Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Anne-Claire Rebreyend, Pour une histoire de l'intime. Sexualités et sentiments amoureux en France de 1920 à 1975

Université Paris 7 - Denis Diderot, 2006
Anne-Claire Rebreyend

Entrées d’index

Mots-clés :

Intime, Sentiments, Sexualités

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Traversant le XXe siècle, des années 1920 aux années 1970, ma thèse se veut une (re)lecture intime du siècle, à la croisée de l’histoire des femmes et du genre, de l’histoire des sexualités et de l’histoire culturelle.

Mise au point méthodologique.

Le choix du sujet : l’intime, objet de la recherche historique

  • 1  Alain CORBIN, Historien du sensible, Paris, La Découverte, 2000, p. 142.

2Faire de l’intime un nouvel objet historique nécessite de bien définir le sens du mot intime, ce « privé du privé » selon l’expression d’Alain Corbin1. C’est pourquoi, j’ai insisté dans mon introduction sur la signification que j’ai voulu lui donner, à savoir les liens amoureux et/ou sexuels entre les individus et pas les liens entre les parents et les enfants, les frères et sœurs (sauf dans le cas particulier de l’inceste) ni les liens d’amitié (sauf dans le cas de l’amitié amoureuse).

3En outre, j’ai choisi de partir sur les traces de l’intime des individus ordinaires, ces « héros communs, héros anonymes » chers à Michel de Certeau, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas laissé leur nom à la postérité. Travailler sur l’histoire de l’intime des individus ordinaires, c’est mettre l’individu au cœur de la réflexion historique, sans pour autant négliger son environnement social, culturel, économique.

L’intime dans les sources historiques : la richesse des archives autobiographiques

4Faire cette histoire de l’intime des individus ordinaires n’aurait pas été possible sans les sources extrêmement riches que sont les archives autobiographiques. L’expression « archives autobiographiques » a été proposée par Philippe Lejeune pour désigner les récits autobiographiques écrits ou oraux, les journaux intimes, les correspondances, les mémoires. Longtemps négligées, à la fois pour des raisons matérielles (difficultés d’accès aux fonds privés) et subjectives (méfiance des historiens pour ces « écritures ordinaires »), les archives autobiographiques sont devenues plus largement accessible grâce à la mise en place de centres d’archives comme celui de l’APA, qui a rassemblé un vaste fonds documentaire de plus de 2000 textes à ce jour2. J’ai utilisé systématiquement des récits autobiographiques, des journaux intimes et des correspondances inédits de l’APA : en tout 247 textes (191 récits autobiographiques écrits, 15 récits oraux transcrits, 32 journaux, 9 correspondances). Ces textes sont l’œuvre de 216 auteurs (112 femmes et 104 hommes). Les textes vont de quelques pages (certaines personnes pensent que leur vie tient en 4 pages), à des centaines de pages (d’autres produisent des autobiographies en plusieurs tomes), voire des dizaines de cahiers pour les journaux intimes. J’ai aussi lu des correspondances amoureuses réciproques de plusieurs centaines de lettres.

5J’ai complété ces sources par l’usage d’autres correspondances inédites, notamment celles adressées par des anonymes à Menie Grégoire la célèbre journaliste, animatrice d’une émission à grand succès sur RTL de 1967 à 1981, où, pour la première fois dans l’histoire de la radio, des auditeurs peuvent témoigner et dialoguer en direct avec l’animatrice. Le fonds Menie Grégoire est considérable et comprend plus de 100 000 lettres qu’on peut lire aux archives départementales d’Indre-et-Loire, sous réserve d’obtenir l’autorisation de Menie Grégoire elle-même. J’ai aussi compulsé des lettres écrites par des anonymes à Simone de Beauvoir (elles sont conservées au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale) ou au Planning familial (lettres conservées à la Bibliothèque Marguerite Durand).

