Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Prostitution et littérature : l'œuvre subversive de Grisélidis Réal », Master 2, Théorie des arts et du langage, sous la direction d'Annick Louis, École des Hautes Études en Sciences Sociales

Yagos Koliopanos

Texte intégral

1Le sujet – et le point de départ – de notre mémoire est l'œuvre littéraire remarquable de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, écrivaine, poétesse, peintre et militante suisse. En dépit d'un nombre important d'éditions, de rééditions, de traductions, d'adaptations théâtrales – et d'attention médiatique considérable – dont elle a fait l'objet, cette œuvre a été assez peu étudiée dans un cadre scientifique, du moins en ce qui concerne la discipline littéraire. Partant du constat que l'œuvre réalienne est particulièrement riche en enjeux, nous avons procédé à une analyse qui tente de déceler ce que nous y percevons comme un fonctionnement subversif et déconstructionniste. Plus particulièrement, le discours de Réal – social comme littéraire et écrit comme oral –, contribue, à notre avis, à l'annulation mutuelle de plusieurs binômes hiérarchisés tels que masculin vs. féminin, individuel vs. collectif, (honnête) femme vs. prostituée, art vs. activisme, fiction vs. réalité, littérature vs. écriture ordinaire. Vue sous cet angle, l'œuvre réalienne non seulement se démarque de la plupart des écrits d'autres travailleuses du sexe mais elle tient également une place unique dans le domaine de l'écriture de soi au féminin.

2Néanmoins, nous n'aurions pas pu envisager cette étude sans nous pencher préalablement sur la question plus générale du traitement de la prostitution par la littérature. Nous avons donc effectué une recherche historique en deux volets : le premier, assez bref, visant à révéler de manière fragmentaire, la (stéréo)typification du personnage de la prostituée sous la plume de divers auteurs depuis l'Antiquité et le second, nettement plus ample, traitant des multiples enjeux de la situation lorsque les prostituées prennent elles-mêmes la plume pour s'écrire. Ainsi, notre mémoire a pris une forme double où l'analyse historique côtoie celle littéraire. Plus précisément, le phénomène de « la prostituée qui écrit », que nous avons étudié sur une période assez longue (du XVIIe siècle jusqu'à aujourd'hui), a révélé sa valeur heuristique en nous permettant de dégager une notion-clé de notre travail, celle d'encadrement discursif.

3Nous avons choisi ce terme non seulement à cause de sa référence à l'encadrement de la prostitution par l'État mais surtout en fonction de son ambiguïté, puisqu'il peut signifier à la fois mettre en valeur un objet et surveiller un individu ou un groupe dont on a la responsabilité. En tenant compte de différents contextes historiques et sociaux, nous avons observé et décrit les mécanismes multiples et complexes d'encadrement discursif qui régissent l'écriture des prostituées, qu'il s'agisse de processus de mystification, de délégation d'écriture, d'écriture à quatre mains, de censure (visible ou invisible) ou de diverses stratégies paratextuelles. Par conséquent, une dichotomie stricte entre ce que l'on appelle sujet et ce que l'on appelle objet devient en l'occurrence extrêmement problématique. Nous avons conclu que, même si tout discours humain est sujet à encadrement, celui des prostituées, groupe stigmatisé par excellence, acquiert une valeur paradigmatique à cet égard et mérite que l'on s'y attèle.

  • 1 Eleni Varikas, Les rebuts du monde : figures du paria, Paris : Stock, 2007, p. 109.
  • 2 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris : Seuil, 1971, p. 130.
  • 3 Gail Pheterson, Le prisme de la prostitution, Paris : l'Harmattan, 2001.
  • 4 Paola Tabet, La grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel, l'Harmattan, 200 (...)

4À la lumière de ces données, nous avons ensuite procédé à une analyse de l'œuvre de Grisélidis Réal au prisme d'une chronobiographie. Nous avons notamment examiné comment, à travers différents actes d'écriture pourvus d'agentivité et de performativité, Réal arrive à contourner les différents mécanismes d'encadrement discursif afin d'articuler sa propre voix et de s'ériger en véritable sujet. Nous avons également cherché à définir quelques aspects subversifs de l'œuvre réalienne qui révèlent la caducité des idées reçues quant à des caractéristiques considérées comme antithétiques voire inconciliables : sa maîtrise de l'invective qui réconcilie écriture poétique et écriture pamphlétaire, la coexistence entre démystification de l'activité prostitutionnelle et fictionnalisation de soi à travers une esthétique de l'existence, le désamorcement des clichés littéraires et artistiques pesant sur la figure de la prostituée depuis des siècles. Notre étude, quoique succincte vis-à-vis de la richesse de son œuvre, nous a permis de conclure que Réal constitue un paradigme de ce qu'Eleni Varikas appelle une figure de « paria rebelle »1, tout en réussissant à produire un discours paradoxal dans le sens barthésien du terme : « pur de toute doxa »2. Elle nous a, en outre, fourni quelques réflexions propices à développer un travail plus large sur le discours des travailleuses du sexe et, par conséquent, sur l'hétérogénéité de ce que l'on appelle la « prostitution » : des questions qui, comme Gail Pheterson3 et Paola Tabet4 l'ont bien montré, concernent en réalité toutes les femmes.

Haut de page

Notes

1 Eleni Varikas, Les rebuts du monde : figures du paria, Paris : Stock, 2007, p. 109.

2 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris : Seuil, 1971, p. 130.

3 Gail Pheterson, Le prisme de la prostitution, Paris : l'Harmattan, 2001.

4 Paola Tabet, La grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel, l'Harmattan, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yagos Koliopanos, « « Prostitution et littérature : l'œuvre subversive de Grisélidis Réal », Master 2, Théorie des arts et du langage, sous la direction d'Annick Louis, École des Hautes Études en Sciences Sociales », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 26 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2099

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page