Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabien Knittel, Pascal Raggi (dirs.), Genre et Techniques. XIXe – XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2012, 274 p.

Joël Lebeaume

Texte intégral

1L’ouvrage collectif rassemble les textes du colloque Genre et techniques organisé en 2012 à Besançon et Nancy. Dans l’introduction, les éditeurs rappellent les enjeux de l’investigation des interactions entre Genre et Techniques : au-delà des rapports des femmes aux techniques et des questions liées à la masculinité, dans quelle mesure et selon quelle ampleur, le genre contribue-t-il également à la définition du fait technique ? Ils précisent aussi que sont considérées non pas les technologies mais les techniques dont ils rappellent l’acception anthropologique et culturelle en référence notamment à M. Mauss, F. Sigaut, A. Leroi-Gourhan, A.-G. Haudricourt. Il s’agit donc de discuter les liens entre la construction sociale des identités sexuées, c’est-à-dire le genre, et les actes techniques, c’est-à-dire finalisés et efficaces. La perspective pluridisciplinaire de l’exploration menée renvoie aux travaux originaux publiés notamment dans les ouvrages collectifs Les objets ont-ils genre ? (2012) ou L’engendrement des choses (2002). À cet égard, tout en complétant les nombreuses notes détaillées, une bibliographie générale de ces actes aurait offert aux lecteurs un outil précieux pour circonscrire la thématique des liens entre genre et techniques et pour la situer parmi l’ensemble des travaux consacrés aux rapports entre genre et culture matérielle, genre et professions…

2Les seize textes, rappelant les stéréotypes profondément enracinés et bien connus des « rapports sociaux de sexe » (domination masculine et exclusion féminine, attributs idéologiques et psychosociaux de la féminité et de la masculinité, asymétrie des rôles et des rapports de pouvoir et de savoir…), tendent à mettre en évidence le flou de la démarcation des territoires des actes techniques et la plus grande complexité des identités genrées que ne l’indique la pensée commune. La diversité des milieux techniques considérés, des périodes étudiées et des préoccupations de recherche ouvre donc largement cette thématique.

3Ainsi sont présentés dans la première partie, le brouillage de la ligne de partage des formations techniques et professionnelles (Marianne Thivend), les implications des transfuges sur l’apparence des corps des jeunes filles engagées dans des formations réputées masculines (Julie Thomas), le repérage de l’espace discursif des conceptions éducatives « des filles à l’école », « des filles à l’atelier » ou « des filles avec des garçons » (Éric Dubreucq), l’évolution solidaire du genre et des techniques dentellières dans la dynamique de l’évolution technique et socioéconomique (Stéphane Lembré), la fonction et les contenus de la vulgarisation agricole féminine (Jerôme Pelletier) ainsi que le rôle de médiation entre monde agricole et monde moderne, des conseillères ménagères (Sylvain Brunier). La deuxième partie, centrée sur le lien entre genre et médecine, croise les analyses de la conquête de l’instrumentation par les professionnelles de l’action médicale, sanitaire et sociale (Étienne Thévenin), l’investigation des motifs et aspirations des chirurgiennes des grandes incisions (Emmanuelle Zolério) ainsi que les adaptations des femmes aux variations de la pathologisation du cycle menstruel, inscrites dans les enjeux du développement de l’industrie pharmaceutique (Laura Piccand). La troisième partie présente à la fois la répartition genrée des techniques décoratives à la manufacture de Sèvres (Audrey Patrizia Millet), la place des femmes dans l’invention technique identifiée par les dépôts de brevets (Anne Chanteux), et la disciplinarisation et le modelage des corps dans l’industrie stéphanoise (Mikaël Duarte). Dans la quatrième partie qui s’intéresse à l’appropriation du milieu technique, sont examinés le rejet de l’offre de bains et lavoirs publics (Marie Charvet) à la différence de l’appropriation rapide de la vidéo portable par les militantes féministes qui inventent l’audiovisuel d’intervention (Hélène Fleckinger), les rapports genrés à la mobilité et la féminisation des usages de l’autobus (Arnaud Passalacqua) ainsi que l’effacement de la partition distinguant ouvrages de dames et bricolages masculins grâce aux travaux d’amateurs qualifiés d’artistiques (Claire Le Thomas).

4Dans la postface, sans réelle surprise en raison de la diversité des textes et de leurs problématisations des liens entre genre et techniques, Sharif Gemie, Fabien Knittel et Pascal Raggi préfèrent proposer des perspectives plutôt que soumettre des conclusions tranchées. Ils suggèrent notamment la poursuite des études sur les usages genrés des objets, l’exploration des techniques genrées de la violence et du plaisir, l’investigation des pratiques genrées de la religion, la discussion du goût pour l’action technique comme élément moteur ou levier de l’atténuation des différences de genre.

5Mais ne conviendrait-il pas de problématiser ce lien entre genre et techniques selon le point souligné dans l’introduction en termes « d’actes finalisés efficaces », c’est-à-dire la technicité dont Maurice Combarnous (Les techniques et la technicité, 1984) en précise les trois composantes : les engins, la rationalité et la spécialisation des rôles ? Dans cette perspective, il s’agirait alors de discuter conjointement les trois relations : genre et engins, genre et rationalité technique, genre et spécialisation des rôles. Les textes de l’ouvrage éclairent partiellement ces liens en indiquant le rapport aux objets et systèmes techniques : mains et corps des ouvriers, dentellières, tullistes, professionnels de toutes spécialités ; outils, machines, appareils et instruments tels que poumons d’acier, électrocardiogrammes, équipement biomédical… De même, la spécialisation des rôles, leur domination et subordination, est au cœur de nombreux textes. En revanche, les textes examinent d’une façon moindre l’efficience souvent confondue avec l’efficacité des gestes entraînés et incorporés, excepté dans l’étude des interventions professionnelles des femmes dans l’action biomédicale ou dans la transformation du management de l’agricultrice collaboratrice de l’exploitation agricole. Cette suggestion pourrait alors donner une grille de lecture utile pour la comparaison des techniques prises en charge par les chercheurs à des époques différentes et dans des milieux distincts. Elle permettrait également de discuter l’efficacité comme le propose François Jullien (Traité de l’efficacité, 1996) ainsi que les dispositions acquises, citées à plusieurs reprises, comme y invite Emmanuel Bourdieu (Savoir-faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, 1998). Telles sont les perspectives que suscite cet ouvrage qui ouvre une thématique importante à la fois pour les gender studies et pour la technologie dans son acception culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Lebeaume, « Fabien Knittel, Pascal Raggi (dirs.), Genre et Techniques. XIXe – XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2012, 274 p.  », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2081

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page