6Mon travail s’inscrit clairement dans une volonté de banalisation des archives du moi. En effet, ces sources offrent un regard neuf sur l’intime. Le problème de la vérité, souvent soulevé en particulier dès qu’il s’agit de sexualité, ne me semble pas insurmontable. Les archives autobiographiques ne se révèlent pas plus mensongères que les autres qui peuvent l’être tout autant. En les croisant avec d’autres sources, il est possible sinon de les authentifier, du moins de détecter les inventions trop flagrantes. Par ailleurs, la question de la vérité ne saurait disqualifier ces sources puisque ce qui compte avant tout, ce n’est pas de trouver la vérité, mais les représentations individuelles et collectives de la sexualité et de l’amour. Ces sources permettent de se pencher sur des parcours de vie individuels et de brosser de longs portraits de personnes. Cela donne du corps à l’histoire et la rend plus vivante, plus proche du vécu des gens du passé.

  • 3  Je pense notamment aux travaux de David Le Breton sur le corps et les passions.
  • 4  Georges DUBY, "Introduction", Amour et sexualité en Occident, Paris, Seuil, 1991, p. 11.
  • 5  Expression d'Alain CORBIN, Historien du sensible, op. cit., p. 117.

7Il faut tenir compte de l’emprise du sensible, des affects, qui sont à l’œuvre dans ces récits et qui débordent nécessairement de l’univers des « sources » à celui de l’historienne, surtout dans le domaine de l’intime. Mais là encore, je n’y vois pas un obstacle insurmontable : depuis quelques années, à l’instar d’Alain Corbin, promu « historien du sensible » ou d’Arlette Farge qui défend une « approche émotionnelle » des textes, les historiens et les historiennes s’inspirent des approches de leurs collègues anthropologues et sociologues sur le corps, la sexualité et l’amour3 et ils posent la question de la subjectivité en histoire et de la place du « je » dans le récit historique. L’histoire de l’intime (mais on peut dire la même chose de celle de la mort, de la vieillesse, de la souffrance) renvoie clairement à l’expérience commune et au vécu propre du chercheur ou de la chercheuse. C’est bien ce que notait déjà Georges Duby : « à propos de l’amour et de la sexualité, l’historien, je pense, parle bien davantage de lui-même que lorsqu’il traite de la diplomatie de Gladstone ou du grand domaine carolingien »4. Loin d’être un écueil, ceci peut devenir un véritable atout pour décoder les textes, remplir les creux et les vides des discours. L’historien ou l'historienne de l’intime peut faire appel à ses « archives intérieures »5, mais aussi à son imagination pour mieux comprendre les émotions des individus amoureux du passé, leurs désirs ou leurs répulsions, tout en prenant garde ne pas substituer sa voix aux leurs. Au vrai, lire et analyser des archives autobiographiques, c’est s’approcher au plus près du cœur et du corps des individus, sans pour autant les en déposséder.

8Pour cette raison, j’ai été attentive au respect de la vie privée des auteurs de textes. J’ai contacté les déposants des textes (les auteurs eux-mêmes ou ceux qui ont transmis et déposé le document à l’APA) pour qu’ils m’autorisent à citer leurs écrits. J’ai pris le parti de respecter l’anonymat des personnes décédées ou introuvables. De même, pour conserver l’anonymat des correspondants de Menie Grégoire, de Simone de Beauvoir ou du Planning familial, seules l’année, la taille de la commune et la région ont été indiquées.

9Si les archives autobiographiques permettent d’atteindre tous les milieux sociaux, elles privilégient les classes moyennes et supérieures et ignorent ceux qui n’écrivent pas - problème que j’ai essayé de réduire par l’usage complémentaire de sources orales. J’ai conduit trois entretiens en face à face : l’un avec la veuve d’un autobiographe de l’APA, née en 1919, pour compléter la vision du mariage donnée par son mari dans son récit ; un second avec une femme née en 1924 qui n’avait rien à voir avec l’APA, mais qui souhaitait se confier à moi après avoir lu un extrait de ma thèse. J’ai multiplié les échanges avec ma propre grand-mère née en 1923. J’ai également réalisé des entretiens téléphoniques avec plusieurs membres de l’APA. Enfin, j’ai utilisé des récits autobiographiques publiés (par des écrivains ou par des anonymes qui cherchent une reconnaissance publique). J’ai mis en œuvre diverses sources littéraires, sonores (des chansons à succès), audiovisuelles, médicales ; j’ai compulsé des périodiques, sans prétention d’exhaustivité. Il s’agissait de voir dans quelle mesure les gens ont lu, entendu, vu des choses sur la sexualité et l’amour pour déterminer quel environnement culturel influe sur les individus ordinaires.

