Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Patricia Szafranski, L’Archéologie d’un journal intime : Amélie Weiler (1822-1895) - Information destinée aux amateurs de journaux féminins du XIXe siècle

Université de Bourgogne, Dijon
Patricia Szafranski

Texte intégral

  • 1  Patricia Szafranski, L’Archéologie d’un journal intime : Amélie Weiler (1822-1895), thèse pour l’o (...)
  • 2  Amélie Weiler, Journal d’une jeune fille mal dans son siècle 1840-1859, éd. Nicolas Stoskopf, préf (...)
  • 3  Amélie Weiler, Journal d’Amélie n°1, n°3, n°4, Souvenirs, n°5, n°6, n°7, fac-similé : Bibliothèque (...)

1Le corps de la thèse1 est une monographie consacrée à la diariste Amélie Weiler. Six de ses cahiers, retrouvés dans un grenier familial en 1987, ont été édités en 1994. Fruit d’une collaboration entre l’historien Nicolas Stoskopf et l’éditeur alsacien, La Nuée Bleue, le Journal d’une jeune fille mal dans son siècle 1840–18592 est une bonne introduction au Journal d’Amélie3, titre de l’original, dont il présente une version abrégée, destinée au grand public.  Notre recherche s’est appuyée non sur la version éditée, mais sur le manuscrit, dont   nous proposons  la transcription intégrale des premiers cahiers, soit le premier (1840), le troisième (1841-1843), et le début du quatrième cahier  (1843-début 1844), ainsi que des extraits de voyage contenus dans son sixième cahier (Gernsbach, 1851-Saint-Landelin, 1852). Un diaporama ouvre au lecteur les portes de l’univers culturel de cette femme strasbourgeoise de la première moitié du XIXe siècle.

2Menée dans le cadre du Centre de recherche « Le Texte et l’Édition », dirigé par Mme le Professeur Martine Bercot à l’Université de Bourgogne, cette recherche a  été une initiation à l’édition d’un écrit personnel, depuis la transcription du manuscrit jusqu’à la production d’un ouvrage destiné à des lecteurs. La présentation des cahiers d’Amélie Weiler est en effet le résultat d’une transcription la plus fidèle possible à l’original, tant pour l’établissement du texte, que pour la reproduction matérielle des cahiers et de leur couverture. La recherche proprement dite s’appuie sur une démarche « archéologique » qui met en valeur les intérêts littéraires inédits du Journal et tente de reconstituer l’horizon culturel et social de cette diariste strasbourgeoise entre 1840 et 1859.

3L’étude, qui pourrait ne paraître que marginale, puisqu’elle ne concerne qu’un corpus restreint et un auteur mineur,  s’inscrit en fait dans un espace de travaux collectifs. Elle  prend place au sein de l’équipe « Genèse & Autobiographie »de  l’Institut des Textes & Manuscrits modernes (ITEM, CNRS-ENS), dirigée par Catherine Viollet, chargée de recherche à l’ITEM. Cette équipe ne s’intéresse pas seulement à un corpus d’œuvres littéraires signées par des écrivains, mais étudie aussi les « écritures ordinaires ».

  • 4  Philippe Lejeune, Le Moi des demoiselles, Seuil, coll. La Couleur de la vie, 1993, p. 24.

4Amélie Weiler n’étant pas un écrivain reconnu, rappelons succinctement quelques éléments de sa biographie. Ils sont à la fois conformes et singuliers pour la vie d’une femme de son époque. Cette strasbourgeoise protestante (1822-1895)  est la fille d’un avocat. À dix-huit ans, elle a été touchée, ainsi que sa jeune sœur Emma, par la mort de sa mère atteinte de phtisie. À trente-six ans elle s’est exilée comme gouvernante en Prusse. Elle est restée célibataire et n’a pas eu d’enfant. On n’a d’elle aucune photo. Par contre, l’on dispose de son journal. Celui-ci n’a pas été publié à la mort de la diariste, mais il a bénéficié d’une épreuve de rattrapage, celle du « manuscrit retrouvé »4, qui enrichit le patrimoine des Journaux de jeunes filles retrouvés.

Quels sont les résultats obtenus ?

