Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Les tailleresses de l’atelier monétaire de Paris (1645-1789)», Master 2, Université Paris I, dir. Dominique Margairaz et Jérôme Jambu, 2014.

Marion Delcamp

Texte intégral

1Cela fait maintenant une trentaine d’années que l’histoire des ateliers monétaires français (ou Monnaies) se renouvèle, passant globalement d’une histoire purement monétaire à une histoire socio-économique des ateliers, s’attachant davantage à l’humain. L’étude proposée ici se place dans la continuité de cette impulsion puisqu’elle cherche à éclairer le statut, la place et le rôle des tailleresses au sein de l’hôtel des monnaies parisien de 1645 à 1789. Ces femmes intervenaient à la fin du processus de production des espèces et étaient chargées de les limer lorsqu’elles contenaient trop de métal, c’est-à-dire quand leur poids ne répondait pas aux exigences des ordonnances royales. Ces quelques mots résumaient encore récemment ce que les chercheurs savaient de ces femmes ouvrières de l’Ancien Régime.

2En effet, l’histoire des Monnaies françaises a très longtemps été écrite au masculin. D’abord parce que les sources monétaires à la disposition du chercheur sont écrites au masculin, les femmes n’y tenant qu’une place très réduite. Ensuite parce que l’on commence toujours très logiquement par s’intéresser aux objets visibles, or les hommes le sont particulièrement au sein de ce monde de la petite métallurgie. C’est d’ailleurs aussi leur appartenance à ce secteur économique qui rend l’étude des tailleresses particulièrement intéressante.

3En effet, l’histoire du travail des femmes sous l’Ancien Régime est un champ d’étude à la fois consolidé, mais sur lequel il reste beaucoup à apprendre. Cette importance historiographique a évidemment permis de mettre en perspective les activités des tailleresses au sein des ateliers monétaires : un travail à bien des égards original, car peu de femmes sont en général présentes dans le secteur métallurgique et relativement peu également dans les rangs des ouvriers qualifiés. De plus, ces activités leur conféraient également des privilèges attachés à leur charge d’officier ainsi que, théoriquement, une rémunération garantie par arrêts d’une Cour souveraine (en l’occurrence ici, la Cour des monnaies de Paris). A Paris, ces femmes faisaient en effet partie de la compagnie des monnayeurs, ajusteurs et tailleresses de la Monnaie de Paris et étaient « officiers particuliers » du roi.

4Cette dimension du poste de tailleresses constitue le second intérêt de notre étude. Ces hommes et ces femmes étaient considérés comme officiers du roi, mais les recherches menées à ce propos ont montré que leur statut était plus ambigu et moins clair que ce que disent les documents normatifs, ces ouvriers n’étant pas pourvus des « classiques » lettres de provision d’office bien connues des historiens mais recevaient leur charge de façon héréditaire. Le poste de tailleresse n’en reste pas moins un magnifique exemple de charge et de privilèges confiés à une femme dans le but de s’assurer de sa totale disponibilité et dévotion au roi. En effet, les privilèges attachés à cette charge d’officier particulier ont très probablement été octroyés pour qu’en retour, ces officiers soient disponibles dès que le roi avait besoin de faire battre monnaie – pouvoir régalien par excellence ici délégué par le roi à un petit effectif d’ouvriers - ces hommes et ces femmes occupant le reste du temps un second emploi. A l’image des marchands suivant la cour, le personnel d’une Monnaie était donc un personnel de réserve. Il réalisait un travail ponctuel, ce qui constitue là encore un très bel exemple d’une flexibilité du travail et d’une pluriactivité assez répandues à l’époque moderne.

5Cependant, malgré l’implication des tailleresses dans le processus de production des espèces, démontrée par l’examen des sources archivistiques, ces femmes étaient dans les faits soumises à l’autorité de leurs homologues masculins durant toute la période étudiée (1645-1789). Plusieurs documents d’archives ont permis de découvrir que les officiers masculins de la Monnaie de Paris ont plusieurs fois remis en cause la légitime rétribution des tailleresses en gardant entre leurs mains les rémunérations issues de leur travail. Ceci constitue un cas particulièrement intéressant de conflit du travail opposant hommes et femmes, dont l’issue n’est d’ailleurs pas jouée d’avance.

6L’étude de ce groupe social soulève donc de nombreux questionnements et couvre plusieurs champs historiographiques tels que l’histoire monétaire, l’histoire du travail et de ses conflits, l’histoire des techniques ainsi que celle portant sur le travail des femmes sous l’Ancien Régime. Le travail réalisé durant deux années de master parvient à répondre à beaucoup d’entre elles et fait toute la lumière sur un groupe d’ouvrières qualifiées très peu connu jusqu’ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Delcamp, « « Les tailleresses de l’atelier monétaire de Paris (1645-1789)», Master 2, Université Paris I, dir. Dominique Margairaz et Jérôme Jambu, 2014. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 27 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2107

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page