Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

« Genre, savoir et citoyenneté. Les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820) », thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Michèle Riot-Sarcey, soutenue à l’Université Paris 8, le 26 novembre 2013

Caroline Fayolle

Texte intégral

1Cette thèse se propose de réinterroger avec le concept du genre les rapports entre citoyenneté, éducation et régénération pendant la période révolutionnaire et postrévolutionnaire. S’inscrivant dans une histoire politique et culturelle de l’éducation, elle croise l’analyse des pratiques scolaires et des discours relatifs à l’instruction et à la pédagogie. Alors que les révolutionnaires ambitionnent de refonder les rapports entre les sexes et de faire advenir une « femme nouvelle », l’éducation des filles et leur accès à l’école publique suscitent des conflits. Ces derniers éclairent l’entreprise pédagogique révolutionnaire de régénération et les fondements du nouvel ordre politique.

2Dans les premières années de la Révolution, temps d’ouverture des possibles et de genèse conflictuelle de la démocratie, s’affrontent plusieurs conceptions de l’éducation des filles. La majorité des plans d’éducation, estimant que les femmes ne peuvent prendre part à la vie de la Cité, préconisent en conséquence une éducation domestique des filles. Cependant, des militantes et des militants révolutionnaires affirment la nécessité de divulguer aux filles un savoir politique leur permettant d’exprimer leur part de souveraineté. Plus radicaux, des auteurs minoritaires considèrent que l’instruction est capable d’effacer les différences sociales entre les sexes et de faire des femmes des citoyennes actives. Après la fondation de la République en septembre 1792, les conventionnels s’emparent de ce débat. Ils aspirent à perfectionner et régénérer les femmes grâce à l’éducation républicaine. Il ne s’agit pas de les émanciper politiquement mais de faire advenir comme nouveau modèle de féminité, une « matrice des citoyens », une mère républicaine capable d’engendrer et d’éduquer des hommes libres. Pour cela, les législateurs décident d’intégrer les filles dans l’école publique fondée par les décrets de brumaire an II et la loi Bouquier du 29 frimaire an II (19 décembre 1793). Dans les premières écoles républicaines de filles, des institutrices imaginent des expériences éducatives qui, en promouvant la participation des filles à la vie de la Cité, réinterprètent la pédagogie officielle.

3Après le tournant de l’an III, les législateurs entendent mettre fin à ces expérimentations. Le décret du 27 brumaire an III (17 novembre 1794) et la loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) encadrent en effet plus strictement les institutrices. Afin de mieux consolider l’ordre républicain, l’école reçoit la mission de stabiliser les identités sexuées et de lutter contre deux figures féminines jugées déviantes : la « tricoteuse » et la « fanatique ». Formant les filles aux tâches domestiques, l’école participe à organiser une division sexuée des travaux qui fonde l’impossible accès des femmes à la citoyenneté active. Cette répartition des rôles suppose en effet que les femmes, en prenant en charge les travaux domestiques, libèrent le temps des hommes qui peuvent alors se consacrer aux activités liées à l’exercice des droits politiques. De même, elle implique l’exclusion des filles des établissements secondaires publics. Cependant des femmes de lettres dénoncent l’inégalité des sexes face à l’instruction qu’elles perçoivent comme une contradiction dans le système méritocratique républicain. Au même moment, des pédagogues conservateurs tentent une offensive contre le projet de régénération des femmes par l’école. À travers une littérature pédagogique, ils défendent une éducation domestique des filles propre à refonder la hiérarchie conjugale qui avait été remise en cause par la loi sur le divorce de septembre 1792.

4À partir de 1802, les autorités, n’ambitionnant plus de régénérer le peuple, ne reconnaissent plus nécessité de former des mères républicaines, des « matrices de citoyens ». L’absence des écoles publiques de filles dans la loi du 11 floréal an X (1er mai 1802) témoigne de ce renoncement. Dans le contexte de l’élaboration du Code civil, des médecins au service du pouvoir, affirmant que les femmes sont déterminées par leurs fonctions reproductrices, remettent en cause leur capacité à se perfectionner. L’État encadre, à partir de la signature du Concordat, le retour des congrégations enseignantes qui réinvestissent le domaine de l’enseignement féminin. L’éducation des filles s’inscrit alors dans une entreprise de moralisation de la société visant à clore la Révolution. Les filles pauvres sont ainsi désormais formées dans des écoles-ateliers à devenir de pieuses et dociles ouvrières. Cependant, à la fin de l’Empire et au début de la Restauration, des innovations pédagogiques témoignent de la persistance de l’espoir de transformer les rapports entre les sexes par l’éducation. Si la division sexuée des travaux et des savoirs reste contestée, elle vient à nouveau justifier l’impossibilité pour les femmes d’acquérir la capacité politique théorisée par Guizot au début de la Restauration. Assignées à des travaux qui les empêchent d’accéder à l’instruction, elles sont placées sous la tutelle des « hommes éclairés » de l’élite sociale qui détiennent le pouvoir de représentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Fayolle, « « Genre, savoir et citoyenneté. Les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820) », thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Michèle Riot-Sarcey, soutenue à l’Université Paris 8, le 26 novembre 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 15 | Automne 2014-Printemps 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2070

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page