Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Autres travaux

Cécile Varizat , Françoise Giroud et la question des femmes à travers l'Express (1956-1974)

Maîtrise, Université de Grenoble, 2005
Cécile Varizat

Texte intégral

1Quel fut l’engagement de Françoise Giroud (1916-2003) pour la condition féminine au sein de L’Express ? Comment se situait cette grande patronne d’un hebdomadaire politique dans ce contexte de « décolonisation des femmes » que fut la seconde moitié du XXe siècle ? Comment les journalistes de centre-gauche percevaient-ils cette émancipation ?

2C’est ce que cherche à démontrer ce mémoire en analysant 141 articles de L’Express écrits par Françoise Giroud et son équipe au sein du journal entre 1956 et 1974 (ainsi que les ouvrages postérieurs à la période publiés par la journaliste). Ces 141 articles traitent de la condition féminine dans la société française des Trente Glorieuses et sont répartis selon deux thèmes très généraux: la première partie traite de la conception de la place des femmes dans la sphère privée, familiale, avant et après Mai 1968. La seconde partie aborde l’image publique de la condition féminine, de sa visibilité dans la société française à travers les thèmes du travail, du monde politique et de l’engagement de centaines de Françaises dans des mouvements féminins et féministes dans les années 1970.

3La chronologie de ce mémoire débute en 1956, date importante dans la carrière de Françoise Giroud puisque cette dernière, en l’absence de Jean-Jacques Servan-Schreiber, le directeur de L’Express, envoyé en Algérie, prend les rênes de la rédaction. Françoise Giroud s’impose alors comme une grande journaliste politique, elle qui fut rédactrice en chef du magazine féminin Elle au début des années 1950. De plus, en 1956 débute la polémique sur la libéralisation des contraceptifs et Françoise Giroud signe, cette année-là, ses premiers articles traitant de ce sujet sulfureux, fustigeant la société conservatrice de la IVe République.

4Dans les années 1960, les luttes pour les droits à la contraception et l’avortement qui permettent aux femmes de disposer librement de leur corps, donnent l’occasion à Françoise Giroud et à L’Express d’élever l’émancipation des femmes sur le plan politique en critiquant le pouvoir gaulliste. En effet, l’engagement réel de la journaliste, bien qu’il vise un but social (meilleures conditions de vie et de travail des Françaises et meilleure visibilité dans la société patriarcale régie par le Code Napoléon de 1804), possède également un objectif politique: stigmatiser le conservatisme des gaullistes et promouvoir le modernisme avec l’introduction d’idées et de pratiques nouvelles (contraception). Le combat pour la libération des femmes est aussi un moyen de critiquer le pouvoir en place, Françoise Giroud et Jean-Jacques Servan-Schreiber étant d’irrémédiables anti-gaullistes.

5La journaliste quitte la rédaction de L’Express en 1974 pour entreprendre une carrière politique. Elle rejoint Valéry Giscard d’Estaing et le gouvernement de Jacques Chirac pour occuper la fonction de secrétaire d’État à la Condition féminine. Ce poste est synonyme pour Françoise Giroud de modernisme et de libéralisme. Cependant, c’est au sein de L’Express et dans l’opposition politique que son engagement pour la libération des femmes est le plus intéressant. Dans ses mémoires, On ne peut pas être heureux tout le temps (2003), la journaliste écrit: « La cause des femmes à Elle est un « combat feutré », à L’Express, c’est un « combat déclaré ».

6Néanmoins, Françoise Giroud n’est pas une féministe révolutionnaire à l’image de certaines militantes d’extrême-gauche issues des mouvements plus ou moins radicaux du début des années 1970. C’est une réformiste œuvrant pour une amélioration de la condition féminine et qui ne renie pas sa féminité. Ce mémoire est donc la démonstration d’un combat mené par une grande dame du journalisme pour une nouvelle place des femmes avec le soutien d’un organe de presse. L’Express a été véritablement une tribune politique cherchant à promouvoir l’émancipation des femmes notamment auprès de son lectorat privilégié des classes moyennes, décisives dans les évolutions de genre. Dans ce cadre, la politique réformiste de Françoise Giroud n’a pu qu’avoir des répercussions sur l’émancipation des femmes et sur l’évolution de leur représentation dans la société. Avant de s’éteindre, Françoise Giroud constatait le chemin parcouru depuis les années 1950 : des évolutions auxquelles elle a participé, qu’elle a favorisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Varizat, « Cécile Varizat , Françoise Giroud et la question des femmes à travers l'Express (1956-1974) », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/203

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page