Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giulia Pedrucci, L’allattamento nella Grecia di epoca arcaica e classica, Roma, Scienze e Lettere, già Bardi Editore, 2013, 318 p.

Luciana Romeri

Texte intégral

1L’ouvrage est issu de la première section de la thèse de doctorat que G. Pedrucci a consacrée aux thématiques de l’allaitement et de la maternité en Grèce égéenne et en Sicile, et dont la deuxième section, relative à la Sicile, est déjà parue dans la même collection sous le titre L’isola delle ‘madri’. Una rilettura della documentazione archeologica di donne con bambini in Sicilia. Comme l’explique l’auteure dans les remarques préliminaires qui ouvrent le livre, la question qui était à la base de la section relative à la Grèce égéenne et qui se retrouve donc au fondement de ce livre est celle de savoir pour quelle raison, dans cette partie du monde grec, aux époques archaïque et classique, on n’aime pas représenter des scènes d’allaitement, à la différence de ce qui se passe en Sicile, où les représentations de femmes allaitant sont fréquentes.

2Après une brève préface signée par Véronique Dasen, le volume s’ouvre avec une introduction qui présente les principales problématiques, ainsi que les pistes qui seront suivies. Suivent trois chapitres – le premier consacré aux stéréotypes masculins de la mère ; le deuxième, au lien entre lait et sang ; le troisième, à l’allaitement proprement dit – et une consistante bibliographie. Pour finir, l’auteure présente une série de six appendices puis un bref hommage à l’historienne française Nicole Loraux et enfin plusieurs pages d’illustrations.

3Dans l’introduction, G. Pedrucci précise les choix méthodologiques ainsi que les problèmes liés aux sources et à la documentation. Concernant l’objet de son étude, l’auteure constate que, à part quelques articles, aucune étude monographique sérieuse n’a été menée sur l’allaitement en Grèce antique et relève la pénurie de la documentation archéologique et iconographique en la matière. Elle affirme tout d’abord vouloir prendre des distances par rapport à toute interprétation à son avis trop « féministe » ou « psychanalytique » du phénomène et chercher plutôt les raisons d’une telle absence de représentations de l’allaitement dans le répertoire de l’art grec (archaïque et classique) dans l’aidos et dans la théorie de l’hématogenèse du lait humain. Une deuxième thématique, étroitement liée à l’allaitement, est d’emblée posée dans la suite de l’introduction, à savoir la maternité. Il s’agit, à travers la question de l’allaitement, de saisir aussi le rôle de la mère et, plus généralement, d’observer les différentes figures (souvent négatives) que peut incarner la femme en Grèce antique. Si, à la différence de ce qui était constaté concernant la thématique de l’allaitement, de nombreux travaux sur la maternité existent déjà, G. Pedrucci ne renonce toutefois pas à traiter le thème de la mère et de la femme, du moins, précise-t-elle, pour essayer d’éviter les stéréotypes et les préjugés modernes. C’est d’ailleurs à cette problématique de la maternité, et notamment aux stéréotypes masculins concernant la figure de la mère, qu’elle consacre son premier chapitre. D’un point de vue méthodologique c’est par une approche transdisciplinaire ou métadisciplinaire que l’auteure entend procéder, ce qui implique, d’une part, une rupture des délimitations entre les différentes disciplines (philologie, anthropologie, archéologie, par exemple) et d’autre part, une volonté de prouver la cohérence et la consistance d’une idée « générale » que l’on pourrait attribuer aux Grecs. Un autre problème méthodologique est celui des sources (sources primaires et secondaires, sources directes et indirectes) et de la documentation (écrite et non écrite). Pour ce qui est des sources, le choix de l’auteure est celui de procéder à des analyses au cas par cas, cherchant ainsi, grâce aux différentes sources étudiées, de confirmer des hypothèses de départ, de les enrichir et de parvenir finalement à des conclusions vraisemblables. En ce qui concerne la documentation, si, comme elle le dit en citant H. Bengtson (1995), pour l’histoire du monde antique on doit se servir de « tout ce qui est conservé de l’Antiquité » – textes écrits, monuments, objets d’art, objets de la culture matérielle et intellectuelle –, dans le cas de l’allaitement c’est précisément le problème de l’absence ou de la pénurie de témoignages archéologiques qui stimulerait la recherche. Car, alors qu’un nombre élevé de sources grecques écrites témoignent de ce que les femmes grecques d’époque archaïque et classique allaitaient, les sources non écrites en la matière sont pour ainsi dire silencieuses. Ce dialogue, qui n’est pas sans risques ici, entre sources écrites et non écrites est malgré tout mené par l’auteure qui revendique sa volonté de reconstruire un tableau d’ensemble ayant, en dépit des lacunes et des difficultés, une vraie valeur scientifique.

