Navigation – Plan du site
Les femmes prennent la plume

Femmes, militantisme et presse en Europe (1860-1930)

Myriam Boussahba-Bravard, Paul Pasteur et le Comité de rédaction

Texte intégral

  • 1 Journée intitulée « Les femmes prennent la plume. Du militantisme au journalisme », organisée par M (...)

1Issus d’une journée d'étude organisée à l’Université de Rouen1, les articles rassemblés dans ce numéro examinent les liens entre écriture et engagement dans l’Europe des années 1860 aux années 1930. À travers les parcours et les prises de position de femmes européennes (britanniques, française et autrichiennes) dans le monde de la presse, il s’agit d’interroger les modalités d’engagement dans l’écriture et les liens entre journalisme, féminisme et réseaux militants. Quels processus ont conduit des femmes de différentes origines sociales à créer des organes de presse, à s’engager dans les milieux journalistiques et politiques pour défendre leurs idées ? Comment leurs choix et positionnements ont-ils été reçus ? Quels supports médiatiques ont-elles privilégiés ou ont-elles été contraintes d’adopter ? Comment se sont-elles inscrites dans le paysage politique et idéologique ? À quels réseaux de circulation et de diffusion ont-elles participé ? Ces questions se posent avec une acuité nouvelle à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, du fait de la diffusion plus massive de la presse, généraliste ou spécialisée, comme du développement des mouvements ouvrier et féministe.

Tour d’horizon historiographique

  • 2 Evelyne Sullerot, La Presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963.
  • 3 Michelle Perrot, Caroline Mathon Rimbault (dir.), Les Femmes et la presse : France XVIIIe-XXe siècl (...)
  • 4 Laure Adler, Les premières journalistes : 1830-1850 : à l’aube du féminisme, Paris, Payot, 1979.
  • 5 Entre autres : le colloque organisé par Rita Thalmann et publié sous le titre La tentation national (...)
  • 6 Voir, entre autres, Jean Rabaut, Marguerite Durand (1864-1936) : La Fronde féministe ou Le Temps en (...)
  • 7 Le premier prix de l’association Mnémosyne couronnant un mémoire de master en histoire des femmes e (...)
  • 8 Le Temps des médias, n°12, 2009/1.
  • 9 Sabine Schlingmann, Die Woche“ – Illlustrierte im Zeichen emanzipatorischen Aufbruchs? Frauenbild, (...)
  • 10 Susanne Kinnebrock, Anita Augspurg (1857-1943). Feministin und Pazifistin zwischen Journalismus und (...)
  • 11 Angelika Schaser, Helene Lange und Gertrud Bäumer. Eine politische Lebensgemeinschaft, Wien, Böhlau (...)
  • 12 Jost Hermand, « Ruth Fischer alias Elfriede Friedländer. Sexualwissenschafterin, Kommunistin, Antis (...)
  • 13 « Journalismus als Frauenberuf », Medien&Zeit, 3/2009.
  • 14 Suzanne Kinnebrock, Journalismus als Frauenberuf anno 1900. Eine quantitative inhaltsanalytische so (...)
  • 15 Alice Primi, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle 1848-1870, Renne (...)
  • 16 Maggie Andrews  et Sallie McNamara (dir.), Women and the Media: Feminism and Femininity in Britain, (...)
  • 17 Par exemple, Cary Franklin (2002), Angela John (2003), Sybil Oldfield (2003) publient dans la Women (...)
  • 18 Laurel Brake et Marysa Demoor, Dictionary of Nineteenth-Century Journalism, Londres, British Librar (...)
  • 19 Judith Johnston, Victorian Women and the Economies of Travel, Translation and Culture, 1830-1870, F (...)
  • 20 Jane L. Chapman Gender, Citizenship and Newspapers: Historical and Transnational Perspectives, Lond (...)
  • 21 Françoise Blum, « Revues féminines, revues féministes », in Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leyma (...)