Articuler le genre, la sexualité et l’amour

  • 6  Gabrielle HOUBRE, La discipline de l'amour. L'éducation sentimentale des filles et des garçons à l (...)
  • 7  Pierre BOURDIEU, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p. 117.

10Il s’agit enfin de faire cette histoire de l’intime, en articulant les concepts de genre et ceux de sexualité et d’amour. M’inspirant des travaux de Gabrielle Houbre, qui a étudié l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme6, j’ai tenté de constituer un corpus équilibré entre les hommes et les femmes, et de m’interroger à la fois sur le vécu intime masculin et féminin. Cela s’est révélé particulièrement fructueux dans le cas de correspondances amoureuses croisées (je songe, par exemple, au cas d’un couple d’amoureux adultères sous Vichy). L’outil du genre peut certes conduire à l’analyse de la sexualité et de l’amour sous l’angle du pouvoir et de la domination masculine, mais j’ai essayé d’élaborer une histoire des relations entre les sexes, qui prenne en compte les similitudes entre les hommes et les femmes, les espaces de liberté laissés ou pris par les femmes, les souffrances des hommes devant se conformer au modèle viril dominant ou le bonheur induit par la réciprocité des sentiments et du plaisir. Pierre Bourdieu lui-même, évoque l’idée d’une sorte de « trêve miraculeuse » de l’amour, une « mise en suspens de la force et des rapports de force qui semble constitutive de l’expérience de l’amour », mais qui ne serait jamais acquise d’avance7.

  • 8  Voir à ce sujet en français Didier ERIBON (dir.), Les études gays et lesbiennes, Paris, Edition du (...)

11M’inscrivant dans la lignée des études dites constructionnistes ou queer, j’ai pris en compte la diversité des pratiques sexuelles et amoureuses, qu’elles soient hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles, transgenres, etc8. J’ai cherché à éviter de séparer de manière artificielle « hétérosexualité » et « homosexualité », dans la mesure où ces catégories, tout comme celles de « féminin » et « masculin » sont historiquement construites et n’ont pas le même sens en 1920 et en 1975. Par ailleurs, les parcours biographiques des individus ordinaires se jouent bien souvent de ces catégories : je pense notamment au parcours bisexuel de Charlotte dans le Paris des années 1920 aux années 1940 à qui j’ai consacré un long développement, aux pratiques homosexuelles bridées de Maurice, qui rêve de devenir un homme plus conforme aux normes de virilité du temps et passera à l’acte en suivant un traitement hormonal, mais aussi à toutes ces jeunes filles amoureuses de leur enseignante, qui deviennent ensuite des épouses et des mères de famille. C’est pourquoi, je préfère utiliser les termes homosexuel, hétérosexuel ou bisexuel comme adjectifs plutôt que comme noms communs, privilégiant les expressions telles que « pratiques homosexuelles, hétérosexuelles ou bisexuelles ».

Les bornes chronologiques : 1920-1975

12Un peu plus d’un demi-siècle s’écoule entre 1920 et 1975 : l’étude de l’intime ne peut se faire que sur une période assez longue si l’on veut saisir ses frémissements. Si les individus sont pris dans le tourbillon de la « grande Histoire », la périodisation de l’intime ne s’imbrique pas tout à fait dans celle des grandes évolutions des structures politiques et socio-économiques.

13Dates clés pour l’histoire de l’intime, 1920 et 1975 correspondent à deux grands moments de l’immixtion de l’État dans la sphère privée et délimitent chacune deux conceptions très différentes de la sexualité. En 1920, les lois sur l’interdiction de la publicité et de la vente des moyens de contraception (suivies de celle de 1923 sur la correctionnalisation de l’avortement) réduisent la sexualité à l’acte nécessaire à la procréation. Du coup, elles délimitent une sexualité hétérosexuelle normative. La sexualité fait l’objet d’une politique publique dans un but clairement démographique : il faut repeupler la France après la saignée de la Grande Guerre. En 1975, avec la loi Veil sur l’IVG (interruption volontaire de grossesse), précédée des lois de 1967 et 1974 sur la contraception, l’État accepte de laisser les femmes libres de choisir ou non la maternité. La sexualité n’est plus seulement envisagée sous l’angle de la reproduction, mais une place est faite au plaisir, à l’épanouissement personnel.

