Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Catherine Ceniza Choy, Empire of Care: Nursing and Migration in Filipino American History, Durham, N.C. : Duke University Press, 2003, 272 p.

Julien Debonneville

Texte intégral

  • 1 Toutes les traductions en français sont de l’auteur de l’article.

1Une immersion dans l’« Empire du care ». Telle est l’ambition de Catherine Ceniza Choy en interrogeant l’histoire de la migration des infirmières philippines vers les États-Unis au cours du XXe siècle. L’auteure interroge plus spécifiquement les ressorts du dispositif colonial états-unien afin de jeter un éclairage nouveau sur la période contemporaine. Elle cherche à comprendre comment « la migration internationale contemporaine des infirmières philippines est inextricablement liée à la période coloniale états-unienne aux Philippines du début du 20ème » (p. 41)1. Plus précisément, l’auteure questionne les dynamiques historiques et transnationales des migrations des infirmières philippines vers les États-Unis en revenant sur le rôle des diverses institutions (écoles d’infirmières, agences de recrutement, médias, gouvernements, etc.) qui ont participé à forger cette migration depuis le début du XXe siècle. Comment comprendre cette migration exponentielle des infirmières philippines vers les États-Unis ? Quel rôle a joué la colonisation dans cette expansion ? Comment le système colonial de formation des infirmières a préfiguré cette migration ? Comment les rapports de domination de sexe, de classe, et de « race » s’articulent dans l’institutionnalisation de cette migration ? Ces questions constituent l’essence du travail entrepris par Catherine Choy qui s’inscrit à l’intersection de différents champs de recherche tels que les études transnationales, les études sur le genre, l’histoire des migrations ainsi que les études coloniales. D’un point de vue méthodologique, cette enquête se distingue par un croisement entre l’analyse des archives (archives coloniales ; publications des associations d’infirmières comme la Philippines Nurses Association ; articles de presse), et une approche ethnographique fondée sur des entretiens avec des infirmières aux États-Unis et aux Philippines, des responsables de formations des écoles d’infirmières aux Philippines.

2L’auteure retrace l’histoire de la migration des infirmières philippines tout au long du XXe siècle en mettant l’accent sur trois périodes clefs. La première partie de l’ouvrage, Nurturing Empire”, s’intéresse ainsi à la période coloniale américaine et à l’émergence de ces flux migratoires au regard de l’agenda colonial américain dans les années 1910-1930. La deuxième partie, Caring Unabound”, s’articule autour de la période 1950-1960 caractérisée par une massification de ces flux et un renouvellement des programmes migratoires entre les deux pays. Dans la dernière partie, Still the Golden Door?”, l’auteure revient sur la période 1960-1970 afin d’interroger les enjeux contemporains de cette migration.

3Plus précisément, est pointé comment l’introduction d’un système de formation et de professionnalisation des infirmières philippines par les Etats-Uniens reconfigure tout d’abord les rapports de genre et de « race » (chapitre 1). Il s’agit pour l’auteure de saisir la façon dont les rapports de domination de sexe, de classe, et de « race » s’imbriquent et structurent l’agenda colonial états-unien. En effet, C. Choy souligne que « bien que la mise en place d’une professionnalisation des infirmières aux Philippines constitue de nouvelles opportunités pour les femmes philippines, il est important de resituer cela dans un contexte colonial états-unien qui racialisait les philippin-e-s et les états-unien-ne-s par l’instauration de réformes dites “bienveillantes“ » (p. 19-20). En pointant la teneur coloniale des ressorts de la migration des infirmières philippines, C. Choy souligne plus spécifiquement comment ce processus migratoire est produit à l’intersection de différents rapports de domination de sexe, de classe et de « race », c’est-à-dire « la façon dont les représentations du genre s’imbriquent avec celles de « race » et de « classe » et ont contribué à fabriquer des pratiques et politiques coloniales états-uniennes, en particulier dans le contexte médical » (p. 11). En effet, à travers une analyse fine et détaillée, l’auteure décrit comment lors du parcours migratoires des infirmières s’opèrent une racialisation de part et d’autre du Pacifique. Des rapport sociaux de « race » s’intègrent dans un registre éducatif dans lesquels les infirmières migrantes, et plus largement les philippin-e-s, communément appelés à l’époque « little brown brothers », sont perçu-e-s comme « dépourvu-e-s de ressources » et devant être éduqués sous la tutelle de l’oncle Sam (p. 35). En ce sens, l’enquête de C. Choy permet de pointer comment les pratiques coloniales s’immiscent dans les politiques de formation et de recrutement des infirmières philippines en partance pour les États-Unis. L’analyse de l’institutionnalisation d’une production de masse d’infirmières pour l’ « exportation » vers les États-Unis permet de montrer comment la formation et l’exportation des infirmières pour une durée déterminée se justifiaient, selon les autorités coloniales, par l’idée d’éduquer les Philippin-e-s afin de lutter contre les maladies et les épidémies locales. Cette conception de l’éducation révèle ici un discours de « bienveillance » (benevolence) sur l’altérité philippine, infantilisée, dépourvue de ressources médicales et incapable de lutter seule contre les maux qui la touchent (p. 20-21). Un discours sur la « bienveillance » et l’ « exceptionnalisme américain » (U.S. exceptionalism) qui, comme le décrit l’auteure, masque en vérité des processus de racialisation des américain-e-s et des philippin-e-s, dans lesquels ces dernier-e-s occupent des positions subordonnées.