2L’histoire des femmes, du militantisme et de la presse n’est pas neuve mais ce champ de recherche demeure encore inégalement exploré selon les pays. En France, outre le travail pionnier d’Evelyne Sullerot2, puis le premier numéro de la revue Pénélope3 publié la même année que la thèse de Laure Adler sur les premières journalistes4, des colloques ou journées d’étude5, des articles ou ouvrages6, des maîtrises souvent mal connues7, il faut signaler le récent numéro de la revue Le Temps des médias consacré à « La cause des femmes » avec quelques contributions sur les journalistes8. Dans l’espace germanophone, la presse féminine a retenu l’intérêt de plusieurs historiennes qui l’ont interrogée sous l’angle du genre et ont montré sa contribution à la formation des femmes9. Récemment, la féministe et pacifiste Anita Augspurg10, les féministes allemandes Helene Lange et Gertrud Bäumer11 ainsi que la communiste Elfriede Friedländer plus connue sous le nom de Ruth Fischer12 ont fait l’objet de publications. La revue Medien&Zeit a consacré en 2009 un numéro spécial au « journalisme en tant que profession au féminin »13. Des entreprises de recension des journaux féminins en Allemagne et en Autriche ont aussi été menées14. Enfin, pour la France et l’Allemagne des années 1848-1870, les travaux d’Alice Primi ont permis de mieux comprendre l’articulation entre citoyenneté et monde de l’imprimé et de la presse15. En Angleterre, le développement lors de ces vingt dernières années de la filière universitaire media studies a encouragé la variété des approches et des sources16. La biographie de femmes journalistes17 figure désormais dans les ouvrages de références sur le journalisme18. Parallèlement, l’engagement au service de la cause des femmes est spécifiquement analysé dans des travaux portant sur des périodiques ou des femmes journalistes19. Enfin, les recherches comparatistes, entre l’Angleterre et les États-Unis, mais aussi avec l’Europe, signalent combien l’émergence des femmes journalistes est liée à leur militantisme20. Les femmes journalistes ne sont cependant pas toutes féministes, même si la frontière entre journaux féminins et féministes est parfois floue21.

Prendre la plume

  • 22 Comme Andrée Viollis dont le journalisme est le métier ou Rosa Luxemburg et Käthe Leichter qui mène (...)
  • 23 Sur les journalistes de La Fronde, voir Sabine Lévêque, « Femmes, féministes et journalistes : les (...)
  • 24 Deux exemples pour l’Angleterre, New Age (1894-1922), hebdomadaire progressiste national publié à L (...)
  • 25 Voir Vanessa Gemis, « Femmes écrivains-journalistes (1880-1940) : questions de genre(s). Piste de r (...)

3Une des ambitions de ce dossier est d’abord d’interroger les modalités de la prise d’écriture militante. Dans l’Europe des années 1860-1930, parmi les femmes qui osent publier dans la presse féministe ou généraliste, l’autodidaxie est de règle. Même si certaines disposent déjà d’une formation intellectuelle liée à leur milieu familial ou social, rares sont celles qui ont suivi un enseignement secondaire complet et seules quelques privilégiées ont pu accéder à l’enseignement supérieur22. Ce déficit de formation correspond à la lente professionnalisation de l’activité journalistique en Europe. Les hommes journalistes furent longtemps hostiles à l’idée qu’il puisse exister des écoles de journalisme ; selon eux, le métier s’apprend « sur le tas » et les femmes n’y auraient pas leur place23. À partir du second XIXe siècle cependant, les nouveaux périodiques socialistes ou progressistes, notamment, accueillent plus facilement des chroniqueuses24. Ces dernières sont généralement pigistes, des « petites mains » indispensables, mais invisibles ; beaucoup écrivent sous des pseudonymes, parfois masculins, ou ne signent pas les articles. Certaines personnalités demeurent d’ailleurs difficiles à classer. Le terme de « journaliste » vaut-il par exemple pour Bertha von Suttner, prix Nobel de la Paix en 1905 ? En effet, dans de nombreuses notes biographiques, ce qualificatif côtoie ceux de romancière, d’essayiste ou de pacifiste25.

  • 26 Le premier numéro paraît le 21 avril 1849, le dernier numéro très vraisemblablement à Gera en juill (...)
  • 27 Par exemple, « Address of the Female Political Union of Newcastle », publiée dans le Northern Star, (...)
  • 28 Jane Rendall, « 'A Moral Engine'? Feminism, Liberalism and the English Woman’s Journal, » in Jane R (...)

