Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Accademiche Filarmoniche. Les musiciennes de l’Académie Philharmonique de Bologne, de la seconde moitié du XVIIIe siècle à la fin de la période napoléonienne », Master 2 en Histoire sous la direction de Mme Albane Cogné, Université François Rabelais, Tours

Arthur Lusson

Texte intégral

1En 1773, une femme – Marianna Martinez – est pour la première fois élue à l’Académie Philharmonique de Bologne, société née en 1666 et dont l’autorité rayonnait alors dans toute l’Europe. Elle fut sporadiquement suivie par d’autres musiciennes dont le nombre augmenta sensiblement jusqu’en 1814. La présence de ces femmes au sein de l’illustre institution bolonaise pose la question de la nature de la reconnaissance aux femmes d’une place significative dans le milieu de la pratique et de la création musicale entre la fin du XVIIIe et les premières années du XIXe siècle.

2Entre 1773 et 1814, les trente femmes agrégées à l’Académie Philharmonique de Bologne représentent à peine 10% du recrutement de l’institution. Bien que modérée, cette ouverture de l’Académie aux femmes n’en reste pas moins une donnée nouvelle, s’inscrivant dans un phénomène plus vaste de mixité sociale dont la sociabilité salonnière fut le terreau le plus fertile. À Bologne à l’aube du XIXe siècle, les femmes ne manquaient pas de contribuer au rayonnement culturel de la ville à l’instar de l’Académicienne Maria Brizzi Giorgi, dont le portrait témoigne de la cohabitation entre les libertés nouvelles conquises par les musiciennes et certains idéaux traditionnellement associés à la féminité. Parallèlement, les cantatrices sont elles aussi perçues avec moins de sévérité qu’auparavant.

3L’agrégation de femmes au sein de l’Académie n’allait pas de soi, considérant leur mise à l’écart de la musique d’église d’une part et l’inclination avant tout liturgique de l’institution d’autre part. L’étude des Statuts et Constitutions de l’Académie démontre par ailleurs que la présence des femmes ne fut pas favorisée par l’institution: ce sont donc avant tout les facteurs sociaux qui déterminèrent l’avènement d’une relative mixité dans son recrutement.

4L’évolution des mœurs ne suffit évidemment pas à justifier cette présence féminine : les musiciennes s’appuient, pour légitimer leur candidature, sur un ensemble d’arguments et de soutiens. Certaines profitent d’un efficace entregent, mais dans la très grande majorité des cas c’est sur un récent succès public qu’elles s’appuient pour justifier leur candidature. D’autres parviennent à désamorcer l’altérité en mettant en avant leur situation matrimoniale.

5Une grande diversité marque les profils de nos académiciennes, tout d’abord du point de vue de l’origine sociale. Si les premières agrégées sont issues de familles aisées, de plus en plus de femmes issues de milieux modestes gagnent les rangs de la Filarmonica à partir des années 1800. Les profils des académiciennes se distinguent dans un second temps du point de vue de l’origine géographique, ainsi que du point de vue de la formation musicale qu’elles reçurent. Les profils des Académiciennes varient enfin selon leur degré de mobilité, lequel est étroitement corrélé à la nature de leur pratique musicale. Les cantatrices professionnelles sont de loin les plus mobiles de nos académiciennes, considérant que le marché de l’opéra exigeait des déplacements fréquents d’un théâtre, d’une ville, d’un pays à l’autre.

6On mesure enfin la diversité du profil des Académiciennes par l’écho que leurs apparitions publiques reçurent dans la presse. L’étude de la place qui leur y est réservée pose notamment la question de la réception des œuvres de femmes en générale, une frange assez large de la musique féminine étant ignorée de la critique journalistique et passant par conséquent à travers les mailles de la postérité.

7L’Académie Philharmonique de Bologne était loin d’être à l’avant-garde de la mixité au sein des académies culturelles, beaucoup de femmes s’étant illustrées au sein de ces institutions au cours des époques antérieures. Minoritaires sur le plan numérique, les musiciennes de la Filarmonica s’inscrivaient avec peine dans les grands événements qui rythmaient la vie du cénacle, comme la fête de saint Antoine de Padoue à laquelle aucune femme ne prit part. D’autres institutions étaient bien plus actives que la Filarmonica dans l’organisation de concerts au sein desquels les femmes pouvaient prendre toute leur place. Cette sociabilité musicale parallèle à l’Académie montre que cette dernière, malgré son ouverture relative aux femmes, n’était pas le lieu privilégié pour l’assouvissement des aspirations des nouveaux protagonistes des scènes musicales bolonaises. Les agrégées n’avaient de plus presque aucun rôle à jouer dans la vie institutionnelle de l’Académie, puisqu’au cours de notre période une seule d’entre elles siégea parmi ses homologues masculins.

8Malgré la faible latitude dont disposaient les académiciennes, l’agrégation à l’illustre institution qu’était la Filarmonica de Bologne représentait un certain nombre d’avantages. Une telle appartenance était en effet porteuse d’une forte dimension honorifique et a pu être considérée comme la sanction d’une légitimité au sein des milieux culturels où évoluaient les musiciennes. Les membres de l’Académie bénéficiaient également d’un soutien spirituel qui consistait en une célébration religieuse des académiciens défunts ; cependant seules les musiciennes possédant de solides liens avec Bologne ont été célébrées par l’Académie au lendemain de leur disparition.

9De son côté, l’Académie pouvait trouver un intérêt à accepter dans ses rangs des femmes illustres qui pussent contribuer à l’excellence de son image.

10Les musiciennes de l’Académie Philharmonique de Bologne profitèrent donc peu des avantages auxquels elles pouvaient prétendre : les liens qu’elles tissèrent avec l’institution furent brefs et ténus, et semblent n’avoir que rarement revêtu une importance cruciale pour les acteurs impliqués. Les rares avantages que la Filarmonica accordait à ses agrégées tendent de ce fait à illustrer l’ambivalence de la reconnaissance aux femmes d’un rôle significatif au sein des milieux musicaux au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Lusson, « « Accademiche Filarmoniche. Les musiciennes de l’Académie Philharmonique de Bologne, de la seconde moitié du XVIIIe siècle à la fin de la période napoléonienne », Master 2 en Histoire sous la direction de Mme Albane Cogné, Université François Rabelais, Tours », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 26 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2105

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page