Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luz Neira (dir.), Representaciones de mujeres en los mosaicos romanos y su impacto en el imaginario de estereotipos femeninos, Madrid, Creaciones Vincent Gabrielle, 2011, 260 p.

Marianne Beraud

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif supervisé par Luz Neira, spécialiste des représentations des femmes dans les mosaïques du monde romain, s’inscrit résolument à la croisée de l’histoire du genre et de l’histoire des représentations. Il s’agit de montrer comment l’art de la mosaïque a été le creuset de l’élaboration de stéréotypes féminins et de mesurer leur impact sur l’inconscient collectif. L’imagerie des femmes qui est véhiculée est le produit d’une construction archétypale souvent élaborée dans le giron mythologique. Prenant acte des apports de l’histoire du genre, les contributions sondent l’identité des femmes telle qu’elle a été forgée par l’imaginaire des Romains. Dichotomique dans bien des aspects, le critère féminin revêt une dimension ambivalente (positif ou négatif, héroïque ou érotique, mythologique ou prosaïque).

2Luz Neira commence par étudier l’influence des représentations mythologiques dans la construction des stéréotypes féminins. Sur les mosaïques de nature mythologique, l’imagerie de la « déesse épouse » intervient le plus souvent à travers des scènes de noces. La déesse est alors représentée soit dans la posture de la dextrarum iunctio - jonction des mains droites dans l’acte de mariage – soit sur le chariot nuptial. Certains couples divins ont ainsi rencontré un vif succès (Amphitrite et Neptune, Pelée et Thétis, Paris et Hélène, Ulysse et Pénélope). Ces modèles archétypaux de la bonne épouse, vertueuse parce que fidèle, agirait pour les femmes des sociétés anciennes comme des exemples à suivre. La figure de Pénélope joue un rôle fondamental dans la personnalisation de la doctrine philosophique du néoplatonisme. Dimas-Fernández Galiano saisit, à partir des mythes, la perception des Anciens quant aux rôles des femmes (fiancées, épouses, amantes). Les mosaïstes ont quasi systématiquement représenté la fiancée comme un objet de compétition (Atalante et Hippomène, Pélops et Hippodamie) que le prétendant doit conquérir et exhiber tel un trophée. La catégorie des amantes se situe au contraire aux marges de la légitimité établie. Le personnage d’Harmonie, fille illégitime de Mars et de Vénus, est utilisé pour dépeindre les conséquences d’un acte d’amour transgressif. Rejetée du domaine des dieux et chassée de l’Olympe, elle incarne la marginalité qui découle de cette transgression de l’ordre céleste établi. José Luis Lledó Sandoval et José Ma Blázquez Martínez insistent tous deux sur la récurrence du thème du jugement de Paris dans l’iconographie des mosaïques hispaniques, à Noheda notamment.

3Parmi les personnages mythologiques, deux femmes font l’objet d’une étude spécifique (Briséis et Ariane). Consacré à la figure de Briséis, l’article de José Alvarez Martinez examine à nouveaux frais l’interprétation de la mosaïque des Sept Sages découverte en Lusitanie, à Augusta Emerita (Merida), dans la maison de Marianus. Datée du IVe siècle, elle se rapporte à l’iconographie bien connue de la « Colère d’Achille ». Selon l’historiographie traditionnelle, cet épisode devait servir ici d’illustration aux maximes des figures tutélaires des Sages, réunis en banquet. Pourtant, plus qu’une valeur didactique, le personnage de Briséis aurait pour l’auteur un tout autre rôle. La scène serait conçue comme propice à l’éclosion de « mémoire artificielle » ludique. Sous la forme d’un jeu intellectuel, le propriétaire de la maison aurait commandité cette mosaïque pour encourager ses hôtes à travailler leur mémoire. L’hypothèse avancée est que, tour à tour, les invités devaient citer des sentences des Sept Sages concernant la « Colère d’Achille ». Plus qu’une fonction illustrative, le personnage de Briséis fonctionne comme le prétexte à des jeux de bon mots, expliquant de la sorte sa présence près du symposion. Ma Pilar San Nicolás révèle que la figure d’Ariane oscille dans la mosaïque entre le thème de l’amour et celui de la désillusion en fonction des épisodes mythologiques représentés (rencontre avec Thésée dans le Labyrinthe, abandon d’Ariane sur l’île de Naxos, rencontre avec Dionysos, pompe nuptiale et triomphe bacchique). La légende d’Ariane était sans doute conçue par les propriétaires des villae comme une exaltation du mariage dont la mosaïque devait transmettre l’idéologie.