  • 9  Geneviève DREYFUS-ARMAND, Robert FRANK, Marie-Françoise LEVY, Michelle ZANCARINI-FOURNEL (dir.), L (...)
  • 10  Il s'agit, dans le contexte du féminisme triomphant, avant tout des souffrances féminines longtemp (...)

14Cette étude aurait-elle pu s’arrêter en Mai 68, date traditionnellement associée au changement dans le domaine des mœurs ? Les travaux des historiens ont bien montré qu’elle ne constitue pas une césure évidente d’où l’expression désormais consacrée des « années 68 »9. L’intime fait une apparition remarquée sur la place publique en Mai 68, avec la revendication de la sexualité juvénile, mais ce thème s’impose quelques années avant dans les journaux intimes. Enfin, c’est surtout après 1975 que la contestation étudiante semble porter ses fruits. Cette date est particulièrement significative car de nouveaux aspects de la sexualité, jusque-là restés privés, commencent à être pris en compte, comme les souffrances occasionnées directement ou indirectement par les pratiques sexuelles : souffrances de l’avortement clandestin (loi Veil), souffrances dues aux violences sexuelles (début de la lutte féministe pour la criminalisation effective du viol, dénonciation des violences dans le cadre conjugal, débat sur la prostitution)10. Par ailleurs, la pornographie se distingue désormais clairement de l’érotisme (apparition des films classés X). Il y a là une nouvelle manière de considérer les questions sexuelles.

15Les bornes chronologiques choisies permettent de mettre l’accent sur un phénomène majeur du XXe siècle : la dissociation progressive du couple sexualité/procréation constatée dès l’entre-deux-guerres et la marche vers la libéralisation de la contraception et de l’avortement, qui est surtout le fait des années 1960-1970. Il s’agit d’une évolution assez linéaire de la perception de la sexualité, d’abord intimement mêlée à la procréation, puis en voie d’autonomisation et liée à la notion d’épanouissement personnel (au plaisir et à son nécessaire corrélat, la souffrance). Cependant, en se focalisant moins sur des dates précises, et en se gardant d’une vision trop hétérocentrée, on constate qu’au début des années 1920, les contemporains ont le sentiment que la guerre a causé un dérèglement des mœurs, notamment l’émancipation des femmes et une plus grande visibilité des homosexuel-les. De même, ceux-ci participent activement à la politisation de la sexualité et prennent la parole sur la place publique dans les années 1970. Une vision moins linéaire de l’histoire de l’intime s’esquisse alors : en 1920 comme en 1975, les contemporains ont la sensation de vivre une époque de mutation des mœurs intimes.

16Enfin, l’amour, bien plus que la sexualité, ne cesse d’être questionné, dans les écrits des individus ordinaires. Devenu le ciment du couple conjugal vers 1920, il conserve toute son importance durant la période étudiée, mais se voit concurrencé par la sexualité dans les années 1970 comme moyen de définir le couple. C’est ce que les contemporains ont appelé la « révolution sexuelle », expression à manier à précaution car elle ne correspond guère à une réalité partagée par tous.

Conclusions et hypothèses : la libération de la parole sur l’intime

L’intime feutré (1920-1939), l’intime questionné (1940-1965) et l’intime exhibé (1965-1975)

  • 11  Anne-Marie SOHN, Du premier baiser à l'alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), (...)

17J’ai divisé mon travail en trois grandes parties pour mettre en évidence la longue marche vers la libération des discours sur l’intime, en particulier pour les femmes. Dans ma première partie sur « l’intime feutré », axée sur l’entre-deux-guerres, j’ai élargi et complété les analyses d’Anne-Marie Sohn, basées sur les sources judiciaires11. J’ai mis en avant la progression de l’idée du mariage d’amour et celle du flirt durant l’entre-deux-guerres. A cette époque, l’amour conjugal est au centre des discours. Il en est donné une vision pragmatique : l’amour est le sentiment éprouvé lorsqu’on veut se marier ; il est fait d’une solidarité entre les époux, une volonté commune de fonder une famille. En revanche, la sexualité reste difficile à dire, de même que tout ce qui est lié au corps, à la contraception et à l’avortement. Je me suis également intéressée au regard que portent les enfants et les jeunes sur leur corps, aux lacunes de l’éducation sexuelle et aux premières amours.

