Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Patrick Farges, Anne-Marie Saint-Gille (éds) : Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement social de dimension internationale, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, Mondes germaniques, 2013, 173 p.

Paul Pasteur

Texte intégral

1Les germanistes Patrick Farges et Anne-Marie Saint-Gille éditent les contributions présentées lors d’un colloque organisé à l’ENS Lyon en janvier 2012 qui avait rassemblé historien-ne-s et germanistes. Ils proposent un parcours à travers ce qui est appelé ici le premier féminisme allemand sans que l’éditeur et l’éditrice ne le définissent plus précisément. Les Allemandes et les Autrichiennes ont accédé au suffrage en 1918 ce qui, contrairement à la France, a largement modifié les conditions d’accès à la parole mais les revendications féministes au lendemain de la mise en place des républiques sont loin d’être toutes satisfaites et les revendications des femmes continuent à se faire entendre dans de nombreux partis démocratiques.

2L’introduction rend hommage aux travaux pionniers en France de Rita Thalmann et de Marianne Walle ou encore à ceux de Marie-Claire Hoock-Demarle mais oublie de mentionner que les échanges franco-allemands se sont poursuivis dans les années 1990 et 2000 avec l’organisation de colloques confrontant les résultats de la recherche en France et dans l’espace germanophone.

3Les deux jeunes historien-n-es du monde germanique, Alice Primi et Jean-Numa Ducange reviennent dans deux articles sur des éléments importants pour une meilleure compréhension du mouvement des femmes dans l’espace germanophone. Alice Primi examine le second essai de Luise Otto-Peters de créer un organe de presse : Neue Bahnen (Voies nouvelles) dans les années de sortie du silence imposé après la répression des révolutions de 1848. L’étude des premières années de Neue Bahnen de 1866 à l’avènement de l’empire, permet d’appréhender la spécificité du premier mouvement allemand. Neue Bahnen devient l’organe de l’Allgemeiner Deutscher Frauenverein, l’Association générale des femmes allemandes, fondée en 1866. Alice Primi rappelle le parallèle avec la lutte des travailleurs et les rapports complexes avec les organisations ouvrières hostiles en général à l’égalité entre les sexes, elle insiste aussi sur la mise en avant du Selbsthilfe qui autorise pour les femmes de l’époque une alternative à l’émancipation radicale. Ces femmes doivent aussi prouver leur appartenance à la Nation ce qui les empêche de se penser en tant qu’individues autonomes.

4Jean-Numa Ducange présente, lui, le besoin permanent des sociales-démocrates allemandes et autrichiennes de se référer à l’histoire et plus particulièrement à la Révolution française, ce qui leur permet tout d’abord de se légitimer et ensuite de critiquer implicitement leurs partis et la place congrue qu’ils réservent alors aux femmes. Le parallèle entre la Révolution française et la mise au placard de la revendication du suffrage féminin par le parti social-démocrate autrichien illustre parfaitement cet état de fait.

5Deux contributions examinent les rapports entre féminisme et pacifisme. Marie-Claire Hoock-Demarle constate que dans les Mémoires de Bertha von Suttner, première femme prix Nobel de la paix en décembre 1905, les références aux féministes sont absentes alors que des rencontres, des échanges épistolaires ont bien eu lieu, l’auteure tente d’expliquer les raisons d’une telle attitude : son éducation, son statut social. Bertha von Suttner reproche fondamentalement aux féministes de ne pas mettre au centre de leurs préoccupations et de leur action ce qui lui tient le plus à cœur : la cause de la paix. Néanmoins, ses voyages aux États-Unis vont infléchir ses positions mais décédée huit jours avant l’attentat de Sarajevo, elle n’aura pas la possibilité de mettre en application ce qu’elle apprit outre-Atlantique : la nécessité d’une organisation ferme, la non-appartenance à quelque parti et le poids de l’engagement passé des hommes et des femmes dans des causes communes.

6Anne-Marie Saint-Gille s’intéresse, elle, aux féministes allemandes s’investissant dans le pacifisme pendant la Première guerre mondiale, principalement Anita Augspurg, Lida Gustava Heymann et Helene Stöcker, les sociales-démocrates ne sont mentionnées qu’à la marge. De facto, la question de la paix entraîne une reconfiguration importante au sein même du mouvement des femmes allemand.

7Jennifer Meyer reprend, elle, un thème qui avait été traité par Liliane Crips celui du féminisme raciste qu’elle choisit de qualifier de « racial-féminisme », elle s’interroge sur les liens entre les mouvements völkisch puis national-socialiste antisémites et le féminisme et revient sur l’entreprise de l’écrivaine et journaliste Sophie Rogge-Börner. Celle-ci affirmait que la « racialisation » des rapports de pouvoir entre les sexes allait de pair avec la hiérarchisation raciale, ce qui l’amenait à limiter la distinction biologique entre les sexes aux organes génitaux primaires et à affirmer que les peuples germaniques n’auraient pas introduit de division du travail ou d’inégalité sociale entre les hommes et les femmes. Bien évidemment, pour expliquer la contradiction entre le passé germanique et l’inégalité actuelle, elle propose une lecture antisémite de la domination masculine juive. En fin d’article, qui a un appareil scientifique fort utile, l’auteure signale la permanence de ce discours racial-féministe après 1945.

