Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Crystal Lynn Lubinsky, Removing Masculine Layers to Reveal a Holy Womanhood. The Female Transvestite Monks of Late Antique Eastern Christianity, Turnhout, Brepols, 2013, 252 p.

Xavier Lafontaine

Texte intégral

1La figure de la « femme travestie en moine solitaire » (Patlagean 1976) rencontre une grande popularité dans la littérature byzantine, entre le 5e et le 7e siècle notamment. Ces récits ont intéressé la critique, au 20e siècle, dans le sillon des travaux d’Hippolyte Delehaye sur l’hagiographie chrétienne, et furent étudiés selon différentes approches : psychologie, anthropologie sociale, ou encore théologie. Explicitement ou non, le critère du genre intervient pour rendre compte de la spécificité de ces récits qui interrogent la fonction du travestissement.

2Cr. Lubinsky a le mérite de proposer une lecture qui tient compte des différents apports de la recherche antérieure, sans transiger sur la cohérence interprétative. L’objet de son étude, comme son titre l’indique, est de mettre en évidence les différentes strates de masculinité (ou artifices, masculine layers) utilisées dans ces récits. Elle étudie la fonction du travestissement en interrogeant, de manière englobante, la fonction de ces Vitae et leur réception. Elle montre ainsi que ces récits, derrière et à travers les strates de masculinité, produisent un modèle féminin de sainteté, comparable à celle des hommes, et doivent être lus dans le contexte de la culture populaire du christianisme tardo-antique qui fournit des intertextes éclairant le sens de ces récits (célébrités du désert, male woman, etc.).

3L’ouvrage est constitué de six chapitres précédés d’une introduction générale précisant le champ d’étude et ses enjeux et suivis d’une conclusion générale. Le premier chapitre définit les textes retenus, transmis principalement en grec (Anastasia, Apolinaria, Athanasia, Euphrosyne, Marie, Matrona, Theodora) et copte (Hilaria). Le deuxième chapitre propose un panorama critique de la recherche antérieure qui gagne à être lu ; l’auteure entend prendre ses distances avec l’interprétation psychologisante (ces récits seraient des récits de castration) et avec certaines lectures féministes (qui voient dans ces textes l’expression d’une misogynie brute). Elle préfère les commentaires mettant l’accent sur la dimension théologique (récits exemplaires de rédemption) et performative (construction, par les textes, de figures de sainteté). Le chapitre 3 définit une méthode intertextuelle élargie : les intertextes permettent de définir l’horizon littéraire dans lequel la composition et la réception de ces textes s’inscrit. Les chapitres suivants sont consacrés à l’étude des différentes strates de masculinité (masculine layers) définies par Cr. Lubinsky. Chacun s’ouvre sur une présentation du cadre théorique avant d’analyser successivement les textes qui l’étayent.

4Le chapitre 4 traite ainsi de la masculinité extérieure (outward masculinity). Elle a pour fonction d’assurer l’anonymat des femmes ascètes en leur faisant porter un masque masculin qui est construit par diverses ruses (travestissement, changement de nom, choix d’une institution monastique masculine). L’auteure montre que ce sont des préoccupations pratiques qui motivent ces ruses et visent ainsi à assurer la réalisation de la vocation spirituelle des héroïnes. Le travestissement est une ruse parmi d’autres. Le chapitre 5 définit ensuite la strate de la masculinité sociale (social masculinity). Cette dernière s’exprime à travers la perception des personnages des récits. Cr. Lubinsky propose une lecture particulièrement convaincante du motif de l’eunuque en tant que titre donnant une intelligibilité aux corps des femmes ascètes pour leur public masculin. Elle invite à distinguer ce qui relève de la nécessité pratique (passer pour un homme) et ce qui relève de l’identité personnelle (gagner le salut, sans nier sa féminité, en tant qu’ascète). L’ironie dramatique apparaît comme un ressort de ces récits et implique que la ruse du travestissement ne trompe pas les lecteurs. Enfin, le dernier chapitre montre qu’une éventuelle strate intime de la masculinité (inward masculinity) est absente de ces récits : les héroïnes ne se réfèrent jamais à leur ressenti sur le mode de la rupture avec leur vie précédente, en particulier vis-à-vis de leur identité de genre.

5Cr. Lubinsky conclut son étude en soulignant la continuité à l’œuvre dans ces récits de vie : la transformation superficielle qui pousse à la masculinisation n’est qu’un masque pour garantir la transformation profonde, celle de la rédemption. La culture androcentrée de l’époque propose ainsi un modèle de rédemption valable pour l’ensemble de son public, au-delà des distinctions de genre : si, pour les rédacteurs, les êtres associés à la faiblesse parviennent à un tel niveau d’excellence par l’ascèse, le salut chrétien est accessible à tous, a fortiori au public masculin qui ne subit pas les stéréotypes de genre associés au sexe féminin. Dans une culture reposant sur une idéologie androcentrée, les termes d’éloge masculins sont les seuls à disposition des rédacteurs pour rendre compte de l’éminence de ces femmes. Ces récits de vie sont donc un moyen d’illustrer l’idée de rédemption comme renversement, où le faible devient fort et où le pécheur est sauvé.

6L’étude de Cr. Lubinsky précise ainsi la fonction de ces textes de manière convaincante. Elle adopte une méthode dont peut s’inspirer toute étude confrontée à des documents littéraires produits par des milieux de rédaction masculins dans un contexte androcentré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Lafontaine, « Crystal Lynn Lubinsky, Removing Masculine Layers to Reveal a Holy Womanhood. The Female Transvestite Monks of Late Antique Eastern Christianity, Turnhout, Brepols, 2013, 252 p. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2090

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page