  • 12  Cyril OLIVIER, Le vice ou la vertu. Vichy et les politiques de la sexualité, Toulouse, Presses uni (...)

18Ma seconde partie sur « l’intime questionné » est la partie centrale de mon travail. Centrale par sa situation dans la chronologie de la thèse, mais aussi par sa longueur et ses développements. Dans une première section sur la période de Vichy et la guerre, que j’ai intitulée « l’intime clandestin », je réaffirme le décalage entre le projet de politique sexuelle répressive de Vichy et son application, mis en avant dans le livre récent issu d’une thèse de Cyril Olivier12. C’est la deuxième section de la partie sur « l’intime questionné », se déroulant de 1944 à 1965, qui me semble la plus novatrice car elle comble une lacune historiographique importante. J’ai essayé de montrer quelles sont les lentes mutations qui conduisent à ce qu’on a appelé la « libération sexuelle ». En me penchant sur le malaise conjugal des femmes des classes moyennes et supérieures, en mettant en lumière l’aspiration au plaisir des filles par le jeu du flirt et de la séduction, j’ai voulu expliquer le surgissement d’une parole féminine sur la sexualité dans les « années 68 ». J’ai ainsi tenté d’éclairer en partie le baby-boom et le familialisme des années d’après-guerre par l’expérience de la guerre, de la séparation, de la captivité, des frustrations. J’ai cherché à montrer que, parallèlement, la revendication croissante pour la libéralisation de la contraception et de l’avortement provient d’un changement dans la conception de l’amour et de la sexualité, avec la montée de la représentation d’un couple fusionnel. Les couples de l’entre-deux-guerres connaissent les « funestes secrets » pour maîtriser leur fécondité, ceux des années 1950 semblent les avoir oubliés. En réalité, leur représentation d’un amour et d’un couple fusionnel où la sexualité se doit d’être un véritable langage amoureux, ne laisse plus de place aux moyens contraceptifs traditionnels qui « dépoétisent l’amour », nuisent à la fusion totale espérée.

  • 13  Michel FOUCAULT, Histoire de la sexualité, t. 1, La volonté de savoir, t. 2, L'usage des plaisirs, (...)

19La troisième et dernière partie sur l’intime exhibé s’attache aux « années 68 » dont l’importance a été mise en avant par divers historiennes et historiens du très contemporain. J’ai voulu insister sur la difficulté de parler de « révolution sexuelle », voire de « libération sexuelle », tant les vécus des individus diffèrent à cette époque, selon leur sexe, leur âge, leur milieu social, leur lieu de vie, leur degré de croyance religieuse… J’ai suivi ici les intuitions de Michel Foucault et les analyses plus récentes du sociologue Michel Bozon sur l’individualisation et la normalisation des représentations sexuelles et l’absence d’une « révolution sexuelle »13. Durant les années 1970, se mettent en place des normes plus intériorisées de la sexualité, de ce qu’il faut faire au lit (ou ailleurs) pour trouver le bonheur dans un contexte de « médicalisation de la sexualité ». En fait, c’est la quête du bonheur qui traverse le XXe siècle : l’idée que l’amour d’abord, puis l’amour et la sexualité, doivent apporter le bien-être, l’épanouissement du couple (entre-deux-guerres et années 1940-1950), et, enfin, de l’individu lui-même (1965-1975).

Les variations des représentations de l’amour et de la sexualité

20L’amour est le grand sentiment mis en avant au XXe siècle, de sorte que les individus des années 1920 comme ceux des années 1970 croient en l’Amour, au « grand amour » (y compris les militants de la « révolution sexuelle »). Cependant, si l’on y regarde de plus près, plusieurs modèles d’amour se mettent en place et finissent par se concurrencer au XXe siècle : l’amour pragmatique de l’entre-deux-guerres se combine avec l’amour fusionnel des années 1940-1950. Dans les années 68, un modèle d’amour plus individuel apparaît sans que les gens ne renoncent totalement au rêve fusionnel, ni au pragmatisme. Jusqu’en 1975, le mariage demeure l’institution où s’expriment sexualité et amour, mais toujours avec des nuances : dans l’entre-deux-guerres et jusqu’aux années 1950, aimer signifie se marier. Ensuite, il est possible de vivre plusieurs histoires d’amour durant sa jeunesse, voire de cohabiter avant le mariage.