4Comment ces femmes accèdent-elles aux organes de presse ? Certaines décident de créer leur propre titre, dans des conditions souvent précaires. Bien que des journaux féminins existent depuis le XVIIIe siècle, les révolutions de 1848 marquent sans aucun doute un tournant : en Allemagne, Mathilde Anneke tente de lancer un quotidien Frauen-Zeitung (le Journal des femmes) ; après la confiscation du troisième numéro, elle émigre aux États-Unis où elle poursuit son entreprise. Quelques mois plus tard, en avril 1849, Luise Otto reprend le même titre Frauen-Zeitung et le publie tant bien que mal jusqu’en 185326. En Angleterre, les associations de femmes chartistes (1838-1848) publient des adresses aux femmes dans le Northern Star27. Le premier mensuel de femmes pour les femmes, l’English Woman’s Journal28 (1858-1864, le Journal des Anglaises) fondé par Barbara Bodichon, Mathilda Hayes et Bessie Parks est rapidement publié par Victoria Press, entreprise d’imprimerie aux capitaux et personnels féminins, malgré l’hostilité des métiers de l’imprimerie alors réservés aux hommes. Ce mensuel prend par la suite le titre d’Englishwoman’s Review (1866-1910) avec pour éditorialiste Jessie Boucherett, militante des droits des femmes.

  • 29 Jean Rabaut, op. cit., p. 135.
  • 30 Mary Louise Roberts : « Copie subversive : le journalisme féministe en France à la fin du siècle de (...)

5D’autres femmes écrivent d’abord dans la presse généraliste. Ainsi Marguerite Durand publie déjà dans Le Figaro lorsqu’elle est envoyée au Congrès féministe international qui se tient à Paris en 1896. Frappée par « la logique du discours, le bien-fondé des revendications », elle décide de créer La Fronde29, un journal pour et par les femmes dont « la publication, la rédaction et aussi la typographie étaient exclusivement faites par des femmes »30. En 1892, Clara Zetkin prend la direction de la rédaction de Die Gleichheit (L’Égalité) et en fait une référence pour les femmes sociales-démocrates allemandes ; la même année Arbeiterinnenzeitung (Le Journal des ouvrières) est créé en Autriche. En Angleterre, Shafts (1892-1900) et Woman’s Signal (1894-1899), parmi d’autres, précèdent les titres suffragistes d’avant-guerre.

  • 31 Paul Pasteur, « Du militantisme au journalisme ? Les multiples paradoxes de la presse féminine soci (...)
  • 32 Pour l’Espagne, voir Íñigo Sánchez Llama, Galeria de escritoras isabelinas, la prensa periódica ent (...)
  • 33 Alice Primi, « Die Frauen-Zeitung et l’Almanach des Femmes, dernières tribunes des ‘femmes de 1848’ (...)
  • 34 June Hannam et Karen Hunt, Socialist Women, Britain, 1880s to 1920s, Londres, Routledge, 2002 ; Kar (...)
  • 35  Julia Bush, Edwardian Ladies and Imperial Power, Londres, Leicester University Press, 2000; Julia (...)
  • 36  Liliane Crips, « Une revue ‘national-féministe’ : Die deutsche Kämpferin. 1933-1937 » in Rita Thal (...)
  • 37  Voir Evelyne Diebolt, Militer au XXe siècle. Femmes, féminismes, Eglises et société. Dictionnaire (...)
  • 38 Paul Pasteur, « Grete Rehor-Daurer, itinéraire d’une syndicaliste chrétienne » in Paul Pasteur, Chr (...)
  • 39 Guy Zelis, « Jeanne Cappe, une intellectuelle au pays de l’enfance » in Guy Zelis (dir.), Les Intel (...)
  • 40 Jacqueline Sauvageot, Ella Sauvageot, l’audace d’une femme de presse 1900-1962, Paris, Éditions de (...)