4Dans sa contribution sur les hybrides, Catia Mourao revient sur les deux types féminins qui composent cette catégorie. Le premier type est constitué par des hybrides féminins qui ressortissent à la catégorie des « morphologies juxtaposées ». Il s’agit de personnages dont l’aspect corporel préserve l’intégrité physique du corps humain. Sur ce corps anthropomorphe viennent se greffer des caractères physiques aviformes propres aux oiseaux (Victoires ailées, Psyché). Cette imagerie renvoie à des thématiques positives, à l’instar du triomphe, de l’harmonie et de l’abondance. A l’inverse, le second type regroupe des hybrides féminins à la « morphologie agglutinée ». Par cette expression, il faut entendre tous les monstres dans lesquels aucun corps humain ne se retrouve dans son intégralité. A parts égales, plusieurs espèces sont mélangées (Méduse, Sirène, Hydre de Lerne, Sphinge, Centauresse). Ces hybrides à la physionomie répulsive apparaissent systématiquement dans des contextes de tension ou de danger. La monstruosité de ces personnages féminins est à comprendre comme une invitation à la méfiance envers la séduction perfide et les pouvoirs d’enchantement des femmes. Par le truchement de ces deux catégories, la mythologie expose des vertus et des vices supposés féminins.

5Maja Kramer analyse ensuite, par le prisme du genre, l’iconographie des saisons – le Printemps et l’Hiver – en Bétique. Elle bat en brèche l’idée de représentations stéréotypées et répétitives des saisons qui entourent les quatre coins du médaillon central. Bien au contraire, les représentations imagières des saisons a été le lieu d’affirmation d’une liberté du mosaïste. La figuration du printemps se décline ainsi sur plusieurs registres genrés. Lorsque l’artiste souhaite révéler la fragilité de la nature au sortir de l’hiver, il représente la saison sous la forme d’une femme frêle et hésitante au regard absent et triste (mosaïque de Bacchus, Santiponce). En revanche, c’est un visage androgyne aux traits masculins (visage anguleux, mâchoire proéminente, regard assuré) qui est choisi pour dépeindre le Printemps comme un moment de renouvellement et de confiance dans la force de la nature (mosaïque des Amours de Zeus, Santiponce). Cela contredit donc le manque d’inventivité longtemps imputée à l’imagerie des Saisons. Le choix du genre apparaît ainsi comme déterminé en fonction de la perception et de l’émotion que le mosaïste entend véhiculer sur la saison. Contrairement au Printemps dont l’iconographie est dépourvue de connotation sociale, l’Hiver est quant à lui systématiquement représenté sous la forme d’une femme âgée et démunie. Il n’y a alors plus d’hésitation sur le genre du personnage ni sur sa condition sociale.

6Pour Irene Mañas Romero, les mosaïques sont dotées d’un projet éducatif destiné à façonner les esprits qui les contemplent. Elles participent d’un processus d’apprentissage des normes sociales dans lesquelles les individus doivent se mouler. Au même titre que la littérature, cette charge pédagogique véhicule des constructions idéologiques sinon inconscientes du moins pas toujours affirmées avec netteté. Elle met ainsi en évidence l’expression d’une « violence de genre » qui trouve son accomplissement dans l’imagerie des mosaïques. Les divinités féminines y apparaissent soumises, harcelées (thème de la nymphe et des satires), poursuivies (mythe de Daphné) ou enfermées dans le sacerdoce (mythe d’Auge, fille du roi d’Arcadie Aleo). Prenant appui sur le corpus des mosaïques d’Antioche, Jesús Bermejo Tirado révèle l’aspect stéréotypé des représentations féminines sur les mosaïques. Il note une surreprésentation de ce qu’il nomme les « femmes fatales » avec, plus qu’ailleurs dans l’empire, un excès de bijoux et de parures. Un tiers des 392 femmes recensées est paré de luxueux bijoux. Dans la mosaïque antiochienne, les femmes sont des êtres superficiels exclusivement soucieuses de leur apparence. La notion genrée d’identité féminine s’arc-boute en effet sur des réalités corporelles et matérielles. L’art de la mosaïque se présente donc comme le laboratoire de la maturation d’une identité féminine construite par l’imaginaire collectif. Il peut dès lors être la courroie de transmission d’une idéologie stéréotypée des femmes dans le monde romain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Beraud, « Luz Neira (dir.), Representaciones de mujeres en los mosaicos romanos y su impacto en el imaginario de estereotipos femeninos, Madrid, Creaciones Vincent Gabrielle, 2011, 260 p. », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2087

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page