  • 14  Dans l'enquête ACSF (Analyse des comportements sexuels en France, 1993), plus de la moitié des rép (...)

21De même, ce que les individus appellent « vie sexuelle » puis « sexualité », évolue peu au premier abord puisqu’il s’agit avant tout du coït vaginal hétérosexuel, et ce, jusqu’à nos jours14. Mais, de plus en plus, il est question d’autres gestes et caresses qui entrent de plain-pied dans le domaine de la sexualité pour sortir de celui du flirt. Les mouvements féministes, gays et lesbiens des années 1970 ont critiqué le primat du coït vaginal et mis au jour d’autres définitions de la sexualité. Paradoxalement, les individus ordinaires, en demande de techniques sexuelles, sont plus que jamais sensibles à l’orgasme simultané et à « l’orgasme vaginal ». Le grand changement du XXe siècle est bien entendu la séparation effective entre la sexualité et la procréation, grâce aux techniques de contraception moderne, féminines et indépendantes du rapport sexuel, contrairement aux méthodes traditionnelles masculines. Le plaisir est désormais la jauge de la réussite de la vie sexuelle, et bientôt, de la vie de couple tout entière. De ce fait, la tolérance envers les violences sexuelles, mais aussi envers les dysfonctionnements sexuels durables ou ponctuels, a diminué.

  • 15  Aujourd'hui deux tiers des hommes sont d'accord avec l'idée selon laquelle "on peut avoir des rapp (...)

22La mise en relation du sentiment amoureux et de la sexualité varie également dans les discours et les faits au cours du XXe siècle. Il est surtout question d’amour durant l’entre-deux-guerres : les jeunes filles, qui n’ont pas accès à la sexualité, sont supposées aimer et séduire platoniquement ; mari et femme, une fois leur descendance assurée, peuvent vivre ensemble sans que l’amour physique ne soit mis au premier plan. Dans les années 1940-1965, le sentiment amoureux et la sexualité vont de pair : un mariage réussi doit lier les aspects affectifs et physiques de l’amour. La jeune fille « amoureuse » peut avoir une vie sexuelle en échappant au blâme. Enfin, si amour heureux rime plus que jamais avec sexualité satisfaisante dans les années 68, il est désormais possible d’isoler la sexualité comme seule source d’épanouissement - même si les avis masculins et féminins divergent encore aujourd’hui sur cette question15.

L’articulation du singulier et du collectif

23L’intime, ce « privé du privé », ne fonctionne pas en vase clos. Ce n’est pas une sphère repliée sur elle-même où les individus agissent à leur guise, où la société n’a pas de prise. La société agit sur la sphère intime (par des lois, des normes, des modèles à suivre) et l’intime se nourrit de l’esprit du temps. J’ai essayé de montrer comment les individus intègrent les discours dominants ou, au contraire, comment ils s’en jouent dans leurs pratiques et leurs représentations amoureuses et sexuelles, contribuant ainsi à faire changer les mœurs et les normes sexuelles et amoureuses. Une des grandes difficultés de cette thèse était d’articuler l’individuel et le social, de passer de l’individuel au collectif.

24Les gens rêvent d’amour après l’horreur de la Grande Guerre, ils souhaitent une meilleure communication dans le couple avec l’essor des communications modernes et le repli de l’individu sur lui-même qui suivent la Seconde Guerre mondiale, ils réclament une plus grande maîtrise des techniques sexuelles et contraceptives à l’heure du développement technique des « Trente Glorieuses ». En même temps, les pratiques des individus ordinaires peuvent se trouver en porte-à-faux avec les discours dominants : ils maîtrisent leur fécondité à l’époque du natalisme exacerbé des années 1930, ils vivent des amours adultères à l’heure du moralisme vichyssois, ils (elles) divulguent leur malaise conjugal à l’ère du familialisme des années 1950, ils veulent être « normaux » au temps de la remise en question des normes régissant les mœurs dans les années 1970.

  • 16  Alain CORBIN, "« La Petite Bible des jeunes époux »", Amour et sexualité en Occident, Paris, Seuil (...)