6Ces femmes – à quelques exceptions près – se heurtent à une hostilité généralisée. Des pressions financières, politiques31 ainsi que les législations réglementant la presse entravent leur activité32. La mesure la plus emblématique demeure la Lex Otto de 1850 qui interdit en Saxe à une femme d’être rédactrice en chef33. Le dénigrement permanent de ces femmes par l’immense majorité de leurs collègues masculins ou par d’autres femmes est un obstacle de taille. Il s’agit alors pour celles qui s’engagent de défendre « leur » journal en se délivrant le plus possible des tutelles, aux prix de certains compromis ou de choix politiques douloureux. Lorsqu’elles n’évoluent pas dans des structures explicitement féministes, nombreuses sont celles qui font l’expérience que le journal auquel elles s’identifient, que le leader qui porte au plus près leurs aspirations, que « leur » parti y compris socialiste, social-démocrate34 ou communiste, laissent de côté un pan entier d’elles-mêmes, que le sort des femmes n’est généralement pas abordé, ou pas comme elles l’auraient souhaité. Dans une première étape, les mêmes revendications sont le plus souvent formulées : droit à la parole, droit à l’éducation, égalité dans le mariage et dans la société, droit au travail, équité face à l’impôt, revendication du suffrage. Puis, timidement, avant la Première Guerre mondiale, pointe la revendication de disposer librement de son corps. La diversité des positionnements des femmes journalistes à l’égard du féminisme est cependant manifeste. Certaines se sont engagées dans les rangs impérialistes, antisuffragistes35, fascistes ou nationaux-socialistes36 d'autres, nombreuses, dans ceux des associations catholiques37. L’Autrichienne Grete Rehor-Daurer38, la Belge Jeanne Cappe39 ou la Française Ella Sauvageot40, cofondatrice de Radio-Cinéma futur Télérama, ont fait l’objet d’études universitaires ou d’hagiographies qui ont mis en lumière les contradictions de celles qui de facto ont encouragé le travail féminin dans un mouvement et une Église qui y sont fondamentalement opposés.

Diversité des engagements militants

7Les études rassemblées dans ce numéro montrent par conséquent que plusieurs voies existent pour les militantes décidées à propager leurs idées. Ainsi, Olympe Audouard, femme de lettres dont le parcours dans le journalisme au début des années 1860 est étudié par Isabelle Ernot, cherche à s’imposer dans les milieux du journalisme à égalité avec les hommes. Si elle crée son propre organe de presse – pas moins de cinq revues généralistes en vingt ans – elle ambitionne de s’exprimer sur tous les sujets, et de ne pas se cantonner à une presse féministe ou féminine. Les difficultés rencontrées, tout comme les réactions d’une presse qui oscille entre hostilité et bienveillance, révèlent de fait les résistances à la mixité professionnelle. La sociale-démocrate autrichienne, Therese Schlesinger, examinée par Jean-Numa Ducange, s’insère quant à elle dans des réseaux éditoriaux variés, militants et concurrents. À la fin du XIXe siècle, ses contributions au sein des grandes revues de la social-démocratie allemande, essentiellement via des comptes rendus d’ouvrages et des brochures, illustrent comment des militantes parviennent à inscrire dans les « grandes » revues du mouvement les thématiques féministes. De même, la suffragiste anglaise Teresa Billington-Greig, dont la trajectoire est retracée par Myriam Boussahba-Bravard, joue sur plusieurs niveaux en écrivant dans la presse militante, suffragiste et féministe, mais également dans la presse généraliste. Cependant, ses activités journalistiques se limitent à sa période de militantisme actif, et ce malgré sa motivation et son talent ainsi que sa réelle notoriété. Enfin, les libérales et suffragistes britanniques étudiées par Stéphanie Prévost utilisent la presse féminine pour dénoncer les « abominations ottomanes » de 1894-1896, dont sont principalement victimes les femmes. L’expression de leur solidarité et sororité vis-à-vis des femmes arméniennes de l’Empire ottoman rejoint leur intérêt pour l’émancipation des femmes en général, la campagne de presse alors orchestrée devenant un outil pour internationaliser le combat des femmes pour le droit de vote.

8Ces articles montrent que des femmes ont su saisir les possibilités stratégiques qui leur étaient ouvertes et les adapter à leur situation personnelle, politique et professionnelle. Elles ont ainsi joué sur les frontières entre les rôles sexués communément admis, pour mieux les faire bouger. Mais si elles ont investi l’espace de la presse, leurs positions professionnelles n’en demeurent pas moins fragiles, révélant par-là les limites posées à la mixité dans les milieux journalistiques.

Haut de page

Notes

1 Journée intitulée « Les femmes prennent la plume. Du militantisme au journalisme », organisée par Myriam Boussahba-Bravard (Paris Diderot – Paris 7, LARCA) et Paul Pasteur (Université de Rouen, GRHis), 10 décembre 2010.

