Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicole Cadène, « Mon énigme éternel ». Marie-Edmée… une jeune fille française sous le Second Empire, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence (coll. « Penser le genre »), 2012, 370 p.

Rebecca Rogers

Texte intégral

1Peu de personnes aujourd’hui connaissent le nom de Marie-Edmée Pau (1845-1871), artiste et diariste nancéenne. Pourtant au moment de sa mort, des milliers de jeunes filles connaissaient son coup de crayon puisque ses illustrations figurent en 1867 dans la 10e édition du best-seller de la littérature pour demoiselles, le Journal de Marguerite. Également illustratrice d’une histoire de « notre petite sœur Jeanne d’Arc », Marie-Edmée ne signe cette œuvre que de son prénom et trois points de suspension. Ce geste exprime en creux ce que son journal affirme tout haut lorsque qu’elle parle, le 22 mars 1864, de son « énigme éternel ». En effet, l’artiste anonyme de cette histoire patriotique s’interroge beaucoup sur les contraintes liées à son sexe, comme le montre avec beaucoup de finesse la biographie stimulante que lui consacre Nicole Cadène.

2 L’historienne aborde la vie de celle qu’elle considère comme « une grande écrivaine », par une approche méthodologique inspirée par la micro-histoire italienne. Cet individu « exceptionnel normal […]  ne saurait être réduit à un rôle de révélateur », écrit-elle (p.328). L’épilogue du livre revient sur sa démarche d’un «  empirisme assumé », au plus près du sujet biographique. L’empirisme, dont il est question, s’appuie sur des sources exceptionnelles car Marie-Edmée a laissé non seulement ses œuvres illustrées, des albums et quelques peintures, mais aussi des correspondances familiales et un journal de huit cahiers (2600 pages). Une version de ce dernier éditée par sa mère en 1874 a stimulé la curiosité de Philippe Lejeune en 1992 (Le moi de demoiselles) ; c’est la version originale qui nourrit le livre de Nicole Cadène, nous révélant une jeune fille originale, avec des rêves et des ambitions en décalage avec les normes de genre en vigueur sous le Second Empire.

3 Née dans un couple « mixte » de la bourgeoisie lorraine – sa mère catholique a épousé un militaire protestant, qui meurt en 1849 –, Marie-Edmée reçoit une éducation essentiellement maternelle. Si on la devine très pieuse, Mme Pau ne freine pas pour autant la curiosité intellectuelle et artistique de sa fille. Son journal, commencé à treize ans et demi, témoigne du quotidien d’une jeune fille provinciale où activités charitables et lectures pieuses cohabitent avec sorties et voyages amicaux et familiaux. De tempérament passionné, Marie-Edmée consacre des pages émouvantes à son frère Gérard, à son amie de cœur, la sculptrice Mary Courbe, et à l’exilé polonais Rozycki. Un carnet de presque 500 pages de citations révèle la diversité de ses lectures : penseurs chrétiens, mais aussi Goethe, Lamartine, Walter Scott, l’historien anglais Gibbon, et quelques contemporains comme Ernest Legouvé, Harriett Beecher Stowe et Victorine Monniot, auteure du Journal de Marguerite. Avec l’âge, Marie-Edmée Pau acquiert des connaissances disparates en suivant des cours à la Sorbonne et à la faculté de Nancy, mais surtout elle cultive ses talents artistiques en prenant des cours de dessin dans ces deux villes, cours qui lui permettront de monnayer ses talents par la suite.

4Si le journal renseigne sur la vie quotidienne de cette jeune fille talentueuse, il est surtout remarquable par la manière dont elle questionne l’avenir, maudissant par avance « les préjugés inflexibles contre [son] sexe » (p.96). Elle revient fréquemment sur les frustrations de sa condition féminine, qui l’empêche de faire comme son frère, de prendre les armes et d’assumer un patriotisme viril qui la fascine. « Elle vit exilée dans son sexe », écrit Nicole Cadène, en citant son regret de peu rêver « bas de laine à tricoter, linge à coudre finement » (p. 121). L’auteure traite également avec nuance du rôle du catholicisme dans les réflexions de la jeune fille.

