Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Capdevila Luc et Bergère Marc (dir.), Genre et événement. Du masculin au féminin en histoire des crises et des conflits

Rennes, PUR, 2006, 168 pages
Marion Noal
Référence(s) :

Capdevila Luc et Bergère Marc (dir.), Genre et événement. Du masculin au féminin en histoire des crises et des conflits - Rennes, PUR, 2006, 168 pages

Entrées d’index

Mots-clés :

Événements
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une publication du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés et Cultures de l’Ouest européen (CRHISCO) de l’Université de Rennes II. Il présente huit études de cas discutées lors d’une série de tables rondes organisées en 2004-2005 par le laboratoire « Etat (s), sociétés et régulations sociales : histoires comparées » sur le thème « genre et événement ».) Un colloque organisé en 2002 avait déjà donné lieu à la publication d’un ouvrage : Capdevila Luc, Cassagnes-Brouquet Sophie, Cocaud Martine, Godineau Dominique, Rouquet François et Sainclivier Jacqueline (dir.), Le genre face aux mutations. Masculin/féminin du Moyen Age à nos jours, PUR, 2003, 407p. Ce dernier réunit des travaux d'historiens, de sociologues, de littéraires, qui analysent les variations des relations homme/femme principalement en France et sur une période de dix siècles.

2Dans Genre et événement […], les historiens élargissent et approfondissent l’espace socio-temporel du champ d’étude qui recouvre cette fois plus de 2500 ans d’histoire. En même temps, ils privilégient une approche comparatiste entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique latine. Les deux premiers articles s’inscrivent dans les recherches du groupe d’étude « Penser et repenser le corps »  du Centre de Recherche et d’Etudes des Sociétés et Cultures Antiques de la Méditerranée (CRESCAM) de Rennes II. Ils traitent de la représentation des femmes dans les sociétés grecques et romaines. Les deux articles suivants portent sur des événements se déroulant dans le Nord de la France, au Moyen Age puis à l’Epoque moderne. Enfin les quatre derniers articles s’inscrivent dans l’histoire contemporaine du Paraguay, de l’Afrique de l’Ouest, du Brésil et de la France.

3Cet ouvrage, par l’approche « genré » des événements pour chaque article, s’inscrit dans les dynamiques de recherches sur l’événement et le genre, qui connaissent depuis deux décennies un véritable essor dans l’historiographie française. Cependant, on doit reconnaître une originalité à cette publication. Elle réside dans l’amplitude du champ temporel arpenté par les articles et plus particulièrement dans les « transchronies » entre événements, maintes fois effectuées par les auteurs.

4Le titre de l’introduction délimite la problématique suivie dans les articles : « sources, écritures et individus »). En ce qui concerne les sources, les auteurs nous mettent fréquemment en garde quant à leur interprétation et leur utilisation. En effet, comme le montre Christophe Badel dans son article sur les émeutes frumentaires dans la Rome Antique, l’absence des femmes dans les sources est significative. Elle révèle un rapport de genre à la nourriture. Il le résume d’ailleurs très bien lorsqu’en ironisant il dit : « C’est une affaire sérieuse, une affaire d’homme ». De même, Luc Capdevila dans son article intitulé « Au pays des femmes ou chronique de la mort annoncée de l’homme paraguayen, 1864-1870 » nous démontre comment l’interprétation erronée de sources quantitatives participe au mythe d’une nation paraguayenne dominée par les femmes en période d’après-guerre. Il interprète également la fondation de ce mythe par l’utilisation abusive de témoignages qui retranscrivent un souvenir et non une vérité absolue du fait historique. Cette réflexion amène ensuite les auteurs à s’interroger sur la place de l’individu dans l’événement. L’article qui le met le plus à l’honneur est celui de Yann Lagadec. Ce dernier s’intéresse à une émeute frumentaire qui se déroule au XVIIIè siècle dans le Nord de la France. En utilisant une approche micro-analytique, il cherche à comprendre comment l’histoire personnelle d’une femme, Marion Fauchard, peut expliquer qu’elle transgresse les assignations de genre en apparaissant à la tête du soulèvement villageois. Enfin, le dernier axe thématique, l’écriture de l’histoire événementielle, est principalement abordé dans l’article de Sophie Cassagnes-Brouquet sur les massacres parisiens de 1418. Elle y souligne l’importance de l’écriture dans la construction de l’événement. Le récit suit alors un schéma précis : mise en intrigue, recherche des causes et dégagement de sens. Les trois axes de cette problématique, plus ou moins approfondis selon les articles, donnent lieu à une réflexion sur les méthodes de la discipline historique.

5Les auteurs questionnent également le rapport entre temps long et temps court. En effet, même si l’événement implique une rupture, une histoire brève, il doit être abordé dans son ensemble, en considérant ses antécédents et ses répercutions dans le temps. Luc Capdevila atteste par exemple  d’une histoire longue de l’événement, à travers la survivance du mythe paraguayen dans les mémoires collectives et dans les discours sur la nation depuis plus d’un siècle. De même, Pierre Brulé dans son article intitulé « En pays grec : du sexe des cités au sexe du costume », constate la persistance au fil des siècles, dans différentes civilisations, d’une tradition qui impose aux femmes de se dérober aux regards en se couvrant d'un voile.

6Il va jusqu’à « comparer l’incomparable » en effectuant une « transchronie » entre le port du voile dans les pays grecs et dans les pays du Maghreb aujourd’hui. Il conclut d’ailleurs sa réflexion en affirmant : « Il n’est pas impossible aujourd’hui que le regard porté sur celui il y a 2500 ans nous aide à mieux comprendre l’autre et inversement. ». L’événement apparaît donc dans l’ensemble de l’ouvrage, à l’interface d’une histoire du temps court et d’une histoire du temps long.

7Enfin, le dernier grand thème, celui qui suscite le plus de questionnements, porte sur les représentations, les rapports et les assignations de genre. Le constat fait dans l’ensemble des articles, est que l’événement est source de nouvelles relations entre sexes, de nouveaux équilibres ou encore de transgression des rapports sociaux. Ces études révèlent malgré tout une constance du genre, qui forge encore aujourd’hui, le socle de la différence et de la hiérarchie homme/femme. Ainsi, la femme reste souvent subordonnée à des taches certes nouvelles mais secondaires. Christina Sheibe Wolff l’explique dans son analyse du genre dans la guérilla brésilienne des années 1960-1970. Selon elle, la seule véritable reconnaissance pour un guérillero est l’acte de violence à travers le port de l’arme. Ainsi, nombre de guérilleras souhaitant affirmer leur véritable engagement dans la lutte, se contraignent à masculiniser leurs attributs vestimentaires et leurs attitudes.

8Pour conclure sur cet ouvrage, on ne peut que tout d’abord souligner l’amplitude du champ d’étude du point de vue de la période historique couverte et des continents parcourus. Cet ouvrage n’a pas pour objectif une analyse exhaustive de chaque thème et laisse de nombreuses questions en suspens. En contrepartie, il propose une multitude de piste à explorer dans la recherche sur le genre et l’événement et offre de précieuses indications méthodologiques. Une expression de Sophie Cassagnes-Brouquet la résume très justement. En se confrontant à une source elle explique qu’il faut savoir « dégager du sens dans l’absence ». Finalement, on en revient à l’immuable et pertinente question posée dans le titre de l’un des ouvrages majeurs de Michelle Perrot : Les femmes ou les silences de l’histoire ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Noal, « Capdevila Luc et Bergère Marc (dir.), Genre et événement. Du masculin au féminin en histoire des crises et des conflits », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 21 novembre 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/210

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page