2 Evelyne Sullerot, La Presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963.

3 Michelle Perrot, Caroline Mathon Rimbault (dir.), Les Femmes et la presse : France XVIIIe-XXe siècles, Paris, Groupe d’études féministes de l’Université Paris 7, Pénélope n° 1, juin 1979, 85 p.

4 Laure Adler, Les premières journalistes : 1830-1850 : à l’aube du féminisme, Paris, Payot, 1979.

5 Entre autres : le colloque organisé par Rita Thalmann et publié sous le titre La tentation nationaliste. Entre émancipation et nationalisme. La presse féminine d’Europe 1914-1945, Paris, éditions Deux Temps Tierce, 1990 ; « Masculin/Féminin et presse au XIXe siècle », colloque international, pluridisciplinaire organisé par Christine Planté (Lyon 2, LIRE) et Marie-Ève Thérenty (Montpellier III, RIRRA 21), à Lyon, 24-26 novembre 2010.

6 Voir, entre autres, Jean Rabaut, Marguerite Durand (1864-1936) : La Fronde féministe ou Le Temps en jupons, Paris, L'Harmattan, 1996. Mary Louise Roberts, « Copie subversive : le journalisme féministe en France à la fin du siècle dernier », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, [En ligne], 6 | 1997

7 Le premier prix de l’association Mnémosyne couronnant un mémoire de master en histoire des femmes et du genre a été attribué en 2003 à Anne Renoult, Andrée Viollis : une journaliste, Angers, Presses de l’université d’Angers, 2004, 207 p.

8 Le Temps des médias, n°12, 2009/1.

9 Sabine Schlingmann, Die Woche“ – Illlustrierte im Zeichen emanzipatorischen Aufbruchs? Frauenbild, Kultur- und Rollenmuster in Kaiserzeit, Republik und Diktatur (1899-1944), Hamburg, Verlag Dr. Kovač, Gender Studies Interdisziplinäre Schriftenreihe zur Geschlechterforschung 7, 2007, 540 p.

10 Susanne Kinnebrock, Anita Augspurg (1857-1943). Feministin und Pazifistin zwischen Journalismus und Politik. Eine kommunikationshistorische Biographie, Herbolzheim, Centaurus, 2005, 683 p.

11 Angelika Schaser, Helene Lange und Gertrud Bäumer. Eine politische Lebensgemeinschaft, Wien, Böhlau, L’Homme Schriften Nr. 6, 2010, 416 p.

12 Jost Hermand, « Ruth Fischer alias Elfriede Friedländer. Sexualwissenschafterin, Kommunistin, Antistalinistin » in Heidi Beutin, Wolfgang Beutin Heinrich Bleicher-Nagelsmann, Holger Malterer (Hrsg.), Die Frau greift in die Politik. Schriftstellerinnen in Opposition, Revolution und Widerstand, Franfkurt/Main, Bern, Wien, Peter Lang, 2010, p. 317-332.

13 « Journalismus als Frauenberuf », Medien&Zeit, 3/2009.

14 Suzanne Kinnebrock, Journalismus als Frauenberuf anno 1900. Eine quantitative inhaltsanalytische sowie quellenkritische Auswertung des biografischen LexikonsFrauen der Feder“, Berlin, BMBF, RatSWD, Research Note No. 21, 2008, 23 p. Actuellement, seule une autre étude qui recense les travaux sur la presse féminine et féministe semble disponible : Helga Melliwa et al., KolloquiA. Frauenbezogene/feministische Dokumentation und Informationsarbeit in Österreich. Lehr- und Forschungsmaterialen. Hrsg von frida, Wien, 2001, p. 355-384. La liste des journaux et revues est accessible sur http://www.onb.ac.at/ariadne/frauenzeitschriften.htm. La plupart sont consultables sur ALO (Austrian Literature Online) ou sur ANNO (Austrian Newspapers Online).

