrés dans la société et à l’accès des femmes à la sphère publique. C’est pourquoi l’éducation est primordiale dans ce processus d’émancipation féminine, en particulier l’éducation supérieure qui permet de prétendre à des postes élevés et d’acquérir ainsi une reconnaissance publique. Dans cette optique, nous avons voulu étudier l’accès des femmes à l’université, d’abord comme étudiantes puis, pour un très faible nombre d’entre elles, comme professeures et chercheuses.

2Nous avons choisi la Norvège pour cadre de notre étude : ce pays, tardivement indépendant et faiblement peuplé, présente l’originalité, par rapport à ses voisins nordiques, d’avoir lié la question de l’égalité homme-femme et celle de la construction nationale. Longtemps subordonnée à la domination – politique et culturelle – du royaume du Danemark puis de la Suède, la Norvège est animée tout au long du XIXe siècle par un sentiment national et une volonté d’indépendance grandissante, que les historiens ont qualifiés de « nationalisme culturel ». Ce discours est intelligemment investi par les féministes norvégiennes de l’époque, à l’image de Gina Krog, qui revendique, en s’appuyant sur des traditions norvégiennes très anciennes, une place plus grande pour les femmes au sein de la société.

3Notre étude débute en 1882, année où Ida Cecilie Thoresen est la première femme autorisée à devenir étudiante. Cet événement s’ancre dans un long débat sur l’éducation des femmes et leur place dans la société, qui s’est poursuivi tout au long du XIXe siècle. Nous avons choisi de marquer une césure en 1940, lorsque l’Allemagne nazie lance l’opération Weserübung d’invasion de la Norvège et du Danemark. Cette période d’une soixantaine d’années permet d’étudier des trajectoires de vie, tout en distinguant différentes générations qui se succèdent sur les bancs de l’université, afin de percevoir les évolutions dans leurs carrières et de les comparer à celles de leurs homologues masculins. Les archives de l’Université d’Oslo permettent une analyse quantitative de l’âge, des origines sociales et géographiques, des milieux socioprofessionnels et des parcours des étudiant-e-s. Les promotions comprises entre 1882 et 1912 ont, de plus, rédigé des témoignages sur leur passage à l’Université : leur lecture nous a permis de comprendre les espoirs des jeunes filles, parfois leurs frustrations mais aussi, pour certaines, leur réussite professionnelle.

4Centrée sur la Norvège, notre étude prend en compte les effets de la mondialisation et de la circulation croissante des idées et des hommes. Cet emboîtement d’échelles permet de comprendre la trajectoire norvégienne dans un ensemble nordique plus large, mais aussi de travailler, grâce à la dialectique centre-périphérie, sur les échanges et circulations entre la Norvège et les « capitales » du savoir (Paris, Berlin, Vienne…). Nous avons mis en évidence l’importance des échanges estudiantins et des voyages scientifiques, tout comme celle des correspondances, des réseaux, qu’ils soient de nature informelle (solidarité, collaboration, amitié) ou organisés, voire institutionnalisés, comme dans le cas de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (FIFDU, fondée en 1919). Nous avons pu constater combien les Norvégiennes y ont joué un rôle important.

5Dans sa première partie, notre mémoire s’intéresse aux étudiant-e-s de l’Université d’Oslo afin de comprendre les modalités et les temporalités de la féminisation de l’université, à partir de la consultation de ses archives. En dépouillant notamment les lettres rédigées par les étudiantes lors de la constitution de registres universitaires, nous avons voulu rendre compte des différentes expériences féminines du monde universitaire. Les clubs étudiants et leurs liens avec les mouvements féministes, les carrières féminines, la question du mariage et de la vie de famille ont été analysés à cette fin. Certaines ont préféré ou ont dû se conformer aux attentes sociales en arrêtant précocement leurs études ; d’autres, à l’inverse (une minorité), ont choisi de cumuler vie professionnelle et vie familiale. Une majorité parmi celles qui ont choisi de travailler s’est cependant résolue au célibat, jugeant incompatibles l’accomplissement d’une vie professionnelle et les exigences de la société envers les mères de famille.

6Dans sa seconde partie, notre recherche se concentre sur les pionnières qui ont réussi à gravir les échelons de la hiérarchie universitaire. Dans une démarche prosopographique, nous avons étudié leurs trajectoires au sein de l’université. Des similitudes sont alors apparues montrant que ces pionnières ont investi les nouvelles sciences, comme la radiochimie ou la biologie, qui semblent plus ouvertes aux femmes. Les figures de Kristine Bonnevie et Ellen Gleditsch ont fait l’objet d’une recherche biographique plus fouillée : scientifiques internationalement reconnues, elles sont les premières femmes élues à des postes de Professeur d’Université en Norvège. Érigées en modèles de réussite féminine, elles ont contribué à accompagner « de l’intérieur » la féminisation de l’université norvégienne. Si certains hommes ont manifesté leur hostilité, d’autres, au contraire, ont su encourager la dynamique féminine. Dans un monde d’hommes, le comportement de ces pionnières oscille entre assimilation au modèle masculin dominant et revendication d’une spécificité féminine.

7Dans notre troisième partie enfin, nous avons analysé la constitution de sociabilités et de réseaux féminins, tout en prenant en compte le rôle des hommes. La correspondance entre Marie Curie et Ellen Gleditsch éclaire les liens unissant les femmes scientifiques entre elles. Ces liens vont de la collaboration professionnelle à l’amitié et à la solidarité qui se sont fait jour parmi ces voyageuses infatigables. C’est parce qu’elles ont été reconnues internationalement qu’elles ont acquis une légitimité dans leur propre pays. Les universitaires norvégiennes se sont fortement investies dans les réseaux féminins internationaux tels que la FIFDU : Ellen Gleditsch l’a présidée pendant trois années (1926-1929). Avec ses collègues norvégiennes, suédoises et danoises, elle a organisé le troisième congrès international de la FIFDU à Oslo (1924). C’est la marque norvégienne au sein de cette fédération internationale que nous avons voulu étudier en conclusion, afin de voir comment, pendant l’entre-deux-guerres, se construit l’image d’une aire nordique qui, bousculant les anciens équilibres, prend une place de plus en plus importante dans les mouvements pacifistes et égalitaristes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Cabanel, « « Pionnières du Nord – Universitaires norvégiennes et réseaux féminins internationaux (1882-1940) », Master 2, sous la direction d’Olivier Wieviorka, ENS Cachan, 2014  », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2110

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page