Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014, 250 p.

Anne Montenach

Texte intégral

1Cet ouvrage se situe au croisement de deux courants féconds de l’historiographie des femmes et du genre : l’étude des normes et des pratiques qui gouvernent la propriété et la transmission des biens au sein des couples et des familles d’une part, celle du travail des femmes d’autre part – laquelle, contrairement à ce qu’écrit lapidairement l’auteure dans son introduction, ne s’est pas limitée, loin s’en faut, « à énumérer les espaces du travail féminin » (p. 12). L’enquête prend pour cadre le Turin du XVIIIe siècle, une ville « moyenne » (59 000 habitants en 1741, environ 80 000 âmes dans les années 1790-1800) dont les principaux secteurs d’activité, l’artisanat et les services, attirent les migrants venus essentiellement des campagnes environnantes mais qui est touchée, dans la seconde moitié du siècle, par une crise profonde de son système manufacturier (soierie) et artisanal (chapitre 1). Fondée sur l’exploitation de sources variées, traditionnellement utilisées par les historiens de la famille et ceux de l’économie urbaine – archives judiciaires, actes notariés, registres des corporations et des institutions de charité –, l’étude analyse, à travers la reconstitution de parcours individuels et familiaux, le « double statut » des femmes en tant que « propriétaires et travailleuses ». Elle vise par là à réinterroger de façon critique les notions de « stratégie familiale » ou d’ « économie familiale », en mettant en lumière les marges de manœuvre des femmes à l’échelle du couple ou de la parenté.

2Le cœur de l’ouvrage est divisé en deux sections de trois chapitres chacune, la première centrée sur la dot et son utilisation, la seconde consacrée aux rapports entre travail, propriété des femmes et vie familiale. Après avoir resitué le régime matrimonial piémontais et turinois dans l’ensemble des systèmes de dévolution dotale à l’échelle de l’Europe moderne, l’auteure développe les différentes modalités de constitution de la dot dans le Turin du XVIIIe siècle – de l’héritage parental et de la solidarité familiale à la dot de charité, en passant par les revenus du travail – et ses possibilités d’augmentation par l’époux (augment de dot et dons de noces). Les sources de la justice civile permettent ensuite une analyse des ressorts de l’aliénation dotale. Cette procédure, à laquelle ont surtout recours les couples d’artisans ou de petits commerçants, est interprétée par l’auteure à la fois comme une stratégie en vue d’obtenir le versement concret de la dot ou de ses reliquats, et comme une réponse spécifique de la population turinoise à la crise économique, parce qu’elle permet de rembourser ses dettes, voire d’investir dans la boutique ou l’atelier « familial » – ce qui soulève au passage le problème des rôles respectifs du mari et de la femme dans ces démarches, du contrôle des épouses sur leurs biens et enfin d’éventuels conflits à ce sujet. La même question, centrale, de l’autonomie décisionnelle des femmes se pose dans le cas de la mise en gage d’éléments provenant des trousseaux de mariage (bijoux et surtout vêtements) chez les prêteurs juifs du ghetto – une forme d’accès au microcrédit bien connue des historiens travaillant sur les sociétés européennes préindustrielles.

3La seconde partie de l’étude vient compléter les nombreux travaux consacrés au travail des femmes dans l’Europe de l’époque moderne, sur trois points en particulier. Les spécificités et les limites de la formation professionnelle au féminin font l’objet d’un premier chapitre qui rappelle le rôle de la maisonnée dans la transmission du savoir, mais aussi l’existence de circuits d’apprentissage alternatifs – service domestique, institutions de charité. La présence de femmes, y compris comme maîtresses, dans une grande variété de corps de métiers invite ici à réinterroger le lien entre genre, compétence technique et travail qualifié. Les sources de l’Ospedale di Carità, principale institution charitable turinoise, et du tribunal du Consolato di Commercio, chargé de régler les conflits du monde du travail, permettent ensuite à l’auteure d’aborder l’activité économique des femmes mariées et de poser la question, là encore difficile à trancher, d’un travail féminin « autonome » au sein du ménage – ce qui renvoie plus largement au problème de l’accès des femmes aux ressources que constituent le capital ou les outils, et à celui de la maîtrise de leurs revenus. Enfin, un dernier chapitre examine les manières dont les femmes parviennent, grâce aux solidarités familiales mais surtout grâce à l’assistance institutionnelle fournie par l’Ospedale di Carità, à concilier maternité et présence sur le marché du travail, fût-elle précaire, intermittente et sous-rémunérée.

4Au total, si l’étude veille à replacer régulièrement le cas turinois dans le contexte européen de l’époque et fourmille d’exemples concrets qui donnent de la chair à l’ouvrage, des conclusions intermédiaires – on passe souvent sans transition d’un chapitre au suivant – et une synthèse finale plus étoffées auraient sans doute permis de mieux lier les deux thèmes essentiels du livre (travail et propriété), tout en donnant davantage de vigueur à la thèse défendue par l’auteure d’une (relative) autonomie d’action des femmes au sein du couple et, plus largement, de la sphère familiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Montenach, « Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014, 250 p.  », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2085

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page