4Le premier chapitre du livre est consacré aux figures de la femme en tant que mère en Grèce ancienne, et plus précisément aux attitudes des Grecs (mâles) à l’égard de la femme dans son rôle essentiel, stéréotypé et universel de mère (p. 10). C’est donc en tant que pur personnage au sens presque théâtral du terme que l’auteure aborde tout d’abord la femme grecque, un personnage caractérisé à la fois par la naturalité et la passivité de sa condition. Sont donc tout d’abord passés en revue les différents rôles que le personnage « mère » peut incarner chez les auteurs grecs dans les domaines les plus variés, en l’occurrence dans les traités médicaux et philosophiques, dans les poèmes épiques et le théâtre, dans les discours judiciaires attiques ou encore dans les épigrammes funéraires, mais aussi dans les rares représentations iconographiques de la maternité. L’attention se déplace ensuite de la maternité, disons, humaine à la maternité divine dont l’auteure montre les formes et les caractéristiques, qui rendent celle-ci abstraite et métaphorique. Cette comparaison entre mères humaines et divines met en évidence toute la distance qui sépare la condition maternelle divine de la condition biologique de la mère humaine. L’auteure arrive alors à une première conclusion : le personnage « mère » grecque remplit, certes, plusieurs rôles en fonction des formations des différents auteurs qui les mettent en scène, mais ceux-ci concordent de manière presque unanime sur un point : la femme ne peut être rien d’autre que mère, quelle que soit la circonstance dans laquelle elle est évoquée ; elle est mère par « nature » et doit l’être par « culture » (p. 149).

5Dans le deuxième chapitre, G. Pedrucci s’intéresse au lien que, selon les sources biologiques et médicales grecques, mais aussi latines, auraient entre eux le lait et le sang humains. Ce lien intrinsèque aurait influencé la pensée antique relative à l’allaitement (p. 157). Le lait humain serait, selon les traités médicaux antiques, un succédané du sang avec lequel le fœtus aurait été nourri pendant la grossesse, sang qui avant la gestation était périodiquement éliminé grâce au cycle menstruel. C’est grâce au sperme masculin que le sang menstruel de la femme se transforme, d’abord pour former et nourrir le fœtus, ensuite pour devenir le lait avec lequel la mère allaite l’enfant (p. 163). Or, sur la base des préjugés que les Grecs, comme les Romains, avaient contre le sang menstruel, et qui sont longuement présentés dans ce chapitre, l’auteure pense pouvoir déduire que la très ancienne et très enracinée théorie de l’hématogenèse doit avoir influencé négativement l’attitude de l’homme face au lait humain – ce qui expliquerait aussi l’absence presque totale d’iconographie consacrée à la femme allaitant (p. 202).

6Le troisième chapitre est précisément consacré à la question du lait de la mère. Il s’ouvre avec la reformulation de la question posée au départ et qui est à l’origine de l’ouvrage tout entier : pourquoi en Grèce égéenne les artistes n’aimaient pas représenter les femmes en train d’allaiter, à la différence des artistes de la Grande-Grèce et de Sicile qui semblaient apprécier les scènes d’allaitement ? (p. 207). Tout en anticipant qu’il s’agit peut-être là d’un faux problème, G. Pedrucci déplace dans un premier temps la question et se demande si les mères en Grèce allaitaient leurs enfants. S’il semble bien attesté pour la Rome de l’époque impériale que les matrones n’allaitaient pas personnellement leurs enfants, en revanche, selon les sources grecques d’époque archaïque et classique (les poèmes épiques, les tragédies et les comédies notamment, mais aussi les discours oratoires et les traités philosophiques), les mères grecques allaitaient leurs enfants (p. 230-239). Sur la base d’une documentation qui lui permet de constater, d’une part, la pudeur fortement ressentie en Grèce autour du sein féminin, qui ne serait exposé que dans des moments de fort pathos (p. 208-216), et d’autre part, les différents conditionnements culturels qui peuvent influencer la pratique de l’allaitement (p. 218-227), G. Pedrucci formule quelques hypothèses pour expliquer la pénurie de représentations iconographiques de cette pratique. Une première explication serait le respect de l’intimité de cette pratique qui ne peut se déployer qu’à l’intérieur de la maison et, plus précisément, au sein du gynécée, au risque de transformer la douceur de cet acte en une gêne, voire un dégoût (p. 221). Une autre hypothèse explicative serait celle d’une émancipation féminine par rapport aux nécessités du corps, comme une forme de civilisation de la femme, là où l’allaitement au sein représenterait un geste « primitif » et « sauvage » (p. 223). Mais G. Pedrucci pense que l’explication devient plus intéressante si l’on considère aussi le rôle masculin, comme un rôle actif et déterminant, dans le choix ou non de l’allaitement. Cela serait l’expression de la volonté masculine d’exercer un pouvoir et un contrôle dans un domaine duquel il devrait être a priori exclu, décidant des fonctions et des pratiques des autres, et tout d’abord de la femme (p. 224). Sur ces bases, sont tirées alors les conclusions de ce troisième chapitre, qui sont finalement les conclusions du livre dans son ensemble. L’art grec, en tant qu’art presque exclusivement masculin, ne s’intéresse pas aux scènes d’allaitement peut-être justement parce que l’artiste (mâle) ne s’intéresse pas à la femme comme mère, c’est-à-dire dans sa posture et dans ses occupations de mère, à quoi on peut ajouter le malaise de représenter le sein nu au centre d’une pratique aussi intime que l’allaitement. C’est pourquoi, conclut finalement G. Pedrucci, l’absence de ce sujet dans l’art grec ne doit pas trop nous étonner (p. 254).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luciana Romeri, « Giulia Pedrucci, L’allattamento nella Grecia di epoca arcaica e classica, Roma, Scienze e Lettere, già Bardi Editore, 2013, 318 p.  », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2078

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page