25L’histoire de l’intime se prête fort mal à la généralisation et ne peut, ne doit être, qu’extrêmement nuancée. J’ai certes délimité des grandes périodes concernant l’intime, mais j’ai tenu compte des recoupements, des transitions, des phases de flottements, des fameux « tuilages successifs » mis en évidence par Alain Corbin16. J’ai à la fois étudié des comportements collectifs (qu’est-ce que les gens entendent par l’amour à l’horizon du mariage? Comment supportent-ils la séparation lors de la guerre ? Quelles sont les déclinaisons du malaise conjugal dans les années 1950 et de la « révolution sexuelle » dans les années 1970 ?), tout en mettant l’accent sur quelques individus dont le parcours atypique indique en creux les limites de la norme.

26J’espère avoir démontré par cette thèse - si besoin en était encore - que ni l’amour ni la sexualité ne sont des données naturelles et anhistoriques et qu’il est possible de faire leur histoire, une histoire de l’intime.

Haut de page

Notes

1  Alain CORBIN, Historien du sensible, Paris, La Découverte, 2000, p. 142.

2  APA, La Grenette, 10, rue Amédée Bonnet 01 500 AMBERIEU-EN-BUGEY (grenette@wanadoo.fr). Les textes sont recensés, classés et résumés dans les Garde-Mémoire (6 vol.).Consulter aussi la revue de l'APA, La faute à Rousseau.

3  Je pense notamment aux travaux de David Le Breton sur le corps et les passions.

4  Georges DUBY, "Introduction", Amour et sexualité en Occident, Paris, Seuil, 1991, p. 11.

5  Expression d'Alain CORBIN, Historien du sensible, op. cit., p. 117.

6  Gabrielle HOUBRE, La discipline de l'amour. L'éducation sentimentale des filles et des garçons à l'âge du romantisme, Paris, Plon, 1997.

7  Pierre BOURDIEU, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p. 117.

8  Voir à ce sujet en français Didier ERIBON (dir.), Les études gays et lesbiennes, Paris, Edition du Centre Pompidou, 1998 et Marie-Hélène BOURCIER, Queer zones. Politiques des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland, 2001.

9  Geneviève DREYFUS-ARMAND, Robert FRANK, Marie-Françoise LEVY, Michelle ZANCARINI-FOURNEL (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Paris, Complexe, 2000. J'ai choisi de limiter les "années 68" à la période 1965-1975.

10  Il s'agit, dans le contexte du féminisme triomphant, avant tout des souffrances féminines longtemps passées sous silence.

11  Anne-Marie SOHN, Du premier baiser à l'alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), Paris, Aubier, 1996 et Chrysalides, Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

12  Cyril OLIVIER, Le vice ou la vertu. Vichy et les politiques de la sexualité, Toulouse, Presses universitaires du Mirail-Tempus, 2005.

13  Michel FOUCAULT, Histoire de la sexualité, t. 1, La volonté de savoir, t. 2, L'usage des plaisirs, t. 3, Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1976 et 1984 pour les deux derniers tomes. Michel BOZON, "Les significations sociales des actes sexuels" Actes de la recherche en sciences sociales, n° 128, juin 1999, pp. 3-23 et Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan, 2002.

14  Dans l'enquête ACSF (Analyse des comportements sexuels en France, 1993), plus de la moitié des répondants sont d'accord avec la phrase proposée : "un rapport sexuel, ça veut dire qu'il y a une pénétration", d'après Brenda SPENCER, "Contexte normatif du comportement sexuel et choix des stratégies de prévention", Population, n° 5, 1993, pp. 1422-1423.

15  Aujourd'hui deux tiers des hommes sont d'accord avec l'idée selon laquelle "on peut avoir des rapports sexuels avec quelqu'un sans l'aimer", alors que deux tiers des femmes la désapprouvent. Michel BOZON, "Sexualité et genre", Jacqueline LAUFER, Catherine MARRY, Margaret MARUANI (dir.), Masculin-féminin : questions pour les sciences de l'homme, Paris, PUF, 2001, p. 183.

16  Alain CORBIN, "« La Petite Bible des jeunes époux »", Amour et sexualité en Occident, Paris, Seuil, 1991, p. 241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Rebreyend, « Anne-Claire Rebreyend, Pour une histoire de l'intime. Sexualités et sentiments amoureux en France de 1920 à 1975 », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 19 novembre 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/204

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Rebreyend

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page