Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Nicole Dufournaud, Rôles et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l'Ouest

EHESS, Paris, 2007
Nicole Dufournaud

Texte intégral

1Dans les années 1970, Joan Kelly posait la question : « Les femmes ont-elles connu une Renaissance ? ». L'historienne américaine y répondait par la négative. Revenir sur cette question, c'est chercher à comprendre l'évolution du statut des femmes. Grâce à une étude localisée sur un espace géographique relativement homogène, nous montrons en quoi les femmes ont compté dans la dynamique sociale et économique de la Renaissance et en quoi elles y ont gagné et perdu.

2La thèse se découpe en six chapitres. Les trois premiers examinent les femmes dans la sphère familiale et les situent dans le contexte social de l'époque. La première difficulté est d'identifier les femmes dans les archives. La question de l'identification féminine est révélateur du rapport à autrui. A la fin du XVIe siècle, le statut marital prévaut sur celui de l'héritière : l'évolution de la dénomination des femmes est un révélateur du renforcement de la communauté conjugale sur l'héritage lignager. La seconde préoccupation concerne les rapports entre les femmes et la terre. Le rôle des femmes dans le patrimoine foncier est visible au XVIe siècle. Les généalogies montrent que les femmes transfèrent les terres de leur lignée vers celle de leur époux : elles sont de véritables actrices au sein du marché de la terre et s'adaptent à l'évolution sociale selon leurs intérêts. Les femmes nobles qui ont une fonction sociale sur leurs terres, y perdent le plus : le statut de la terre influe sur la condition individuelle de la propriétaire du fief. Le rapport à la terre pose le problème du statut du couple dans la société. Nous abordons les droits d'hériter et la capacité juridique des femmes pour apprécier l'évolution de leur statut au cours du XVIe siècle. Le pouvoir lignager donne une place importante aux femmes : la Très ancienne Coutume de Bretagne autorise les femmes à agir civilement qu'elles soient célibataires, mariées ou veuves. Même si les femmes nobles paraissent privilégiées, les femmes roturières possèdent également des droits. Si l'apparition de la communauté conjugale est favorable aux hommes, nous constatons que les femmes ont su profiter des usages pour en tirer bénéfice : certaines d'entre elles ont trouvé une protection dans le droit contractuel. Les femmes ne sont pas complètement fragilisées et savent contourner les règles qui les défavorisent. Pour quelque temps encore, et malgré le travail des juristes du XVIe siècle, les femmes réussissent à préserver leurs droits et privilèges, et principalement les femmes du second ordre.

3Les trois derniers chapitres abordent les pouvoirs des femmes dans la sphère publique où les « hautes et puissantes » dames se rendent visibles ainsi que les marchandes ; enfin, le rôle monétaire des femmes d'officiers est abordé. Une approche historique oblige à s'intéresser en premier aux dames. L'ordre prévaut sur le sexe et les femmes nobles, seigneures de leur terre, dominent leurs vassaux, hommes et femmes. Leur autorité est reconnue et consentie : elles se font obéir. Les dames savent commander, se battre et protéger leur fief quand il est en danger ; elles usent de leurs pouvoirs judiciaires sur leurs sujets. Pendant les Guerres de religion, les femmes assument des responsabilités essentielles à la survie de leur parenté et à la conservation de leurs biens, d'autant que l'absence des hommes est longue, voire définitive. Le retour à l'ordre social, à la fin des guerres,  les oblige à se rendre plus discrètes. La catégorie des marchandes échappe à cette évolution. Celles-ci participent pleinement au nouvel élan économique au XVIIe siècle d'autant que les absences répétées des hommes semblent être un facteur d'indépendance des femmes. Une autre forme d'absence tient au fait que les hommes dédaignent certaines activités : le vide d'un secteur d'activités semble profiter aux femmes car elles s'engouffrent alors dans le secteur délaissé. Les rapports de pouvoirs entre les hommes et les femmes en sont changés : les hommes se tournent vers le milieu de l'office qui leur est réservé, pendant que les femmes ont en charge la gestion et l'argent de leur maison. Nous constatons un lien entre l'argent des femmes et la promotion sociale du mari : nous proposons quelques études de parcours féminins pour comprendre le mécanisme d'accaparement par les hommes des richesses apportées par les femmes.

4Au XVIe siècle, les femmes assument des responsabilités économiques, politiques et militaires renforcées par les Guerres de religion. A la fin des guerres, un nouvel ordre social s'installe, une régression sociale que semble appeler la conjoncture économique. Les femmes en sont les victimes toutes désignées. Certaines d'entre elles vont pourtant bénéficier encore d'une certaine liberté car la nouvelle société a besoin de main d'oeuvre qualifiée. Les femmes vont profiter du vide laissé par les hommes dans certains secteurs économiques. Mais cela contribuera à mieux les exclure de la vie économique plus tard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Dufournaud, « Nicole Dufournaud, Rôles et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l'Ouest », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/208

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page