15 Alice Primi, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle 1848-1870, Rennes, PUR, 2010, 317 p.

16 Maggie Andrews  et Sallie McNamara (dir.), Women and the Media: Feminism and Femininity in Britain, 1900 to the Present, Londres, Routledge, 2014 ; Alison Adburgham, Women in Print: Writing Women and Women's Magazines from the Restoration to the Accession of Victoria, Londres,  Faber & Faber 2012, [1972] ; Hilary Fraser, Stephanie Green et Judith Johnston, Gender and the Victorian Periodical, Cambridge University Press, 2008, [2003] ; Michelle Tusan, Women Making News: Gender and the Women's Periodical Press in Britain, Champaign, University of Illinois Press, 2005.

17 Par exemple, Cary Franklin (2002), Angela John (2003), Sybil Oldfield (2003) publient dans la Women’s History Review sur Dora Marsden, Evelyn Sharp et Mary Sheepshanks. Sally Mitchell et Susan Hamilton écrivent chacune une monographie sur Frances Cobbe, Frances Power Cobbe: Victorian Feminist, Journalist, Reformer, Charlottesville, University of Virginia Press, 2004; Frances Power Cobbe and Victorian Feminism, Londres, Palgrave Macmillan, 2006.

18 Laurel Brake et Marysa Demoor, Dictionary of Nineteenth-Century Journalism, Londres, British Library Publishing Division, 2009 ; F. Elizabeth Gray, Women in Journalism at the Fin de Siècle: Making a Name for Herself, Londres, Palgrave Macmillan, 2012 ; Barbara Onslow, Women of the Press in Nineteenth-Century Britain, Londres,  Palgrave Macmillan, 2001.

19 Judith Johnston, Victorian Women and the Economies of Travel, Translation and Culture, 1830-1870, Farnham, Ashgate, 2013 ; Maria Dicenzo, Lucy Delap et Leila Ryan, Feminist Media History : Suffrage, Periodicals and the Public Square, Londres, Palgrave, 2010 ; Lucy Delap, Maria DiCenzo, et Leila Ryan, Feminism and the Periodical Press, 1900-1918: v. 1, v. 2 & v. 3, Londres, Routledge, 2005.

20 Jane L. Chapman Gender, Citizenship and Newspapers: Historical and Transnational Perspectives, Londres, Palgrave Macmillan, 2013 ; Ross F. Collins et E. M. Palmegiano (dir.), The Rise of Western Journalism, 1815-1914: Essays on the Press in Australia, Canada, France, Germany, Great Britain and the United States, Jefferson, McFarland & Co, 2007 ; Deborah Chambers, Linda Steiner, Carole Fleming, Women and Journalism, Londres, Routledge, 2004.

21 Françoise Blum, « Revues féminines, revues féministes », in Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier (dir.), La Belle époque des revues 1880-1914, Paris, éditions de l’IMEC, 2002, p. 211-222.

22 Comme Andrée Viollis dont le journalisme est le métier ou Rosa Luxemburg et Käthe Leichter qui mènent de front militantisme et publications d’articles et de brochures pour le mouvement social-démocrate. C’est également le cas de Florence Fenwick Miller, une des premières femmes journalistes, puis éditorialiste de Shafts (1892-1900) ou de Christabel et Sylvia Pankhurst, suffragettes et auteures, sans pour autant accéder au diplôme.

23 Sur les journalistes de La Fronde, voir Sabine Lévêque, « Femmes, féministes et journalistes : les rédactrices de La Fronde à l’épreuve de la professionnalisation journaliste » in Le Temps des médias, n°12, 2009/1, p. 41-53.

24 Deux exemples pour l’Angleterre, New Age (1894-1922), hebdomadaire progressiste national publié à Londres et Forward, périodique socialiste de Glasgow. Harriet Martineau fait figure de pionnière puisqu’elle écrit régulièrement dans le Daily News à partir de 1832. Pour l’Autriche, voir l’article de Petra Herczeg sur Marianne Pollak qui fut active au sein du journal populaire social-démocrate du soir Das Kleine Blatt (Le petit journal) dans Festa, S.F./Fröschl, E./La Rocca, T., et al. (Hrsg.), Das Österreich der dreißiger Jahre und seine Stellung in Europa, Frankfurt/Main, Peter Lang Verlag, 2012, p. 77-89 : « Zwischen Aufklärung und Aufdeckung. Die Bedeutung der Sozialreportage in der österreichischen Zwischenkriegszeit ».