8La germaniste Anne-Laure Briatte-Peters s’intéresse à « la fabrique des intellectuelles » autour des personnalités de l’aile « radicale » du mouvement féministe allemand des années 1890 à la Première guerre mondiale. Ces femmes, Anita Augspurg, Minna Cauer, Lida Gustava Heymann se sont introduites dans le monde intellectuel de leur époque et ont contribué aux débats. Ces « filles d’érudits » qui ont souvent mis au service des associations féministes leur patrimoine personnel se sont battues pour obtenir un doctorat. Anita Augspurg fut la première Allemande docteure en sciences juridiques. Anne-Laure Briatte-Peters ausculte aussi bien les ambitions intellectuelles que les sociabilités ou bien encore les interventions publiques de ces femmes. En 1901, celles-ci furent extrêmement dépitées de se voir exclues en tant que femmes de la nouvelle Société pour une réforme sociale dont elles partageaient pourtant les préoccupations sociales.

9La contribution d’Hélène Quanquin porte un regard intéressant sur les relations entre les féministes allemandes et américaines. L’auteure construit son article autour de trois réunions- phares : Seneca Falls en juillet 1848 réunissant la première convention pour le droit des femmes aux États-Unis qui adopte la Declaration of Sentiments rédigée par E. C. Stanton sur le modèle de la Déclaration d’Indépendance, Washington au printemps 1888 qui accueille le premier Congrès du Conseil international des femmes et Berlin où se tient en 1904 la convention de l’Alliance internationale pour le suffrage féminin, dommage que l’auteure ne s’y tienne pas vraiment et que les lecteurs et lectrices soient obligé-e-s de rectifier la chronologie. Annette Keilhauer revient également sur les circulations intellectuelles mais aussi sur les clichés nationalistes à propos des négociations internationales autour du premier Congrès international du droit des femmes en 1878 qui, dès le départ, exclut l’Allemagne et l’Autriche et qui pourtant a retenu l’attention des Allemandes.

10L’article de Véronique Dallet-Mann propose une contribution intitulée « Frauen von Format ? Les féminismes allemands et les nouveaux médias (photographie et film) dans les années 1920 », autant par le fond que la forme cet article pose problème. Pourquoi traiter la photographie à partir de photographies et le cinéma à partir de sources dénonçant ce nouveau média ? Par ailleurs, quels sont ces « féminismes allemands » qui ne sont pas définis, on suppose qu’il s’agit de l’opposition entre féministes « bourgeoises » et féministes « prolétariennes », opposition qu’il conviendrait peut-être aujourd’hui d’analyser avec rigueur ? À propos des photographies, on s’étonne que l’auteure présente comme original le recueil Unsere Zeit in 77 Frauenbildnissen (Notre temps en 77 portraits de femmes), si elle s’était donné la peine d’ouvrir n’importe quelle brochure d’association, de parti ou de syndicat, elle aurait constaté qu’il s’agissait d’une pratique courante existant depuis l’utilisation de la photographie dans la presse associative, politique ou syndicale, depuis la fin du siècle précédent. Toujours à propos de la mise en scène des femmes, l’article d’Anne-Laure Briatte-Peters offre quatre photographies autrement plus intéressantes quant à la mise en scène des femmes (p.39-40). Il paraît évident de faire référence à la Garçonne, aux Flappers, mais celles-ci ont un correspondant allemand qui n’est pas noté, Bubenkopf et quant aux représentations de femmes en voie de libération, le cinéma allemand des années vingt et trente en offre de nombreuses, la littérature aussi comme la Gilgi de Irmgard Keun.

11Enfin deux articles prennent les hommes comme objets. La jeune germaniste Agathe Bernier-Monod s’intéresse à l’Institut de Magnus Hirschfeld et à ces rapports avec les féministes. Les conceptions de Magnus Hirschfeld sur les sexes rendent bien évidemment compliqués ses rapports avec les féministes mais il semble bien que son centre et son action aient contribué à « libérer la parole » des femmes en matière de sexualité. Patrick Farges s’interroge sur les masculinités et le « masculinisme » entre 1880 et 1920 et revient sur l’importante question de la « lutte de territoires » au centre des préoccupations et des actions des antiféministes ainsi que sur les relations entre antiféminisme et antisémitisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Pasteur, « Patrick Farges, Anne-Marie Saint-Gille (éds) : Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement social de dimension internationale, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, Mondes germaniques, 2013, 173 p. », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 08 septembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2020

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page