Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nella Arambasin (Coord.), Les Affranchies : franc-comtoises sans frontières, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013, 248 p.

Michelle Zancarini-Fournel

Texte intégral

1L’ouvrage publie les actes d’un colloque transdisciplinaire tenu à la faculté des Lettres de Besançon en juin 2011, coordonnés par une spécialiste de littérature comparée qui s’intéresse à la place des femmes en art et en littérature. Son titre est décalqué d’un livre publié en 1860 de la philosophe Jenny d’Héricourt (née à Besançon en 1809), sous le titre La Femme Affranchie, brièvement présenté ici par Geneviève Fraisse (p.168). Le point commun de toutes les contributions est de s’intéresser aux Franc-comtoises, à la place de sujets ou d’auteures. D’où la diversité des contextes, des périodes et des manières de faire dans un espace commun qui permet une production du local, mais imbriquée dans le monde avec la problématique à la fois de l’ancrage et de la mobilité, interrogeant la place des femmes dans l’histoire et mettant en valeur leurs capacités d’agir, soit dans la confrontation avec les autorités (première partie), soit dans leur dépendance relative à un lieu (deuxième partie) dont elles peuvent s’affranchir (témoignages contemporains de la troisième partie).

2La première partie fait la part belle à l’histoire et s’articule autour de figures, plus ou moins transgressives, du Moyen-Âge à l’époque moderne : Beatrix de Bourgogne abbesse de Baume, morte vers 1313 (Laurence Delobette) ; Huguette de Sainte-Croix à propos de laquelle Michelle Bubenicek s’interroge pour savoir si elle est criminelle ou résistante ; Barbe et Charlotte des affranchies de Dieu du XVIIe siècle (étudiées par Brigitte Rochelande-Ottignon) ; enfin l’historienne néerlandaise Incke Huysman se penche sur le cas de Beatrix de Cusance, Duchesse de Lorraine (1614-1663). La deuxième partie s’intéresse à deux franc-comtoises parties aux Etats-Unis, Clarisse Vigoureux (1789-1860) disciple de Fourier qui termine sa vie au Texas, et – curieusement – à une jeune franc-comtoise devenue la coiffeuse d’Hillary Clinton (cas étudié par Pauline Carvalho). L’historien Paul Delsalle ausculte le travail des filles et des fillettes dans les villes comtoises du XVIIe au XVIIe siècle y compris dans la viticulture et sur les chantiers. Il s’insurge contre une historiographie qui fait commencer le travail des femmes au XIXe siècle. L’origine ornanaise de Courbet est prétexte à une exploration du genre dans son œuvre et en particulier à propos de L’origine du monde (Nella Arambasin). Dans la troisième partie deux témoignages d’intermédiaires culturelles, celui « d’une enfant de Vesoul » qui a créé en 1995 dans sa ville de naissance, un festival international des cinémas d’Asie et l’autre de Nacera Kaïnou ayant, après avoir quitté par force l’Algérie, atterri à deux ans dans la campagne jurassienne, sculptrice qui modèle l’argile pour en faire des portraits sorte de « biographies écrites dans la glaise ». Enfin, les témoignages de deux activistes du conflit Lip qui en 1973 a acquis un retentissement national, auscultent la place des femmes dans la lutte autogestionnaire pour conserver les emplois. C’est en particulier l’étude par une féministe militante du PSU, de la manière dont a été confectionnée la brochure « Lip au féminin » (1975) qui permet de comprendre la place des OS femmes dans l’usine et dans la lutte pour la survie de la célèbre usine de Besançon-Palente, soutenue par des dizaines de milliers de manifestant-e-s en septembre 1973. On apprend très précisément par qui et comment cette brochure a été rédigée et comment y sont questionnés les rapports de couples des dirigeants syndicaux, dont le leader Charles Piaget qui doit sa disponibilité militante jour et nuit au travail caché de son épouse pour s’occuper de leur famille nombreuse. A contrario, des ouvrières ou des employées prennent de l’assurance et acquièrent de la confiance en elles pour intervenir au cours des meetings accompagnés des ventes sauvages de montres pour mettre en œuvre le célèbre slogan « On fabrique, on vend, on se paie ». On perçoit donc une très grande hétérogénéité dans les contributions de cet ouvrage à l’exception du sceau de la Franche Comté, marqueur identitaire dont, en fin de compte, on comprend mal la spécificité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « Nella Arambasin (Coord.), Les Affranchies : franc-comtoises sans frontières, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013, 248 p. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2088

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page