Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« “Un devoir à l’égard de la patrie” : Femmes et genre dans la révolte de 1925-1927 en Syrie », Master 2 d’histoire, sous la direction de Valérie Pouzol, Université Paris-8 Vincennes Saint-Denis.

Marie-Laure Archambault-Küch

Texte intégral

1

2L’implication des femmes dans des situations conflictuelles, guerres ou rébellions, a été intensément scrutée en ce qui concerne certaines périodes de l’histoire contemporaine européenne. Ce travail s’intéresse à la place des femmes dans la révolte de 1925-1927 dans la Syrie mandataire. Il s’intègre dans une histoire genrée du politique et se concentre sur une période de l’entre-deux-guerres riche de bouleversements mais finalement peu étudiée de ce point de vue.

3Ce soulèvement peut être qualifié d’anticolonial, car il est avant tout dirigé contre le mandat français, en place depuis 1920 au Liban et en Syrie et constitue un moment fort de l’émergence du nationalisme en Syrie. La révolte éclate dans le contexte spécifique d’une région, le Jabal druze, qui abrite une forte proportion de Druzes, adeptes d’une tendance hétérodoxe de l’islam. Elle est d’abord une réaction aux abus d’un gouverneur local, mais se transforme rapidement en un soulèvement national, puisqu’elle se propage à une large partie de la Syrie et est récupérée par le mouvement nationaliste. S’intéresser à la place et au rôle tenu par les Syriennes dans une des rébellions majeures de l’entre-deux-guerres permet alors d’interroger certaines tendances larges de l’histoire genrée de la Syrie mandataire.

4Le travail propose un éclairage genré de la révolte de 1925-1927 de deux manières, à travers la mise en valeur de la participation des femmes – traditionnelle et acceptée par la société ou potentiellement subversive car impliquant un processus de politisation – au soulèvement, mais aussi en montrant en quoi celui-ci se présente comme un phénomène genré et contribue à l’élaboration des identités de genre syriennes. Un premier chapitre dessine le contexte tant politique que social des années 1920, ce qui inclut une réflexion sur le mouvement de femmes qui s’épanouit après la Première Guerre mondiale. En effet, la « question féminine » est ardemment commentée dans les médias et les cercles intellectuels (voir le travail de Leyla Dakhli, 2009). Les origines, le déroulement et la répression de la révolte font également l’objet d’un développement.

5Ces éléments conduisent à interroger la thématique centrale de la forme de l’engagement des Syriennes. Les sources utilisées à cette fin sont les archives mandataires, et notamment celles des Services de Renseignements. Elles permettent d’envisager deux terrains de l’engagement féminin. Le premier concerne les femmes des élites de Damas, qui se livrent à des activités politiques. Le parcours de ces Syriennes est scruté autant que possible à l’aide d’études des familles notables damascènes. L’engagement de Sârra Mu’ayyad al-‘Azm, l’épouse de ‘Abd al-Rahman Shahbandar, leader de la révolte, est révélateur de la volonté de ces Syriennes de participer à la vie politique. L’esquisse d’une prosopographie met en valeur l’existence d’une classe sociale aisée et éduquée, où femmes comme hommes sont acquis à la cause nationaliste. Ce militantisme politique illustre les liens qui unissent dans l’esprit de beaucoup de Syriens libération nationale et émancipation des femmes.

6Les archives des Services de Renseignements permettent aussi d’entrevoir le second terrain de l’engagement, celui occupé par la grande majorité des Syriennes, qui font l’expérience de la rébellion et de sa répression dans un contexte rural. La révolte éclate en effet au sein de la minorité druze, localisée en majorité dans une région isolée au sud de Damas et se développe surtout dans les campagnes. Les difficultés à regrouper un ensemble cohérent de données à propos de cet engagement sur le champ de bataille illustrent aussi bien le faible nombre de femmes ayant pris les armes que leur effacement des sources. Se pose la question plus large de leur place dans la révolte. Malgré la vraisemblance d’une aide logistique apportée aux rebelles, les femmes sont aussi et peut-être avant tout, des victimes de la révolte, du fait de leur situation de subalternes dans la société. Leur position ambigüe au sein de la rébellion illustre celle qu’elles occupent dans la hiérarchie des citoyennetés de l’ordre mandataire.

7Ceci amène à développer une réflexion sur l’élaboration de représentations genrées par les acteurs de la révolte. Si les femmes sont principalement représentées comme des victimes dont la capacité d’action est niée, la rébellion est l’occasion d’une production de figures de la masculinité idéale tant par les rebelles que par leurs adversaires. L’assimilation de la nation à une femme à défendre et la menace constamment agitée du viol des Syriennes indique à quel point la révolte constitue un phénomène genré. Pour compléter cette analyse, les récits de trois voyageuses françaises permettent de porter un regard alternatif aux sources coloniales sur les hommes et les femmes dans la Syrie des années 1920. Chacune à sa manière, Alice Poulleau, Myriam Harry et Valentine de Saint-Point témoignent sur la révolte, moment de tension extrême entre l’occupant français et le peuple syrien, mais aussi de crispation des rapports entre hommes et femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Archambault-Küch, « « “Un devoir à l’égard de la patrie” : Femmes et genre dans la révolte de 1925-1927 en Syrie », Master 2 d’histoire, sous la direction de Valérie Pouzol, Université Paris-8 Vincennes Saint-Denis.  », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2057

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page