4C. Choy analyse par la suite (chapitre 2) comment la création de formations hospitalières sous tutelle états-unienne aux Philippines au début du XXe siècle constitue les conditions de l’essor d’une migration de masse genrée et racialisée à la fin du XXe siècle. L’auteure met en évidence quatre fondements à cette migration genrée et racialisée : « (1) la professionnalisation américaine des formations des infirmières (2) l’apprentissage de la langue anglaise, (3) une américanisation de la profession d’infirmière et, (4) une approche genrée du travail d’infirmière entendu comme travail féminin» (p. 41).

5Dans une seconde partie, l’auteure revient sur le tournant des années 1950-1970, et plus spécifiquement sur le U.S. Immigration Act de 1965, le U.S. Exchange Visitor program (1948) (chapitre 3) et l’institutionnalisation d’un système d’exportation de main d’œuvre aux Philippines (chapitre 4) lors de la présidence de Ferdinand Marcos (1965-1986), afin de rendre compte des reconfigurations de la migration des infirmières philippines. C. Choy met ainsi en exergue le rôle de la colonisation états-unienne dans le passage d’une migration d’une élite minoritaire vers une migration de masse des infirmières philippines vers les États-Unis. Outre le rôle des structures institutionnelles coloniales qui préfigure la migration, l’auteure souligne la construction d’un imaginaire migratoire dans lequel de nouvelles aspirations individuelles et collectives, telles que le prestige de travailler et vivre à l’étranger, sont imprégnées de colonialisme et participent à alimenter les flux migratoires transnationaux.

6C. Choy, en comparant deux affaires de meurtres impliquant des infirmières philippines aux États-Unis, rend compte des diverses représentations sociales et des stéréotypes gravitant autour de ces femmes philippines (chapitre 5). La première de ces affaires, Richard Speck massacre, le 14 juillet 1966, fait huit victimes et la seconde, Veterans Administration Hospital murders en août 1975, 27. L’auteure décrit les fluctuations des représentations sociales qui ont successivement présenté les infirmières philippines comme victimes et comme coupables. Dans un contexte marqué notamment par la xénophobie et un sentiment « d’aliénation » des infirmières philippines, le développement des organisations d’infirmières, telles que The National Federation of Philippine Nurses association in the United States, souligne les stratégies de résistances des infirmières philippines (chapitre 6).

7L’analyse de C. Choy apporte ainsi un regard nouveau sur la migration des infirmières philippines aux États-Unis, en dessinant le rôle prépondérant de la colonisation états-unienne dans cette entreprise, tant dans la construction de ces flux migratoires transnationaux que dans la construction d’une altérité racialisée, genrée et classisée. Elle permet ainsi de revisiter l’historiographie de la migration, en décloisonnement les périodes historiques coloniales et post-coloniales et de pointer les continuités historiques qui existe dans le cadre de cette entreprise migratoire. C. Choy soutient en effet que la culture impérialiste américaine ne s’est pas arrêtée avec l’indépendance des Philippines en 1946, mais continue de structurer l’accueil et l’intégration professionnelle des infirmières philippines aujourd’hui aux États-Unis (p. 7). L’Empire du care constitue donc une fenêtre d’observation afin de problématiser la construction du rapport colonial entre états-unien-ne-s et philippin-e-s, et plus précisément l’inertie des structures coloniales dont l’empreinte cristallise encore aujourd’hui les parcours migratoires transnationaux des migrant-e-s philippin-e-s au-delà des infirmières.

Haut de page

Notes

1 Toutes les traductions en français sont de l’auteur de l’article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Debonneville, « Catherine Ceniza Choy, Empire of Care: Nursing and Migration in Filipino American History, Durham, N.C. : Duke University Press, 2003, 272 p.  », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2093

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page