5 Le livre éclaire cependant plus que les seules interrogations de la diariste. En effet, la démarche de la micro-histoire nous fait découvrir tour à tour la société bourgeoise nancéenne, le monde des lettres et des arts (par les illustrations réalisées pour Hetzel, la fréquentation de l’atelier féminin de Léon Cogniet à Paris ou l’amitié avec la femme de lettres Elise Voïart), le milieu catholique agissant du Second Empire (Monseigneur Dupanloup, bien sûr, mais aussi l’apologiste le Père Gratry) et enfin, la guerre de 1870 durant laquelle Marie-Edmée part seule en Alsace, puis en Suisse à la recherche de son frère blessé durant les combats. On y voit, en particulier, à quel point cette période est charnière pour des femmes instruites, comme l’aînée de M.-E. Pau, la vosgienne Julie-Victoire Daubié.

6Orpheline de père et ambitieuse professionnellement, Marie-Edmée travaille pour gagner de l’argent, rompant avec l’image de la jeune fille du Second Empire analysée naguère dans le livre de Marie-France Lévy (De mères en filles) ou dans la présentation, par Michelle Perrot et Georges Ribeill, du journal intime de Caroline Brame. Mais la volonté de vivre de ses illustrations et de recevoir une reconnaissance publique pour ses talents ne l’empêche pas de se conformer aux normes bourgeoises et sexuées de son époque (faisant école et catéchisme pour des fillettes populaires, fabriquant de la charpie pendant la guerre de 1870…) Ces contradictions, analysées finement par la biographe, montre tout l’intérêt de cette étude approfondie d’une vie trop brève. L’ultime chapitre « métamorphoses » se penche sur la construction d’une mémoire très genrée de sa vie à partir des usages littéraires faits du journal posthume édité par sa mère. Marie-Edmée acquiert une postérité patriotique sous la plume, entre autres, de Clarisse Juranville, auteure de nombreux manuels d’éducation morale et civique sous la Troisième république.

7L’épilogue, enfin, présente le journal de Nicole Cadène elle-même et les clés de son approche biographique qui n’est pas explicitée d’emblée. En voulant proposer une autre lecture de la vie de M.-E. Pau que celle mémorielle léguée par sa famille et ses contemporains, Nicole Cadène explique sa conviction qu’il fallait commencer, non pas avec une introduction de méthode, mais avec la voix de Marie-Edmée. Si ce choix rend parfois difficile la compréhension du contexte et du milieu familial dans lequel nous plonge l’écriture de la jeune diariste, le talent littéraire de celle-ci, associé à l’empathie de sa biographe, produit un ensemble tout à fait passionnant. Faut-il reprocher à l’auteure de ne pas nous avoir davantage prémunis dans notre voyage à travers la vie de Marie-Edmée Pau ? Faut-il regretter les titres de chapitres allusifs et littéraires – comme le titre du livre lui-même – qui ne permettent pas de saisir facilement la diversité de thématiques abordées au fil du livre ? Après réflexion, je pense que non. Le risque évidemment, c’est que les spécialistes du genre ne se rendent pas compte de l’intérêt du livre qui explore des thématiques aussi variées que l’éducation, l’amitié et l’amour féminins, les artistes femmes, le catholicisme, le patriotisme et l’écriture mémorielle. Parions, cependant, que l’intrigue posée par le titre et la qualité de l’iconographie attireront les lecteurs et lectrices qu’il mérite. J’espère évidemment que ce compte rendu apportera aussi un appui utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Nicole Cadène, « Mon énigme éternel ». Marie-Edmée… une jeune fille française sous le Second Empire, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence (coll. « Penser le genre »), 2012, 370 p. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2092

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page