Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

« Les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) : des femmes entre assujettissements et résistances », thèse d’histoire dirigée par Sylvie Chaperon et François Godicheau, soutenue à l’Université Toulouse 2 Le Mirail, décembre 2013.

Maëlle Maugendre

Texte intégral

1Au croisement de l’histoire des femmes, du genre et des migrations, cette thèse se donne comme objectif de rendre visibles les femmes espagnoles réfugiées en France de 1939 à 1942. Il s’agit de proposer une narration au féminin de l’exode sur le sol français de ces femmes restées jusqu’à présent dans l’ombre de leurs compagnons, afin de les faire advenir sur la scène historique comme sujets politiques, aux prises avec des rapports de pouvoir genrés qui les contraignent mais les incitent aussi à créer des espaces et des postures de résistance. Figures subalternes de l’histoire, les femmes sont minorées dans les sources et subordonnées dans les faits, ce qui conditionne leur invisibilité au sein des évènements historiques conjugués au masculin. La « Retirada », l’exode des républicains espagnols en France, n’échappe pas à cette réalité soulignée par de nombreuses historiennes. Abondamment dépouillées, les archives des administrations françaises et espagnoles offrent un premier aperçu de la prégnance des cadres de pensée des autorités de l’époque, vis-à-vis des femmes et, qui plus est, des étrangères. Les responsables politiques républicains, puis vichystes, décident non seulement de l’avenir de ces réfugiées sur le sol français mais aussi de leur modalité d’apparition dans les documents administratifs, qui sont désormais les sources principales dont on dispose pour appréhender ce passé. Dès lors, la consultation d’archives privées ainsi que la constitution d’un fonds d’archives orales se sont révélées des démarches indispensables pour mener à bien cette recherche, qui se nourrit par ailleurs d’apports et de réflexions issues de la science politique, de la philosophie ou encore de la sociologie.

2Placées sous la tutelle de l’administration française dès leur passage de la frontière, les femmes espagnoles réfugiées sont tributaires d’images sociales stéréotypées qui influencent les pratiques des autorités à leur égard. Les encadrants développent des perceptions politiquement, socialement et sexuellement situées des encadré-e-s, ce qui favorise leur assignation au sein de catégories administratives réifiées. On retrouve alors les figures de la « milicienne », de la « femme de mauvaises mœurs » ou bien de la « victime innocente ». Le discours étatique est ici performatif, la mise en mot participe de l’ordonnancement du réel et d’une mise en acte du pouvoir. C’est à la frontière que les femmes espagnoles subissent leurs premières violences étatiques. Les autorités françaises imposent un tri des arrivant-e-s selon les critères de l’âge et du sexe, entre « civils » et « militaires », ce qui conduit de nombreuses familles à être séparées. Les femmes – qui représentent environ 20% des 475 000 réfugié-e-s qui entrent alors sur le sol français – sont fouillées, vaccinées, identifiées, avant d’être dispersées dans des centres d’hébergement. Ces structures de prise en charge disparates sont installées dans des milliers de communes pour accueillir, pendant quelques semaines ou plus d’une année, des groupes variables de femmes, d’enfants et de personnes âgées. Un état des lieux de ces espaces coercitifs dans les départements du Morbihan, de la Sarthe, de la Lozère et de la Haute-Garonne met en exergue l’hétérogénéité des dispositifs d’encadrement déployés mais aussi les multiples pratiques quotidiennes des femmes pour s’y ménager une marge de manœuvre. Parce qu’« indigentes », parce que revendiquant des idées politiques ou bien parce que considérées comme étant de « mauvaises mœurs », de nombreuses femmes espagnoles sont ensuite catégorisées comme « suspectes » et n’échappent pas à la procédure administrative de l’internement, adoptée sous le gouvernement Daladier et « inaugurée » à l’arrivée des Espagnol-e-s au début de l’année 1939. Internées notamment dans les camps d’Argelès-sur-Mer, de Rivesaltes et de Rieucros, les femmes espagnoles participent alors à modeler la figure polymorphe de l’ « indésirable » en temps de guerre. Dans les camps, les rapports de force s’exercent violemment entre internées et encadrants et obligent les femmes à adopter des postures de résistance et de révolte individuelles et collectives performantes afin de protéger leur intégrité mentale et physique. Leur sortie des centres d’hébergement et des camps d’internement est conditionnée par le regard que les autorités portent sur ces encadrées, mais aussi par les démarches que mènent les différents organismes d’entraide. Elles obtiennent difficilement une place sur un bateau pour émigrer outre-Atlantique mais font, à l’inverse, l’objet de nombreuses pressions au rapatriement en Espagne. Elles ne sont pas considérées de prime abord comme pouvant constituer une main-d’œuvre valable, mais le contexte économique et militaire incite les responsables français à progressivement mobiliser ces contingents féminins. Et dans la mesure du possible, afin de ne plus avoir à charge les réfugié-e-s, les autorités organisent le regroupement familial autour du « chef de famille », ce qui contribue à faire passer les femmes de la tutelle administrative à la tutelle domestique.

3Face à la pluralité des dispositifs d’assujettissement déployés, les femmes expérimentent des pratiques de résistance variées, qui vont du contournement à l’opposition frontale. Ces différentes mobilisations individuelles et/ou collectives sont le fruit du déploiement de leur « agency ». Elles leur permettent en outre de se réapproprier leurs images sociales, détournant ou subvertissant certaines normes de genre qui leur ont été assignées. Ce faisant, elles s’opposent aux représentations erronées, réifiées qui circulent à leur égard, et réaffirment, par la parole et par le geste, une puissance d’agir qui leur est déniée par les autorités françaises. En étudiant leurs répertoires d’actions, en redéfinissant les modalités de résistances selon de nouveaux angles d’analyse, il s’agit de dépasser le protagonisme masculin, de sortir de l’épopée qui classe les réfugié-e-s espagnol-e-s en hommes-héros ou en femmes-victimes, afin que soit reconsidérée la dimension résolument politique de ces femmes en exil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maëlle Maugendre, « « Les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) : des femmes entre assujettissements et résistances », thèse d’histoire dirigée par Sylvie Chaperon et François Godicheau, soutenue à l’Université Toulouse 2 Le Mirail, décembre 2013.  », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2055

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page