5Cette approche, qui explore les intérêts littéraires et inédits du Journal, a le mérite de compléter la vision éditée et partielle de l’historien, Nicolas Stoskopf. L’on y découvre le paratexte auctorial, signes de personnalisation de l’écriture. Ses titres font des cahiers les gardiens d’une mémoire romancée. Ses épigraphes forment une porte d’entrée dans un univers culturel fantaisiste, bigarré et transfrontalier. La diariste signe de son prénom son premier cahier.

6Surtout, la composition de « portraits à facettes » est destinée à transmettre à de nouveaux lecteurs du manuscrit la vision kaléidoscopique et subjective du « monde d’Amélie ». Ces portraits à facettes permettent une approche souriante des personnages de la lectrice, experte en détournement de lecture et de l’apprentie écrivain, se caricaturant par exemple à la manière des célèbres copistes  Bouvard et Pécuchet. Ils épousent l’esthétique du fragment propre au genre littéraire du Journal. Ils expriment les variations d’humeur de son auteur, qui oscille entre une sombre mélancolie et une joyeuse ivresse. Ils n’esquivent pas les accrocs du texte.

  • 5  Bergson, Matière et mémoire, PUF, coll. Quadrige, 2004, p.87.

7La composition de « portraits en acte » s’harmonise certes aux poses de la spectatrice de théâtre, mais souligne surtout la « construction de soi » exprimée par le concept allemand de « Bildung ». Le théâtre est le lieu initiatique par excellence, où l’initiation esthétique se double d’une éducation sentimentale de la jeune femme. Cette galerie de portraits permet de se familiariser avec le monde, l’écriture et les personnages d’Amélie. Elle est suivie par un essai sur les pratiques de la romancière naissante, alimenté par une réflexion sur les rôles de la mémoire et de l’imagination. Les concepts de la mémoire, « mémoire qui imagine » et « mémoire qui répète »5, élaborés par Bergson permettent au lecteur de visiter le « magasin d’images » d’Amélie et de discerner le concept de « mémoire créatrice » à l’œuvre dans le Journal. Amélie Weiler n’est pas seulement diariste, elle a aussi les talents d’une romancière.

Quels sont les intérêts et les surprises du Journal d’Amélie ?

8Le Journal d’Amélie  renouvelle leregard du lecteur sur le XIXe siècle, vu non par les yeux d’une héroïne inventée par un romancier, mais par une diariste qu’il suit pendant près de 20 ans (1840-1859), en train de s’éprendre et de se déprendre des stéréotypes qui modèlent à la fois son identité et son écriture. Accessoirement, il a aussi le mérite de déplacer l’attention du lecteur du mode majeur au mode mineur. La réception de la littérature populaire, de la romance, de la peinture amateur n’y joue pas les seconds rôles ! Avec la diariste, nous puisons  aux sources du romantisme naissant. De façon quasi entomologique, nous pouvons  observer comment les instruments d’optique, le panorama et la lanterne magique, conditionnent la perception et l’imagination, et influencent la sensibilité des contemporains de ces inventions. Nous sentons le souffle de liberté des voyages dans l’émancipation des femmes.

9En somme, la redécouverte du Journal manuscrit et intégral suit pas à pas le double processus d’intériorisationdes normes et des préjugés d’une culture et l’invention de soi au fil de l’écriture d’une femme de la première moitié du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1  Patricia Szafranski, L’Archéologie d’un journal intime : Amélie Weiler (1822-1895), thèse pour l’obtention du grade de docteur en littérature française, soutenue le 29 mai 2006, sous la direction de Mme Martine Bercot, Université de Bourgogne, Dijon.

2  Amélie Weiler, Journal d’une jeune fille mal dans son siècle 1840-1859, éd. Nicolas Stoskopf, préface de Philippe Lejeune, Strasbourg, La Nuée bleue, 1994.

3  Amélie Weiler, Journal d’Amélie n°1, n°3, n°4, Souvenirs, n°5, n°6, n°7, fac-similé : Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, section Histoire du livre, ouvrages précieux, cote MS 63 44.

4  Philippe Lejeune, Le Moi des demoiselles, Seuil, coll. La Couleur de la vie, 1993, p. 24.

5  Bergson, Matière et mémoire, PUF, coll. Quadrige, 2004, p.87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Szafranski, « Patricia Szafranski, L’Archéologie d’un journal intime : Amélie Weiler (1822-1895) - Information destinée aux amateurs de journaux féminins du XIXe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 24 novembre 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/206

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page