25 Voir Vanessa Gemis, « Femmes écrivains-journalistes (1880-1940) : questions de genre(s). Piste de recherche et de réflexion autour de Marguerite Van de Wiele », Texyles 39, 2010, p. 39-50.

26 Le premier numéro paraît le 21 avril 1849, le dernier numéro très vraisemblablement à Gera en juillet 1853.

27 Par exemple, « Address of the Female Political Union of Newcastle », publiée dans le Northern Star, 2 février 1839, http://spartacus-educational.com/CHwomen.htm [consulté 21-07-2014].

28 Jane Rendall, « 'A Moral Engine'? Feminism, Liberalism and the English Woman’s Journal, » in Jane Rendall (dir.), Equal or Different: Women’s Politics 1800-1914, Oxford, Blackwell, 1987.

29 Jean Rabaut, op. cit., p. 135.

30 Mary Louise Roberts : « Copie subversive : le journalisme féministe en France à la fin du siècle dernier » in Clio, Histoire, femmes et sociétés, 6/1997.

31 Paul Pasteur, « Du militantisme au journalisme ? Les multiples paradoxes de la presse féminine sociale-démocrate autrichienne » Le Temps des médias, n°12, 2009/1, p. 54-65.

32 Pour l’Espagne, voir Íñigo Sánchez Llama, Galeria de escritoras isabelinas, la prensa periódica entre 1833 y 1895, Madrid, València, Ediciones Catedra, Instituto de la Mujer, 2000, 417 p. Pour l’Italie, Marina Caffiero : « Écrire au féminin : nouvelles recherches en Italie » Clio Femmes, Genre, Histoire, 2012, 35, p. 163-176 ; l’article revient sur les dernières recherches en particulier le projet Per una storia della memoria e delle scritture delle donne a Roma dal xvi al xx secolo : censimento delle fonti e elaborazione di repertori qui vise à recenser et à cataloguer les écrits inédits. Pour l’Angleterre, voir Hilary Fraser, Judith Johnson, Stephanie Green, op. cit.

33 Alice Primi, « Die Frauen-Zeitung et l’Almanach des Femmes, dernières tribunes des ‘femmes de 1848’ » Revue d’histoire moderne et contemporaine 52-1, janvier 2005, p. 129-146.

34 June Hannam et Karen Hunt, Socialist Women, Britain, 1880s to 1920s, Londres, Routledge, 2002 ; Karen Hunt, Equivocal Feminists, The Social Democratic Federation and the Woman Question 1884-1911, Cambridge University Press, 1996.

35  Julia Bush, Edwardian Ladies and Imperial Power, Londres, Leicester University Press, 2000; Julia Bush, Women Against the Vote, Female Anti-Suffragism in Britain, Oxford University Press, 2007.

36  Liliane Crips, « Une revue ‘national-féministe’ : Die deutsche Kämpferin. 1933-1937 » in Rita Thalmann (dir.), La tentation nationaliste. Entre émancipation et nationalisme. La presse féminine d’Europe 1914-1945, Paris, Editions Deux temps Tierce, 1990, p. 167-182 ; Jennifer Meyer, « Mouvement völkisch et féminismes en Allemagne » in Patrick Farges, Anne-Marie Saint-Gille (éds), Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement de dimension international, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2013, p. 77-90.

37  Voir Evelyne Diebolt, Militer au XXe siècle. Femmes, féminismes, Eglises et société. Dictionnaire biographique, Paris, M. Houdiard, 2009, 348 p.

38 Paul Pasteur, « Grete Rehor-Daurer, itinéraire d’une syndicaliste chrétienne » in Paul Pasteur, Christine Mondon (ed.), À la recherche de l’austriacité. Mélanges en hommage à Gilbert Ravy, Rouen, PUR, 2003, p. 153-169.

39 Guy Zelis, « Jeanne Cappe, une intellectuelle au pays de l’enfance » in Guy Zelis (dir.), Les Intellectuels catholiques en Belgique francophone aux 19e et 20e siècles, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2009, p. 117-132.

40 Jacqueline Sauvageot, Ella Sauvageot, l’audace d’une femme de presse 1900-1962, Paris, Éditions de l’Atelier, 2006, 280 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Boussahba-Bravard, Paul Pasteur et le Comité de rédaction, « Femmes, militantisme et presse en Europe (1860-1930) », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2021

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page