Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Anne-Sophie Métairie, Les représentations de la femme dans les quatre grands opéras de Giacomo Meyerbeer

Université François Rabelais, Tours, 2007
Anne-Sophie Métairie

Texte intégral

1Des années 1830 aux années 1860, les quatre grands opéras de Giacomo Meyerbeer remportent un immense succès sur la scène de l’Opéra de Paris : le rideau se lève successivement sur Robert le Diable (1831), Les Huguenots (1836), Le Prophète (1849) et L’Africaine (1865), écrits avec la collaboration des librettistes Eugène Scribe, Germain Delavigne et Émile Deschamps. Le grand opéra meyerbeerien est ainsi contemporain aux trois régimes politiques que sont la Monarchie de Juillet, la Deuxième République et le Second Empire. Le Code civil, élaboré en 1804 par Napoléon Bonaparte, renforce la différence des sexes. L’image d’un XIXe siècle sombre et presque toujours contraignant pour les femmes apparaît une représentation spontanée. On aurait cependant tort de croire que c’est le temps d’une absolue soumission puisque c’est précisément à cette époque que la vie des femmes change et qu’une position du sujet devient possible.

2Bien que ces grands opéras soient considérés comme majeurs dans la vie lyrique française, aucune recherche ayant trait aux personnages féminins n’existe à ce jour. Nous analysons les représentations de la femme mises en lumière par l’œuvre meyerbeerienne. Notre approche entend développer des références à l’histoire des femmes sous l’angle politique, social et culturel, qui englobe l’histoire du genre et la présence des femmes dans l’Histoire dont elles sont trop souvent exclues. La combinaison de diverses disciplines - analyse musicale, dramaturgie, histoire politique et sociale, littérature - est riche d’enseignement et permet une compréhension plus complète et plus juste des enjeux des représentations de la femme.

3L’image de la femme véhiculée dans la société et dans les grands opéras, se fonde sur un système de représentations antagonistes. D’une part, l’héroïne s’illustre par des sentiments et actions nobles, dans le courage, l’honneur, la sainteté et l’abnégation. Meyerbeer croit au rôle rédempteur de la mère, figure féminine combattante et agent d’une rédemption. D’autre part, la femme peut se définir par une attitude nuisible, dans la tyrannie, le mal et la perversion. Toute conception de la liberté suppose l’antagonisme du bien et mal, et sa possible réconciliation par l’intermédiaire de la femme bienfaisante et salvatrice, mais également son éventuelle irréductibilité par la présence de la femme fatale. Les héroïnes meyerbeeriennes sont donc bien différentes des femmes de leur temps et se dégagent du schéma social en vigueur. Émancipation, répression, valorisation et dévalorisation des femmes se côtoient. C’est la place de ces femmes, leurs conditions, leurs rôles et leurs pouvoirs, leurs formes d’action, leurs silences et leurs paroles, la diversité de leurs représentations que nous voulons saisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Métairie, « Anne-Sophie Métairie, Les représentations de la femme dans les quatre grands opéras de Giacomo Meyerbeer », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/207

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page